ACME
Thomas Joly président du Syndicat Intercommunal d'Assainissement de la Vallée de la Bièvre, vice président de Paris Saclay à l'eau et l'assainissement et maire de Verrières et Veolia dans Planet Veolia novembre distribué au congrès des maires de Fran 23/11/2017 Suez à Paris ! 23/11/2017 Les guerres secrètes de l'eau en Europe 23/11/2017 Comme chaque année au congrès de l'Association des Maires de France, Veolia invite le mercredi 22 novembre 1 500 maires à déjeuner et à écouter le PDG de Veolia dans une salle privatisée à la Porte de Versailles à Paris 22/11/2017 Rapport Suez 2016 assainissement Wissous : expresses réserves quant à la sincérité, l'exactitude et la complétude du contenu de ce rapport annuel d'activité et recours à l'assistance d'experts technique, financier et juridique pour lever ces réserves 21/11/2017 Eau: Lège Cap-Ferret les usagers de la presqu'île ont-ils été lésés ? 17/11/2017 Ordre du jour du conseil communautaire de Paris Saclay 22 novembre 20h30 à Orsay avec 55 questions 16/11/2017 Management décembre 2017 : lanceurs d'alerte 16/11/2017 Les guerres secrètes de l'eau en Europe 16/11/2017 Une start up dépose trois plaintes pénales visant Veolia 16/11/2017 La Dépêche 16 novembre : après 60 ans Exit Véolia, bienvenue Agur et bonjour les économies sur la facture d'eau 16/11/2017 André Santini, à la tête du Sedif, veut construire un "ring hydraulique" autour de la capitale Célia Blauel, pour Eau de Paris, défend le modèle de régie publique. Emmanuel Macron va devoir trancher 15/11/2017 Eau à Lège Cap Ferret 14/11/2017 Mag'Centre 13 novembre : la régie de l'eau de Blois créée le 1er janvier 2017 baisse le prix de l'eau 14/11/2017 samedi 25 novembre après midi à Vaux le Pénil près de Melun (77) STOP à l'évasion fiscale, à l'opacité de la gestion de l'eau et au CETA organisé par ATTAC 77 13/11/2017 Sortie le 30 novembre du livre "Les crapules de la République" de R Lenglet et JL Touly chez First 11/11/2017 Toulouse : Gestion publique de l'eau : création d'un collectif et lancement d'une pétition  Agur, après 60 ans de Veolia, nouveau délégataire pour l’assainissement collectif à Villeneuve-sur-Lot, Bias et Pujols 08/11/2017 7 novembre : Metz Métropole récupère la gestion publique de l’eau potable 07/11/2017 L'oeil du 20h du journal de France 2 du 6 novembre 2017 à Wissous : Suez, Veolia : des fournisseurs d'eau … pas très clairs 06/11/2017 Eau Secours 29 Quimper : création de la commission de contrôle (financier) des DSP 04/11/2017 L’UFC-Que choisir lance un “S eau S” 03/11/2017 Eau Ouest Essonne la régie de l'eau 02/11/2017 Pourquoi la Guadeloupe transporte-t-elle encore de l'eau dans un panier ?  Le Gouvernement interpellé sur la question de l'eau potable en Guadeloupe 01/11/2017 Guadeloupe 30 octobre : La gestion de l'eau en toute transparence 31/10/2017 UN VILLAGE DE L’HÉRAULT SAUVE SA RÉGIE PUBLIQUE DE L’EAU, EN DÉPIT DE LA LOI NOTRE, EN CRÉANT UNE SEM DONT LES HABITANTS SONT SOCIÉTAIRES ! 31/10/2017 Le poison de la mafia, la loi du silence un documentaire présenté le 24 octobre sur Arte 25/10/2017 Indonésie : La Cour suprême a scellé l'affaire de l'eau pour Jakarta 12/10/2017 FO Hebdo 11 octobre 2017 : Privatiser des services publics locaux serait enfin démodé ? : Le contrôle de la gestion de l’eau est de plus en plus repris par le secteur public au sein des municipalités 11/10/2017 Turin remunicipalise sa gestion de l'eau 09/10/2017 Merci la régie de l'eau de Fougères :  très peu de fuites avec un taux de rendement de 95 % et un prix un des moins chers du département d'Ile et Vilaine 09/10/2017 le sénateur maire de Saint Maurice (94) 1er vice président du SEDIF depuis 1983 Christian Cambon quittera sa mairie le 14 octobre et il sera remplace par le Directeur des relations institutionnelles Eau France de SUEZ depuis 17 ans Igor Semo 07/10/2017 Le festival du film latin démarre jeudi prochain à Épernay 06/10/2017 France Culture : Le trouble prix de l'eau Dans les communes où le service de gestion de l’eau n’est pas municipalisé, certains arrangements avec les sociétés prestataires demeurent. Et c'est le consommateur qui en paye la facture. 04/10/2017 L'Est Républicain 4 octobre 2017 : PAYS DE MONTBÉLIARD Le débat sur l’eau refait surface 04/10/2017 Marie-Noëlle Battistel (PS) demande en qualité de Présidente de l'ANEM (Association Nationale des Elus de Montagne) la révision de la loi NOTRe. Une révision qui porterait sur un élément fort : le transfert des compétences eau et assainissement aux i 04/10/2017 Documentaire Arte 24 octobre 20h15 à 21h55 : Le poison de la mafia rediffusion 3 novembre 9h25 30/09/2017 L'Etat pompe les budgets des agences de l'eau : le personnel se met en grève 30/09/2017 Arte thema mardi 12 décembre 20h40 (date à confirmer) : Jusqu'à la dernière goutte - La guerre secrète de l'eau en Europe documentaire 2017 de 52 mn de Yorgos Avgeropoulos  30/09/2017 NÎMES MÉTROPOLE La gestion de l’eau au Tribunal 29/09/2017 Capital octobre 2017 : Prix de l'eau : le scandale continue (les français paient de 10 à 50% en trop) 29/09/2017
           
HISTOIRES

L’eau convoitée de l’aquifère Guarani ( ou L'ENJEU d'une GUERRE économique DE L'EAU)

Un bien non encore protégé par la loi
www.risal.collectifs.net



L’eau convoitée de l’aquifère Guarani ( <font color='red' size=4> ou L'ENJEU d'une GUERRE économique DE L'EAU)
La richesse d’une civilisation se mesurera bientôt en litres. On entend dire depuis quelque temps que le manque d’eau sera la cause de guerres dans un avenir pas très lointain et que la possession de cette ressource sera un trophée inestimable. Or ici, dans le Sud, au cœur d’une région partagée entre quatre pays, se trouve la perle rare, l’aquifère Guarani, qui non seulement passe actuellement pour être la troisième réserve souterraine d’eau douce du monde mais aussi qui pourrait être la plus grande nappe d’eau existant sous terre, selon les dernières estimations. Toutes les questions alarmistes habituelles, même les plus extravagantes, commencent à se faire entendre. Est-ce que les gens qui n’ont plus d’eau vont venir puiser dans le Guaraní ? Est-ce qu’ils risquent de nous prendre notre eau par la force ?


www.amanthea.pop.com.br

Situé entre les bassins des fleuves Paraná, Uruguay et Paraguay, l’aquifère Guaraní couvre une superficie d’environ 1 194 000 km2 . Il est divisé entre le Brésil pour 70%, l’Argentine pour 19%, le Paraguay pour 6% et l’Uruguay pour 5%. Quoi qu’il en soit, on ignore aujourd’hui son étendue exacte ; au point que l’on n’est pas encore parvenu à localiser l’extrémité occidentale de la réserve au Paraguay et en Argentine, où l’on pense qu’il s’étire au-delà de la lagune de Mar Chiquita. De même, selon les estimations, l’aquifère Guaraní pourrait s’étendre, au sud, jusqu’aux grands lacs de la cordillère argentine.

Ses dimensions sont fabuleuses : sa superficie dépasse celle de l’Espagne, de la France et du Portugal réunis. Avec une capacité de 55 000 km3 (sachant qu’un kilomètre cube équivaut à un milliard de litres d’eau), cet aquifère, bien exploité, pourrait approvisionner une population de 720 millions d’individus à raison de 300 litres par jour et par habitant . Pour l’instant, c’est un scénario qui relève plutôt de la science fiction.

« Le problème ne tient pas à la diminution des réserves d’eau, mais au changement de leur emplacement et de leur qualité » , a expliqué à Clarín l’expert mexicain Gian Carlo Delgado, auteur de l’ouvrage Agua y seguridad nacional (Mondatori). Selon Delgado « d’un côté le taux de pollution de l’eau est élevé et, d’un autre côté, on commence à observer une redistribution géographique des précipitations et, donc, de l’eau douce ».

Il est à prévoir que les zones présentant une grande biodiversité, comme celle qu’abrite l’aquifère Guaraní, connaîtront une augmentation ou, du moins, un maintien des indices de précipitation et que, par conséquent, ces « zones sont appelées à jouer un rôle stratégique au niveau local, régional et mondial », annonce Delgado.

Il convient de se rappeler que, sur les 1,4 milliard de kilomètres cubes d’eau que l’on trouve sur la planète, seuls 2,5% sont de l’eau douce , et que le reste ne peut être rendu potable qu’au prix d’opérations de dessalement extrêmement coûteuses et complexes que très peu de gouvernements peuvent se permettre. La quantité d’eau dans le monde double tous les 20 ans mais nombreux sont les facteurs qui nous amènent à nous demander si elle suffira à étancher la soif de tous les humains : croissance démographique, utilisation irréfléchie de la ressource dans l’agriculture, exploitation incontrôlée de cours d’eau, etc. Il ressort des statistiques que 85% de l’eau consommée sont utilisés par 12% de la population . Nouvel exemple d’une manne inégalement répartie, encore que, dans notre cas, cette inégalité profite à la nature. En effet, le continent américain, qui abrite seulement 12% de la population, possède 47% des réserves d’eau potable du monde .


Alors que les pays d’Europe souffrent d’un manque d’eau et se désespèrent parce qu’à peine cinq de leurs 55 cours d’eau ne sont pas pollués, en Amérique du Sud, le problème revêt les couleurs d’un spectre, celui de la privatisation .

Ici, il y a de l’eau, elle se voit ou, si elle ne se voit pas, c’est parce qu’elle passe sous terre, mais depuis que les organisations internationales ont décrété que l’eau peut être une marchandise régie par les lois de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et ne constitue pas un droit de l’homme, le passage de la rivière à la canette ou à la bouteille a des relents de dollars. Pour cette raison, une réserve telle que l’aquifère, avec un volume exploitable de 40 à 80 km3 par an, représente une source de richesse extraordinaire pour les entreprises du secteur.

Depuis novembre 2001, la Banque mondiale, à travers le GEF (une de ses branches, spécialisée dans l’environnement), finance les recherches et autres travaux visant à assurer un « développement durable » de l’aquifère. C’est à cette époque que les Etats qui partagent le gisement confièrent à des étrangers l’étude de cette ressource, ce qui, aux yeux des observateurs les plus méfiants, revient à leur avoir servi ce trésor national sur un plateau. Des organismes allemands et néerlandais et l’ONU au titre de divers programmes participent à cette étude qui devrait prendre fin en 2006.

« Des organisations internationales comme la Banque mondiale cherchent à créer dans la zone du Guaraní une nouvelle région industrielle et compétitive à l’échelle mondiale, sans se soucier de préserver l’aquifère ni les intérêts réels des habitants de la région (15 millions de personnes), a déclaré du Canada Sara Grusky, de l’ONG Water for All du Canada. Elles ont pour seul objectif le développement industriel, ce qui ajoute aux risques de privatisation sous quelque forme que ce soit. »

Tandis que, de son côté, l’Europe est à l’affût des affaires qu’elle pourrait réaliser (les plus grandes entreprises de l’industrie de l’eau sont européennes), les Etats-Unis se disent désespérés de voir leurs réserves s’épuiser et se projettent dans un avenir de stérilité et de sécheresse. Aux termes d’un rapport très complet rédigé par le professeur argentin Elsa Bruzzone [1], et selon ce qui se dégage des travaux effectués par les Canadiens Barlow et Clark [2] (auteurs du désormais célèbre ouvrage L’or bleu, 40% des cours d’eau et des lacs des Etats-Unis sont pollués, tout comme des aquifères tels que l’Ogallala, qui s’étend sur huit Etats du Dakota du Sud au Texas. La surexploitation de l’eau et l’utilisation de produits toxiques dans l’agriculture achèvent de tuer cette ressource. Le partage de cours d’eau avec le Canada au nord et avec le Mexique au sud, et l’existence de législations interprétées à travers le filtre d’intérêts propres, sont en train d’induire des conflits qui se durcissent d’une année à l’autre.

Sans loi, pas de défense possible. Dans le document intitulé Santa Fe IV, produit en 2000 par un groupe influent du Parti républicain sur la fin du gouvernement Clinton, étaient présentés les principaux éléments géostratégiques qui continueraient de jouer un rôle important pour la sécurité nationale des Etats-Unis. L’un d’eux était la nécessité de garantir « que les pays de l’hémisphère ne soient pas hostiles à nos préoccupations concernant la sécurité nationale ».

Dans le rapport des anciens conseillers de Reagan et de Bush père, un autre point, étroitement lié au premier, explique pourquoi il est primordial que les pays où se trouve le Guaraní promulguent des lois qui protègent l’aquifère en tant que patrimoine de ces pays. Il est dit dans ce document que les Etats-Unis doivent s’assurer « de la disponibilité des ressources naturelles de l’hémisphère pour répondre à nos priorités nationales ».

La visite récente du chef du Pentagone, Donald Rumsfeld, au Paraguay et son ardeur à obtenir des Etats de la région l’immunité pour ses propres soldats ont fait réapparaître le spectre d’une expropriation . Au nord, d’aucuns pensent que ce qui intéresse vraiment Washington, ce n’est pas l’aquifère mais la concentration possible d’activités terroristes dans la zone de la dénommée Triple Frontière où, curieusement, est situé le Guaraní, qui fournit de l’eau à quelque 500 villes.

Chacun sait que le gouvernement républicain est obsédé par le terrorisme. Il l’est moins, en revanche, par l’avenir et l’environnement, domaines dans lesquels, d’une manière générale, il renâcle à collaborer. Or on ne peut rester indifférent à certaines nécessités impérieuses. En février 2004, quelqu’un a transmis au quotidien britannique The Guardian un rapport secret dans lequel le conseiller du Pentagone, Andrew Marshall, avertissait le président Bush des effets préjudiciables du réchauffement planétaire à court terme, dont le manque d’eau potable. Il y était également recommandé aux Etats-Unis de prendre les mesures voulues pour pouvoir s’approprier cette ressource stratégique, là où elle se trouvait et quand cela serait nécessaire.

A bon entendeur...

26 décembre 2005

Notes:

[1] [NDLR] Elsa M. Bruzzone, Bataille pour l’or bleu à la « triple frontière », RISAL, 7 janvier 2004.

[2] [NDLR] Maude Barlow, Tony Clarke, la lutte pour l’eau en Amérique latine, RISAL, 26 août 2004.



En cas de reproduction de cet article, veuillez indiquer les informations ci-dessous:

Source, Clarin (www.clarin.com), Argentine, 25 septembre 2005.

Traduction : Diffusion de l’information sur l’Amérique latine (Dial - www.dial-infos.org). Traduction revue par RISAL ( www.risal.collectifs.net.

Samedi 14 Janvier 2006
Vendredi 17 Mars 2006
SOURCE: Hinde Pomeraniec.
Lu 3683 fois


1.Posté par Nelson R. Amanthea le 27/01/2006 20:25
Fico feliz em saber que contribuí ainda que indiretamente para a manifestação e divulgação das idéias que têm como pano de fundo o Aquifero Guarani e o processo de dominação que considera a água de forma apenas mercantilista, utilitária.
Concluí minha dissertação de mestrado sobre o Guarani em 2004 (será disponibilizada no meu site), aquífero preterido há mais de 26 anos na região onde vivo por interesses econômicos e imediatistas na construção da maior obra de saneamento do Paraná: o sistema Tibagi. Coloco-me à disposição para contribuir com a discussão, seja em forma de artigos ou outros mecanismos.
Saudações
Eng. Nelson Amanthea
Londrina - PR . Brasil

2.Posté par Walmir de Araújo Rocha le 11/06/2006 12:43
Seria interessante publicar esse importante trabalho de mestrado do Eng. Nelson Amanthea em congressos e revistas científicas da ABES (Associação Brasileira de Engenharia Sanitária e Ambiental), uma vez que o Aquífero Guarani, situado entre as bacias dos rios Paraná, Uruguai e Paraguai, cobrindo uma superfície de 1 194 000 km2, dividido entre Brasil (70%), Argentina (19%), Paraguai (6%) e Uruguai (5%), merece ser preservado, e, talvez, divulgações conscientes, através de Congressos, Internet, Imprensa, Escolas, contribuam, em parte, para uma melhor visão e percepção de sua importância social.


Dans la même rubrique :

Les leçons de Suez - 10/03/2006

1 2

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide