ACME
Indonésie : La Cour suprême a scellé l'affaire de l'eau pour Jakarta 12/10/2017 FO Hebdo 11 octobre 2017 : Privatiser des services publics locaux serait enfin démodé ? : Le contrôle de la gestion de l’eau est de plus en plus repris par le secteur public au sein des municipalités 11/10/2017 Turin remunicipalise sa gestion de l'eau 09/10/2017 Merci la régie de l'eau de Fougères :  très peu de fuites avec un taux de rendement de 95 % et un prix un des moins chers du département d'Ile et Vilaine 09/10/2017 le sénateur maire de Saint Maurice (94) 1er vice président du SEDIF depuis 1983 Christian Cambon quittera sa mairie le 14 octobre et il sera remplace par le Directeur des relations institutionnelles Eau France de SUEZ depuis 17 ans Igor Semo 07/10/2017 Le festival du film latin démarre jeudi prochain à Épernay 06/10/2017 France Culture : Le trouble prix de l'eau Dans les communes où le service de gestion de l’eau n’est pas municipalisé, certains arrangements avec les sociétés prestataires demeurent. Et c'est le consommateur qui en paye la facture. 04/10/2017 L'Est Républicain 4 octobre 2017 : PAYS DE MONTBÉLIARD Le débat sur l’eau refait surface 04/10/2017 Marie-Noëlle Battistel (PS) demande en qualité de Présidente de l'ANEM (Association Nationale des Elus de Montagne) la révision de la loi NOTRe. Une révision qui porterait sur un élément fort : le transfert des compétences eau et assainissement aux i 04/10/2017 Documentaire Arte 24 octobre 20h15 à 21h55 : Le poison de la mafia rediffusion 3 novembre 9h25 30/09/2017 L'Etat pompe les budgets des agences de l'eau : le personnel se met en grève 30/09/2017 Arte thema mardi 12 décembre 20h40 (date à confirmer) : Jusqu'à la dernière goutte - La guerre secrète de l'eau en Europe documentaire 2017 de 52 mn de Yorgos Avgeropoulos  30/09/2017 NÎMES MÉTROPOLE La gestion de l’eau au Tribunal 29/09/2017 Capital octobre 2017 : Prix de l'eau : le scandale continue (les français paient de 10 à 50% en trop) 29/09/2017 La retraite après près de 42 ans à la Générale des Eaux devenue Vivendi puis Veolia Eau 28/09/2017 Intervention de C Leboeuf élue communautaire lors du conseil communautaire de Paris Saclay du 27 septembre 2017 28/09/2017 Lettre du collectif Aggl'Eau-CPS aux élu-e-s de la Communauté Paris Saclay 27/09/2017 Enquête 2015 du CD 91 sur le prix de l'eau en Essonne 26/09/2017 Lettre de Jean Luc Touly au président de la CPS et au vice président en charge de l'eau et de l'assainissement 26/09/2017 L’eau, un investissement qui rapporte en Bourse 26/09/2017 Question à poser demain au Conseil Départemental de l'Essonne 24/09/2017 Conseil Départemental de l'Essonne : ordre du jour du 25 septembre 9h : Nouvelle politique départementale de l'eau présentée par B Vermillet et en présence de M Bournat 23/09/2017 Le PDG de Veolia "serein" face aux soupçons de corruption en Roumanie 22/09/2017 Antoine Frérot, le PDG de Veolia, se dit "serein" sur l'issue des enquêtes en cours dont fait l'objet la filiale roumaine du groupe, soupçonnée d'avoir versé des pots-de-vin à des officiels locaux 21/09/2017 Perturbateurs endocriniens : l'Inserm quantifie pour la première fois l'effet cocktail  Bases de données BRGM sur la qualité des eaux de surface et souterraines 16/09/2017 Le PDG de Veolia invité à la fête de l'humanité fêtera avec le président communiste du Siaap ce nouveau marche à 397 millions d'euros qu'il vient de lui attribuer ! 15/09/2017 FO Hebdo : Veolia eau : nouvelle grève contre le plan social (MERCREDI 13 SEPTEMBRE 2017 EVELYNE SALAMERO) 13/09/2017 Capital 11 septembre : PLAN SOCIAL CHEZ VEOLIA : CFDT ET CGT SE DÉCHIRENT, LA MANNE DU CE EN LIGNE DE MIRE 11/09/2017 Capital Hors Série septembre 2017 : le business de l'environnement chez Suez : l'eau dessalée par Suez, plus chère que l'Evian 10/09/2017 Le Point : Veolia et sa filiale roumaine sous le coup d'une enquête américaine et du Parquet national financier (PNF) 08/09/2017 Courrier recommandé de JL Touly au président de la CADA Commission d'Accès aux Documents Administratifs 06/09/2017 INFO FRANCEINFO. Réduction du débit d'eau : Veolia et la Saur à nouveau condamnées 05/09/2017 Ouest France et France Bleu août 2017 : À Crozon, l'assainissement en eaux troubles 30/08/2017 Le temps vire au gris avec Veolia ! Un niveau alarmant de créances allié à l'irritabilité des autorités gabonaises ont tendu les rapports avec le groupe français. Révélations. 30/08/2017 Marche pour l'eau Bourges 14 septembre 2017 29/08/2017 Alors qu'un 4ème plan de suppression d'emplois est annoncé aux salariés de Veolia Eau, Veolia ouvre un débat de fond sur l'eau en présence du directeur général de Veolia Eau F Van Heems, de V Huvelin secrétaire CGT du CCE, de D Poly secrétaire CGT 27/08/2017 L'Est Eclair : Quatre choses à savoir sur la remunicipalisation de la gestion de l'eau potable à Troyes 25/08/2017 Coupures illégales d'eau : reportage dans Complément d'enquête France 2 le 7 septembre 23h : en Guadeloupe, les coupures d'eau sont quotidiennes 20/08/2017 Contestation de la légalité de la délibération inscrite en point 23 de la séance du Conseil communautaire Paris Saclay du 28 juin 2017. « Approbation et autorisation donnée au Président de signer des avenants de clôture aux contrats de concession eau 18/08/2017 Le nouveau rapport de l’ONU revoit à la hausse les chiffres du manque d’accès à l’eau potable et à l’assainissement 15/08/2017
           
REVUE DE PRESSE

L'Indépendant 28 mai : Usagers de l’eau des Pyrénées-Orientales : l’association qui fait des vagues




L’Association des usagers de l’eau des PO a dernièrement choisi la Forge-del-Mitg pour marquer ses dix ans d’existence et de lutte pour la défense des usagers.

Le pouvoir politique et économique se concentre sur le littoral de notre département. C’est aussi là que l’essentiel de l’eau est consommée. L’arrière-pays est manifestement délaissé au profit de la plaine. C’est pourtant de là que provient la ressource en eau y compris l’alimentation de la nappe du pliocène. C’est donc depuis cet arrière-pays, héritier du patrimoine unique des canaux d’arrosage gérés par ses usagers, que cette association qui monte, qui monte, a choisi de s’exprimer.

Le bassin du Tech sinistré

De toutes les Pyrénées-Orientales, la zone où il y a le plus de problèmes d’eau est la vallée du Tech ; parce ce qu’il n’y a pas plu depuis des mois et qu’on est y est en situation de déficit grave et sans recours ; elle se trouve dans un contexte de stress hydrique chronique que l’ensemble des services de l’État et des collectivités locales ont confirmé. Le Bureau de recherches géologiques et minières a fait des études prospectives et prévoit pour les quinze prochaines années une baisse de débit du Tech de 10%. Pour répondre aux besoins et aux conflits d’usages en période estivale durant laquelle, par exemple, les besoins en eau d’Argelès augmentent de 325 %, on fait pression sur l’arrière-pays, notamment en ce qui concerne les canaux d’arrosage pour lesquels on demande aux usagers de réduire leur consommation de 80%, en leur imposant le goutte-à-goutte systématique, pour ramener ces 80% sur le littoral. Avec les effets pervers du système de goutte-à-goutte et les graves conséquences de l’abandon des « agulles » qui remet en cause l’existence des écosystèmes qui se sont construits en périphérie des canaux.

Des nappes souterraines surexploitées

Ce qui est préoccupant pour le département est que l’eau est principalement captée dans les nappes du pliocène, en plaine, car c’est là-bas que vit la majorité de la population ; le problème étant que cette eau ne se renouvelle pas à l’échelle humaine ; ce sont des nappes profondes d’eau qui vient du Canigou par un ruissellement très profond ; ces nappes se situent à partir de cent mètres de profondeur et se reconstituent à une échelle de 5000 à 10000ans ; on a puisé dedans depuis 40 ans et ont les a faites baisser de manière inquiétante ; cette ressource est d’une qualité exceptionnelle et l’on s’en sert pour n’importe quoi. En plaine du Roussillon la nappe phréatique superficielle est aussi surexploitée.

Des forages illégaux

Le souci du SAGE (Schéma d’aménagement et de gestion de l’eau ; il y a deux SAGE sur le département : un pour le Tech-Albères et un pour les Nappes des plaines du Roussillon) ce sont les forages. Il y a 2500 forages déclarés sur le littoral mais les services de l’État en ont identifiés plus de 30000 (en plus des 2500) qui ne le sont pas ; ces 30000 forages de particuliers, on estime qu’ils captent illégalement plus de 5 millions de m3 d’eau par an pour l’arrosage, les piscines et autres usages. Il n’y a pas de véritable volonté politique et donc législative de s’attaquer à ce problème ; ces forages sont faits la plupart du temps un peu n’importe comment et à bas prix par des entreprises venues d’Espagne ; certains sont même abandonnés et constituent des sources de pollution pour les nappes profondes.

Une gestion désastreuse

Sur le département les collectivités publiques puisent 57 millions de m3 d’eau par an sur lesquels 24 millions sont annuellement perdus dans les fuites et les gaspillages ; notre association d’usagers se préoccupe depuis dix ans de la question de la pérennité de la ressource mais il n’y a pas apparemment le même souci de la part de nos élus ; parce que près de 40 % de gaspillage alors que l’on est en situation de stress hydrique est sidérant. A l’époque le contrat de gestion de l’eau qui était délégué à Véolia arrivait à son terme ; nous sommes alors entrés en compétence sur le sujet et nous avons vu que la gestion était complétement désastreuse, quasiment à l’abandon ; il y avait 44 % de fuites ; nous avons interpelé nos élus mais cela a été très mal perçu ; ils n’ont pas souhaité engager un dialogue avec nous, et l’on peut dire que depuis dix ans, globalement, ce genre de rapports persiste ; nous sommes mal venus ; nous menons un combat ingrat, difficile, et la plupart du temps nos élus perçoivent notre existence comme un problème et non pas comme quelque chose de constructif. On retrouve hélas la même réaction au niveau des instances étatiques.

Nathalie Chemin, membre de l’association, renchérit : « Parlons de gestion de la ressource ; par exemple, le fait de payer moins cher les premiers m3 d’eau consommés ; d’aider les gens, de les encourager à faire des économies en payant beaucoup moins cher les premiers m3, de mettre en place une facturation différente, ce serait une mesure intéressante ; mais jamais une entreprise délégataire n’aura envie de proposer cela ; si l’on ne dépense pas d’eau ce n’est pas son intérêt ».

Dominique Bonnard : "Sur le Vallespir, c’est tout le contraire qui se passe ; par exemple ce syndicat dont on parle tant, ce SIAEP d’Arles-sur-Tech, 48 % des usagers consomment moins de 60 m3, ce sont des personnes âgées ou des couples, des personnes seules ; ici, le tarif d l’eau au contraire est basé sur plus on consomme et moins c’est cher ; donc, ceux qui sont pénalisés sont les petits consommateurs ; ce sont eux qui payent plein pot ; déjà, la part fixe correspondant à l’abonnement ; au bout du compte, ce n’est pas une politique responsable, de prévoyance et d’accompagnement. Concernant le SIAEP (Syndicat intercommunal pour l’alimentation en eau potable) d’Arles-sur-Tech, le contrat de délégation arrivera à son terme le 1er juin 2016.NC et DB : « L’échéance avait été repoussée d’un an pour soi-disant étudier la faisabilité d’un retour en régie ; un retour qui ne se fera pas ; aucune volonté politique ne s’étant exprimée en ce sens. Et l’on se redirige vers une signature avec Véolia, ici, sur le SIAEP du Vallespir ; le contrat va être renouvelé au mois de juin ; on en est à 75 ans maintenant sans discontinuer, gérés par Véolia et ses prédécesseurs : la Générale des eaux et la Compagnie des eaux et de l’ozone ; c’est la même maison depuis 1941 ! Avec les résultats que l’on connaît."


L’abandon du service public

Dominique Bonnard : "J’en reviens au rôle de notre association et toujours à notre déficit démocratique parce que c’est quand même la grosse question ici ; il n’y a pas de vraie vie démocratique ; nous sommes face à une démocratie formelle, et pour nous c’est très grave ; pour nous, le clientélisme, c’est la plaie, les élus qui considèrent leur mandat comme un blanc-seing ; par exemple pour des questions d’assainissement non collectif ou des coupures d’eau des usagers en situation de précarité nous contactent , nous association, en dernier recours, après avoir fait appel aux services sociaux ; les usagers appellent leur maire et le maire répond aux abonnés absents ; c’est quand même très grave : le premier magistrat d’une commune, son premier devoir c’est de défendre ses concitoyens et notamment les plus vulnérables ; et ça, ça ne fonctionne plus. Alors qu’il y a une loi qui interdit les coupures d’eau, les entreprises délégataires agissent comme bon leur semble…

Quand on parle de délégation, c’est une blague ; il n’y a pas délégation de service public, il y a abandon de service public ; quand on interpelle les maires, qu’on leur parle de leur délégataire… Normalement, on contrôle la sous-traitance ; mais là, ce n’est pas le cas ; ils sont ignares ; et ça dès le départ ; on s’est rendu compte il y a dix ans que nos élus en savaient bien moins que nous ; ils sont ignorants ; je suis désolé, à partir du moment où on accepte la tâche de gérer un syndicat pour l’alimentation en eau potable, on a quand même le devoir d’entrer en compétence."

La privatisation du politique

"Ce qu’il y a de grave, c’est aussi toute la privatisation des services publics ; s’il n’y avait que l’eau ; mais il y a aussi les déchets, les transports, les cantines scolaires… Si on prend une entreprise comme Véolia, il s’agit d’une vraie nébuleuse ; ils ont des dizaines de filiales et il faut vraiment une volonté politique pour un maire, assez forte pour pouvoir s’affirmer ; parce que s’il décide de faire ce choix de revenir en régie pour la gestion de l’eau, il peut faire l’objet de mesures de rétorsion, au niveau des ordures ménagères par exemple, de la part de l’entreprise délégataire ; si en plus il n’existe pas de solidarité entre les élus au sein de l’intercommunalité, il va être isolé."

Une association départementale depuis 2011

Dominique Bonnard, son président, dresse un bref historique de l’association : « Une coordination de collectifs d’usagers locaux de l’eau potable a précédé la création de l’association des usagers de l’eau proprement dite ; tout est parti d’une lutte locale avec la fin du contrat de délégation de service public de l’eau potable qui concernait six communes du Vallespir, d’Arles-sur-Tech à Saint-Jean-Pla-de-Corts ; nous étions novices sur le sujet mais nous n’imaginions pas que nos élus l’étaient tout autant ; nous avons découvert une gestion désastreuse avec un taux de fuite de 44 % dans le réseau de distribution ; il y a eu 5 collectifs, sur 5 des 6 communes, qui se sont constitués et qui fonctionnaient en coordination ; ça a duré 2 ans ; après quoi, en 2009, a été créée l’Association des usagers de l’eau de la vallée du Tech qui a étendu son champ d’action à l’ensemble du bassin versant du Tech ; puis, en 2011, l’association en s’impliquant autour du projet Aqua domitia du SPANC a été amenée à intervenir sur le département ; elle est donc devenue départementale ». Les participants à la réunion de la Forge-del-Mitg : Dominique Bonnard (président porte-parole de l’Association des usagers de l’eau des Pyrénées-Orientales, Nathalie Chemin (secrétaire), Catherine David (trésorière), Jean-Marie Combel, Robert Jeanpierre, Jean-Yves Prudhomme et Gérard Serra (contact: asso@usagersdeleau66.org; site :http://usagersdeleau.org )

Dimanche 29 Mai 2016
Dimanche 29 Mai 2016
JEAN-LUC TOULY
Lu 1159 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 17

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide