ACME
Rapport Suez 2016 assainissement Wissous : expresses réserves quant à la sincérité, l'exactitude et la complétude du contenu de ce rapport annuel d'activité et recours à l'assistance d'experts technique, financier et juridique pour lever ces réserves 21/11/2017 Eau: Lège Cap-Ferret les usagers de la presqu'île ont-ils été lésés ? 17/11/2017 Ordre du jour du conseil communautaire de Paris Saclay 22 novembre 20h30 à Orsay avec 55 questions 16/11/2017 Management décembre 2017 : lanceurs d'alerte 16/11/2017 Les guerres secrètes de l'eau en Europe 16/11/2017 Une start up dépose trois plaintes pénales visant Veolia 16/11/2017 La Dépêche 16 novembre : après 60 ans Exit Véolia, bienvenue Agur et bonjour les économies sur la facture d'eau 16/11/2017 André Santini, à la tête du Sedif, veut construire un "ring hydraulique" autour de la capitale Célia Blauel, pour Eau de Paris, défend le modèle de régie publique. Emmanuel Macron va devoir trancher 15/11/2017 Eau à Lège Cap Ferret 14/11/2017 Mag'Centre 13 novembre : la régie de l'eau de Blois créée le 1er janvier 2017 baisse le prix de l'eau 14/11/2017 samedi 25 novembre après midi à Vaux le Pénil près de Melun (77) STOP à l'évasion fiscale, à l'opacité de la gestion de l'eau et au CETA organisé par ATTAC 77 13/11/2017 Sortie le 30 novembre du livre "Les crapules de la République" de R Lenglet et JL Touly chez First 11/11/2017 Toulouse : Gestion publique de l'eau : création d'un collectif et lancement d'une pétition  Agur, après 60 ans de Veolia, nouveau délégataire pour l’assainissement collectif à Villeneuve-sur-Lot, Bias et Pujols 08/11/2017 7 novembre : Metz Métropole récupère la gestion publique de l’eau potable 07/11/2017 L'oeil du 20h du journal de France 2 du 6 novembre 2017 à Wissous : Suez, Veolia : des fournisseurs d'eau … pas très clairs 06/11/2017 Eau Secours 29 Quimper : création de la commission de contrôle (financier) des DSP 04/11/2017 L’UFC-Que choisir lance un “S eau S” 03/11/2017 Eau Ouest Essonne la régie de l'eau 02/11/2017 Pourquoi la Guadeloupe transporte-t-elle encore de l'eau dans un panier ?  Le Gouvernement interpellé sur la question de l'eau potable en Guadeloupe 01/11/2017 Guadeloupe 30 octobre : La gestion de l'eau en toute transparence 31/10/2017 UN VILLAGE DE L’HÉRAULT SAUVE SA RÉGIE PUBLIQUE DE L’EAU, EN DÉPIT DE LA LOI NOTRE, EN CRÉANT UNE SEM DONT LES HABITANTS SONT SOCIÉTAIRES ! 31/10/2017 Le poison de la mafia, la loi du silence un documentaire présenté le 24 octobre sur Arte 25/10/2017 Indonésie : La Cour suprême a scellé l'affaire de l'eau pour Jakarta 12/10/2017 FO Hebdo 11 octobre 2017 : Privatiser des services publics locaux serait enfin démodé ? : Le contrôle de la gestion de l’eau est de plus en plus repris par le secteur public au sein des municipalités 11/10/2017 Turin remunicipalise sa gestion de l'eau 09/10/2017 Merci la régie de l'eau de Fougères :  très peu de fuites avec un taux de rendement de 95 % et un prix un des moins chers du département d'Ile et Vilaine 09/10/2017 le sénateur maire de Saint Maurice (94) 1er vice président du SEDIF depuis 1983 Christian Cambon quittera sa mairie le 14 octobre et il sera remplace par le Directeur des relations institutionnelles Eau France de SUEZ depuis 17 ans Igor Semo 07/10/2017 Le festival du film latin démarre jeudi prochain à Épernay 06/10/2017 France Culture : Le trouble prix de l'eau Dans les communes où le service de gestion de l’eau n’est pas municipalisé, certains arrangements avec les sociétés prestataires demeurent. Et c'est le consommateur qui en paye la facture. 04/10/2017 Marie-Noëlle Battistel (PS) demande en qualité de Présidente de l'ANEM (Association Nationale des Elus de Montagne) la révision de la loi NOTRe. Une révision qui porterait sur un élément fort : le transfert des compétences eau et assainissement aux i 04/10/2017 L'Est Républicain 4 octobre 2017 : PAYS DE MONTBÉLIARD Le débat sur l’eau refait surface 04/10/2017 Documentaire Arte 24 octobre 20h15 à 21h55 : Le poison de la mafia rediffusion 3 novembre 9h25 30/09/2017 L'Etat pompe les budgets des agences de l'eau : le personnel se met en grève 30/09/2017 Arte thema mardi 12 décembre 20h40 (date à confirmer) : Jusqu'à la dernière goutte - La guerre secrète de l'eau en Europe documentaire 2017 de 52 mn de Yorgos Avgeropoulos  30/09/2017 NÎMES MÉTROPOLE La gestion de l’eau au Tribunal 29/09/2017 Capital octobre 2017 : Prix de l'eau : le scandale continue (les français paient de 10 à 50% en trop) 29/09/2017 La retraite après près de 42 ans à la Générale des Eaux devenue Vivendi puis Veolia Eau 28/09/2017 Intervention de C Leboeuf élue communautaire lors du conseil communautaire de Paris Saclay du 27 septembre 2017 28/09/2017 Lettre du collectif Aggl'Eau-CPS aux élu-e-s de la Communauté Paris Saclay 27/09/2017 Enquête 2015 du CD 91 sur le prix de l'eau en Essonne 26/09/2017
           
REVUE DE PRESSE

Le dossier de l'eau de Viva magazine

: La facture est salée Pourquoi ça coûte si cher

L’eau potable est de plus en plus chère. En cause, la privatisation de sa gestion et la pollution croissante, qui exige des traitements de plus en plus complexes.



Le prix de l’eau ne cesse d’augmenter et a littéralement triplé en trente ans. Avec des écarts allant du simple au double selon les régions : un ménage des Côtes-d’Armor ou de la Loire peut payer jusqu’à 4,1 e le mètre cube d’eau, alors qu’un autre habitant en Auvergne ou en Rhône-Alpes déboursera moins de 2,50 euros. Pourquoi une telle disparité ? « La longueur du réseau, la densité de population à desservir, le caractère touristique de la région ou encore l’état de la ressource en eau influent sur la note finale », note Annie Coutellier, chargée d’études à l’Institut français de l’environnement (Ifen). Ainsi, les eaux superficielles, plus faciles d’accès mais plus polluées que les eaux souterraines, exigent des traitements plus complexes, et donc plus coûteux.

Des prix parfois abusifs
La hausse de prix est plus forte dans les petites communes qui, pour se conformer aux normes européennes, ont dû engager de lourdes sommes dans la construction de stations d’épuration pour le traitement des eaux usées.

Autre point crucial : la privatisation. Les collectivités ont le choix entre assumer elles-mêmes par l’intermédiaire d’une régie publique la gestion de leurs services d’eau ou la déléguer à une société privée (Veolia, la Lyonnaise des eaux...). Or, une étude commandée par le ministère de l’Ecologie, en 2004, a montré que le prix moyen de l’eau est environ 33 % plus élevé pour les communes qui en délèguent la gestion au privé. Une enquête de 2006 de l’association Ufc-Que choisir fait état de prix abusifs dans certaines villes et d’une certaine opacité dans les comptes. « Le Syndicat des eaux d’Ile-de-France (Sedif) a ainsi gonflé de 59 % la facture, pour un réseau de 4 millions d’habitants », note Jean-Luc Touly, ancien salarié de Veolia et coauteur d’un ouvrage [1] sur les multinationales de l’eau. Aussi, depuis cinq ans, quelques communes choisissent de remunicipaliser la gestion de leur eau potable. Résultat : dans ces villes, les tarifs ont baissé de 10 à 25 %.

[1] L’Eau des multinationales, les vérités inavouables, de Jean-Luc Touly et Roger Lenglet, éditions Fayard, 2006, 19 euros


La course à l’or bleu

Plus d’hommes sur la planète, moins d’eau

En France, il suffit d’ouvrir le robinet pour boire de l’eau. Mais, dans les pays pauvres, 1,2 milliard de personnes n’ont pas accès à l’eau potable et 2,5 milliards vivent dans des zones sans structures d’assainissement. Chaque jour, les maladies dues à une eau impropre tuent 30 000 personnes, dont 6 000 enfants. Pourtant, il y a beaucoup d’eau autour de nous, mais l’eau douce représente moins de 2 % du volume d’eau disponible sur la planète. Et à peine dix pays se partagent 60 % de cette réserve. Inégalement répartie, l’eau se fait aussi plus rare à cause de l’augmentation de la population mondiale, de l’agriculture intensive et des usines, de la pollution...

Le réchauffement climatique risque encore d’aggraver la situation car les glaciers et les calottes polaires, qui fournissent l’essentiel de l’eau douce, fondent, et les régions très sèches sont déjà deux fois plus nombreuses qu’il y a trente ans. Selon les experts, une pénurie d’eau pourrait toucher l’Afrique du Nord et méridionale, le Moyen-Orient, l’Inde et l’Amérique centrale dès 2020. Les pays qui ont les moyens d’importer de l’eau et de la traiter s’en sortiront, mais les autres ? Certains parlent déjà de crise : en effet, demain, l’eau pourrait devenir si rare qu’elle générera des conflits dans plusieurs parties du monde. La course à l’« or bleu » est lancée : dans certaines régions du globe, des multinationales ont commencé à acheter des rivières, privant les populations de leurs ressources naturelles. Trop chère en plus d’être rare, l’eau pourrait un jour ne plus être accessible à deux tiers des habitants de la planète.

La France est au quatrième rang de la consommation mondiale d’eau en bouteille par habitant. Pourtant, l’eau du robinet est très contrôlée et a souvent la même provenance que les eaux commercialisées.


Si 73 % des Français estiment que l’eau du robinet est bonne, ils sont 75 % à consommer de l’eau plate en bouteille - 7 milliards de bouteilles chaque année, à un prix 100 à 150 fois plus élevé que l’eau du robinet. Et pourtant... Qu’elle provienne de nappes souterraines ou des eaux de surface, l’eau du robinet est soumise en Europe à une réglementation très stricte. La qualité bactériologique et la présence de polluants sont sévèrement contrôlées : 80 paramètres sont vérifiés quotidiennement. L’eau est le plus surveillé des produits alimentaires.

Sur ce tableau idyllique, quelques ombres planent néanmoins : dans certaines régions, la teneur en nitrates et en pesticides est trop élevée ; par ailleurs, les produits dérivés de la réaction entre le chlore et les matières organiques de l’eau sont soupçonnés d’augmenter le risque de cancers ; la teneur autorisée en aluminium (destiné plutôt à améliorer l’aspect de l’eau) est supérieure à ce qu’impose la sécurité sanitaire, alors que l’on sait que l’aluminium est toxique pour le système nerveux ; enfin, tous les polluants ne sont pas contrôlés. Mais tous ces produits chimiques se retrouvent dans bien des denrées alimentaires sans qu’on s’en inquiète.

Souvent les mêmes sources
« Qui prétend que l’eau du robinet a bon goût ne doit pas en boire souvent », affirmait dans une campagne publicitaire la marque Cristaline, qui détient 17 % du marché de l’eau de source en bouteille. Mais, dans 60 % des cas, l’eau courante provient des nappes phréatiques dans lesquelles sont puisées les eaux de source. Saint-Nazaire est ainsi alimentée par l’eau de la nappe de Cambon, que commercialise Cristaline sous le nom de « Roxane ».

L’entreprise Chateaud’eau puise l’eau des fontaines d’entreprise dans la nappe de l’Albien, qui alimente plusieurs communes d’Ile-de-France et les trois fontaines publiques de Paris. Mais, alors que les eaux de source ne sont soumises à aucun traitement, l’eau du robinet doit être traitée pour éviter qu’elle ne soit infectée dans les canalisations. Dans la guerre qui ­oppose les industriels de l’eau en bouteille et les entreprises qui la distribuent dans le réseau public, la question du goût est centrale, et les industriels de l’eau courante investissent dans des procédés sophistiqués pour éliminer ce mauvais goût qui peut venir de l’eau, de la station de traitement ou des canalisations.

Un investissement rentable au regard du coût de la mise en bouteille. Un récent rapport du Worldwatch Institute, aux Etats-Unis, révèle que l’eau en bouteille pèse lourdement sur l’environnement et représente un coût économique élevé. Il souligne qu’elle est souvent moins contrôlée que celle du robinet  ; que l’exploitation des sources minérales peut engendrer un tarissement des cours d’eau et des nappes souterraines ; que pompage, mise en bouteille, emballage et transport entraînent une dépense énergétique importante, à laquelle s’ajoute la production de millions de tonnes de plastique (dérivé du pétrole) nécessaires à la fabrication des bouteilles. En France, la moitié de ces bouteilles seulement sont recyclées. Des facteurs à considérer avant de remplir son chariot de packs d’eau en bouteille.

On ne peut pas vivre sans boire. Voilà pourquoi l’eau est si précieuse. En France, contrairement à ce que l’on pense souvent, celle qui coule de nos robinets est de bonne qualité. Elle est même la plus contrôlée au monde. Pour autant, partout sur la planète, le marché de l’eau en bouteille explose. En 2005, 170 milliards de litres d’eau ont été embouteillés et 100 milliards de dollars ont été dépensés pour les acheter. La moitié de cette somme aurait suffi à créer des infrastructures d’assainissement pour que chaque habitant sur terre ait accès à l’eau. Car si on a la chance ici d’avoir juste à tourner le robinet pour boire, dans les pays pauvres d’Afrique, les villageois sont parfois obligés de marcher 5 à 6 heures par jour pour s’approvisionner. Une inégalité cruelle.

Mais nous, allons-nous continuer à bénéficier encore longtemps de ce régime de faveur ? Dans certaines régions françaises, l’eau est si polluée par les nitrates et les pesticides qu’elle est devenue impropre à la consommation... Et les traitements d’assainissement sont si compliqués qu’ils alourdissent la facture. Bêtement, puisque seulement 2,5 % de l’eau traitée est utilisée comme boisson ou pour la cuisine, le reste servant à nettoyer ou à jardiner. N’est-il pas temps d’agir ? En favorisant une agriculture plus respectueuse de l’environnement, par exemple. En apprenant à ne pas gaspiller l’eau. Car, un jour, elle pourrait bien nous manquer à nous aussi.

Mercredi 4 Juillet 2007
Jeudi 19 Juillet 2007
Viva magaine
Lu 2285 fois

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide