ACME
Eau: Lège Cap-Ferret les usagers de la presqu'île ont-ils été lésés ? 17/11/2017 Ordre du jour du conseil communautaire de Paris Saclay 22 novembre 20h30 à Orsay avec 55 questions 16/11/2017 Management décembre 2017 : lanceurs d'alerte 16/11/2017 Les guerres secrètes de l'eau en Europe 16/11/2017 Une start up dépose trois plaintes pénales visant Veolia 16/11/2017 La Dépêche 16 novembre : après 60 ans Exit Véolia, bienvenue Agur et bonjour les économies sur la facture d'eau 16/11/2017 André Santini, à la tête du Sedif, veut construire un "ring hydraulique" autour de la capitale Célia Blauel, pour Eau de Paris, défend le modèle de régie publique. Emmanuel Macron va devoir trancher 15/11/2017 Eau à Lège Cap Ferret 14/11/2017 Mag'Centre 13 novembre : la régie de l'eau de Blois créée le 1er janvier 2017 baisse le prix de l'eau 14/11/2017 samedi 25 novembre après midi à Vaux le Pénil près de Melun (77) STOP à l'évasion fiscale, à l'opacité de la gestion de l'eau et au CETA organisé par ATTAC 77 13/11/2017 Sortie le 30 novembre du livre "Les crapules de la République" de R Lenglet et JL Touly chez First 11/11/2017 Toulouse : Gestion publique de l'eau : création d'un collectif et lancement d'une pétition  Agur, après 60 ans de Veolia, nouveau délégataire pour l’assainissement collectif à Villeneuve-sur-Lot, Bias et Pujols 08/11/2017 7 novembre : Metz Métropole récupère la gestion publique de l’eau potable 07/11/2017 L'oeil du 20h du journal de France 2 du 6 novembre 2017 à Wissous : Suez, Veolia : des fournisseurs d'eau … pas très clairs 06/11/2017 Eau Secours 29 Quimper : création de la commission de contrôle (financier) des DSP 04/11/2017 L’UFC-Que choisir lance un “S eau S” 03/11/2017 Eau Ouest Essonne la régie de l'eau 02/11/2017 Pourquoi la Guadeloupe transporte-t-elle encore de l'eau dans un panier ?  Le Gouvernement interpellé sur la question de l'eau potable en Guadeloupe 01/11/2017 Guadeloupe 30 octobre : La gestion de l'eau en toute transparence 31/10/2017 UN VILLAGE DE L’HÉRAULT SAUVE SA RÉGIE PUBLIQUE DE L’EAU, EN DÉPIT DE LA LOI NOTRE, EN CRÉANT UNE SEM DONT LES HABITANTS SONT SOCIÉTAIRES ! 31/10/2017 Le poison de la mafia, la loi du silence un documentaire présenté le 24 octobre sur Arte 25/10/2017 Indonésie : La Cour suprême a scellé l'affaire de l'eau pour Jakarta 12/10/2017 FO Hebdo 11 octobre 2017 : Privatiser des services publics locaux serait enfin démodé ? : Le contrôle de la gestion de l’eau est de plus en plus repris par le secteur public au sein des municipalités 11/10/2017 Turin remunicipalise sa gestion de l'eau 09/10/2017 Merci la régie de l'eau de Fougères :  très peu de fuites avec un taux de rendement de 95 % et un prix un des moins chers du département d'Ile et Vilaine 09/10/2017 le sénateur maire de Saint Maurice (94) 1er vice président du SEDIF depuis 1983 Christian Cambon quittera sa mairie le 14 octobre et il sera remplace par le Directeur des relations institutionnelles Eau France de SUEZ depuis 17 ans Igor Semo 07/10/2017 Le festival du film latin démarre jeudi prochain à Épernay 06/10/2017 France Culture : Le trouble prix de l'eau Dans les communes où le service de gestion de l’eau n’est pas municipalisé, certains arrangements avec les sociétés prestataires demeurent. Et c'est le consommateur qui en paye la facture. 04/10/2017 Marie-Noëlle Battistel (PS) demande en qualité de Présidente de l'ANEM (Association Nationale des Elus de Montagne) la révision de la loi NOTRe. Une révision qui porterait sur un élément fort : le transfert des compétences eau et assainissement aux i 04/10/2017 L'Est Républicain 4 octobre 2017 : PAYS DE MONTBÉLIARD Le débat sur l’eau refait surface 04/10/2017 Documentaire Arte 24 octobre 20h15 à 21h55 : Le poison de la mafia rediffusion 3 novembre 9h25 30/09/2017 L'Etat pompe les budgets des agences de l'eau : le personnel se met en grève 30/09/2017 Arte thema mardi 12 décembre 20h40 (date à confirmer) : Jusqu'à la dernière goutte - La guerre secrète de l'eau en Europe documentaire 2017 de 52 mn de Yorgos Avgeropoulos  30/09/2017 NÎMES MÉTROPOLE La gestion de l’eau au Tribunal 29/09/2017 Capital octobre 2017 : Prix de l'eau : le scandale continue (les français paient de 10 à 50% en trop) 29/09/2017 La retraite après près de 42 ans à la Générale des Eaux devenue Vivendi puis Veolia Eau 28/09/2017 Intervention de C Leboeuf élue communautaire lors du conseil communautaire de Paris Saclay du 27 septembre 2017 28/09/2017 Lettre du collectif Aggl'Eau-CPS aux élu-e-s de la Communauté Paris Saclay 27/09/2017 Enquête 2015 du CD 91 sur le prix de l'eau en Essonne 26/09/2017 Lettre de Jean Luc Touly au président de la CPS et au vice président en charge de l'eau et de l'assainissement 26/09/2017
           
EDITO

REMOUS : Pourquoi la facture d’eau est-elle plus chère en pavillon qu’en HLM ?

La question revient comme un serpent de mer et obscurcit singulièrement le débat récurrent sur le montant de la facture d’eau. Au point que contre-vérités et approximations finissent par rendre ledit débat quasiment impossible. Tentative (restons modestes !) d’éclaircissement.



REMOUS : Pourquoi la facture d’eau est-elle plus chère en pavillon qu’en HLM ?
par Marc Laimé, 24 mars 2009

Prenons un locataire d’un immeuble collectif.
Puis un résident (propriétaire ?) d’un logement, en pavillon ou en copropriété, titulaire d’un contrat individuel avec le distributeur, public ou privé.

Même si tous deux dépendent du même distributeur, et sont soumis aux mêmes contrats de DSP et au même règlement de service, le montant de leur facture d’eau ne sera pas identique…

Où réside la différence du prix de l’eau et tout d’abord quelle est-elle ?

- pour 20 m3 consommés ou estimés, le premier, locataire d’un immeuble collectif, a payé par exemple 3,84 € TTC le m3 (redevances diverses aux organismes publics comprises),

- pour 15 m3 consommés et non estimés, et pas forcément sur la même période, le second a payé 4,564 € le m3…

La différence est importante, et pourtant tous les deux sont abonnés au même service des eaux.

D’où provient donc la différence ?

Elle réside dans le fait qu’en matière de distribution d’eau potable, le tarif n’est pas le même pour les immeubles collectifs et les particuliers.

Le tarif défini par le règlement de service comprend en effet une « partie fixe », parfois dénommée « abonnement », qui avantage les immeubles collectifs.

Cette « partie fixe » englobe l’abonnement au service, la location de compteurs, voire la télérelève.

L’abonné individuel, titulaire d’un contrat individuel, sera automatiquement assujetti au règlement intégral de cette fameuse « partie fixe »…

A contrario, le locataire qui réside en habitat collectif ne paiera lui qu’une part infime de ladite « partie fixe ».

Car la facture générale de l’immeuble est répartie au prorata des volumes consommés par chaque résident à la même période que l’abonné individuel.

Dans ce cas, notre fameuse « partie fixe », unique puisque l’immeuble n’est titulaire que d’un seul contrat, fait donc l’objet d’une forme de péréquation entre tous les colocataires : la collectivité des locataires relevant d’un unique contrat, n’est donc assujettie au paiement que d’une partie, infime, de notre (maudite) « partie fixe ».

Plus généralement l’existence de cette fameuse « partie fixe » est dénoncée depuis très longtemps par les associations de consommateurs.

En effet, avant même d’avoir ouvert le robinet et consommé une seule goutte d’eau, le Rmiste devra payer la même partie fixe que le multimilliardaire, quelles que soient leurs consommations respectives.

En outre cette maudite « partie fixe » pénalise de surcroît ceux qui consomment le moins, puisque son montant relatif, rapporté au montant global de la facture, sera d’autant plus important que l’on consomme moins…

Le problème c’est que les collectivités sont tout aussi attachées que les distributeurs au maintien de la partie fixe : c’est cette partie de la facture qui permet d’autofinancer les services et d’investir dans les réseaux…

En la matière on note de surcroît des différences très importantes entre le montant de cette partie fixe d’un service à l’autre, et donc d’une ville à l’autre. L’usager pourra donc être d’autant plus pénalisé que la collectivité et/ou le distributeur auront décidé de fixer un montant de partie fixe élevé…

D’où il appert que le sempiternel débat sur le « prix de l’eau » est totalement biaisé par le fait qu’aucun usager n’est dans la même situation vis-à-vis de la partie fixe, qui varie donc considérablement selon qu’on réside en habitat collectif (sans être titulaire d’un contrat individuel), ou en habitat individuel (dans ce cas on est titulaire d’un contrat et assujetti « plein pot » à la partie fixe), selon que l’on consomme peu ou beaucoup (ce qui a un impact sur la valeur relative de la partie fixe sur le montant global de la facture), et enfin selon que l’on dépend d’une collectivité et/ou d’un distributeur qui auront décidé de fixer un montant de partie fixe plus ou moins élevé, au vu des prévisions d’investissement à réaliser par le service…


Mardi 24 Mars 2009
Mardi 24 Mars 2009
Marc Laimé
Lu 1902 fois


1.Posté par Alphie le 14/04/2009 19:57
En même temps pour l'électricité et le gaz aussi on paie un abonnement ou part fixe et c'est aussi le cas pour le téléphone, internet … finalement tout ce qui repose sur l'utilisation d'un réseau…

2.Posté par Bertha le 14/04/2009 20:02
@ Alphie : oui mais en habitat individuel tu as la main mise sur ta consommation ce qui est loin d'être le cas en habitat collectif où tu pourras faire tous les efforts du monde si ton voisin est un gaspilleur chronique… tu paieras pour lui !

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide