ACME

Indonésie : La Cour suprême a scellé l'affaire de l'eau pour Jakarta 12/10/2017 FO Hebdo 11 octobre 2017 : Privatiser des services publics locaux serait enfin démodé ? : Le contrôle de la gestion de l’eau est de plus en plus repris par le secteur public au sein des municipalités 11/10/2017 Turin remunicipalise sa gestion de l'eau 09/10/2017 Merci la régie de l'eau de Fougères :  très peu de fuites avec un taux de rendement de 95 % et un prix un des moins chers du département d'Ile et Vilaine 09/10/2017 le sénateur maire de Saint Maurice (94) 1er vice président du SEDIF depuis 1983 Christian Cambon quittera sa mairie le 14 octobre et il sera remplace par le Directeur des relations institutionnelles Eau France de SUEZ depuis 17 ans Igor Semo 07/10/2017 Le festival du film latin démarre jeudi prochain à Épernay 06/10/2017 France Culture : Le trouble prix de l'eau Dans les communes où le service de gestion de l’eau n’est pas municipalisé, certains arrangements avec les sociétés prestataires demeurent. Et c'est le consommateur qui en paye la facture. 04/10/2017 L'Est Républicain 4 octobre 2017 : PAYS DE MONTBÉLIARD Le débat sur l’eau refait surface 04/10/2017 Marie-Noëlle Battistel (PS) demande en qualité de Présidente de l'ANEM (Association Nationale des Elus de Montagne) la révision de la loi NOTRe. Une révision qui porterait sur un élément fort : le transfert des compétences eau et assainissement aux i 04/10/2017 Documentaire Arte 24 octobre 20h15 à 21h55 : Le poison de la mafia rediffusion 3 novembre 9h25 30/09/2017 L'Etat pompe les budgets des agences de l'eau : le personnel se met en grève 30/09/2017 Arte thema mardi 12 décembre 20h40 (date à confirmer) : Jusqu'à la dernière goutte - La guerre secrète de l'eau en Europe documentaire 2017 de 52 mn de Yorgos Avgeropoulos  30/09/2017 NÎMES MÉTROPOLE La gestion de l’eau au Tribunal 29/09/2017 Capital octobre 2017 : Prix de l'eau : le scandale continue (les français paient de 10 à 50% en trop) 29/09/2017 La retraite après près de 42 ans à la Générale des Eaux devenue Vivendi puis Veolia Eau 28/09/2017 Intervention de C Leboeuf élue communautaire lors du conseil communautaire de Paris Saclay du 27 septembre 2017 28/09/2017 Lettre du collectif Aggl'Eau-CPS aux élu-e-s de la Communauté Paris Saclay 27/09/2017 Enquête 2015 du CD 91 sur le prix de l'eau en Essonne 26/09/2017 Lettre de Jean Luc Touly au président de la CPS et au vice président en charge de l'eau et de l'assainissement 26/09/2017 L’eau, un investissement qui rapporte en Bourse 26/09/2017 Question à poser demain au Conseil Départemental de l'Essonne 24/09/2017 Conseil Départemental de l'Essonne : ordre du jour du 25 septembre 9h : Nouvelle politique départementale de l'eau présentée par B Vermillet et en présence de M Bournat 23/09/2017 Le PDG de Veolia "serein" face aux soupçons de corruption en Roumanie 22/09/2017 Antoine Frérot, le PDG de Veolia, se dit "serein" sur l'issue des enquêtes en cours dont fait l'objet la filiale roumaine du groupe, soupçonnée d'avoir versé des pots-de-vin à des officiels locaux 21/09/2017 Perturbateurs endocriniens : l'Inserm quantifie pour la première fois l'effet cocktail  Bases de données BRGM sur la qualité des eaux de surface et souterraines 16/09/2017 Le PDG de Veolia invité à la fête de l'humanité fêtera avec le président communiste du Siaap ce nouveau marche à 397 millions d'euros qu'il vient de lui attribuer ! 15/09/2017 FO Hebdo : Veolia eau : nouvelle grève contre le plan social (MERCREDI 13 SEPTEMBRE 2017 EVELYNE SALAMERO) 13/09/2017 Capital 11 septembre : PLAN SOCIAL CHEZ VEOLIA : CFDT ET CGT SE DÉCHIRENT, LA MANNE DU CE EN LIGNE DE MIRE 11/09/2017 Capital Hors Série septembre 2017 : le business de l'environnement chez Suez : l'eau dessalée par Suez, plus chère que l'Evian 10/09/2017 Le Point : Veolia et sa filiale roumaine sous le coup d'une enquête américaine et du Parquet national financier (PNF) 08/09/2017 Courrier recommandé de JL Touly au président de la CADA Commission d'Accès aux Documents Administratifs 06/09/2017 INFO FRANCEINFO. Réduction du débit d'eau : Veolia et la Saur à nouveau condamnées 05/09/2017 Ouest France et France Bleu août 2017 : À Crozon, l'assainissement en eaux troubles 30/08/2017 Le temps vire au gris avec Veolia ! Un niveau alarmant de créances allié à l'irritabilité des autorités gabonaises ont tendu les rapports avec le groupe français. Révélations. 30/08/2017 Marche pour l'eau Bourges 14 septembre 2017 29/08/2017 Alors qu'un 4ème plan de suppression d'emplois est annoncé aux salariés de Veolia Eau, Veolia ouvre un débat de fond sur l'eau en présence du directeur général de Veolia Eau F Van Heems, de V Huvelin secrétaire CGT du CCE, de D Poly secrétaire CGT 27/08/2017 L'Est Eclair : Quatre choses à savoir sur la remunicipalisation de la gestion de l'eau potable à Troyes 25/08/2017 Coupures illégales d'eau : reportage dans Complément d'enquête France 2 le 7 septembre 23h : en Guadeloupe, les coupures d'eau sont quotidiennes 20/08/2017 Contestation de la légalité de la délibération inscrite en point 23 de la séance du Conseil communautaire Paris Saclay du 28 juin 2017. « Approbation et autorisation donnée au Président de signer des avenants de clôture aux contrats de concession eau 18/08/2017 Le nouveau rapport de l’ONU revoit à la hausse les chiffres du manque d’accès à l’eau potable et à l’assainissement 15/08/2017
à la recherche d'articles
Inscription à la newsletter
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Brèves
16/02/2017

Lettre A 16 février 2017

JEAN-LUC TOULY
A la recherche de la Re-municipalisation
           
LES COMITES

ACME – Maroc : L’Eau, Aux confluences de durabilité du développement économique et de l’équité sociale

Texte introductif à la rencontre publique organisée à Rabat le 26 novembre 2006 dans la perspective de la tenue de la première Assemblée générale d'ACME-Maroc.



ACME – Maroc : L’Eau, Aux confluences de durabilité du développement économique et de l’équité sociale
L’Eau, ressource naturelle, bien commun vital, est, désormais, une ressource rare dans de nombreuses régions à travers le monde. Rare, en ce sens qu’elle est très peu disponible, physiquement, dans certaines régions, et dans d’autres la multiplicité des demandes qui s’y adressent accroît les tensions, notamment économiques et politiques à propos de ses usages.

Cette rareté, de plus en plus affirmée, est l’une des conséquences les plus importantes de l’augmentation rapide de la population mondiale enregistrée, au cours des 50 dernières années, d’une croissance économique irrespectueuse des exigences environnementales, notamment en Amérique du Nord, dans certaines régions d’Europe, et plus récemment en Chine et en Inde, et de l’accentuation des pollutions qui ont rendu une grande partie des eaux de surface et souterraines, notamment dans les pays pauvres, impropres à la consommation.

Plus précisément, le manque – réel ou virtuel - d’eau et les difficultés d’y accéder ainsi qu’aux services d’assainissement qui s’y attachent, vont de pair avec la pauvreté et une situation politique marquée par l’absence de prise en compte des intérêts véritables de la communauté (nationale, locale) et par l’impossibilité d’exercer des contrôles crédibles sur les décisions relatives aux choix publics et sur l’affectation des ressources financières disponibles.

Aujourd’hui, à l’international, la situation de l’eau peut être résumée en 3 chiffres, alors même que certains des pays concernés les plus pauvres disposent de ressources potentielles en eau dépassant largement leurs besoins, ainsi:
- 1,5 milliard de personnes, pour la quasi-totalité dans des pays du tiers-monde, vivent sans accès à une eau potable saine
- 2,6 milliards de personnes vivent sans accès aux services d’assainissement
- 1,8 million d'enfants meurent annuellement, d'infections transmises par l'eau insalubre

Au Maroc, des données alarmantes doivent aujourd’hui être mises en avant, qui indiquent les menaces dont font les générations futures :

  • Situé dans une zone climatique, à fortes variations intra et interannuelles des précipitations, le Maroc est classés parmi les pays les plus menacés par les conséquences du réchauffement climatique. Mais, dores et déjà, les disponibilités en eau par habitant devraient y baisser de 970 m3 par an (en 2002) à 750 m3 en 2025.
  • Malgré cette marche vers la rareté, le Maroc ne parvient pas à gérer rationnellement les eaux dont il dispose. Ainsi, son agriculture, malgré sa faible contribution au Produit intérieur brut (moins de 15 %) absorbe plus de 80 % de ses eaux mobilisées. En outre, les gaspillages y sont d’un niveau très élevé, en effet, plus de 60 % des eaux agricoles sont perdues en raison des mauvaises pratiques d’irrigation et du manque d’entretien des conduites d’eau et autres équipements pertinents. Les pertes sont estimées, en raison de la vétusté des canalisations, à plus de 35 % des eaux à usage domestiques, notamment dans les grandes villes comme Rabat, Casablanca ou Fès.
  • Les eaux disponibles pour tous usages sont, en outre, menacées par une pollution de plus en plus préoccupante, d'origines diverses. Le rejet des eaux usées domestiques et industrielles dans le milieu naturel, sans traitements préalables, affecte la potabilité de l'eau dans certains bassins. Les défaillances en matière d'assainissement liquide sont très grandes. Sur les 500 millions de m³ d'eaux usées rejetées annuellement par les ménages en milieu urbain, plus du quart est tout simplement rejeté dans le réseau hydrographique ou épandu sur le sol. La même tendance est relevée dans le cas de l'assainissement solide. Ainsi sur les 10.800 tonnes de déchets ménagers produits chaque jour en milieu urbain, 2 % seulement des déchets collectés sont soit recyclés soit mis en décharge contrôlée. Le reste est déchargé dans la nature, contribuant fortement à la pollution des ressources en eau. Les périphéries de certaines de nos grandes (ou petites) villes présentent un paysage lunaire – insupportable à la vue et à l’odorat - à force de rejets à ciel ouvert de déchets et rebuts non traités.

D'une manière générale, on estime que les cours d'eau reçoivent directement environ 30 % de la pollution domestique et industrielle rejetée, alors que le sol et le sous-sol en reçoivent environ 27 %. Le Maroc est aujourd’hui classé parmi les pays d’Afrique (Maroc, Mali, Ethiopie, Tanzanie, Mozambique, Botswana et Afrique du Sud) où certaines pollutions liées à des Polluants organiques persistants (POP) sont les plus élevées du continent. Ces polluants affectant dangereusement la santé de la population à travers la contamination des eaux, des sols, de l’air et de la nourriture.
  • Dans ce cadre global peu reluisant, les autorités publiques, au niveau national et local, parlent d’assainissement sans rien réaliser de concret pour y parvenir, discourent à propos d’une gestion rationnelle des eaux agricoles, sans rien faire contre usages qui en sont faits par les grands propriétaires terriens et, surtout, soutiennent que l’accès du plus grand nombre à l’eau potable est un objectif social majeur, tout en augmentant la TVA – et donc le prix - appliquée à l’eau (et à l’électricité) et en autorisant les distributeurs de l’eau – dont les 3 plus importants sont à capitaux privés et étrangers – à agir comme bon leur semble en matière de tarification de l’eau livrée à la consommation des ménages.

C’est pour attirer l’attention des citoyens marocains et des responsables de tous niveaux sur tout cela, pour dire que les tendances antérieures quant aux usages de l’eau, à son partage entre différents utilisateurs et aux politiques appliquées en la matière ne sont pas soutenables, pour soutenir que la ‘’gestion déléguée’’ a été plus qu’une erreur, mais une faute politique, économique et social et pour avancer d’autres voies et moyens pour assurer la durabilité des eaux dont le Maroc dispose et en garantir un accès équitable à tous les Marocains que ACME – Maroc a été créée, avec les principaux objectifs suivants:

  • La reconnaissance juridique explicite locale et universelle du droit inaliénable de toute personne à l’eau et à l’assainissement.
  • La reconnaissance du statut de l’eau comme bien public universel.
  • L’adoption d’un cadre juridique consacrant la propriété publique de l’eau et sa non privatisation.
  • La prise d’initiatives citoyennes et le recours au processus démocratique particulièrement en matière de genre pour toutes les décisions touchant au domaine de l’eau. La protection de l’eau, en particulier de l’eau potable, et la revitalisation des ressources aquatiques
.
  • L’usage durable de l’eau notamment par la lutte pour l’économie de l’eau et contre toutes les pollutions et tous les gaspillages qui l’affectent et ce dans tous les domaines: agriculture, industrie, tourisme, services, loisirs, etc…
  • La promotion de projets éducatifs et pédagogiques ainsi que d’actions de sensibilisation des enfants et des jeunes aux questions relatives au droit et à la gestion de l’eau.

  • La promotion de la solidarité Nord Sud et du partenariat entre les collectivités et services publics et entités communautaires locales pour le financement des projets d’accès à l’eau et d’assainissement en faveur des populations démunies .

Rabat, 15 novembre 2006



Vendredi 17 Novembre 2006
Vendredi 17 Novembre 2006
karim lahlou
Lu 74711 fois


Dans la même rubrique :

8 SECONDES - 10/11/2006

S-EAU-S
Le Blog de Marc Laimé, Journaliste et membre de l'association ACME
Association Agir Pour l'Environnement
Evelyne Gaillet Licenciée par DALKIA, VEOLIA Energie.
Les News
Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide