ACME
Thomas Joly président du Syndicat Intercommunal d'Assainissement de la Vallée de la Bièvre, vice président de Paris Saclay à l'eau et l'assainissement et maire de Verrières et Veolia dans Planet Veolia novembre distribué au congrès des maires de Fran 23/11/2017 Suez à Paris ! 23/11/2017 Les guerres secrètes de l'eau en Europe 23/11/2017 Comme chaque année au congrès de l'Association des Maires de France, Veolia invite le mercredi 22 novembre 1 500 maires à déjeuner et à écouter le PDG de Veolia dans une salle privatisée à la Porte de Versailles à Paris 22/11/2017 Rapport Suez 2016 assainissement Wissous : expresses réserves quant à la sincérité, l'exactitude et la complétude du contenu de ce rapport annuel d'activité et recours à l'assistance d'experts technique, financier et juridique pour lever ces réserves 21/11/2017 Eau: Lège Cap-Ferret les usagers de la presqu'île ont-ils été lésés ? 17/11/2017 Ordre du jour du conseil communautaire de Paris Saclay 22 novembre 20h30 à Orsay avec 55 questions 16/11/2017 Management décembre 2017 : lanceurs d'alerte 16/11/2017 Les guerres secrètes de l'eau en Europe 16/11/2017 Une start up dépose trois plaintes pénales visant Veolia 16/11/2017 La Dépêche 16 novembre : après 60 ans Exit Véolia, bienvenue Agur et bonjour les économies sur la facture d'eau 16/11/2017 André Santini, à la tête du Sedif, veut construire un "ring hydraulique" autour de la capitale Célia Blauel, pour Eau de Paris, défend le modèle de régie publique. Emmanuel Macron va devoir trancher 15/11/2017 Eau à Lège Cap Ferret 14/11/2017 Mag'Centre 13 novembre : la régie de l'eau de Blois créée le 1er janvier 2017 baisse le prix de l'eau 14/11/2017 samedi 25 novembre après midi à Vaux le Pénil près de Melun (77) STOP à l'évasion fiscale, à l'opacité de la gestion de l'eau et au CETA organisé par ATTAC 77 13/11/2017 Sortie le 30 novembre du livre "Les crapules de la République" de R Lenglet et JL Touly chez First 11/11/2017 Toulouse : Gestion publique de l'eau : création d'un collectif et lancement d'une pétition  Agur, après 60 ans de Veolia, nouveau délégataire pour l’assainissement collectif à Villeneuve-sur-Lot, Bias et Pujols 08/11/2017 7 novembre : Metz Métropole récupère la gestion publique de l’eau potable 07/11/2017 L'oeil du 20h du journal de France 2 du 6 novembre 2017 à Wissous : Suez, Veolia : des fournisseurs d'eau … pas très clairs 06/11/2017 Eau Secours 29 Quimper : création de la commission de contrôle (financier) des DSP 04/11/2017 L’UFC-Que choisir lance un “S eau S” 03/11/2017 Eau Ouest Essonne la régie de l'eau 02/11/2017 Pourquoi la Guadeloupe transporte-t-elle encore de l'eau dans un panier ?  Le Gouvernement interpellé sur la question de l'eau potable en Guadeloupe 01/11/2017 Guadeloupe 30 octobre : La gestion de l'eau en toute transparence 31/10/2017 UN VILLAGE DE L’HÉRAULT SAUVE SA RÉGIE PUBLIQUE DE L’EAU, EN DÉPIT DE LA LOI NOTRE, EN CRÉANT UNE SEM DONT LES HABITANTS SONT SOCIÉTAIRES ! 31/10/2017 Le poison de la mafia, la loi du silence un documentaire présenté le 24 octobre sur Arte 25/10/2017 Indonésie : La Cour suprême a scellé l'affaire de l'eau pour Jakarta 12/10/2017 FO Hebdo 11 octobre 2017 : Privatiser des services publics locaux serait enfin démodé ? : Le contrôle de la gestion de l’eau est de plus en plus repris par le secteur public au sein des municipalités 11/10/2017 Turin remunicipalise sa gestion de l'eau 09/10/2017 Merci la régie de l'eau de Fougères :  très peu de fuites avec un taux de rendement de 95 % et un prix un des moins chers du département d'Ile et Vilaine 09/10/2017 le sénateur maire de Saint Maurice (94) 1er vice président du SEDIF depuis 1983 Christian Cambon quittera sa mairie le 14 octobre et il sera remplace par le Directeur des relations institutionnelles Eau France de SUEZ depuis 17 ans Igor Semo 07/10/2017 Le festival du film latin démarre jeudi prochain à Épernay 06/10/2017 France Culture : Le trouble prix de l'eau Dans les communes où le service de gestion de l’eau n’est pas municipalisé, certains arrangements avec les sociétés prestataires demeurent. Et c'est le consommateur qui en paye la facture. 04/10/2017 L'Est Républicain 4 octobre 2017 : PAYS DE MONTBÉLIARD Le débat sur l’eau refait surface 04/10/2017 Marie-Noëlle Battistel (PS) demande en qualité de Présidente de l'ANEM (Association Nationale des Elus de Montagne) la révision de la loi NOTRe. Une révision qui porterait sur un élément fort : le transfert des compétences eau et assainissement aux i 04/10/2017 Documentaire Arte 24 octobre 20h15 à 21h55 : Le poison de la mafia rediffusion 3 novembre 9h25 30/09/2017 L'Etat pompe les budgets des agences de l'eau : le personnel se met en grève 30/09/2017 Arte thema mardi 12 décembre 20h40 (date à confirmer) : Jusqu'à la dernière goutte - La guerre secrète de l'eau en Europe documentaire 2017 de 52 mn de Yorgos Avgeropoulos  30/09/2017 NÎMES MÉTROPOLE La gestion de l’eau au Tribunal 29/09/2017 Capital octobre 2017 : Prix de l'eau : le scandale continue (les français paient de 10 à 50% en trop) 29/09/2017
           
LA LOI SUR L'EAU

HUMEUR : Le lieu c'est l'Assemblée et le débat : la loi sur l'eau.

On y parle des redevances pollution versées aux Agences de l'eau.



HUMEUR : Le lieu c'est l'Assemblée et le débat : la loi sur l'eau.
Chacun sait qu'elles reposent essentiellement sur les consommateurs domestiques qui paient 85% des redevances alors qu'ils ne génèrent que 8% de la pollution pendant que l'agriculture industrielle responsable de 80% de la pollution ne paie que 1% des redevances.

Parle-t-on de rétablir une certaine équité ? Ce serait rêver : la pollution agricole par les nitrates ne sera toujours pas taxée !

Ce dont on parle, c'est de l'augmentation des redevances pour alimenter encore un peu plus les lobbies de la "dépollution" ( Véolia, Suez, SAUR) dont l'intérêt est que surtout on ne fasse pas de "préventif" pour pouvoir continuer à faire de "curatif". Pollueurs continuez à polluer, en vertu du principe "pollué payeur" nos affaires continueront à prospérer.

La ministre propose une augmentation de 30%, les député(e)s vont-ils monter au créneau pour défendre leurs concitoyens ?

Au créneau ils et elles montent, mais pour réclamer 50% d'augmentation !

Notez leur nom : Claude Gaillard, Marylise Lebranchu, Dionis du Séjour, Jean Launay, sans oublier le rapporteur André Flajolet... Droite et gauche unies dans le même mépris de leurs électeurs.

Et la ministre qui redoute quand même un peu la réaction des consommateurs doit s'incliner. "Votre tête va dans un sens et vos paroles dans l'autre" lui dit le rapporteur. Les député(e)s eux ne connaissent qu'un sens : celui qui est favorable aux lobbies !

La loi en débat

M. le Rapporteur – L’amendement 130 est de cohérence, il est identique aux amendements 365 de M. Saddier et 394 de M. Launay.

Mme la Ministre – Avis défavorable. Le plafond actuel de 12 milliards autorise déjà une hausse de 26 % des dépenses des agences de l’eau par rapport au 8e programme. Passer de 12 à 14 milliards, comme cet amendement le propose, conduirait les redevances à augmenter non de 34 %, mais de 50 % !

Il résulte par ailleurs des maquettes financières en cours d’adoption dans les bassins que le plafond de 12 milliards ne serait pas dépassé : les programmes correspondent à 11,5 milliards d’euros de dépenses, sans compter les primes ni l’office national de l’eau et des milieux aquatiques.

Ce plafond suffira à faire face aux exigences posées par la directive cadre sur l’eau, à rattraper notre retard dans l’application de la directive Eaux résiduaires urbaines et à développer la solidarité envers les communes rurales, à condition bien sûr que le financement des agences de l’eau y veille.

Le Parlement suivra enfin, avec l’aide mon ministère, l’exécution des programmes des agences de l’eau et la réalisation des objectifs européens. Si besoin est, nous reverrons alors à la hausse le plafond.

M. le Rapporteur – Malgré l’excellence et la cordialité de notre coopération avec les services de Mme la ministre, chat échaudé craint l’eau froide. Faisons le nécessaire pour éviter les condamnations de l’Union européenne, qui ne cessent de nous frôler, de peser sur nos têtes, et parfois de nous frapper ! Donnons à chaque agence de l’eau la faculté de s’adapter, année après année, aux objectifs de sauvegarde de l’environnement.

J’en suis navré, Madame la ministre, mais nous sommes pour une fois en désaccord. Il m’a toutefois semblé que votre tête allait dans un sens, et vos paroles dans l’autre (Sourires)

M. Claude Gaillard – Les présidents des comités de bassin ont tous souhaité que l’on passe de 12 à 14 milliards, comme le demande également notre amendement 365. La ministre a toutefois raison : nous n’exploiterons pas cette marge de manœuvre dans mon bassin, car l’augmentation des tarifs est déjà considérable – en augmentant de 30 % les redevances, nous venons ainsi d’augmenter de 5 % le prix du mètre cube. Cela étant, il s’agit d’un simple plafond, qui démontrera seulement notre volonté.

Je reviens un instant sur l’amendement précédent de M. Launay : nous l’avons refusé, mais je souhaite que nous fassions évoluer les agences vers des centres de ressources et de compétences, meilleur contrepouvoir contre les groupes.

Mme Marylise Lebranchu – Je comprends l’attitude de la ministre, mais je rappelle que certaines communes ont été mises en demeure d’arrêter la fourniture d’eau potable dans ma région, malgré les programmes de dépollution. Plafonner ainsi les dépenses reviendrait à prendre acte de notre impossibilité financière de continuer nos efforts. Nous aurons limité les redevances, mais il faudra fermer certaines activités économiques ! L’épée de Damoclès européenne n’est pas mauvaise, car nous devons arrêter de laisser filer certains indicateurs !

Vous savez au demeurant que l’exportation de certains produits agroalimentaires a dû être bloquée parce qu’on y avait décelé des substances chimiques – en proportions certes infinitésimales –, mais il va falloir agir !

J’ajoute qu’il faut quinze ans pour protéger effectivement une nappe phréatique. Même si nous devons veiller aux finances publiques, nous avons le devoir de préserver la qualité de la vie et la solidarité entre nos concitoyens et il faut des marges de manœuvre pour cela.

M. Jean Dionis du Séjour – L’application des directives européennes va coûter cher, mais la qualité de l’eau importe ! Nous devrons donc élaborer une fiscalité écologique, la question étant de savoir si elle viendra en complément ou en substitution des impôts existants. Nous avons ainsi voté pour la modulation de la TIPP au sein du conseil régional d’Aquitaine, mais à condition que soient baissées, à due concurrence des impôts frappant les ménages. À titre personnel, je ne souhaite pas qu’on augmente brutalement le plafond de 12 à 14 milliards d’euros sans préciser les évolutions de la fiscalité sur les ménages.

M. Jean Launay – Gardons à l’esprit que ce plafond vaudra pour toute la durée du programme, six ans, que les situations diffèrent selon les agences, et que vous gardez la possibilité, Madame la ministre, d’encadrer annuellement les évolutions par décret.

En augmentant le plafond, comme le demande notre amendement 394, nous pourrions envoyer un signal politique : nous souhaitons mener une action publique résolue en faveur de la qualité de vie et développer une coproduction véritable entre l’État et les services publics, alliée à une décentralisation plus aboutie, grâce à des conventions passées entre départements et agences.

Les amendements 130, 365 et 394, mis aux voix, sont adoptés.

Mercredi 20 Décembre 2006
Jeudi 21 Décembre 2006
G. Borvon
Lu 1994 fois

Dans la même rubrique :

De quoi découle - 03/12/2006

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide