ACME
Indonésie : La Cour suprême a scellé l'affaire de l'eau pour Jakarta 12/10/2017 FO Hebdo 11 octobre 2017 : Privatiser des services publics locaux serait enfin démodé ? : Le contrôle de la gestion de l’eau est de plus en plus repris par le secteur public au sein des municipalités 11/10/2017 Turin remunicipalise sa gestion de l'eau 09/10/2017 Merci la régie de l'eau de Fougères :  très peu de fuites avec un taux de rendement de 95 % et un prix un des moins chers du département d'Ile et Vilaine 09/10/2017 le sénateur maire de Saint Maurice (94) 1er vice président du SEDIF depuis 1983 Christian Cambon quittera sa mairie le 14 octobre et il sera remplace par le Directeur des relations institutionnelles Eau France de SUEZ depuis 17 ans Igor Semo 07/10/2017 Le festival du film latin démarre jeudi prochain à Épernay 06/10/2017 France Culture : Le trouble prix de l'eau Dans les communes où le service de gestion de l’eau n’est pas municipalisé, certains arrangements avec les sociétés prestataires demeurent. Et c'est le consommateur qui en paye la facture. 04/10/2017 L'Est Républicain 4 octobre 2017 : PAYS DE MONTBÉLIARD Le débat sur l’eau refait surface 04/10/2017 Marie-Noëlle Battistel (PS) demande en qualité de Présidente de l'ANEM (Association Nationale des Elus de Montagne) la révision de la loi NOTRe. Une révision qui porterait sur un élément fort : le transfert des compétences eau et assainissement aux i 04/10/2017 Documentaire Arte 24 octobre 20h15 à 21h55 : Le poison de la mafia rediffusion 3 novembre 9h25 30/09/2017 L'Etat pompe les budgets des agences de l'eau : le personnel se met en grève 30/09/2017 Arte thema mardi 12 décembre 20h40 (date à confirmer) : Jusqu'à la dernière goutte - La guerre secrète de l'eau en Europe documentaire 2017 de 52 mn de Yorgos Avgeropoulos  30/09/2017 NÎMES MÉTROPOLE La gestion de l’eau au Tribunal 29/09/2017 Capital octobre 2017 : Prix de l'eau : le scandale continue (les français paient de 10 à 50% en trop) 29/09/2017 La retraite après près de 42 ans à la Générale des Eaux devenue Vivendi puis Veolia Eau 28/09/2017 Intervention de C Leboeuf élue communautaire lors du conseil communautaire de Paris Saclay du 27 septembre 2017 28/09/2017 Lettre du collectif Aggl'Eau-CPS aux élu-e-s de la Communauté Paris Saclay 27/09/2017 Enquête 2015 du CD 91 sur le prix de l'eau en Essonne 26/09/2017 Lettre de Jean Luc Touly au président de la CPS et au vice président en charge de l'eau et de l'assainissement 26/09/2017 L’eau, un investissement qui rapporte en Bourse 26/09/2017 Question à poser demain au Conseil Départemental de l'Essonne 24/09/2017 Conseil Départemental de l'Essonne : ordre du jour du 25 septembre 9h : Nouvelle politique départementale de l'eau présentée par B Vermillet et en présence de M Bournat 23/09/2017 Le PDG de Veolia "serein" face aux soupçons de corruption en Roumanie 22/09/2017 Antoine Frérot, le PDG de Veolia, se dit "serein" sur l'issue des enquêtes en cours dont fait l'objet la filiale roumaine du groupe, soupçonnée d'avoir versé des pots-de-vin à des officiels locaux 21/09/2017 Perturbateurs endocriniens : l'Inserm quantifie pour la première fois l'effet cocktail  Bases de données BRGM sur la qualité des eaux de surface et souterraines 16/09/2017 Le PDG de Veolia invité à la fête de l'humanité fêtera avec le président communiste du Siaap ce nouveau marche à 397 millions d'euros qu'il vient de lui attribuer ! 15/09/2017 FO Hebdo : Veolia eau : nouvelle grève contre le plan social (MERCREDI 13 SEPTEMBRE 2017 EVELYNE SALAMERO) 13/09/2017 Capital 11 septembre : PLAN SOCIAL CHEZ VEOLIA : CFDT ET CGT SE DÉCHIRENT, LA MANNE DU CE EN LIGNE DE MIRE 11/09/2017 Capital Hors Série septembre 2017 : le business de l'environnement chez Suez : l'eau dessalée par Suez, plus chère que l'Evian 10/09/2017 Le Point : Veolia et sa filiale roumaine sous le coup d'une enquête américaine et du Parquet national financier (PNF) 08/09/2017 Courrier recommandé de JL Touly au président de la CADA Commission d'Accès aux Documents Administratifs 06/09/2017 INFO FRANCEINFO. Réduction du débit d'eau : Veolia et la Saur à nouveau condamnées 05/09/2017 Ouest France et France Bleu août 2017 : À Crozon, l'assainissement en eaux troubles 30/08/2017 Le temps vire au gris avec Veolia ! Un niveau alarmant de créances allié à l'irritabilité des autorités gabonaises ont tendu les rapports avec le groupe français. Révélations. 30/08/2017 Marche pour l'eau Bourges 14 septembre 2017 29/08/2017 Alors qu'un 4ème plan de suppression d'emplois est annoncé aux salariés de Veolia Eau, Veolia ouvre un débat de fond sur l'eau en présence du directeur général de Veolia Eau F Van Heems, de V Huvelin secrétaire CGT du CCE, de D Poly secrétaire CGT 27/08/2017 L'Est Eclair : Quatre choses à savoir sur la remunicipalisation de la gestion de l'eau potable à Troyes 25/08/2017 Coupures illégales d'eau : reportage dans Complément d'enquête France 2 le 7 septembre 23h : en Guadeloupe, les coupures d'eau sont quotidiennes 20/08/2017 Contestation de la légalité de la délibération inscrite en point 23 de la séance du Conseil communautaire Paris Saclay du 28 juin 2017. « Approbation et autorisation donnée au Président de signer des avenants de clôture aux contrats de concession eau 18/08/2017 Le nouveau rapport de l’ONU revoit à la hausse les chiffres du manque d’accès à l’eau potable et à l’assainissement 15/08/2017
           
POLLUTIONS DANS LE MONDE

Dubaï sans tout-à-l'égout voient ses plages souillées...

Les plages de Dubaï polluées par les fosses septiques de la ville, cela n'est pas très vendeur pour le tourisme mais c'est malheureusement la triste réalité, qui va pousser les autorités à agir vite. L'émirat de Dubaï ne dispose en effet pas de tout-à-l'égout, et seule une usine assure le retraitement des eaux usées de toute la ville.



Pour l'heure, à défaut de tout-à-l'égoût, à Dubaï, ce sont des camions qui assurent le transport des contenus des fosses septiques de la ville vers la seule usine de retraitement en service. Or, étant donné qu'ils sont payés au voyage et que l'usine affiche le plus souvent de long délais d'attente, nombre d'entre-eux n'hésitent pas à vider leur cargaison dans les canalisations destinées aux eaux de pluie.

Les déchets ainsi déversés se retrouvent donc dans la mer et ne tardent pas à atterrir sur les plus belles plages de la ville, très prisées des touristes. C'est donc là une des conséquences visibles de l'extraordinaire expansion de la ville dont la population croit à un rythme effréné.

Il y a urgence

Alors qu'une seconde usine de traitement des déchets est en cours de construction et devrait être opérationnelle d'ici l'année prochaine, les autorités envisagent des mesures très sévères à l'encontre des chauffeurs pollueurs. Il y a cependant urgence à agir, certains médecins alertant sur les risques d'épidémies liés à ce type de pollution des plages.


Mardi 4 Novembre 2008
Mardi 4 Novembre 2008
JEAN-LUC TOULY
Lu 7276 fois


1.Posté par lasvaladas le 04/03/2009 18:06
Si malheureusement nous pouvons imaginer que le probleme de pollution des plages de Dubai ne sera pas solutionné rapidement puisqu'il faudra attendre la mise en route de la nouvelle station d'epuration prevue l'annee prochaine, Nous avons un procede parfaitement ecologique nomme MERAKTYS pour éliminer rapidement les bacteries pathogenes sur les plages de DUBAI .

Ce procede a ete soutenu par la Commission Europeenne de l'Environnement et a recu de nombreuses recompenses telles que le Scarabee d'Or au Salon Pollutec pour son efficacite reconnue et son respect de l'environnement.Vous trouverez ci apres une petite presentation du procede -nous recherchons actuellement des entreprises interessees à nous representer pour distribuer nos equipements MERAKTYS PROCEDE ECOLOGIQUE DE DESINFECTION BACTERIOLOGIQUE DU SABLE DES PLAGES

Nature du projet :MERAKTYS relance et développe un procédé écologique de désinfection du sable des plages, inventé dans les années 1990.La forte fréquentation des plages par les estivants est à l’origine d’une invisible mais importante pollution du sable.Cette pollution est due à la prolifération des bactéries pathogènes d’origine humaine et animale, streptocoques, staphylocoques, pseudomonas et candida albicans, responsables de mycoses, dermatoses, furonculoses, susceptibles de nuire au bon déroulement des vacances.

Cette pollution peut être éliminée par un traitement du sableCe traitement existe sous le nom de MERAKTYS. Le sable est imprégné par pulvérisation d’une solution naturelle bactéricide, non toxique en complément du nettoyage mécanique réalisé par les cribleurs qui brassent et tamisent le sable.MERAKTYS un atout pour la promotion touristique:

Par son action bactéricide sur le sable pollué MERAKTYS diminue les risques sanitaires pour l’usager de la plage, contribuant ainsi à son bien être. La garantie d’une plage propre, quelle qu’en soit la fréquentation, permet d’inscrire la prestation, au même titre que les actions d’enlèvement des détritus visibles, de mise à disposition des installations sanitaires, des récipients à déchets…qui concourent à proposer au public un espace de grande qualité.Dans quelques années, la qualité bactériologique du sable des plages pourrait être analysée au même titre que celle des eaux de baignade.

Alors pourquoi ne pas s’équiper des à présent d’un moyen pour garantir la pureté du sable de nos plages ?

Historique et perspectives :2004, Jean-Jacques LASVALADAS, ingénieur expatrié en Grèce pour le compte de sa société Thalès, est inquiet de l’état sanitaire des plages et des risques qu’encourent en particulier les enfants lorsqu’ils jouent avec le sable.Il passe un accord avec l’inventeur du procédé MERACTIVE, pour obtenir les informations techniques avec pour objectif de relancer l’activité.2005 – 2006 Il analyse et simplifie le procédé pour rendre le module de production du bactéricide plus compacte tout en conservant toutes ses caractéristiques au produit

Le mode d’application du bactéricide est entièrement revu pour éviter la perte de temps dû au remplissage des cuves montées sur les cribleurs.2006 - 2007 Il dépose un nouveau brevet et le nouveau procédé prend le nom de MERAKTYS.
Il rencontre les élus des stations balnéaires de la région Languedoc Roussillon qui se sont montrés très intéressés car le projet correspond à une attente du public.Juillet 2008 : Il signe un accord avec la société grecque RAM EUROPE, fabricant de matériel de nettoyage de plages, pour fabriquer et commercialiser les équipements MERAKTYS.

Le principe est simple : Sous l’action de l’électrolyse, les sels de mer contenus dans l’eau de mer sont dissociés pour former de nouveaux composants, à savoir acides hypochloreux, hypodromeux, hypoiodeux,hypochlorites.Ces acides constituent une solution oxydante instable fortement bactéricideLa solution MERAKTYS ainsi obtenue est enfouie dans le sable de la plage pendant (ou après) le passage du cribleur qui enlève les détritus visibles.

Apres destruction des germes pathogènes, MERAKTYS disparaît sous l’action des rayons UV du soleil, environ une heure après l’imprégnation du sable, il ne reste plus que les sels initiaux contenus dans l’eau de mer et une odeur agréable sur la plage.L’installation: L’eau de mer est pompée, par exemple, à partir d’un puits creusé à proximité du rivage vers une citerne portée sur une remorque équipée d’un dispositif d’épandage de la solution.A proximité de celle-ci est installé le module de production du bactéricide.Une pompe fait circuler l’eau de mer, débarrassée de ses impuretés par une batterie de filtres, au travers d’une cellule d’électrolyse jusqu'à ce que la teneur en élément actif soit atteinte.Lorsque la citerne est pleine, il suffit de déconnecter les tuyaux reliant le module de production du bactéricide à la citerne et l’opération de décontamination peut commencerLa solution est alors pulvérisée ou épandue sur une profondeur de 5 a 15 cm.
Ce traitement est appliqué une à deux fois par semaine en fonction de la fréquentation de la plage.En quoi notre produit se distingue t-il de la concurrence?C’est un produit écologique sans risque pour l’environnement ni pour les usagers.L’eau de mer ainsi transformée par notre système en un puissant bactéricide retrouve son état naturel après quelques heures.Comparé à des produits chimiques il est le seul efficace et sans risque; ce point a été prouvé par des tests comparatifs en laboratoires officiels agrées.
En principe, les produits désinfectants tels que l’ammonium quaternaire, proposés par certaines sociétés distribuant du matériel de nettoyage des plages, ne peuvent être utilisés compte tenu des risques sur l’écosystème et de leurs possibles effets sur les personnes.
Sa reconnaissance par la profession du tourisme :Le procédé MERACTIVE a été soutenu et en partie financée par la Commission Européenne de l’Environnement dans le cadre du programme communautaire MEDSPA.Il a reçu de nombreux prix et en particulier le Scarabée d’or au salon Pollutec, pour son aspect novateur, son efficacité et son innocuité vis à vis de l’environnement Des laboratoires agrées ont analysé les différents aspects du traitement et son influence sur le milieu naturel et les résultats communiqués aux ministères de l’Environnement et de la Santé

Le marché :Qui sont nos clients :Les municipalités, les sociétés de nettoyage, les concessionnaires de plages, en particulier sur l’ensemble du pourtour méditerranéen ou le phénomène des marées est peu présent.Une étude de marché réalisée en 1992 faisait état de 600 plages pouvant être équipées du procédé

En fait, le procédé n’a pas connu le développement escompté, malgré ses qualités reconnues ceci pour différentes raisons:- Le procédé est arrivé trop tôt alors que les municipalités avaient à faire face en priorité à de gros investissements pour éliminer les déchets visibles présents sur les plages- Il n’y avait pas d’obligation législative concernant la qualité bactériologique du sable -

La société d’origine à connu des problèmes financiers et le repreneur Suisse, très âgé, n’a pas su développer le marché et est décédé depuis sans personne pour poursuivre l’activité.- Les fréquents remplissages de la cuve (trop petite) transportée par la cribleuse ralentissaient considérablement le travail de celle-ci-

A l’heure actuelle, les clients potentiels sont équipés des moyens lourds de nettoyage, notre produit viendrait, pour un investissement relativement modique, en complément de ces machines pour assurer aux estivants une plage sans risque sanitaire.Usage secondaire envisageable : En complément de la désinfection des plages, les municipalités équipées de notre procédé pourraient utiliser notre bactéricide pour la désinfection des bacs à sables et autres aires de jeux des enfants, décontaminer le sol de Halles non seulement dans leur ville ou celles du littoral mais encore dans celles plus éloignées. Actions de communications: La communication est indispensable pour que les estivants en quête de lieux de baignade propres et surs, bénéficiant d’un environnement intact, soient attirés par les plages offrant la Qualité MERAKTYSIl appartient à la commune appuyée par l’Office de tourisme de diffuser le plus largement possible une information adéquateEt le procédé MERAKTYS sera rapidement diffusé - Au travers d’interviews auprès des médias-

Dans la presse spécialisée française et étrangère- Auprès des chaînes hôtelières, de l’association des Maires du Littoral, des Organismes Européens en charge du développement touristiqueLes sponsors: Notre procédé va contribuer à améliorer l’environnement, aussi nous comptons rallier à notre projet bon nombre de sponsors qui en retour de leur aide profiteront d’une image valorisante.ConclusionsNotre produit est performantLe projet correspond à une attente de la part des usagersL’entreprise RAM a un fort potentiel de développementContacts :Jean-Jacques LASVALADAS Tel : 0030 210 76 13 478 ou 0030 6948407844E Mail : jjlasvaladas@rameurope.com

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2

POLLUTIONS DANS LE MONDE | Innovations et découvertes

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide