ACME
Indonésie : La Cour suprême a scellé l'affaire de l'eau pour Jakarta 12/10/2017 FO Hebdo 11 octobre 2017 : Privatiser des services publics locaux serait enfin démodé ? : Le contrôle de la gestion de l’eau est de plus en plus repris par le secteur public au sein des municipalités 11/10/2017 Turin remunicipalise sa gestion de l'eau 09/10/2017 Merci la régie de l'eau de Fougères :  très peu de fuites avec un taux de rendement de 95 % et un prix un des moins chers du département d'Ile et Vilaine 09/10/2017 le sénateur maire de Saint Maurice (94) 1er vice président du SEDIF depuis 1983 Christian Cambon quittera sa mairie le 14 octobre et il sera remplace par le Directeur des relations institutionnelles Eau France de SUEZ depuis 17 ans Igor Semo 07/10/2017 Le festival du film latin démarre jeudi prochain à Épernay 06/10/2017 France Culture : Le trouble prix de l'eau Dans les communes où le service de gestion de l’eau n’est pas municipalisé, certains arrangements avec les sociétés prestataires demeurent. Et c'est le consommateur qui en paye la facture. 04/10/2017 L'Est Républicain 4 octobre 2017 : PAYS DE MONTBÉLIARD Le débat sur l’eau refait surface 04/10/2017 Marie-Noëlle Battistel (PS) demande en qualité de Présidente de l'ANEM (Association Nationale des Elus de Montagne) la révision de la loi NOTRe. Une révision qui porterait sur un élément fort : le transfert des compétences eau et assainissement aux i 04/10/2017 Documentaire Arte 24 octobre 20h15 à 21h55 : Le poison de la mafia rediffusion 3 novembre 9h25 30/09/2017 L'Etat pompe les budgets des agences de l'eau : le personnel se met en grève 30/09/2017 Arte thema mardi 12 décembre 20h40 (date à confirmer) : Jusqu'à la dernière goutte - La guerre secrète de l'eau en Europe documentaire 2017 de 52 mn de Yorgos Avgeropoulos  30/09/2017 NÎMES MÉTROPOLE La gestion de l’eau au Tribunal 29/09/2017 Capital octobre 2017 : Prix de l'eau : le scandale continue (les français paient de 10 à 50% en trop) 29/09/2017 La retraite après près de 42 ans à la Générale des Eaux devenue Vivendi puis Veolia Eau 28/09/2017 Intervention de C Leboeuf élue communautaire lors du conseil communautaire de Paris Saclay du 27 septembre 2017 28/09/2017 Lettre du collectif Aggl'Eau-CPS aux élu-e-s de la Communauté Paris Saclay 27/09/2017 Enquête 2015 du CD 91 sur le prix de l'eau en Essonne 26/09/2017 Lettre de Jean Luc Touly au président de la CPS et au vice président en charge de l'eau et de l'assainissement 26/09/2017 L’eau, un investissement qui rapporte en Bourse 26/09/2017 Question à poser demain au Conseil Départemental de l'Essonne 24/09/2017 Conseil Départemental de l'Essonne : ordre du jour du 25 septembre 9h : Nouvelle politique départementale de l'eau présentée par B Vermillet et en présence de M Bournat 23/09/2017 Le PDG de Veolia "serein" face aux soupçons de corruption en Roumanie 22/09/2017 Antoine Frérot, le PDG de Veolia, se dit "serein" sur l'issue des enquêtes en cours dont fait l'objet la filiale roumaine du groupe, soupçonnée d'avoir versé des pots-de-vin à des officiels locaux 21/09/2017 Perturbateurs endocriniens : l'Inserm quantifie pour la première fois l'effet cocktail  Bases de données BRGM sur la qualité des eaux de surface et souterraines 16/09/2017 Le PDG de Veolia invité à la fête de l'humanité fêtera avec le président communiste du Siaap ce nouveau marche à 397 millions d'euros qu'il vient de lui attribuer ! 15/09/2017 FO Hebdo : Veolia eau : nouvelle grève contre le plan social (MERCREDI 13 SEPTEMBRE 2017 EVELYNE SALAMERO) 13/09/2017 Capital 11 septembre : PLAN SOCIAL CHEZ VEOLIA : CFDT ET CGT SE DÉCHIRENT, LA MANNE DU CE EN LIGNE DE MIRE 11/09/2017 Capital Hors Série septembre 2017 : le business de l'environnement chez Suez : l'eau dessalée par Suez, plus chère que l'Evian 10/09/2017 Le Point : Veolia et sa filiale roumaine sous le coup d'une enquête américaine et du Parquet national financier (PNF) 08/09/2017 Courrier recommandé de JL Touly au président de la CADA Commission d'Accès aux Documents Administratifs 06/09/2017 INFO FRANCEINFO. Réduction du débit d'eau : Veolia et la Saur à nouveau condamnées 05/09/2017 Ouest France et France Bleu août 2017 : À Crozon, l'assainissement en eaux troubles 30/08/2017 Le temps vire au gris avec Veolia ! Un niveau alarmant de créances allié à l'irritabilité des autorités gabonaises ont tendu les rapports avec le groupe français. Révélations. 30/08/2017 Marche pour l'eau Bourges 14 septembre 2017 29/08/2017 Alors qu'un 4ème plan de suppression d'emplois est annoncé aux salariés de Veolia Eau, Veolia ouvre un débat de fond sur l'eau en présence du directeur général de Veolia Eau F Van Heems, de V Huvelin secrétaire CGT du CCE, de D Poly secrétaire CGT 27/08/2017 L'Est Eclair : Quatre choses à savoir sur la remunicipalisation de la gestion de l'eau potable à Troyes 25/08/2017 Coupures illégales d'eau : reportage dans Complément d'enquête France 2 le 7 septembre 23h : en Guadeloupe, les coupures d'eau sont quotidiennes 20/08/2017 Contestation de la légalité de la délibération inscrite en point 23 de la séance du Conseil communautaire Paris Saclay du 28 juin 2017. « Approbation et autorisation donnée au Président de signer des avenants de clôture aux contrats de concession eau 18/08/2017 Le nouveau rapport de l’ONU revoit à la hausse les chiffres du manque d’accès à l’eau potable et à l’assainissement 15/08/2017
           
MEXICO 2006

Union contre la libéralisation des services d'Eau et d'assainissement en Amérique Latine

L'Argentine, la Bolivie, le Brésil, l'Uruguay et le Venezuela s'unissent contre la privatisation de l'eau, en annonçant lors du Forum Mondial de l'Eau qui s'est tenu à Mexico du 16 au 22 mars qu'ils demanderont à leurs négociateurs à l'O.M.C. d'arrêter de négocier la privatisation de l'eau potable.



Union contre la libéralisation des services d'Eau et d'assainissement en Amérique Latine
Cinq pays d'Amérique latine ont annoncé au Forum Mondial de l'Eau qui s'est tenu du 16 au 22 mars dernier à Mexico, qu'ils formaient "un front commun" contre l'inclusion d'engagements concernant l'eau dans les accords de l'OMC. Les représentants de l'Argentine, la Bolivie, le Brésil, l'Uruguay et le Vénézuela ont déclaré qu'ils inviteraient leurs négociateurs à interrompre toutes négociations sur l'eau potable et l'assainissement à l'OMC et pour tous les autres accords de commerce de libre-échange. Au même moment, les activistes réunis aux faubourgs de la ville ont accueilli cette déclaration comme "une victoire" contre la privatisation des services de gestion de l'eau potable.

Le Forum Mondial de l'eau est une initiative du Conseil Mondial de l'Eau, un plateau international d'actionnaires de multinationales qui veut sensibiliser, partout dans le monde, l'attention à la question de l'eau. Sur fonds de développement durable, cet événement international majeur sur l'eau, cherche par la participation de tous les actionnaires, à faciliter les échanges et à influencer la politique de l'eau au niveau mondial.

Le quatrième Forum a été organisé autour du thème "des actions locales pour un défi mondial" et a attiré plus de 11 000 participants parmi les gouvernements, des agences de l'ONU, des organisations intergouvernementales et non gouvernementales, le monde universitaire, l'industrie, des groupes indigènes, des jeunes et les médias.

Alors que les U.S.A ont accepté de libéraliser, à l'OMC, les services des eaux usées et d'assainissement aux fournisseurs étrangers, la Commission Européene a retiré les précédentes demandes de libéralisation des services de l'eau pour une utilisation humaine '.

Une récente demande collective des services environnementaux d'Australie, du Canada, de la Communauté Européenne, du Japon, de la Corée, de la Norvège, de Singapour, de la Suisse, de Taipei et des U.S.A pour l'ouverture des secteurs tertiaires environnementaux n'a pas inclus l'eau à utilisation humaine, bien qu'ils aient inclus une demande de libéralisation des services d'assainissement de la part de l'Argentine, du Brésil, du Chili, de la Chine, de la Colombie, du Costa Rica, de l'Egypte, de l'Inde, d'Indonésie, d'Israël, de la Malaisie, du Mexique, de la Namibie, de la Nouvelle-Zélande, du Nicaragua, du Nigeria,du Pakistan, du Pérou, des Philippines, de Singapour, d'Afrique du Sud, de Thaïlande et de Turquie.

Omar Fernandez, le chef de l'Environnement de la Bolivie et du Comité du Développement Durable, a mené la charge contre ce commerce, disant que "l'eau ne devrait pas être une marchandise de libre-échange parce que l'on ne peut pas la comparer à un autre produit". Cette philosophie s'est retrouvée dans le discours d'Abel Mamani, un activiste populaire d'El Alto, en Bolivie, qui soutient que l'eau est un droit humain fondamental, qu'elle ne peut pas être privatisée et devrait être retirée de tout commerce et de transactions d'investissement.

Mamani s'est mobilisé durant sept ans contre les augmentations du prix de l'eau résultant de la privatisation des services d'eau de la société Aguas d'Illimani, dont la direction était tenue par la société française Suez. En janvier 2005, après des protestations publiques, le contrat entre la société et le gouvernement d' El Alto a été rendu forclos.

Certaines "sources commerciales" ont rappelé que les accords commerciaux multilatéraux, régionaux et bilatéraux n'exigent pas que les pays libéralisent leur eau quand elle est à destination humaine et qu'aucun pays n'a demandé ou proposé de le faire. En revanche, elles ont suggéré que les règles, concernant les investissements étrangers, puissent être plus influentes dans la détermination des choix des gouvernements à privatiser ou non leurs services de distribution d'eau et en cas de privatisation, qu'elle puisse être limitée aux sociétés intérieures.

Cependant, les demandes, même celle qui est collective, s'accordent pour permettre l'ouverture des services d'assainissement à la privatisation. Une offre ciblée pourrait être faite aux pays en voie de développement pour ouvrir ce secteur aux fournisseurs étrangers de services, avec ou sans conditions pour fixer un tarif maximal ainsi que d'autres conditions d'investissement.

Traduction bénévole : SDT

Five Latin American countries announced at the World Water Forum, held from 16-22 March in Mexico City, that they were forming a

Representatives from Argentina, Bolivia, Brazil, Uruguay and Venezuela said that they would call on their trade negotiators to halt all negotiations on drinking water and basic sanitation at the WTO and in other free trade agreements. At the same time, activists mobilising on the outskirts of the meeting welcomed this declaration as a "victory" against the privatisation of water provision.

The World Water Forum is an initiative of the World Water Council, an international multi-stakeholder platform, which aims to raise awareness on water issues all over the world. As the main international event on water, it seeks to enable multi-stakeholder participation and dialogue to influence water policy making at aglobal level, in pursuit of sustainable development. The fourth Forum was organised around the theme "local actions for a global challenge" and attracted more than 11,000 participants from governments, UN agencies, intergovernmental and non-governmental organisations (NGOs), academia, industry, indigenous groups, youth and the media.

While the US has offered to open up its wastewater and water cleanup/remediation sectors to foreign service providers at the WTO, the EC has withdrawn earlier requests for the liberalisation of 'water for human use' services. A recent collective environmental services request from Australia, Canada, the EC, Japan, Korea, Norway, Singapore, Switzerland, Chinese Taipei, and the US for the opening up of selected environmental service sectors did not include water for human use, though it did include a request for the liberalisation of sewage services in the targeted countries, namely Argentina, Brazil, Chile, China, Colombia, Costa Rica, Egypt, India, Indonesia, Israel, Malaysia, Mexico, Namibia, New Zealand, Nicaragua, Nigeria, Pakistan, Peru, Philippines, Singapore, South Africa, Thailand and Turkey (see Bridges Trade BioRes, 3 March 2006).

Omar Fernandez, the head of Bolivia's Environment and Sustainable Development Committee, led the charge against trade, saying that "water should not be a part of free trade deals because it should not be considered just another commodity". These sentiments were reflected in a speech made by Abel Mamani, a grassroots activist in El Alto, Bolivia, who argued that water was a fundamental human right, should not be privatised and should be withdrawn from all free trade and investment agreements.

Mamani had been involved with the seven-year mobilisation against increases in the cost of water resulting from the privatisation of water use services to water company Aguas de Illimani, whose controlling shareholder was French company Suez. In January 2005, following public protests, the contract between the company and the El Alto government was terminated.

Trade sources pointed out that multilateral, regional and bilateral trade agreements do not require countries to liberalise their water for human use sectors, and that no countries have requested or offered to do so. Instead, they suggested that the rules on foreign investment set out in investment deals might be more influential in determining governments' ability to choose whether to privatise their water provision sectors, and if so, whether privatisation can be limited to domestic companies.

However, the request for the opening of the sanitation services sector, including through the collective request above, could be met with an offer from the targeted developing countries to open up this sector to foreign services providers, with or without conditions relating to the maximum price to be charged and other conditions of investment.

http://www.ictsd.org/biores/06-04-03/story3.htm

Lundi 1 Mai 2006
Vendredi 5 Mai 2006
JEAN-LUC TOULY
Lu 2615 fois

Dans la même rubrique :

Les leçons de Suez - 10/03/2006

1 2

ACTUALITES D'ACME | Réunion Publique : DROIT DE L'EAU | MEXICO 2006

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide