ACME
Les guerres secrètes de l'eau en Europe 23/11/2017 Comme chaque année au congrès de l'Association des Maires de France, Veolia invite le mercredi 22 novembre 1 500 maires à déjeuner et à écouter le PDG de Veolia dans une salle privatisée à la Porte de Versailles à Paris 22/11/2017 Rapport Suez 2016 assainissement Wissous : expresses réserves quant à la sincérité, l'exactitude et la complétude du contenu de ce rapport annuel d'activité et recours à l'assistance d'experts technique, financier et juridique pour lever ces réserves 21/11/2017 Eau: Lège Cap-Ferret les usagers de la presqu'île ont-ils été lésés ? 17/11/2017 Ordre du jour du conseil communautaire de Paris Saclay 22 novembre 20h30 à Orsay avec 55 questions 16/11/2017 Management décembre 2017 : lanceurs d'alerte 16/11/2017 Les guerres secrètes de l'eau en Europe 16/11/2017 Une start up dépose trois plaintes pénales visant Veolia 16/11/2017 La Dépêche 16 novembre : après 60 ans Exit Véolia, bienvenue Agur et bonjour les économies sur la facture d'eau 16/11/2017 André Santini, à la tête du Sedif, veut construire un "ring hydraulique" autour de la capitale Célia Blauel, pour Eau de Paris, défend le modèle de régie publique. Emmanuel Macron va devoir trancher 15/11/2017 Eau à Lège Cap Ferret 14/11/2017 Mag'Centre 13 novembre : la régie de l'eau de Blois créée le 1er janvier 2017 baisse le prix de l'eau 14/11/2017 samedi 25 novembre après midi à Vaux le Pénil près de Melun (77) STOP à l'évasion fiscale, à l'opacité de la gestion de l'eau et au CETA organisé par ATTAC 77 13/11/2017 Sortie le 30 novembre du livre "Les crapules de la République" de R Lenglet et JL Touly chez First 11/11/2017 Toulouse : Gestion publique de l'eau : création d'un collectif et lancement d'une pétition  Agur, après 60 ans de Veolia, nouveau délégataire pour l’assainissement collectif à Villeneuve-sur-Lot, Bias et Pujols 08/11/2017 7 novembre : Metz Métropole récupère la gestion publique de l’eau potable 07/11/2017 L'oeil du 20h du journal de France 2 du 6 novembre 2017 à Wissous : Suez, Veolia : des fournisseurs d'eau … pas très clairs 06/11/2017 Eau Secours 29 Quimper : création de la commission de contrôle (financier) des DSP 04/11/2017 L’UFC-Que choisir lance un “S eau S” 03/11/2017 Eau Ouest Essonne la régie de l'eau 02/11/2017 Pourquoi la Guadeloupe transporte-t-elle encore de l'eau dans un panier ?  Le Gouvernement interpellé sur la question de l'eau potable en Guadeloupe 01/11/2017 Guadeloupe 30 octobre : La gestion de l'eau en toute transparence 31/10/2017 UN VILLAGE DE L’HÉRAULT SAUVE SA RÉGIE PUBLIQUE DE L’EAU, EN DÉPIT DE LA LOI NOTRE, EN CRÉANT UNE SEM DONT LES HABITANTS SONT SOCIÉTAIRES ! 31/10/2017 Le poison de la mafia, la loi du silence un documentaire présenté le 24 octobre sur Arte 25/10/2017 Indonésie : La Cour suprême a scellé l'affaire de l'eau pour Jakarta 12/10/2017 FO Hebdo 11 octobre 2017 : Privatiser des services publics locaux serait enfin démodé ? : Le contrôle de la gestion de l’eau est de plus en plus repris par le secteur public au sein des municipalités 11/10/2017 Turin remunicipalise sa gestion de l'eau 09/10/2017 Merci la régie de l'eau de Fougères :  très peu de fuites avec un taux de rendement de 95 % et un prix un des moins chers du département d'Ile et Vilaine 09/10/2017 le sénateur maire de Saint Maurice (94) 1er vice président du SEDIF depuis 1983 Christian Cambon quittera sa mairie le 14 octobre et il sera remplace par le Directeur des relations institutionnelles Eau France de SUEZ depuis 17 ans Igor Semo 07/10/2017 Le festival du film latin démarre jeudi prochain à Épernay 06/10/2017 France Culture : Le trouble prix de l'eau Dans les communes où le service de gestion de l’eau n’est pas municipalisé, certains arrangements avec les sociétés prestataires demeurent. Et c'est le consommateur qui en paye la facture. 04/10/2017 Marie-Noëlle Battistel (PS) demande en qualité de Présidente de l'ANEM (Association Nationale des Elus de Montagne) la révision de la loi NOTRe. Une révision qui porterait sur un élément fort : le transfert des compétences eau et assainissement aux i 04/10/2017 L'Est Républicain 4 octobre 2017 : PAYS DE MONTBÉLIARD Le débat sur l’eau refait surface 04/10/2017 Documentaire Arte 24 octobre 20h15 à 21h55 : Le poison de la mafia rediffusion 3 novembre 9h25 30/09/2017 L'Etat pompe les budgets des agences de l'eau : le personnel se met en grève 30/09/2017 Arte thema mardi 12 décembre 20h40 (date à confirmer) : Jusqu'à la dernière goutte - La guerre secrète de l'eau en Europe documentaire 2017 de 52 mn de Yorgos Avgeropoulos  30/09/2017 NÎMES MÉTROPOLE La gestion de l’eau au Tribunal 29/09/2017 Capital octobre 2017 : Prix de l'eau : le scandale continue (les français paient de 10 à 50% en trop) 29/09/2017 La retraite après près de 42 ans à la Générale des Eaux devenue Vivendi puis Veolia Eau 28/09/2017 Intervention de C Leboeuf élue communautaire lors du conseil communautaire de Paris Saclay du 27 septembre 2017 28/09/2017
           
HISTOIRES

ALGERIE : Délégation de services publics : Première alerte pour Suez à Alger

La compagnie Suez a connu, dimanche 23 avril, sa première alerte dans le contrat de gestion déléguée de la distribution de l'eau et du service de l'assainissement pour Alger, qui la lie au binôme : Algérienne des eaux (ADE) - Office National de l'Assainissement (ONA). Ce jour-là, les travailleurs de l'ADE ont menacé de priver Alger d'eau, en déclenchant une grève.



Un accord de dernière minute entre syndicalistes et gestionnaires de la Société de l'Eau et de l'Assainissement

Alger par satellite
Alger par satellite
« Il n'y a pas eu de coupures d'eau à Alger et il n'y en aura pas », a rassuré, le jour même, le ministre des Ressources en Eau, Abelmalek Sellal.

Effectivement, dimanche, Alger n'a même pas eu la coupure habituelle dans le cadre du rationnement. Il y aurait eu un accord de dernière minute entre les syndicalistes et les gestionnaires de la Société de l'eau et de l'assainissement d'Alger (SEEAL constituée dans le cadre du contrat par l'Algérienne des eaux, ADE, et l'Office National de l'Assainissement, ONA). Le ministre a minimisé le différend qui oppose les travailleurs de l'ADE à la SEEAL, le réduisant à un simple malentendu touchant une agence commerciale d'une daira (1) d'Alger.

Un conflit qui porte sur l'absence de négociations entre syndicats et gestionnaires. SUEZ fait planer le doute sur le nombre d'employés. Les interimaires ne seraient pas pris en compte dans les accords de la nouvelle gestion déléguée...

Le conflit entre les syndicalistes et la SEEAL porte d'abord sur le principe de l'association du partenaire social qui s'est senti exclu des négociations qui ont conduit Suez à prendre en main la distribution de l'eau et le service de l'assainissement d'Alger à travers la SEEAL, alors que le principe de l'association du partenaire social a été convenu, pour toutes les opérations de ce type, entre les pouvoirs publics et l'UGTA, qui est le syndicat interlocuteur privilégié du gouvernement.

En écho à des inquiétudes exprimées par les syndicalistes du secteur quant aux répercussions de l'accord sur l'emploi, Suez avait choisi l'apaisement en donnant rendez-vous aux « partenaires sociaux » dès la mise en route du contrat, c'est-à-dire le 1er mars 2005.

Visiblement, cette promesse n'a pas encore été tenue. Or, il y a un sérieux malentendu à lever : Suez estime l'effectif du service des eaux et de l'assainissement de la wilaya (2) d'Alger à « environ 3 000 employés » alors que les syndicalistes parlent de 3 400 personnes. La différence de 400 est certainement les contractuels qui risquent le licenciement et pour lesquels les travailleurs ont commencé à bouger.

Après l'alerte du 23 avril, les syndicalistes de l'ADE seront-ils associés au devenir de la SEEAL ? Tout dépend du contrat

Il y va à la fois, de la bonne marche du service public de l'eau et de l'assainissement et des perspectives d'extension de ce type d'accord aux autres villes.

Le contrat offert à Suez « de gré à gré », d'un montant de 120 millions de dollars, signé en novembre 2005, est « évolutif ». Il peut ouvrir la voie à une autre forme, « l'affermage, par exemple », prévoient les dirigeants de Suez. Dans le cas de l'affermage, l'opérateur privé assure la responsabilité technique totale du service, investit dans ses moyens d'exploitation mais pas dans le patrimoine de la commune, comme il le ferait dans le mode de la concession.

L'expérience de Suez est la première opération de privatisation dans la gestion de la distribution de l'eau et du service de l'assainissement en Algérie.
  • Elle a été entérinée au début de cette année par le Conseil des ministres en application de la nouvelle loi sur l'eau, promulguée en septembre 2005,
  • prévoit un mécanisme de base, la concession, octroyée par l'Etat aux personnes morales de droit public,
  • un mécanisme complémentaire, la délégation de service public, contractuellement, par l'Etat ou les concessionnaires, à des opérateurs publics ou privés, y compris étrangers, puisque le droit des affaires dans notre pays ne fait plus la distinction entre privé national et étranger.

L'Algérie exclut la privatisation du service public de l'eau, c'est-à-dire la cession pure et simple des actifs au secteur privé.

Le cahier des charges comprend la réhabilitation du réseau et la distribution h 24 (24 h /24 ) de l'eau dans la wilaya (2). Suez bénéficie des nouvelles conditions créées par un engagement financier plus grand de l'Etat dans le secteur de l'eau.

Depuis 2002, tous les efforts sont faits pour qu'à l'horizon 2008, Alger soit totalement sécurisée pour ce qui est des réserves d'eau disponibles. Quant aux investissements publics prévus pour la modernisation progressive des services de l'eau et de l'assainissement à Alger, ils sont estimés à 200 millions d'euros par an.

Simple hasard ou signe des temps : au moment où Suez mettait les pieds dans un créneau qui était monopole de l'Etat - distribution de l'eau potable et service de l‘assainissement - en Argentine, le gouvernement prenait le chemin inverse, en créant une nouvelle société contrôlée à 90 % par l'Etat et à 10 % par les travailleurs, mettant fin à l'existence de la société filiale du groupe Suez (une sorte de SEEAL argentine) qui assurait la distribution de l'eau à Buenos Aires, dans le cadre d'un contrat de concession qui diffère, certes, du contrat de gestion déléguée.

1 • Equivalent de sous-préfecture
2 • Equivalent de préfecture
3 • 24h sur 24

Article d'EL WATAN / Gestion déléguée de l’eau à Alger : Suez entamera son travail en mars

Le groupe français Suez Environnement entamera la gestion du service de l’eau et de l’assainissement de la ville d’Alger en mars prochain.

L’information a été donnée, hier, par M. Benbouaziz, chargé de communication au ministère des Ressources en eau. La société, selon lui, est actuellement en phase d’installation. Le contrat avec cette société a été signé, rappelle-t-on, le 28 novembre 2005 et entériné récemment par le Conseil des ministres. Conclu entre l’Office national de l’assainissement (ONA), l’Algérienne des eaux (ADE) et Suez, ce contrat de prestation des services d’une durée de 5 ans porte sur un montant total de 117 millions d’euros/an (200 millions d’euros/an, selon Suez). Pour notre interlocuteur, le contrat porte sur la gestion déléguée de l’eau comprenant la remise à niveau et la modernisation du service de l’eau et de l’assainissement de la ville de façon fiable et pérenne.

« Nous n’avons pas un savoir-faire en matière de gestion de l’eau. La conclusion d’un partenariat avec cette entreprise est intervenue après la sécheresse et la crise de l’eau qu’a connues Alger durant les années 2001 et 2002 », a-t-il estimé. Selon les clauses de ce contrat, Suez s’engage à assurer une desserte d’eau potable 24h/24 aux habitants d’Alger dans 3 ans. En sus de la modernisation des réseaux d’assainissement, le transfert des technologies et la formation de près de 3000 agents, le contrat permettra la création d’une Société des eaux et d’assainissement d’Alger (SEAL). Cette dernière sera chargée de trouver des solutions adéquates aux problèmes de créances et des factures impayées de l’ADE. La SEAL s’occupera également du règlement du problème des fuites d’eau.

« Actuellement, plus de 40% de notre eau sont perdus à cause des fuites. Il y a même des quartiers qui n’ont pas de cartographies de réseaux. La SEAL doit trouver des solutions à tous ces problèmes », a-t-il expliqué. Toutefois, M. Benbouaziz a tenu à rassurer les travailleurs de l’ADE et de l’ONA. « Il n’y aura pas de compression d’effectif dans les deux sociétés. Au contraire, ils auront une nouvelle formation leur permettant de se perfectionner », a-t-il souligné.

Suez, a-t-il réaffirmé, ne s’impliquera pas également dans la fixation du prix de l’eau. Cette expérience sera élargie à d’autres grandes villes, en l’occurrence Oran, Constantine et Annaba. Les avis d’appel d’offres pour la réalisation de ces chantiers seront lancés, a-t-il ajouté, au cours de ce mois. A souligner que le contrat portant sur la gestion de l’eau de la capitale a été cédé à Suez par le procédé du gré à gré.

Lundi 1 Mai 2006
Lundi 1 Mai 2006
Lu 9888 fois


1.Posté par MALIK BEN ARBI le 08/05/2006 12:58
la companie Suez a vraiment fait changer la situation de la gestion de l'eau ( les ratio technico-commerciaux, les plages de distribution plus étendues,le rattrappage des abonnés, des encaissements plus importants...etc) dans les villes ou la société a pris la gestion.

2.Posté par baahmed le 08/11/2006 17:09
c'es bien pour notre capitale et les autres villes de l'interieur vont s'améliorer aussi?


Dans la même rubrique :

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide