Association pour le Contrat Mondial de L'Eau


Profil
Acme-Maroc Medhi LAHLOU
Président ACME-Maroc, Professeur INSEA, Membre fondateur de la Coalition mondiale contre la privatisation et la marchandisation de l'eau et du Forum alternatif maghrébin de l’eau. Membre fondateur de l’Université du Bien commun

Recherche




Infos XML



RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile

بيان حول مشاكل الماء بعدة مناطق خلال الصيف الجاري
جمعية العقد العالمي
للماء بالمغرب

الرباط في 21 يوليوز 2013


بيان حول مشاكل الماء بعدة مناطق خلال الصيف الجاري


لقد كشفت مرة أخرى موجة الحرارة التي عرفتها بلادنا ابتداءا من شهر يونيو الفارط، عن الخصاص الكبير في البنيات التحتية الأساسية الكفيلة بضمان تزويد العديد من مناطق المغرب بالحد الأدنى الحيوي من الماء الصالح للشرب.
إن سبات السلطات المركزية، وعجز الجماعات المحلية عن التحرك في الوقت اللازم لإيجاد الحلول اللازمة، جعل الآلاف من المواطنين يعيشون وضعية مأساوية ترغمهم الانتظار ساعات طويلة وأحيانا عدة أيام للحصول على كميات محدودة من الماء لا تكفيهم لتلبية حاجياتهم الأساسية ولتوفير المياه الضرورية لمواشيهم .
حالة منطقة الرحامنة، والتي من المفروض أنها استفادت من موارد مالية ضخمة تقدر بملايير الدراهم من المال العمومي، تعتبر حالة صادمة بما أنه قد تم التخلي عن السكان هناك وتركهم يواجهون مصيرهم لوحدهم مع العطش والفاقة لسنين طويلة دون أن يصلهم شيء من المساعدات التي اعتمدت من طرف الدولة أو المكتب الشريف للفوسفاط بما فيها إحداث "مدينة خضراء" في المنطقة.
غير بعيد عن هناك، وفي أوج الحرارة سجلت انقطاعات لمدد طويلة للماء بسيدي الزوين قرب مراكش، كما خرج سكان دواوير جماعة الخوالقة نواحي اليوسفية في مسيرات ومظاهرات احتجاجا على الغياب شبه التام للماء الصالح للشرب.
هناك في طنجة وضعية مختلفة ولكن بنفس النتائج، حيث تم قطع تزويد العديد من الأسر بالماء بدعوى عدم أدائهم للفواتير، وهذا بسبب لجوء أمانديس-فيوليا المتسرع لخدمات مكتب خاص خارجي لتحصيل الأداء عن الفواتير، وبهذا تكون الدولة قد رمت كليا مواطنيها للقطاع الخاص لا فيما يتعلق بالوصول لخدمة عمومية أساسية، ولا فيما يتعلق بالعلاقة التعاقدية مع هؤلاء المواطنين للاستفادة من حق أصبح منصوص عليه في دستور 2011.
بعد وقوفها على هذا السياق العام المتسم بعدم انخراط الإدارة، على المستوى المركزي كما على المستوى المحلي، في العمل على تطبيق مقتضيات الفصل 31 من دستور يوليوز 2011، فإن جمعية العقد العالمي للماء بالمغرب:
1- تدين إخلال الدولة بالتزاماتها فيما يخص ضمان وصول المواطنين للاستفادة من حقهم الحيوي في الماء.
2- تدين تبذير الموارد المالية العمومية على مشاريع لا ترمي تلبية الحاجيات الأساسية والحيوية للسكان كما هو الشأن بمنطقة الرحامنة.
3- تنادي بتعبئة كل الوسائل الضرورية، في هذه المنطقة كما في غيرها، حتى لا يعاني أحد من النقص في الماء ببلادنا.
4- تطالب بوقف كل الإجراءات المهرولة التي تلجأ لها الشركات الخاصة المستفيدة من تدبير قطاعات الماء والكهرباء والتطهير ضدا على مصلحة المواطن.
5- تطالب بإعمال مراقبة صارمة لعلاقة هذه الشركات بالمواطنين، في المدن التي تدبر فيها هذه القطاعات، في أفق العودة بها نهائيا إلى التدبير العمومي.

المكتب الوطني

ملحوظة: للاطلاع على البيان في صيغة وورد المرجو فتح الرابط أدناه

الماء_في_صيف_2013.doc الماء في صيف 2013.doc  (46 Ko)

Acme-Maroc Medhi LAHLOU
Rédigé par Acme-Maroc Medhi LAHLOU le Lundi 22 Juillet 2013 à 17:10

L'EDITO

Communiqué d’ACME-Maroc

Lundi 22 Juillet 2013
Manifestant de Sidi Zwin
Manifestant de Sidi Zwin
Rabat le 21 juillet 2013

Communiqué

La vague de chaleur que connaît le Maroc depuis le mois de juin 2013 a dévoilé un peu plus l’insuffisance des infrastructures mises en place pour assurer un approvisionnement minimum des habitants de très nombreuses régions en eau potable.
La léthargie des autorités centrales et l’incapacité de la plupart des collectivités locales à répondre en temps et en heure aux besoins de la population en eau se traduisent depuis quelques semaines par une situation intenable des milliers de personnes obligées d’attendre de très longues heures, et parfois plusieurs jours, pour accéder à des quantités réduites d’eau, le plus souvent insuffisantes à leur alimentation et à l’abreuvement des animaux domestiques à leur disposition. Le cas de la région de Rhamna, qui est supposée avoir bénéficié au cours des dernières années, de ressources financières publiques qui se comptent en milliards de dirhams, est particulièrement frappant à ce propos, puisque les habitants de région semblent complètement abandonnés à leur sort, obligés de vivre dans la soif et le besoin depuis de longues années, sans tirer aucun bénéficie des aides de l’Etat ou de l’Office chérifien des phosphates qui ont été affectées, entre autres, à l’édification d’une ‘’Ville verte’’ dans la région.
Pas loin, et en pleine période de chaleur, des coupures d’eau de longues durées, ont été enregistrées à sidi zwine (région de Marrakech) ; et des marches et manifestations ont été organisées par les habitants des villages de la commune de Khwalka dans la région d’El-youssoufya pour protester contre l’absence quasi-complète de l’au potable.
Une situation d’un autre type, mais dont les conséquences sont de même nature, prévaut depuis quelques semaines à Tanger, où de très nombreux habitants ont été privés d’accès à l’eau pour non paiement de leurs factures, et ce en raison du recours inconsidéré d’Amendis- Veolia à une officine extérieure de recouvrement. En ce sens, l’Etat abandonne totalement les citoyens sans ressources au privé autant pour ce qui concerne l’accès à un service public de base qu’en ce qui concerne le rapport contractuel de ces mêmes citoyens pour bénéficier d’un droit reconnu désormais par la constitution.

Dans ce cadre global marqué par le non engagement effectif de l’Administration – aussi bien au niveau central que local – pour traduire dans les faits le Droit d’accès à l’eau pour tous, tel qu’explicité par l’article 31 de la constitution votée le 1er juillet 2011, ACME-Maroc, :

1/ Dénonce les manquements de l’Etat pour garantir l’accès de tous les citoyens à la ressource vitale qu’est l’eau.

2/ Dénonce le gaspillage de ressources financières publiques dans la réalisation d’objectifs qui nne répondent pas au besoins fondamentaux de la population, tel que c’est aujourd’hui le cas de la région des Rhamna.

3/ Appelle à tout mettre en œuvre, dans cette région comme ailleurs, pour que nul ne souffre du manque d’eau dans notre pays.

4/ Demande l’arrêt des procédures expéditives auxquelles ont recours les entreprises privées délégataires des services publics de l’eau, de l’électricité et de l’assainissement contre les citoyens.

5/ Demande un contrôle plus strict sur le comportement de ces entreprises dans leurs rapports avec les habitants, dans les villes qu’elles administrent, dans l’attente que les contras de Gestion déléguée de l’eau reviennent véritablement à la collectivité.


Le bureau national.
Acme-Maroc Medhi LAHLOU
Rédigé par Acme-Maroc Medhi LAHLOU le Lundi 22 Juillet 2013 à 14:46
للاطلاع على القانون الأساسي المرجو فتح المرفق أدناه

القانون_الأساسي.doc القانون الأساسي.doc  (44 Ko)

Acme-Maroc Medhi LAHLOU
Rédigé par Acme-Maroc Medhi LAHLOU le Samedi 29 Juin 2013 à 00:08
بيان بمناسبة اليوم الوطني للماء 2013
جمعية العقد العالمي للماء بالمغرب
ACME-Maroc
الرباط في 9 يونيو 2013


في إطار تخليدها السنوي لليوم الوطني للماء، وتخليدها لليوم العالمي للبيئة كذلك، احتفلت جمعية العقد العالمي للماء بالمغرب بعيد الماء يوم 2 يونيو 2013 تحت شعار "من أجل التطبيق الفعلي للحق في الماء" وذلك بمدينة وادي زم، وقد عرف هذا اليوم التكويني والاحتفالي تنظيم ندوة فكرية حول التحديات الحالية والمستقبلية التي يطرحها تدبير قطاع الماء والتطهير بالمغرب أطرها أطر من الجمعية ومن المكتب الوطني للماء الصالح للشرب والكهرباء، وأغناها الحضور بمداخلات قيمة.
كما عرف اليوم الذي افتتح بمعرض للفنون التشكيلية عدة أنشطة تحسيسية مسرحية وموسيقية ومسابقة في الفنون التشكيلية تمحورت حول موضوع الماء والمخاطر التي تتهدده.

إن الاحتفال الناجح لجمعية العقد العالمي للماء بالمغرب بعيد الماء هذه السنة شكل مناسبة أخرى لنؤكد على ما يلي:

1- تجديد مطالبتنا للدولة المغربية وكل المسؤولين على القطاعات المعنية بالعمل على ترسيم 20 ماي من كل سنة كيوم وطني للماء، نقف فيه كفاعلين مدنيين وسياسيين ومسؤولين حكوميين، وقفة جماعية مسؤولة على كل مظاهر الخلل التي يعرفها تدبير قطاع الماء والتطهير ببلادنا من أجل سن سياسات عمومية كفيلة بالحفاظ على ثروتنا المائية وتجنيب المغرب الأسوأ في هذا المجال.

2- مطالبتنا الدولة باعتبار الحق في الماء والتطهير حقا أساسيا من حقوق الإنسان والالتزام بما سبق وأن وقعت عليه تحت مظلة الأمم المتحدة في اسطنبول سنة 2009، وكذلك بالتطبيق الفعلي لمقتضيات الفصل 31 من الدستور المغربي.

3- مطالبتنا الدولة بالتراجع عن سياسة التدبير المفوض في قطاع الماء التي أبانت عن فشلها الذريع والكف عن تفويت منابع المياه والعيون للخواص وقمع احتجاجات السكان المتضررين من هذه السياسات اللاشعبية.

4- تضامننا مع عضو جمعيتنا وقيدوم مناضلي قرية ا بن صميم السيد علي الطاهري العلوي، فيما لازال يتعرض له من مضايقات كان آخرها محاولة إقصائه من تمثيلية الجماعة السلالية التي ينتمي لها ويمثلها كنائب لها،و ذلك بتدخل سافر من بعض الجهات العميلة، للانتقام من هذا المناضل الصلب الذي لم تنل من مواقفه وعزيمته الصادقة والراسخة في الدفاع عن ساكنة ابن صميم مختلف التهديدات والمساومات، وتضامننا كذلك مع عموم ساكنة هذه القرية -التي انتزعت منها عينها عنوة وتسوق الآن تحت إسم "عين إفران"- في نضالاتها وفي محنتها المستمرة منذ بدأ عملية السطو على عينها ومصدر حياتها.


المكتب الوطني

للاطلاع على البيان في صيغة وورد المرجو فتح المرفق أدناه

communique_2013.doc communiqué 2013.doc  (47.5 Ko)

Acme-Maroc Medhi LAHLOU
Rédigé par Acme-Maroc Medhi LAHLOU le Lundi 10 Juin 2013 à 23:55
Le Manifeste de l'Eau pour un contrat mondial
De Riccardo Petrella

Le droit de tous à la vie

Nous venons d'Afrique, d'Amérique Latine, d'Amérique du Nord, d'Asie, d'Europe. Nous nous sommes rassemblés à trois reprises en 1998 sans autre légitimité et représentativité que celle d'être des citoyens concernés par le fait qu'1 milliard et 400 millions de personnes sur 5,8 milliards d'habitants de la planète n'ont pas accès à l'eau potable, source primordiale de vie. Ce fait est inacceptable. Or, le risque est grand qu'en 2020, lorsque la population mondiale atteindra environ les 8 milliards d'êtres humains, les personnes n'ayant pas accès à l'eau potable s'élèvent à plus de 3 milliards. Cela est inadmissible. On peut, on doit empêcher que l'inadmissible devienne acceptable. Comment ?

Nous pensons qu'il sera possible de le faire en appliquant les principes et les règles ci-dessous.



L'eau "source de vie" appartient aux habitants de la Terre en commun.

En tant que "source de vie" fondamentale et non-substituable de l'éco-système Terre, l'eau est un bien vital qui appartient aux habitants de la Terre, en commun. Aucun d'entre eux, individuellement ou en groupe, ne devrait avoir le droit d'en faire son appropriation privée. L'eau est un bien patrimonial commun de l'humanité. La santé individuelle et collective en dépend. L'agriculture, l'industrie, la vie domestique y sont liées. Il n'y a pas d'accès à la production de la richesse sans accès à l'eau. L'eau, on le sait et tout le monde le dit, n'est pas une ressource comme les autres ; elle n'est pas une marchandise échangeable, monnayable. Son caractère irremplaçable fait que toute communauté humaine -et chacun de ses membres- a le droit d'avoir accès à l'eau, en particulier à l'eau potable, en quantité et qualité nécessaires et indispensables à la vie et à l'activité économique.


Principes

Le droit à l'eau est un droit inaliénable individuel et collectif

L'eau appartient davantage à l'économie des biens communs et du partage de la richesse qu'à l'économie de l'accumulation privée et individuelle et de la prédation de la richesse d'autrui. Alors que le partage de l'eau a été souvent dans le passé source majeure d'inégalités sociales, nos civilisations d'aujourd'hui reconnaissent que l'accès à l'eau est un droit fondamental, inaliénable, individuel et collectif. Le droit à l'eau fait partie de l'éthique de base d'une "bonne" société humaine et d'une "bonne" économie. Il appartient à la société dans son ensemble et aux différents niveaux d'organisation sociétale, selon le double principe de co-responsabilité et de subsidiarité, de garantir le droit d'accès pour tous et pour toute communauté humaine sans discrimination aucune de race, de sexe, de religion, de revenu, de classe sociale.


Principes

L'eau doit contribuer à la solidarité de vie entre communautés, pays, sociétés, sexes et générations

Ce n'est pas parce que les ressources en eau douce sont inégalement distribuées sur Terre, ou parce que le revenu est aussi très inégalement réparti entre les êtres humains et les pays de la planète, qu'il doit y avoir également inégalité d'accès à l'eau entre personnes et communautés humaines. De même, l'inégalité dans la distribution de la ressource et des revenus ne signifie pas que les peuples riches en eau et les personnes riches en revenu puissent en faire l'usage qu'ils veulent, voire la vendre (ou l'acheter) "à l'étranger" pour en tirer le maximum de profit (ou de jouissance). Il est temps que l'eau cesse d'être, dans de nombreuses régions du monde, source de grandes inégalités entre les hommes et les femmes, ces dernières supportant tout le fardeau des activités domestiques liées à l'eau. Il y a encore aujourd'hui, à l'aube du troisième millénaire, trop de guerres entre Etats voisins à cause de l'eau, car les Etats concernés, qui se trouvent en meilleure position géo-économique, utilisent l'eau comme un instrument au service de leurs intérêts stratégiques de puissance "hégémonique" locale. Il est possible de soustraire l'eau aux logiques de l'Etat-puissance pour la rendre res publica sous la tutelle de l'Etat-citoyen.


Principes

L'eau est une affaire de citoyenneté et de démocratie

Créer les conditions nécessaires et indispensables pour que l'accès à l'eau soit effectif et optimal, c'est l'affaire de tout le monde. C'est une affaire aussi entre générations. Il appartient en effet, aux générations actuelles d'utiliser, valoriser, protéger, conserver les ressources en eau de manière à ce que les générations futures puissent jouir de la même liberté d'action et capacité de choix que nous souhaitons pour nous actuellement. Le citoyen doit être au centre des décisions. La gestion intégrée durable et solidaire de l'eau est du domaine de la démocratie participative, représentative et directe. Elle dépasse les compétences et les savoir-faire des techniciens, des ingénieurs, des banquiers. L'usager (consommateur solvable et non-solvable) a un rôle important à jouer par ses choix judicieux et ses pratiques guidées par les principes d'une économie et d'une société durables.


Principes

Toute politique de l'eau implique un haut degré de démocratie au niveau local, national, continental, mondial

Par définition, l'eau appelle une gestion décentralisée et transparente. Les dispositifs de la démocratie représentative doivent être renforcés. Un champ considérable est ouvert aux dispositifs de la démocratie participative au niveau des villages, des villes, des bassins aquifères, des régions. Des cadres réglementaires clairs au niveau international et mondial doivent faire émerger et rendre visible la politique durable et solidaire de l'eau au niveau de la communauté mondiale. Les instances parlementaires sont appelées à jouer un rôle fondamental dans la construction d'un droit mondial de l'eau au cours des vingt prochaines années. Nous pensons aussi qu'il est urgent et indispensable de (re)valoriser les pratiques locales et traditionnelles. Un patrimoine considérable de savoirs et de compétences et de pratiques communautaires solidaires, d'une très grande efficacité, a été dilapidé. Il risque d'être détruit encore davantage dans les années à venir.


Principes

L'accès à l'eau passe nécessairement par le partenariat. Il est temps de dépasser les logiques des "seigneurs de la guerre" et des conflits économiques pour l'hégémonie et la conquête des marchés

La citoyenneté et la démocratie se fondent sur la coopération et le respect mutuel. Elles vivent par et dans le partenariat. "Partenaires pour l'eau" est le principe inspirateur de tous les dispositifs (tels que "les contrats de rivière") qui ont permis ces derniers temps de surmonter efficacement les conflits qui dans certaines régions du monde ont traditionnellement envenimé les relations entre communautés riveraines ou partageant le même bassin hydrographique. Nous soutenons, bien entendu, un partenariat local/national/mondial, public/privé réel, fondé sur le respect des diversités, où les multiples logiques et cultures en présence peuvent équitablement contribuer à la gestion intégrée, solidaire et durable de l'eau, dans l'intérêt général. Un partenariat qui ne serait que formel, soumis, en réalité, aux logiques et aux intérêts des acteurs privés en compétition acharnée entre eux pour la conquête du marché -ce qui serait inéluctablement le cas si l'eau devait être reconnue comme étant surtout un bien économique et un bien marchand- ne pourrait que nuire à l'objectif de l'accès à l'eau pour tous et de la gestion intégrée, durable et solidaire des ressources en eau.


Principes

Nous pensons que la prise en charge financière de l'eau doit être à la fois collective et individuelle selon les principes de responsabilité et d'utilité

Assurer l'accès de base à l'eau pour la satisfaction des besoins vitaux élémentaires et fondamentaux de toute personne et de toute communauté humaine est une obligation pour la société dans son ensemble. C'est la société qui doit assumer collectivement la couverture de l'ensemble des coûts relatifs à la collecte, production, stockage, distribution, utilisation, conservation et recyclage de l'eau en vue de fournir et garantir l'accès à l'eau dans la quantité et en qualité considérées comme étant le minimal vital et nécessaire indispensable. L'ensemble de ces coûts (y compris les externalités négatives qui ne sont pas prises en compte par les prix du marché) sont des coûts sociaux collectifs au niveau des communautés humaines de base. Ceci devient encore plus vrai et significatif à l'échelle d'un pays, d'un continent et de la société mondiale. Leur financement doit être assuré par voie de répartition collective. Les mécanismes de tarification individuelle, selon des prix progressifs, doivent intervenir à partir d'un usage de l'eau dépassant le minimum vital nécessaire et indispensable. Au-delà du minimum vital, la progressivité des prix est fonction de la quantité utilisée. En outre, tout abus et excès dans l'usage doivent être considérés illégaux.
Pour que ces principes et ces règles deviennent des réalités vivantes au cours des 20-25 prochaines années, lorsque deux milliards d'êtres humains viendront s'ajouter à la population actuelle, nous proposons que les mesures suivantes soient prises et mises en oeuvre, sorte de "Contrat Mondial de l'Eau", selon deux axes majeurs.

la constitution d'un "réseau de parlements pour l'eau"
la promotion de campagnes d'information, de sensibilisation et de mobilisation autour de "L'eau pour tous".



Nous proposons d'outiller l'initiative du Contrat Mondial de l'Eau d'un instrument de collecte et d'analyse de données (quantitatives et qualitatives) les plus rigoureuses possibles, grâce à la mise en place progressive d'un Observatoire Mondial des Droits de l'Eau.



Constitution d'un Réseau de Parlements pour l'Eau

C'est aux Parlements, organes principaux de la représentation politique dans les sociétés "occidentalisées", ou aux institutions comparables dans d'autres contextes civilisationnels, que revient la responsabilité de modifier les législations existantes en application aux principes et aux règles ci-dessus explicités. Définir un corpus juridique nouveau en matière d'eau, non seulement au plan local et national mais également au plan international et mondial (un "droit mondial de l'eau") constitue une tâche primordiale face au vide juridique existant dans ce domaine à l'échelle mondiale. La priorité est à donner à un "Traité Mondial de l'Eau" fondé sur le principe de l'eau en tant que bien vital patrimonial commun de l'humanité. Ce "traité", par exemple, exclurait l'eau de toute convention internationale commerciale (dans le cadre de l'OMC), comme c'est déjà le cas pour le domaine culturel.


Propositions

Promotion de campagnes d'information, de sensibilisation et de mobilisation concernant:

1 le développement (ou modernisation) des systèmes de distribution et d'assainissement des eaux pour les 600 villes des pays d'Afrique, d'Asie, d'Amérique Latine et d'Europe orientale et Russie qui auront plus d'un million d'habitants en 2020 et dont le système d'eau est déjà aujourd'hui inadéquat, obsolète, voire inexistant.

2 la lutte contre les nouvelles sources de pollution des eaux dans les villes des pays d'Amérique du Nord, d'Europe Occidentale et du Japon dont le contamination du sol et des nappes phréatiques de surface et en profondeur est de plus en plus inquiétante, grave et, dans certains cas, irréversible. Il s'agit, concrètement, à partir de programmes locaux au niveau urbain de réaliser l'objectif de la création de "3 milliards de robinets d'eau".Les mouvements associatifs, les ONG, les syndicats, les scientifiques ont à cet égard un rôle essentiel et déterminant à jouer.




A cette fin, la priorité est à donner à :

La réforme profonde des systèmes actuels d'irrigation liés au mode de production agricole (et agro-alimentaire) industriel, intensif. Les solutions existent, entre autres l'irrigation "goutte à goutte".
L'agriculture actuelle "moderne" est la principale consommation des ressources en eau douce de la planète (70% des prélèvements totaux mondiaux, dont la très grande partie est liée à l'irrigation). Or, 40% de l'eau d'irrigation se perd chemin faisant. En outre, ses excès sont à l'origine de graves atteintes et menaces à l'environnement par la salinisation des sols et l'hydromorphisme (engorgement)

Un moratoire de 10 à 15 ans en ce qui concerne la construction de nouveaux grands barrages dont l'on connaît désormais les inconvénients considérables à court et à long terme pour l'environnement, les populations, la gestion intégrée et durable de l'eau.



Mise en place d'un Observatoire Mondial des Droits de l'Eau

Le but de l'observatoire sera de collecter, produire, distribuer, disséminer les informations les plus rigoureuses et fiables possibles en matière d'accès à l'eau du point de vue des droits individuels et collectifs, de la production d'eau, son utilisation, sa conservation/protection, sa gestion durable et démocratique. L’observatoire devrait devenir l'un des dispositifs d'information et de communication de référence mondiale notamment pour la valorisation des pratiques effectives de partenariat réel et de gestion solidaire.


Acme-Maroc Medhi LAHLOU
Rédigé par Acme-Maroc Medhi LAHLOU le Mardi 4 Juin 2013 à 19:07

Les Rendez-vous d'ACME-MAROC

LA FETE DE L'EAU

Mercredi 29 Mai 2013

ACME MAROC célèbre début juin , dans le cadre d'un rendez vous annuel la fête de l'eau dans la ville de Oued zem (sud ouest de CASABLANCA / dans le plateau du phosphate) sous le slogan suivant : '' pour l'application effective du droit a l'eau''
Le programme comprend une partie de débat a travers des interventions autour des problématiques de l'eau au Maroc , et une autre partie réservée aux spectacles . l'eau mérite la lutte comme elle mérite aussi la fête .


LA FETE DE L'EAU
ACME MAROC
Rédigé par ACME MAROC le Mercredi 29 Mai 2013 à 02:11
Rapport sur la participation d'ACME-Maroc au Forum Social Mondial à Tunis.
Par Naima Lahlou

Le 12 ème Forum Social Mondial s'est tenu à Tunis du 26 au 30 mars 2013. Ont pris part à cette édition de très nombreux acteurs de la société civile du monde entier.
A cette occasion ACME-Maroc a été représentée par Naima Lahlou, Mohamed Hansal et Abderrahim Faiq.
Les membres de l'ASSOCIATION POUR LE CONTRAT MONDIAL DE L’EAU AU MAROC ont participé à la marche d’ouverture avec nos amis du collectif de l’eau en scandant des slogans pour que le droit d’accès à l’eau soit considéré comme un droit humain, et protestant contre la privatisation des ressources d’eau et la marchandisation de cette matière essentielle pour notre vie.
Les débats lors ce Forum ont porté sur les questions relatives à l'ordre économique et social international et aux effets de la crise qui continue d’affecter lourdement les pays les plus pauvres, et au sein de ceux-ci, les catégories les plus démunies.
Ainsi une multitude d'ateliers ont été organisés autour de différents thèmes dont ceux relatifs à la question de l'eau qui a été traitée notamment lors de la table ronde : "l'eau ressource commune et un droit humain" à laquelle ont pris part plusieurs membres du collectif de l'eau de France, Belgique, Canada, Grèce, Italie ...et des représentants du Kenya, Sénégal, Rwanda, Tunisie, Maroc et des syndicats de l'eau. Donc une soixantaine de personnes étaient présentes à ce rendez-vous.
Il ressort de la présentation faite par Gabriella Zanzaini de l'association " food water europe ", des témoignages des luttes au Kenya et au Rwanda et des débats qui ont suivi, auxquels les représentants d’ACME-Maroc ont activement contribué, et qui étaient très riches en informations, que :

1) la situation de l'eau à l'international est plus qu'alarmante, ainsi :
- Près de 50% de la population mondiale n'a pas accès à l'eau potable.
- 2,5 milliards de personnes sont sans toilettes cela constitue une cause majeure des problèmes de santé.
- 3000 enfants de moins de 5 ans meurent chaque jour à cause des contaminations dues à une eau insalubre.

2) L'eau doit être exclue de la sphère marchande (elle n'est la propriété de personne en particulier et elle n'a pas de prix).
D'où le refus catégorique de la gestion déléguée et la revendication du retour à la gestion publique de l'eau.

3) L'eau est associée à la vie (tout être vivant a besoin d'eau et doit pouvoir y accéder).

4) Tous les êtres vivants doivent avoir accès à l'eau, d'où la résolution de l'ONU du 28 Juillet 2010 qui stipule que le droit à une eau potable, salubre et propre est un droit de l'homme.
Au Maroc la nouvelle constitution a inscrit pour la 1ère fois, dans son article 31, que" l'Etat et les collectivités territoriales doivent tout mettre en oeuvre pour garantir aux citoyens, entre autres droits, celui de l'accès a l'eau et à un environnement saint".

5) L'eau est aussi une affaire des jeunes, il est nécessaire de sensibiliser tous les élèves et lycéens ainsi que les apprentis aux enjeux de l'eau car la sensibilisation de la jeunesse est essentielle à l'affirmation des droits des générations futures d'accéder à cette ressource vitale qu'est l'eau.

Dans ce sens ACME-Maroc a réitéré sa réclamation en vue de l'intégration de l'éducation à l'eau et à l'environnement dans les différents cursus d'enseignement, notamment au niveau de l’école fondamentale ainsi que sa demande pour une réforme globale de la politique de l'eau qui doit prendre en considération les effets du réchauffement climatique, de l'augmentation rapide de la population urbaine et l'accroissement et la multiplication des besoins en eau de tous les secteurs d’activité.


Acme-Maroc Medhi LAHLOU
Rédigé par Acme-Maroc Medhi LAHLOU le Vendredi 12 Avril 2013 à 19:08

contributions

EAU

Dimanche 10 Mars 2013
EAU
Je ne cesse de poser la question
Qui es-tu en neige et en ébullition ?
Est-tu la source de tout ce qui est né?
Dans les mers forte ;douce tu es malmenée
En soleil ;généreuse énergie tu nous donnes
Brulée; évaporée en pluie tu nous pardonnes
Est-tu la vie qui nous ensorcelle
Nous emporte sur ses bruyantes scelles ?
Quelle importance donner à cet humain
Qui te fait perdre et te pollue de ses mains????
Pourtant tu es la bonté dans la nature
Tu es le salut des générations futures

Abderrahman Kabbadj / Marrakech
Acme-Maroc Medhi LAHLOU
Rédigé par Acme-Maroc Medhi LAHLOU le Dimanche 10 Mars 2013 à 16:07

L'EDITO

Par Mehdi Lahlou

Selon le Ministre de l’intérieur, « l’heure n’est pas au retour à la gestion directe mais à la révision des contrats selon le nouveau système de partenariat public-privé ». Pour le même Ministre, qui intervenait mardi 12 février 2013 devant la commission de l’Intérieur de la Chambre des représentants, à Rabat, ‘’mettre fin à la gestion déléguée serait une erreur. Au contraire, il faut maintenir l’implication du secteur privé ‘’.

Et le Ministre d’enfoncer le clou, comme s’il n’avait jamais été informé que la nouvelle constitution a inscrit pour la première fois au Maroc, dans son article 31, que l’Etat et ses collectivités territoriales doivent tout mettre en œuvre pour garantir aux citoyens, entre autres droits, celui de l’accès à l’eau et à un environnement sain, en affirmant le plus tranquillement du monde, lors de la même prestation qu’ «il est anormal aujourd’hui de demander au délégataire (de services publics) de ne pas augmenter le prix du service fourni et, en même temps, de le laisser subir tout seul les coûts d’investissement ou encore l’inciter à proposer des services gratuits». Autrement dit, l’accès à certains droits expressément prévus par le constituant peut attendre, puisqu’il passe après la santé financière des prestataires privés des services répondant à ces droits.

Un tel discours portant un tel engagement de poursuivre le processus de Gestion déléguée promu au Maroc depuis le milieu des années 1990 représente tout d’abord une limitation de fait des pouvoirs des collectivités locales sur ce qui fait l’essence même de leurs interventions, comme il induit une réduction de l’effectivité de la décentralisation en ce sens qu’il n’appartient plus à ces mêmes collectivités de gérer les services publics dont elles ont normalement la charge dans le cadre démocratique et participatif voulu par la loi communale de 1976.

En outre, l’approche dogmatique du Ministre fondée sur le besoin d’externaliser les services publics de base à des entreprises privées – le plus souvent étrangères – aurait dû être précédée de diagnostics probants portant sur le bilan de la Gestion déléguée là où elle opère depuis 1997. Cela aurait notamment permis de savoir par exemple, si les sociétés délégataires de ces services ont permis de soulager les collectivités locales et l’Etat de charges financières importantes ; si ces entreprises ont permis le transfert d’expériences et de compétences étrangères utiles pour les opérateurs nationaux, aussi bien publics que privés; si, enfin, les prestations assurées dans le cadre de la Gestion déléguée ont été en adéquation avec les attentes et besoins de la population qui aurait aujourd’hui accès à des services publics de qualité, à un coût moindre.

Or, rien n’est moins sûr aujourd’hui sur ces trois critères essentiels pour juger de la réussite (ou de l’échec) de sociétés privées qui ont été invitées à remplacer l’Etat, là où celui-ci doit exprimer la légitimité de ce pourquoi il perçoit les impôts, notamment.Et à voir l’état de propreté des rues et avenues de la plupart de nos villes – y compris les beaux quartiers de Rabat, Casablanca ou Fès – ou à passer en revue la situation dramatique du transport urbain à Rabat/Salé ou Casablanca, ou a vérifié les transferts de devises opérés légalement (et illégalement) à partir du Maroc au titre des dividendes des sociétés délégataires et autres travaux effectués en sous-traitance par des firmes étrangères, on est en droit de demander au Ministre de l’intérieur de modérer son propos sur le sujet, tout en se renseignant davantage à propos de la réalité des services et structures sous sa tutelle.

Des structures qui sont supposées servir le citoyen et non pas s’en servir pour dégager une valeur ajoutée. Quant à l’expérience, deux voies pour l’acquérir, l’Ecole (avec un grand E) et le partenariat avec des collectivités publiques étrangères (Paris ou Munich ou Genève, pour ne citer que celles-là) qui servent leurs citoyens au mieux, dans la durabilité et la transparence.

Source: http://www.challenge.ma/

http://www.challenge.ma/pour-un-service-public-de-qualite/ http://www.challenge.ma/pour-un-service-public-de-qualite/

Acme-Maroc Medhi LAHLOU
Rédigé par Acme-Maroc Medhi LAHLOU le Jeudi 7 Mars 2013 à 17:58
بيان أكمي بخصوص تصريحات وزير الداخلية حول التدبير المفوض


ACME-Maroc
18, Rue Mecca, Hassane,
App. 3, Rabat, Maroc
http://www.acme-eau.org
الرباط في 06 مارس 2013

بـــيـــان


تعتزم شركة "فيوليا" الانسحاب من المغرب نهائيا، وهي الشركة التي كانت مستفيدة من صفقات التدبير المفوض لعدة قطاعات في عدد من المدن المغربية وعلى رأسها الماء والتطهير، النقل، والنفايات؛ بطريقة فيها العديد من الاختلالات التي لطالما نبهنا إليها كجمعية سواء عبر بياناتنا ومواقفنا المعبر عنها من طرف مسؤولينا، أو عبر مختلف الأنشطة التي نظمناها كالندوات العمومية والصحفية وغيرهما. وتزامنا مع هذا يصرح وزير الداخلية أمام لجنة الداخلية بمجلس النواب بأن الوقت ليس وقت الرجوع للتدبير العمومي المباشر لهذه القطاعات، ولكن المطلوب فقط هو مراجعة عقد التفويض حسب النظام الجديد للشراكة بين القطاعين العام والخاص، كما صرح بأن وقف العمل بالتدبير المفوض سيكون خطأ وأنه على العكس من ذلك يجب الحفاظ على ما أسماه انخراطا للقطاع الخاص في هذه المجالات !

إننا في جمعية العقد العالمي للماء بالمغرب "أكمي-المغرب" ، وعكس ما ذهب إليه وزير الداخلية، نعتبر أن انسحاب شركة فيوليا من المغرب بعد فشلها الذريع على كل الأصعدة، وبعد النقائص التي شابت عملها على غرار باقي الشركات المستفيدة من صفقات التدبير المفوض في المغرب؛ هو فرصة للقيام بتقييم موضوعي لهذه التجربة بالنظر إلى مدى تحقق الأهداف المعلنة لهذا النوع من التدبير بالفعل على أرض الواقع، وخاصة مدى إسهام الشركات المستفيدة منه في تخفيض الضغط المالي على الدولة والجماعات الترابية، ومدى وفاء هذه الشركات (الأجنبية خاصة) بوعودها فيما يخص نقل الخبرات العلمية والتقنية إلى الفاعلين الوطنيين، وأخيرا هل كانت الخدمة المقدمة في مستوى انتظارات السكان وملبية لحاجياتهم وبتكلفة أقل أم أن الأمر كان عكس ذلك تماما؟
كما نعتبر هذا الانسحاب فرصة لمراجعة شاملة لهذه السياسة في أفق العودة بهذه القطاعات الحيوية إلى حظيرة التدبير العمومي عبر المؤسسات العمومية والجماعات الترابية، التي تعتبر تلك المهام من صلب مهامها ومن أسباب وجودها، كما أن إصرار السيد وزير الداخلية على الاحتفاظ بالتدبير المفوض -مهما كان- يعتبر تناقضا مع الفصل 31 من الدستور المغربي الذي يجعل حقوقا أساسية مثل الوصول إلى الماء، و العيش في بيئة سليمة، والتنمية المستدامة، من مسؤوليات الدولة و المؤسسات العمومية والجماعات الترابية.

وعليه فإن جمعية العقد العالمي للماء بالمغرب تجدد نداءها بجعل مصلحة المواطن فوق كل اعتبار بدل الإصرار على خدمة مصالح شركات خاصة بينت التجربة أنها، وبطبيعتها الساعية وراء الربح، غير قادرة على تلبية حاجيات السكان في قطاعات تمس معيشهم اليومي.

المكتب الوطني

ملحوظة: للاطلاع على البيان في صيغة وورد المرجو فتح المرفق أدناه


acme.doc ACME.doc  (45.5 Ko)

Acme-Maroc Medhi LAHLOU
Rédigé par Acme-Maroc Medhi LAHLOU le Jeudi 7 Mars 2013 à 11:00

Association pour le Contrat Mondial de L'Eau