ACME
Thomas Joly président du Syndicat Intercommunal d'Assainissement de la Vallée de la Bièvre, vice président de Paris Saclay à l'eau et l'assainissement et maire de Verrières et Veolia dans Planet Veolia novembre distribué au congrès des maires de Fran 23/11/2017 Suez à Paris ! 23/11/2017 Les guerres secrètes de l'eau en Europe 23/11/2017 Comme chaque année au congrès de l'Association des Maires de France, Veolia invite le mercredi 22 novembre 1 500 maires à déjeuner et à écouter le PDG de Veolia dans une salle privatisée à la Porte de Versailles à Paris 22/11/2017 Rapport Suez 2016 assainissement Wissous : expresses réserves quant à la sincérité, l'exactitude et la complétude du contenu de ce rapport annuel d'activité et recours à l'assistance d'experts technique, financier et juridique pour lever ces réserves 21/11/2017 Eau: Lège Cap-Ferret les usagers de la presqu'île ont-ils été lésés ? 17/11/2017 Ordre du jour du conseil communautaire de Paris Saclay 22 novembre 20h30 à Orsay avec 55 questions 16/11/2017 Management décembre 2017 : lanceurs d'alerte 16/11/2017 Les guerres secrètes de l'eau en Europe 16/11/2017 Une start up dépose trois plaintes pénales visant Veolia 16/11/2017 La Dépêche 16 novembre : après 60 ans Exit Véolia, bienvenue Agur et bonjour les économies sur la facture d'eau 16/11/2017 André Santini, à la tête du Sedif, veut construire un "ring hydraulique" autour de la capitale Célia Blauel, pour Eau de Paris, défend le modèle de régie publique. Emmanuel Macron va devoir trancher 15/11/2017 Eau à Lège Cap Ferret 14/11/2017 Mag'Centre 13 novembre : la régie de l'eau de Blois créée le 1er janvier 2017 baisse le prix de l'eau 14/11/2017 samedi 25 novembre après midi à Vaux le Pénil près de Melun (77) STOP à l'évasion fiscale, à l'opacité de la gestion de l'eau et au CETA organisé par ATTAC 77 13/11/2017 Sortie le 30 novembre du livre "Les crapules de la République" de R Lenglet et JL Touly chez First 11/11/2017 Toulouse : Gestion publique de l'eau : création d'un collectif et lancement d'une pétition  Agur, après 60 ans de Veolia, nouveau délégataire pour l’assainissement collectif à Villeneuve-sur-Lot, Bias et Pujols 08/11/2017 7 novembre : Metz Métropole récupère la gestion publique de l’eau potable 07/11/2017 L'oeil du 20h du journal de France 2 du 6 novembre 2017 à Wissous : Suez, Veolia : des fournisseurs d'eau … pas très clairs 06/11/2017 Eau Secours 29 Quimper : création de la commission de contrôle (financier) des DSP 04/11/2017 L’UFC-Que choisir lance un “S eau S” 03/11/2017 Eau Ouest Essonne la régie de l'eau 02/11/2017 Pourquoi la Guadeloupe transporte-t-elle encore de l'eau dans un panier ?  Le Gouvernement interpellé sur la question de l'eau potable en Guadeloupe 01/11/2017 Guadeloupe 30 octobre : La gestion de l'eau en toute transparence 31/10/2017 UN VILLAGE DE L’HÉRAULT SAUVE SA RÉGIE PUBLIQUE DE L’EAU, EN DÉPIT DE LA LOI NOTRE, EN CRÉANT UNE SEM DONT LES HABITANTS SONT SOCIÉTAIRES ! 31/10/2017 Le poison de la mafia, la loi du silence un documentaire présenté le 24 octobre sur Arte 25/10/2017 Indonésie : La Cour suprême a scellé l'affaire de l'eau pour Jakarta 12/10/2017 FO Hebdo 11 octobre 2017 : Privatiser des services publics locaux serait enfin démodé ? : Le contrôle de la gestion de l’eau est de plus en plus repris par le secteur public au sein des municipalités 11/10/2017 Turin remunicipalise sa gestion de l'eau 09/10/2017 Merci la régie de l'eau de Fougères :  très peu de fuites avec un taux de rendement de 95 % et un prix un des moins chers du département d'Ile et Vilaine 09/10/2017 le sénateur maire de Saint Maurice (94) 1er vice président du SEDIF depuis 1983 Christian Cambon quittera sa mairie le 14 octobre et il sera remplace par le Directeur des relations institutionnelles Eau France de SUEZ depuis 17 ans Igor Semo 07/10/2017 Le festival du film latin démarre jeudi prochain à Épernay 06/10/2017 France Culture : Le trouble prix de l'eau Dans les communes où le service de gestion de l’eau n’est pas municipalisé, certains arrangements avec les sociétés prestataires demeurent. Et c'est le consommateur qui en paye la facture. 04/10/2017 L'Est Républicain 4 octobre 2017 : PAYS DE MONTBÉLIARD Le débat sur l’eau refait surface 04/10/2017 Marie-Noëlle Battistel (PS) demande en qualité de Présidente de l'ANEM (Association Nationale des Elus de Montagne) la révision de la loi NOTRe. Une révision qui porterait sur un élément fort : le transfert des compétences eau et assainissement aux i 04/10/2017 Documentaire Arte 24 octobre 20h15 à 21h55 : Le poison de la mafia rediffusion 3 novembre 9h25 30/09/2017 L'Etat pompe les budgets des agences de l'eau : le personnel se met en grève 30/09/2017 Arte thema mardi 12 décembre 20h40 (date à confirmer) : Jusqu'à la dernière goutte - La guerre secrète de l'eau en Europe documentaire 2017 de 52 mn de Yorgos Avgeropoulos  30/09/2017 NÎMES MÉTROPOLE La gestion de l’eau au Tribunal 29/09/2017 Capital octobre 2017 : Prix de l'eau : le scandale continue (les français paient de 10 à 50% en trop) 29/09/2017
           
REVUE DE PRESSE

LE MONDE : Le projet de loi sur l'eau soumis à l'Assemblée prône une meilleure gestion des ressources

Sur proposition du ministre de l'écologie et du développemennt durable, le Sénat a adopté, en avril 2005, en première lecture un projet de loi sur l'eau et les milieux aquatiques qui couronnait deux ans de consultations et de débats publics. Le projet de loi revient devant l'Assemblée nationale, mercredi 11 mai, où il sera soumis à discussion devant les parlementaires.



LE MONDE : Le projet de loi sur l'eau soumis à l'Assemblée prône une meilleure gestion des ressources
Selon le site du ministère de l'environnement et du développement durable, ce projet défend deux objectifs principaux. Tout d'abord, confier des moyens d'action à l'administration, aux collectivités territoriales et aux acteurs de l'eau en général afin d'atteindre à l'horizon 2015 l'objectif de "bon état écologique", fixé par une directive communautaire du 23 octobre 2000.

Toujours selon le même site, le projet de loi vise, en outre, à déférer aux collectivités locales les moyens de transformer les services publics de l'eau potable afin de permettre la transparence vis-à-vis des usagers,la solidarité en faveur des plus démunis et d'assurer l'efficacité environnementale. En marge des discussions parlementaires, d'autres objectifs du projet devrait être débattus, comme la modernisation des structures fédératives de la pêche en eau douce ou encore la préservation des milieux aquatiques.



L'EAU REPRÉSENTE

LE MONDE : Le projet de loi sur l'eau soumis à l'Assemblée prône une meilleure gestion des ressources
La ministre de l'écologie, Nelly Olin, est intervenue devant l'Assemblée nationale, jeudi 11 mai, pour défendre son projet de loi et a estimé que l'eau était "un enjeu planétaire". "Le Forum mondial (de l'eau qui s'est tenu en mars à Mexico) nous a rappelé que la mauvaise qualité de l'eau est la première cause de mortalité dans le monde. Une personne sur cinq n'a pas accès à l'eau potable et une personne sur trois à l'assainissement", a-t-elle poursuivi.


Insistant sur les bienfaits du nouveau dispositif, Nelly Olin a rappelé que"notre responsabilité aujourd'hui est de mener à bien ce projet de réforme de la politique de l'eau. Cette loi a pour but d'adapter nos outils pour atteindre les objectifs fixés collectivement dans la politique européenne de l'eau. La France est comptable devant la Commission européenne de leur bonne réalisation".


L'examen du texte, qui a été décalé de deux jours en raison du prolongement du débat sur le projet de loi sur l'immigration, sera l'occasion pour l'opposition de mettre en avant les "insuffisances" du texte, notamment en matière de taxation des agriculteurs sur l'utilisation des pesticides et des nitrates. Trois motions de censure (deux PS, une PCF) et près d'un millier d'amendements ont été déposés sur ce texte de 50 articles, dont le vote solennel est fixé au 30 mai.



UNE FORME D'APPLICATION DU PRINCIPE POLLUEUR-PAYEUR

LE MONDE : Le projet de loi sur l'eau soumis à l'Assemblée prône une meilleure gestion des ressources
Ce point fait particulièrement débat : l'UFC-Que Choisir propose de son côté de multiplier par quatre les redevances payées par les agriculteurs sur les pesticides et la consommation d'eau et d'instaurer une redevance sur la pollution par les nitrates, le produit de ces redevances devant être entièrement reversé aux agriculteurs qui auront pris des mesures favorables à la protection de la ressource aquatique. "Notre idée n'est pas de demander davantage d'argent au monde agricole pour faire baisser la contribution des consommateurs, mais au contraire de faire un cercle vertueux de l'argent pour que les agriculteurs soient incités à des pratiques plus vertueuses et à des cultures plus économes en eau", a expliqué Alain Bazot, président de l'organisme de défense des consommateurs qui voit là "une forme d'application du principe pollueur-payeur", a-t-il estimé.


L'UFC-Que Choisir propose par ailleurs de "réguler" l'oligopole privé sur la distribution de l'eau et que chaque procédure de renouvellement des contrats d'eau des villes de plus de cent mille habitants fasse obligatoirement l'objet d'un avis du Conseil de la concurrence. Elle suggère également que l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques organise "une veille informative sur le prix de l'eau : comparatif des prix, étude sur le coût de revient, audit des investissements réalisés".


Avec AFP

Vers un impôt sur l'eau ?, par André Santini

LE MONDE | 10.05.06 |
Sous des apparences anodines et des débats techniques, le projet de loi sur l'eau s'engage dans une direction qu'on ne saurait accepter, sauf à renier les principes sur lesquels a été construite la politique de l'eau depuis près d'un demi-siècle en France : il propose ne rien de moins que d'étatiser les Agences de l'eau en transformant les redevances qu'elles perçoivent en recette fiscale nationale.


Faisons un bref retour sur l'histoire. En 1964, le législateur institua, avec les Agences de bassin, renommées par la suite Agences de l'eau, un système juridique original leur permettant de percevoir des redevances affectées à la protection de nos rivières, de nos nappes et à la sauvegarde de la qualité de l'eau. Ce dispositif a démontré son efficacité. Les succès obtenus ces dernières décennies l'attestent : desserte de l'ensemble de la population française par des systèmes d'alimentation en eau potable, renforcement des traitements pour une sécurité sanitaire accrue, développement de services de collecte et dépollution des eaux usées plus performants, etc. Mais, en 1982, le Conseil constitutionnel estima que les redevances des Agences de l'eau appartenaient aux impositions de toute nature - par opposition aux taxes parafiscales ou redevances pour services rendus. En conséquence de quoi, le Parlement serait seul compétent pour en fixer les règles concernant le taux, l'assiette et les modalités de recouvrement.

Bien que depuis leur création, il y a plus de quarante années, aucun problème ne soit apparu dans l'application de ces redevances, il est souhaitable que leur constitutionnalité soit établie par la loi. L'actuel projet de loi sur l'eau veut régler la lancinante question de la validité constitutionnelle des redevances des Agences de l'eau, mais y apporte une mauvaise réponse. Si tous les présidents des Comités de bassin ainsi que de nombreuses collectivités et industriels s'opposent avec vigueur à ce projet de loi, c'est d'abord pour protéger la facture d'eau de l'abonné et éviter la "pétrolisation" de celle-ci (l'ajout d'une taxe fiscale sur ce dont s'acquitte l'utilisateur des services d'eau et d'assainissement). Nous savons bien ce qu'il est advenu de la taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP), créée à l'origine pour venir en aide aux personnes âgées et qui pèse aujourd'hui près de 85 % du prix de l'essence à la pompe...

Le projet de loi sur l'eau assimile les sommes collectées par les Agences de l'eau à des impôts : elles pourraient alors être aisément employées par l'Etat dans le cadre de son budget général. Les risques de dérives sont patents : la puissance publique a eu, par le passé, la fâcheuse tendance de puiser dans les Agences de l'eau pour financer des actions éloignées des missions de celles-ci. Face à des redevances qui s'élèvent à 1,5 milliard par an, la tentation serait grande pour un Etat impécunieux d'en détourner une partie pour des besoins sans rapport avec l'eau. Une telle manne financière, quel Etat sans finance posséderait la vertu d'en respecter l'affectation ?

Le projet de loi bat en brèche les principes de "l'utilisateur-payeur" et de "l'eau paie l'eau", qui organisent le financement des services d'eau et d'assainissement. L'eau doit payer l'eau et ne doit payer que l'eau ; elle ne doit pas financer, en plus de l'eau, des dépenses d'intérêt général décidées à sa convenance par un état indigent. A une époque où la directive-cadre européenne de 2000 exige représentativité et transparence du prix de l'eau au niveau de chaque bassin, l'Etat, en s'appropriant une partie de la facture d'eau, l'empêcherait de retracer le coût du service rendu et la rendrait moins lisible.

Plus encore, le caractère obligatoire du versement des redevances ne provient que de la volonté propre des cotisants. Si l'actuel projet de loi était adopté, on voit mal les représentants des usagers, industriels et collectivités continuer de voter - sauf par "masochisme fiscal" - des redevances qui deviendraient des recettes d'Etat, sans réelle garantie de leur affectation à l'eau. Aussi l'immixtion de l'Etat dans un système coopératif qui a fait ses preuves (les Agences de l'eau) et dans des prérogatives essentiellement municipales (l'alimentation en eau et l'assainissement) est-elle plus que déplacée.

En 1976, Michel Rocard avait déjà souligné la contradiction manifeste entre le souci d'efficacité des Agences et la fiscalisation de leurs redevances. Finalement, que désire-t-on ? Se donner les moyens de protéger les ressources en eau ou bien fiscaliser des redevances avec, en ligne de mire, la captation par l'Etat de fonds de nature communale ? Si mettre fin à l'incertitude constitutionnelle dans laquelle se sont développées les redevances de l'eau est un but légitime, il existe de meilleurs moyens qu'une loi inadaptée qui les fiscaliserait et les plafonnerait à des niveaux incompatibles avec l'objectif fixé par la directive-cadre européenne : atteindre, d'ici à 2015, le bon état écologique et chimique des eaux. La Charte de l'environnement, annexée en 2004 à la Constitution française, ouvre des perspectives pour sécuriser juridiquement l'existence de ces redevances sans leur faire perdre la souplesse à l'origine de leur succès. C'est sur l'article 4 de cette Charte, qui dispose que "toute personne doit contribuer à la réparation des dommages qu'elle cause à l'environnement dans les conditions fixées par la loi", que devrait s'appuyer la reconnaissance constitutionnelle des redevances de l'eau.

Désavouera-t-on la Charte de l'environnement deux ans après son annexion solennelle à la Constitution française ? Laissera-t-on un Etat dont la gestion ne passe pas pour une référence démanteler un modèle de gestion de l'eau que nous envient nombre de pays ? Acceptera-t-on que l'argent de l'eau aille se perdre dans le trou sans fond d'un Etat désargenté ? Faites-nous une bonne loi et nous vous ferons de bonnes ressources en eau.


--------------------------------------------------------------------------------
André Santini est député et maire (UDF), président du Comité de bassin de l'Agence de l'eau Seine-Normandie.


Vendredi 12 Mai 2006
Vendredi 12 Mai 2006
le Monde
Lu 1695 fois

Dans la même rubrique :

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide