ACME
Les guerres secrètes de l'eau en Europe 23/11/2017 Comme chaque année au congrès de l'Association des Maires de France, Veolia invite le mercredi 22 novembre 1 500 maires à déjeuner et à écouter le PDG de Veolia dans une salle privatisée à la Porte de Versailles à Paris 22/11/2017 Rapport Suez 2016 assainissement Wissous : expresses réserves quant à la sincérité, l'exactitude et la complétude du contenu de ce rapport annuel d'activité et recours à l'assistance d'experts technique, financier et juridique pour lever ces réserves 21/11/2017 Eau: Lège Cap-Ferret les usagers de la presqu'île ont-ils été lésés ? 17/11/2017 Ordre du jour du conseil communautaire de Paris Saclay 22 novembre 20h30 à Orsay avec 55 questions 16/11/2017 Management décembre 2017 : lanceurs d'alerte 16/11/2017 Les guerres secrètes de l'eau en Europe 16/11/2017 Une start up dépose trois plaintes pénales visant Veolia 16/11/2017 La Dépêche 16 novembre : après 60 ans Exit Véolia, bienvenue Agur et bonjour les économies sur la facture d'eau 16/11/2017 André Santini, à la tête du Sedif, veut construire un "ring hydraulique" autour de la capitale Célia Blauel, pour Eau de Paris, défend le modèle de régie publique. Emmanuel Macron va devoir trancher 15/11/2017 Eau à Lège Cap Ferret 14/11/2017 Mag'Centre 13 novembre : la régie de l'eau de Blois créée le 1er janvier 2017 baisse le prix de l'eau 14/11/2017 samedi 25 novembre après midi à Vaux le Pénil près de Melun (77) STOP à l'évasion fiscale, à l'opacité de la gestion de l'eau et au CETA organisé par ATTAC 77 13/11/2017 Sortie le 30 novembre du livre "Les crapules de la République" de R Lenglet et JL Touly chez First 11/11/2017 Toulouse : Gestion publique de l'eau : création d'un collectif et lancement d'une pétition  Agur, après 60 ans de Veolia, nouveau délégataire pour l’assainissement collectif à Villeneuve-sur-Lot, Bias et Pujols 08/11/2017 7 novembre : Metz Métropole récupère la gestion publique de l’eau potable 07/11/2017 L'oeil du 20h du journal de France 2 du 6 novembre 2017 à Wissous : Suez, Veolia : des fournisseurs d'eau … pas très clairs 06/11/2017 Eau Secours 29 Quimper : création de la commission de contrôle (financier) des DSP 04/11/2017 L’UFC-Que choisir lance un “S eau S” 03/11/2017 Eau Ouest Essonne la régie de l'eau 02/11/2017 Pourquoi la Guadeloupe transporte-t-elle encore de l'eau dans un panier ?  Le Gouvernement interpellé sur la question de l'eau potable en Guadeloupe 01/11/2017 Guadeloupe 30 octobre : La gestion de l'eau en toute transparence 31/10/2017 UN VILLAGE DE L’HÉRAULT SAUVE SA RÉGIE PUBLIQUE DE L’EAU, EN DÉPIT DE LA LOI NOTRE, EN CRÉANT UNE SEM DONT LES HABITANTS SONT SOCIÉTAIRES ! 31/10/2017 Le poison de la mafia, la loi du silence un documentaire présenté le 24 octobre sur Arte 25/10/2017 Indonésie : La Cour suprême a scellé l'affaire de l'eau pour Jakarta 12/10/2017 FO Hebdo 11 octobre 2017 : Privatiser des services publics locaux serait enfin démodé ? : Le contrôle de la gestion de l’eau est de plus en plus repris par le secteur public au sein des municipalités 11/10/2017 Turin remunicipalise sa gestion de l'eau 09/10/2017 Merci la régie de l'eau de Fougères :  très peu de fuites avec un taux de rendement de 95 % et un prix un des moins chers du département d'Ile et Vilaine 09/10/2017 le sénateur maire de Saint Maurice (94) 1er vice président du SEDIF depuis 1983 Christian Cambon quittera sa mairie le 14 octobre et il sera remplace par le Directeur des relations institutionnelles Eau France de SUEZ depuis 17 ans Igor Semo 07/10/2017 Le festival du film latin démarre jeudi prochain à Épernay 06/10/2017 France Culture : Le trouble prix de l'eau Dans les communes où le service de gestion de l’eau n’est pas municipalisé, certains arrangements avec les sociétés prestataires demeurent. Et c'est le consommateur qui en paye la facture. 04/10/2017 Marie-Noëlle Battistel (PS) demande en qualité de Présidente de l'ANEM (Association Nationale des Elus de Montagne) la révision de la loi NOTRe. Une révision qui porterait sur un élément fort : le transfert des compétences eau et assainissement aux i 04/10/2017 L'Est Républicain 4 octobre 2017 : PAYS DE MONTBÉLIARD Le débat sur l’eau refait surface 04/10/2017 Documentaire Arte 24 octobre 20h15 à 21h55 : Le poison de la mafia rediffusion 3 novembre 9h25 30/09/2017 L'Etat pompe les budgets des agences de l'eau : le personnel se met en grève 30/09/2017 Arte thema mardi 12 décembre 20h40 (date à confirmer) : Jusqu'à la dernière goutte - La guerre secrète de l'eau en Europe documentaire 2017 de 52 mn de Yorgos Avgeropoulos  30/09/2017 NÎMES MÉTROPOLE La gestion de l’eau au Tribunal 29/09/2017 Capital octobre 2017 : Prix de l'eau : le scandale continue (les français paient de 10 à 50% en trop) 29/09/2017 La retraite après près de 42 ans à la Générale des Eaux devenue Vivendi puis Veolia Eau 28/09/2017 Intervention de C Leboeuf élue communautaire lors du conseil communautaire de Paris Saclay du 27 septembre 2017 28/09/2017
           
REVUE DE PRESSE

Notre façon de produire et de consommer en cause...

Pour vous, ce n'est qu'une salade que vous posez dans votre chariot, au supermarché, avec le reste des courses de la semaine. Mais pour les fermiers du Kenya, victimes de la sécheresse provoquée par une agriculture intensive, cela pourrait signifier leur déchéance. Le monde commence à manquer d'eau et, selon les groupes écologistes, les consommateurs des supermarchés britanniques contribuent à provoquer la sécheresse globale.



Légumes et fleurs hors saison représentent du travail pour quelques-uns, de la richesse pour une minorité, une menace environnementale pour tous !

des roses au Kenya
des roses au Kenya
Une multitude de rayons chez Tesco, Sainsbury et Waitrose, remplis de tomates espagnoles, de pommes de terre égyptiennes et de roses kenyanes, accélèrent la pénurie de notre ressource la plus précieuse.

Au Kenya, les produits alimentaires cultivés pour l'exportation incluent la laitue, la roquette, les haricots, les petits pois et les brocolis. La production d'une simple salade de 50g consomme pratiquement 50 litres d'eau dans des pays où cette denrée est rare. Une salade mixte contenant des tomates, du céleri et des concombres, avec de la salade, nécessite plus de 300 litres d'eau. S'ajoutent à cela le nettoyage, le traitement et l'emballage.

Le commerce international des légumes et fleurs hors saison représente du travail pour quelques uns et de la richesse pour une minorité. Mais pour tous ceux qui découvrent que l'eau de leurs terres a été extraite en amont par de grosses entreprises, cela représente de nouvelles difficultés et même des dégâts permanents à l'environnement.

Nous exportons la sécheresse

Irrigation du maïs en Arabie saoudite
Irrigation du maïs en Arabie saoudite
Bruce Lankford, conférencier sur les ressources naturelles à l'université d'East Anglia, a déclaré hier : "Nous exportons la sécheresse. L'agriculture à forte valeur-ajoutée est bonne pour les économies de ces pays mais ses effets sur la pauvreté sont disparates. A la saison sèche, les fermiers en aval (du réseau d'irrigation) se retrouvent avec des lits de rivières à
sec".


Un documentaire de la chaîne de télévision Channel 4, Un Monde Sans Eau (A World Without Water), diffusé ce soir, décrit les conséquences de la pénurie croissante de l'eau et des batailles qui se livrent autour. L'eau est de plus en plus considérée comme un bien commercialisable et une source de profits, privant ainsi les plus pauvres d'un des éléments essentiels à la vie.

Comme pour l'Afrique, de nombreuses salades chez nous proviennent des zones frappées par la sécheresse du sud de l'Espagne, où les pluies l'année dernière ont été les plus faibles jamais enregistrées. La production de tomates nécessite des usines de désalinisation qui consomment beaucoup d'énergie et qui ont provoqué une augmentation du taux de sel dans les eaux côtières. La surface des serres est si étendue qu'on peut désormais l'observer depuis l'espace.

En Egypte,, les légumes sont devenus si importants pour l'exportation, que le gouvernement a menacé, d'une action militaire, tout pays en amont qui construirait un barrage sur le Nil ou un de ses affluents. La moitié de toutes les fleurs coupées vendues dans les supermarchés britanniques proviennent du Kenya, où le volume des exportations vers la Grande Bretagne a augmenté de 85% entre 2001 et 2005. Les roses et les oeillets sont les spécialités de la région, mais le niveau de consommation de l'eau du Lac Naivasha est insoutenable.

David Harper, biologiste à l'université de Leicester, qui surveille le lac pour le compte de l'ONG Earthwatch depuis 17 ans, a dit "Naivasha est en train d'être sacrifié parce que nous avons besoin de trop d'eau. Pratiquement tous les européens qui ont mangé des haricots ou des fraises kenyans, ou qui ont admiré des roses kenyanes, ont acheté de l'eau du Naivasha. Le lac est en train de s'assécher. Il va se transformer en un étang boueux et puant au bord duquel des communautés misérables tenteront de survivre."

Il y a quarante ans, la vision cauchemardesque présentée par des experts tels que Paul Ehrlich, biologiste à l'université de Stanford, dans son livre "The Population Bomb" était que la population augmentait si vite que la terre serait incapable de produire suffisamment de nourriture. Le désastre ne s'est pas produit grâce à un accroissement extraordinaire des rendements générés par d'énormes investissements en irrigations. Mais ceci a crée une
autre menace.

Fred Pearce, l'auteur de "When The Rivers Run Dry" (lorsque les rivières s'assèchent), dit "Aujourd'hui, le monde produit deux fois plus de nourriture qu'il y a une génération mais pour cela consomme trois fois plus d'eau".


Deux tiers de cette eau extraite de la nature est employée à l'irrigation des récoltes

Irrigation au Mexique. De tous les secteurs qui utilisent l'eau douce, c'est l'agriculture qui a la plus faible rentabilité
Irrigation au Mexique. De tous les secteurs qui utilisent l'eau douce, c'est l'agriculture qui a la plus faible rentabilité
Cette consommation d'eau est largement insoutenable et beaucoup en sont arrivés à la conclusion que l'apocalypse n'a pas été évitée, mais seulement retardée."

Les ONG avertissent que si les conflits passés portaient sur le pétrole, ceux du futur porteront sur l'eau. Jacob Tompkins, directeur de Waterwise, qui milite en faveur de la réduction de la consommation d'eau, dit que des guerres "froides" de basse intensité sont déjà en cours. "Nous sommes en train d'exploiter une eau qui ne peut être remplacée. Cela ne peut pas continuer. Une meilleure gestion de l'eau dans l'avenir dépend des décisions prises dès aujourd'hui. Si nous devions payer pour la part d'eau comprise dans notre nourriture, nous réduirions la quantité d'eau utilisée."

Les consommateurs pourraient commencer à privilégier des variétés de légumes "peu gourmandes" en eau. La pomme de terre Maris Piper consomme beaucoup d'eau tandis que la Désirée résiste à la sécheresse et peut pousser sans irrigation. M. Tompkins dit "la pomme de terre Désirée est aussi bonne au goût mais les supermarchés ont tendance à ne pas en proposer parce qu'ils disent que les consommateurs ne les aiment pas. Ils ne nous donnent pas le choix. Le meilleur chose à faire pour les consommateurs serait de se demander quelles quantités d'eau sont nécessaires pour faire pousser les légumes et faire pression sur les supermarchés pour que ces derniers proposent des produits qui consomment peu d'eau." [A World Without Water, Channel 4, Saturday, 7.30pm ]

The Independent, 29 Avril 2006.

Jeremy Laurance


Pour aller plus loin sur les risques associés aux phytosanitaires et la menace des ravageurs au niveau mondial


Mardi 2 Mai 2006
Mardi 2 Mai 2006
Lu 4826 fois

Dans la même rubrique :

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide