ACME
La société Guyanaise des Eaux (SGDE) créée en 1978 filiale 50/50 de Suez et Veolia et depuis 2010 filiale à 100% de Suez gère l'eau de plusieurs communes dont Cayenne 27/03/2017 Conseil communautaire Paris Saclay (chambre d'enregistrement) : L'eau un bien commun transparent mais un marché caché et juteux pour qui et pourquoi (voir l'audit tronqué) et où le citoyen doit se taire et où le mensonge est roi pour certains ? 23/03/2017 Essonne Info 23 mars 2017 : Quand le sujet de  l’eau s’invite au conseil d’agglo 23/03/2017 L'audit interne de Veolia : pétard mouillé, mais pas sans retombées 23/03/2017 Conseil communautaire Paris Saclay (27 communes 300 000 habitants) interrompu sur le point 43 sur l'eau (journée mondiale de l'eau mais pas de la démocratie) 23/03/2017 Conseil communautaire de Paris Saclay 22 mars 2017 20h30 à Orsay : exigence d'un vrai audit indépendant sur la gestion de l'eau et organisation d'un débat public citoyen 21/03/2017 Grèce : Documentaire "Something in the Water" (re: sous - titres allemands), 17 minutes 16/03/2017 Politis : Public-privé : La guerre de l’eau Les géants de la gestion de l'eau font face depuis plusieurs années à un réveil citoyen. Et 2017 pourrait marquer un nouveau tournant 15/03/2017 Guide des transferts de compétence eau et assainissement par l'ADCF et... SUEZ ! Conflit d'intérêts voir un nouvel exemple de corruption structurelle : 15/03/2017 Médiapart 15 mars 2017 : Affaire OlkyPay: le responsable eau de Veolia était au cœur de la corruption 15/03/2017 Le Canard Enchaîné 1er mars 2017 : Olivet : L'histoire d'eau réécrite 13/03/2017 La Nouvelle République 10 mars 2017 : DSP Eau de l'agglo de Montargis et un seul candidat le sortant Suez !!! 12/03/2017 Collectif du Carcassonnais pour une gestion publique de l'eau :échec d'un combat de 10 ans à Carcassonne 12/03/2017 Inondations : des catastrophes évitables ! L'Humanité 7 mars 2017 Roger Lenglet, co auteur avec Jean Luc Touly de "L'armoire est pleine, le scandale des rapports enterrés de la République 07/03/2017 AVIGNON : LES USAGERS SE BATTENT POUR RÉCUPÉRER 48 000 COMPTEURS D’EAU QUI LEUR APPARTIENNENT 05/03/2017 Comité de défense des usagers de l'eau : 20 ans d'actions au service des Castrais 02/03/2017 Jean Michel Severino directeur général AFD 2001-2010 Président du comité des critical friends de Véolia depuis 2013 24/02/2017 Les Echos 23 février 2017 : Veolia se prépare à affronter des vents contraires 23/02/2017 Sénat: la création d'un droit à l'eau reportée aux calendes grecques 23/02/2017 SAUR À NOUVEAU EN VENTE... 21/02/2017 Andernos : Le budget de l’eau aurait servi à celui de la Ville 20/02/2017 L'Indépendant et la Dépêche 19 février 2017 : « Carcassonne Aggl’eau » vent debout contre l’Agglo sur la gestion de l’eau 19/02/2017 11 février 2017 : Guadeloupe 1ère : "Rencontre satisfaisante" entre le Préfet et le comité de l'eau 12/02/2017 Le Figaro 11 février 2017 : Veolia condamné pour avoir réduit le débit d'eau dans un logement 11/02/2017 La Lettre A 09/02/2017 : Veolia-Cofraxis : game over pour Minc, Franchi et Michel 09/02/2017 Guadeloupe 1ère 8 février : Des avancées dans le dossier de l'eau 08/02/2017 Communauté d'Agglo COEUR D’ESSONNE (21 communes 196 000 habitants) : 1er Budget de la Régie Publique d'Eau Potable 07/02/2017 Lettre A du 2 février 2017 : Baptême de l'eau pour le nouveau DG de Veolia Eau France 02/02/2017 Si nous parlions de l'or bleu Caméras Rebelles 2017 paroles d'élèves : Les élèves de 4ème KNIGHT et 4ème LINCOLN de Rennes vous invitent à lire leurs écrits 01/02/2017 L'éthique et l'indépendance chez Veolia (après le directeur du développement durable ancien député PS, la directrice commerciale déléguée Les Républicains et membre de la direction de campagne de Fillon) 01/02/2017 Lancement de l'étude assainissement confiée à Espelia (très favorable au privé) pour une prise de compétence eau et assainissement par la Communauté d'Agglo Paris Saclay le 1.01.2018 et décision au plus tard dans 5 mois : cela sent l'arnaque !!! 31/01/2017 La générale des eaux, fermière de la distribution et de l’assainissement à Saint Martin : 7,22 euros/m3 hors abonnement pour la tranche la moins chère 0 à 30 m3 et un taux de fuite de 50% !!! 30/01/2017 PROJECTION ET RENCONTRE SUR LA GESTION DE L’EAU au Lycée Victor et Hélène Basch de Rennes 26 janvier 2017 29/01/2017 France Antilles 27 janvier 2017 : Un grand débat sur la problématique de l'eau ce dimanche 28/01/2017 FLOW For Love Of Water : Un film documentaire de 2008 à voir ou à revoir 27/01/2017 Veolia Eau condamnée pour non-repect des exigences de qualité Ceux-ci ont en effet saisi la justice pour dénoncer la mauvaise qualité de l’eau distribuée sur leur commune d’Azat-le-Ris et de Magnac-Laval. 27/01/2017 Lettre A 26 janvier 2017 27/01/2017 Mercredi 25 janvier 2017 à 20h Rennes Festival Caméras rebelles Projection débat "Pour l'amour de l'eau" avec JL Touly 25/01/2017 Jacques Michel ancien directeur régional de la Lyonnaise des Eaux, aujourd'hui expert indépendant a été poursuivi par les deux plus importantes entreprises de distribution d'eau 21/01/2017 Le Monde du 14 janvier 2017 : Au Maroc, un projet de complexe touristique vire au cauchemar 14/01/2017
           
REVUE DE PRESSE

L'Indépendant 28 mai : Usagers de l’eau des Pyrénées-Orientales : l’association qui fait des vagues




L’Association des usagers de l’eau des PO a dernièrement choisi la Forge-del-Mitg pour marquer ses dix ans d’existence et de lutte pour la défense des usagers.

Le pouvoir politique et économique se concentre sur le littoral de notre département. C’est aussi là que l’essentiel de l’eau est consommée. L’arrière-pays est manifestement délaissé au profit de la plaine. C’est pourtant de là que provient la ressource en eau y compris l’alimentation de la nappe du pliocène. C’est donc depuis cet arrière-pays, héritier du patrimoine unique des canaux d’arrosage gérés par ses usagers, que cette association qui monte, qui monte, a choisi de s’exprimer.

Le bassin du Tech sinistré

De toutes les Pyrénées-Orientales, la zone où il y a le plus de problèmes d’eau est la vallée du Tech ; parce ce qu’il n’y a pas plu depuis des mois et qu’on est y est en situation de déficit grave et sans recours ; elle se trouve dans un contexte de stress hydrique chronique que l’ensemble des services de l’État et des collectivités locales ont confirmé. Le Bureau de recherches géologiques et minières a fait des études prospectives et prévoit pour les quinze prochaines années une baisse de débit du Tech de 10%. Pour répondre aux besoins et aux conflits d’usages en période estivale durant laquelle, par exemple, les besoins en eau d’Argelès augmentent de 325 %, on fait pression sur l’arrière-pays, notamment en ce qui concerne les canaux d’arrosage pour lesquels on demande aux usagers de réduire leur consommation de 80%, en leur imposant le goutte-à-goutte systématique, pour ramener ces 80% sur le littoral. Avec les effets pervers du système de goutte-à-goutte et les graves conséquences de l’abandon des « agulles » qui remet en cause l’existence des écosystèmes qui se sont construits en périphérie des canaux.

Des nappes souterraines surexploitées

Ce qui est préoccupant pour le département est que l’eau est principalement captée dans les nappes du pliocène, en plaine, car c’est là-bas que vit la majorité de la population ; le problème étant que cette eau ne se renouvelle pas à l’échelle humaine ; ce sont des nappes profondes d’eau qui vient du Canigou par un ruissellement très profond ; ces nappes se situent à partir de cent mètres de profondeur et se reconstituent à une échelle de 5000 à 10000ans ; on a puisé dedans depuis 40 ans et ont les a faites baisser de manière inquiétante ; cette ressource est d’une qualité exceptionnelle et l’on s’en sert pour n’importe quoi. En plaine du Roussillon la nappe phréatique superficielle est aussi surexploitée.

Des forages illégaux

Le souci du SAGE (Schéma d’aménagement et de gestion de l’eau ; il y a deux SAGE sur le département : un pour le Tech-Albères et un pour les Nappes des plaines du Roussillon) ce sont les forages. Il y a 2500 forages déclarés sur le littoral mais les services de l’État en ont identifiés plus de 30000 (en plus des 2500) qui ne le sont pas ; ces 30000 forages de particuliers, on estime qu’ils captent illégalement plus de 5 millions de m3 d’eau par an pour l’arrosage, les piscines et autres usages. Il n’y a pas de véritable volonté politique et donc législative de s’attaquer à ce problème ; ces forages sont faits la plupart du temps un peu n’importe comment et à bas prix par des entreprises venues d’Espagne ; certains sont même abandonnés et constituent des sources de pollution pour les nappes profondes.

Une gestion désastreuse

Sur le département les collectivités publiques puisent 57 millions de m3 d’eau par an sur lesquels 24 millions sont annuellement perdus dans les fuites et les gaspillages ; notre association d’usagers se préoccupe depuis dix ans de la question de la pérennité de la ressource mais il n’y a pas apparemment le même souci de la part de nos élus ; parce que près de 40 % de gaspillage alors que l’on est en situation de stress hydrique est sidérant. A l’époque le contrat de gestion de l’eau qui était délégué à Véolia arrivait à son terme ; nous sommes alors entrés en compétence sur le sujet et nous avons vu que la gestion était complétement désastreuse, quasiment à l’abandon ; il y avait 44 % de fuites ; nous avons interpelé nos élus mais cela a été très mal perçu ; ils n’ont pas souhaité engager un dialogue avec nous, et l’on peut dire que depuis dix ans, globalement, ce genre de rapports persiste ; nous sommes mal venus ; nous menons un combat ingrat, difficile, et la plupart du temps nos élus perçoivent notre existence comme un problème et non pas comme quelque chose de constructif. On retrouve hélas la même réaction au niveau des instances étatiques.

Nathalie Chemin, membre de l’association, renchérit : « Parlons de gestion de la ressource ; par exemple, le fait de payer moins cher les premiers m3 d’eau consommés ; d’aider les gens, de les encourager à faire des économies en payant beaucoup moins cher les premiers m3, de mettre en place une facturation différente, ce serait une mesure intéressante ; mais jamais une entreprise délégataire n’aura envie de proposer cela ; si l’on ne dépense pas d’eau ce n’est pas son intérêt ».

Dominique Bonnard : "Sur le Vallespir, c’est tout le contraire qui se passe ; par exemple ce syndicat dont on parle tant, ce SIAEP d’Arles-sur-Tech, 48 % des usagers consomment moins de 60 m3, ce sont des personnes âgées ou des couples, des personnes seules ; ici, le tarif d l’eau au contraire est basé sur plus on consomme et moins c’est cher ; donc, ceux qui sont pénalisés sont les petits consommateurs ; ce sont eux qui payent plein pot ; déjà, la part fixe correspondant à l’abonnement ; au bout du compte, ce n’est pas une politique responsable, de prévoyance et d’accompagnement. Concernant le SIAEP (Syndicat intercommunal pour l’alimentation en eau potable) d’Arles-sur-Tech, le contrat de délégation arrivera à son terme le 1er juin 2016.NC et DB : « L’échéance avait été repoussée d’un an pour soi-disant étudier la faisabilité d’un retour en régie ; un retour qui ne se fera pas ; aucune volonté politique ne s’étant exprimée en ce sens. Et l’on se redirige vers une signature avec Véolia, ici, sur le SIAEP du Vallespir ; le contrat va être renouvelé au mois de juin ; on en est à 75 ans maintenant sans discontinuer, gérés par Véolia et ses prédécesseurs : la Générale des eaux et la Compagnie des eaux et de l’ozone ; c’est la même maison depuis 1941 ! Avec les résultats que l’on connaît."


L’abandon du service public

Dominique Bonnard : "J’en reviens au rôle de notre association et toujours à notre déficit démocratique parce que c’est quand même la grosse question ici ; il n’y a pas de vraie vie démocratique ; nous sommes face à une démocratie formelle, et pour nous c’est très grave ; pour nous, le clientélisme, c’est la plaie, les élus qui considèrent leur mandat comme un blanc-seing ; par exemple pour des questions d’assainissement non collectif ou des coupures d’eau des usagers en situation de précarité nous contactent , nous association, en dernier recours, après avoir fait appel aux services sociaux ; les usagers appellent leur maire et le maire répond aux abonnés absents ; c’est quand même très grave : le premier magistrat d’une commune, son premier devoir c’est de défendre ses concitoyens et notamment les plus vulnérables ; et ça, ça ne fonctionne plus. Alors qu’il y a une loi qui interdit les coupures d’eau, les entreprises délégataires agissent comme bon leur semble…

Quand on parle de délégation, c’est une blague ; il n’y a pas délégation de service public, il y a abandon de service public ; quand on interpelle les maires, qu’on leur parle de leur délégataire… Normalement, on contrôle la sous-traitance ; mais là, ce n’est pas le cas ; ils sont ignares ; et ça dès le départ ; on s’est rendu compte il y a dix ans que nos élus en savaient bien moins que nous ; ils sont ignorants ; je suis désolé, à partir du moment où on accepte la tâche de gérer un syndicat pour l’alimentation en eau potable, on a quand même le devoir d’entrer en compétence."

La privatisation du politique

"Ce qu’il y a de grave, c’est aussi toute la privatisation des services publics ; s’il n’y avait que l’eau ; mais il y a aussi les déchets, les transports, les cantines scolaires… Si on prend une entreprise comme Véolia, il s’agit d’une vraie nébuleuse ; ils ont des dizaines de filiales et il faut vraiment une volonté politique pour un maire, assez forte pour pouvoir s’affirmer ; parce que s’il décide de faire ce choix de revenir en régie pour la gestion de l’eau, il peut faire l’objet de mesures de rétorsion, au niveau des ordures ménagères par exemple, de la part de l’entreprise délégataire ; si en plus il n’existe pas de solidarité entre les élus au sein de l’intercommunalité, il va être isolé."

Une association départementale depuis 2011

Dominique Bonnard, son président, dresse un bref historique de l’association : « Une coordination de collectifs d’usagers locaux de l’eau potable a précédé la création de l’association des usagers de l’eau proprement dite ; tout est parti d’une lutte locale avec la fin du contrat de délégation de service public de l’eau potable qui concernait six communes du Vallespir, d’Arles-sur-Tech à Saint-Jean-Pla-de-Corts ; nous étions novices sur le sujet mais nous n’imaginions pas que nos élus l’étaient tout autant ; nous avons découvert une gestion désastreuse avec un taux de fuite de 44 % dans le réseau de distribution ; il y a eu 5 collectifs, sur 5 des 6 communes, qui se sont constitués et qui fonctionnaient en coordination ; ça a duré 2 ans ; après quoi, en 2009, a été créée l’Association des usagers de l’eau de la vallée du Tech qui a étendu son champ d’action à l’ensemble du bassin versant du Tech ; puis, en 2011, l’association en s’impliquant autour du projet Aqua domitia du SPANC a été amenée à intervenir sur le département ; elle est donc devenue départementale ». Les participants à la réunion de la Forge-del-Mitg : Dominique Bonnard (président porte-parole de l’Association des usagers de l’eau des Pyrénées-Orientales, Nathalie Chemin (secrétaire), Catherine David (trésorière), Jean-Marie Combel, Robert Jeanpierre, Jean-Yves Prudhomme et Gérard Serra (contact: asso@usagersdeleau66.org; site :http://usagersdeleau.org )

Dimanche 29 Mai 2016
Dimanche 29 Mai 2016
JEAN-LUC TOULY
Lu 1139 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 16

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide