ACME
A Valbonne, la gestion de l'eau était confiée à Suez et depuis le 1er janvier 2018 elle est désormais publique 20/05/2018 "Les comptes de la SME ne correspondent pas à la réalité" 19/05/2018 Sud Ouest 5 mai 2018 : Bordeaux Métropole : la bataille de l’assainissement 19/05/2018 France Antilles 17 mai 2018 Martinique 1ère et ATV : Martinique 1ère : La guerre de l'eau est-elle déclarée en Martinique ? 18/05/2018 Roquebrune : Des factures d’eau bien trop élevées et un service insuffisant 04/05/2018 France 3 Côte d'Azur 3 mai 2018 dans le 19/20 : L'eau de Roquebrune la plus chère des Alpes Maritimes 04/05/2018 Chassée du Gabon, Veolia saisit une nouvelle fois l’arbitrage international 02/05/2018 La Nouvelle République 28 avril 2018 : Touraine Nord Ouest : Navigation en eaux troubles ? 28/04/2018 Nouvelle République 26 avril 2018 : Touraine Nord Ouest Val de Loire Bourgueil : Régie publique ou DSP ? 28/04/2018 Assises de l'eau 24 avril 2018 28/04/2018 Nice Matin 26 avril 2018 : Pourquoi le prix de l’eau fait-il des remous à Roquebrune ? 26/04/2018 Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018 Alpes-Maritimes : Veolia fait-elle couler une commune ? 10/04/2018 ATTAC fête ses 20 ans 05/04/2018 Le comité local Attac Montpellier vous invite à un ciné-débat le 11 avril 19h autour de la projection du film « Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe » 02/04/2018 Cette émission de Radio Fréquence Luynes était consacrée à un débat sur les responsables de la gestion de l'eau au nord ouest du département d'Indre-et-Loire en présence du président du président de l'association Emmanuel Bouchenard et JL Touly 01/04/2018 Historique : une régie publique pour la gestion de la grande station d'épuration de Valenton (94) à la place des 2 multinationales Veolia et Suez 31/03/2018 Lyon Capitale (8 pages)  avril 2018 : A Lyon, la bataille de l'eau aura bien lieu en 2019 30/03/2018 vidéo de JEAN LUC TOULY qui parle de notre territoire et de la gestion privée de l'eau dans le NORD OUEST DE LA TOURAINE 30/03/2018 Sud Ouest 27 mars 2018 : Bordeaux : Trans’Cub veut pousser la Lyonnaise à "rendre" 600 euros à chaque abonné à l’eau 28/03/2018 Facture d'eau 2018 Wissous Eau et Assainissement TTC 28/03/2018 Sortie du livre de la journaliste indépendante Isabelle Jarjaille ce 27 mars 2018 27/03/2018 Suez se « gave-t-elle grave » sur l’eau potable de Bordeaux Métropole ? 26/03/2018 La Rochelle Aytré Eau des Villes et Eau des champs, Bien commun et à quel prix ? Jeudi, 29 mars - 18h30 - Salle Georges Brassens - 15 / 19 rue du 8 mai 1945 - Aytré 24/03/2018 La Roche-sur-Yon. Eau potable : tout n’est pas rose avec Veolia 21/03/2018 Révélations sur les marchés de l'eau et de l'assainissement à Wissous et Paris Saclay : Dans le cadre de la journée mondiale de l'eau et après l'oeil du 20 h de France 2 du 6 novembre, Cash Investigation du 13 mars et l'audit de Marc Laimé Consultant 19/03/2018 FO 18 mars 2018 : « Cash Investigation » trouble les faiseurs de ronds dans l’eau 18/03/2018 EAUX GLACÉES DANS LE COLLIMATEUR DU SIAAP 16/03/2018 SIAAP : INQUIÉTUDES À LA BANQUE EUROPÉENNE D’INVESTISSEMENT 16/03/2018 CASH INVESTIGATION : LE DRÔLE DE MAIL ENVOYÉ PAR LA DIRECTION DE VEOLIA EAU POUR RASSURER SES TROUPES 15/03/2018 France Bleu Ile de France journal de 12h Interview de JL Touly : Soupçons de corruption, favoritisme : le marché des eaux usées est dans la tourmente en Ile-de-France 14/03/2018
           
PRIVATISATION DANS LE MONDE

2025 : l'humanité est contrainte à partager l'eau

L'humanité manquera-t-elle un jour d'eau ? L'or bleu sera-t-il de plus en plus rare, cher, source de tensions entre Etats ? L'équation est simple. La planète comptait 2,5 milliards d'habitants en 1950 et 6,5 milliards en 2005. En 2025, 8 milliards d'humains devront se partager la même quantité d'eau qu'aujourd'hui. Dans vingt ans, la réserve mondiale disponible par habitant sera trois fois moins importante qu'en 1950.



A cet effet mécanique s'ajoutent deux menaces.

2025 : l'humanité est contrainte à partager l'eau
Tout d'abord la pollution : ordures domestiques et eaux usées, pesticides agricoles et déchets industriels convergent vers les rivières et les nappes souterraines. Or, un seul mètre cube d'eau douce souillée rend inutilisables 8 à 10 mètres cubes. Une purification est possible, mais elle implique des traitements coûteux.

Autre évolution dont l'impact est difficilement quantifiable, le changement climatique.
Il pourrait modifier les régimes hydrographiques des différentes régions du monde.Ces bouleversements affecteront une planète où l'eau est très inégalement répartie.L'Amérique du Sud détient le quart des réserves mondiales, alors que ce continent n'accueille que 6 % de la population. A l'opposé, 60 % des habitants de la planète vivent en Asie, qui ne détient que le tiers des réserves. Aujourd'hui, 30 % de la population vit dans des pays dont les ressources sont "faibles" (moins de 2 000 m3 par an et par habitant), selon le programme hydrologique de l'Unesco. En 2025, la "très grande majorité de la population" devra s'accommoder de réserves "basses", et même "catastrophiques" pour 30 % des pays. Seuls le nord de l'Europe, le Canada, l'Alaska, l'Amérique du Sud, l'Afrique centrale, la Russie et l'Océanie seront épargnés.

Quelles solutions pour les pays en manque d'eau ? L'île de Chypre est déjà ravitaillée par des cargos turcs. Mais la généralisation de tels transferts n'est pas envisageable : ils coûteraient trop chers et se heurteraient à l'hostilité des populations concernées. "Nous avons une relation viscérale avec l'eau, l'homme n'oublie pas que la vie a commencé là, affirme Mohamed Larbi Bouguerra , ancien directeur de recherche associé au CNRS. Pour gérer l'eau demain, les solutions ne pourront être que locales ."

Trois grandes techniques d'approvisionnement, déjà utilisées, se développeront. Tout d'abord, sonder davantage le royaume mal connu des eaux souterraines, dont une partie seulement est renouvelable. " Cette ressource doit être gérée avec la plus grande précaution, affirme cependant Bernard Barraqué, directeur de recherche au CNRS. Une fois contaminée, une eau souterraine profonde est difficile à nettoyer ."

Deuxième piste : poursuivre la politique des barrages lancée au XXe siècle, dont il existe aujourd'hui 45 000 exemples dans le monde. Ainsi, le gigantesque projet chinois du barrage des Trois Gorges permettra de stocker 39 milliards de m3 d'eau en 2009. Ces grands travaux suscitent cependant de nombreuses réserves, du fait de leur impact sur leur environnement. Enfin, le dessalement de l'eau de mer constitue un recours dans les pays côtiers arides assez riches pour se l'offrir. Son coût est en baisse et déjà 12 500 sites alimentent 1,5 % de la population mondiale, notamment dans les pays du Golfe persique.

Mais ces solutions techniques pourraient ne pas suffire. Une tout autre voie est préconisée par les spécialistes : cesser de penser l'élément liquide comme une ressource illimitée et adapter notre consommation. Tous les usagers sont concernés.

L'agriculture est la première en ligne de mire. Elle absorbe 73 % de l'eau douce utilisée dans le monde, devançant largement l'industrie et la production d'énergie (21 %), et les foyers des particuliers (6 %). Les terres irriguées ne représentent que 15 % des cultures mondiales mais produisent 40 % des ressources alimentaires de l'humanité. Elles se développeront pour augmenter la productivité des terres et nourrir la planète. Or l'irrigation génère de grosses déperditions : 20 % à 60 % de l'eau ne sert pas à la croissance des cultures. La distribution au goutte-à-goutte au pied des plantes amènerait la quantité strictement nécessaire. Mais les paysans pauvres auront-ils les moyens d'investir ? Autre option, réutiliser les eaux usées domestiques. C'est déjà le cas de 10 % des terres irriguées dans le monde.

La géographie mondiale des cultures et de l'élevage devra-t-elle changer ? 20 000 m3 d'eau sont nécessaires pour produire une tonne de viande de boeuf, il en faut 1 500 pour une tonne de céréales. Faut-il poursuivre l'exploitation du maïs dans le sud-ouest de la France, où les pénuries d'eau se multiplient ? Autre exemple, le projet céréalier utilisant des nappes du Sahara. "Compte tenu du coût de l'opération, est-il judicieux d'irriguer là du blé, ne vaut-il pas mieux acheter des céréales sur le marché mondial ?", s'interroge Pierre Hubert, secrétaire général de l'association internationale des sciences hydrologiques. Puisque l'eau ne se transporte pas sur de longues distances, "la question d'avenir sera la circulation mondiale des denrées alimentaires", analyse M. Barraqué.

Pour les usages domestiques, la problématique varie radicalement selon les régions du monde . 34 000 personnes par jour meurent faute d'accès à une eau saine. Près de 1,5 milliard d'habitants, majoritairement dans l'hémisphère Sud, n'ont pas accès à l'eau potable. Ils seront 3 milliards en 2025 si rien n'est fait. Cependant, la question de l'accès à l'eau est moins liée au régime hydrologique d'un pays qu'à ses moyens financiers, et à la volonté politique d'organiser la construction et l'entretien de réseaux d'acheminement et d'assainissement. L'accès pour tous à une eau saine, condition indispensable au développement d'un pays, est l'objectif fixé par l'ONU pour 2025.

Parallèlement, un Américain utilise en moyenne 600 litres d'eau par jour. Un Européen 150 litres. Est-ce tenable ? Dans certains pays développés, la population devra apprendre à économiser, comme dans ces immeubles japonais où l'eau des toilettes est désinfectée sur place et réutilisée immédiatement. Cela d'autant plus que l'humanité sera demain encore plus urbaine qu'aujourd'hui. Ces besoins concentrés sur de petits espaces créeront des risques accrus de pénuries. L'approvisionnement des mégalopoles sera l'un des grands défis des décennies à venir.

Gaëlle Dupont


2025 : l'humanité est contrainte à partager l'eau
--------------------------------------------------------------------------------
CHIFFRES


97,5 % DE L'EAU présente sur terre est salée. Le reste est de l'eau douce, à 70 % sous forme de glaces ou de neiges éternelles.


4 800 M3/AN/HABITANT. Telles sont les réserves d'eau moyennes prévues pour 2025. Ces réserves atteignaient 16 800 m3 en 195O et 7 300 m3 en 2000.


1,5 MILLIARD DE PERSONNES vivent dans des pays en état de stress hydrique où la ressource en eau est jugée insuffisante (inférieure à 1 700 m3 par an et par habitant). En 2025, 3 milliards d'individus pourraient être concernés.


LES RÉSERVES EN EAU — Zones les plus favorisées : Groenland, Guyane française, Islande, Surinam.
— Zones les plus démunies : Emirats arabes unis, bande de Gaza, Koweït, Seychelles, Cisjordanie.
À LIRE L'eau dans le monde, d'Yves Lacoste, Petite encyclopédie Larousse, 2004.

Article paru dans l'édition du 22.01.06

Samedi 21 Janvier 2006
Vendredi 31 Mars 2006
LE MONDE | 21.01.06
Lu 19083 fois

Dans la même rubrique :

LOBBYING | PRIVATISATION DANS LE MONDE | PRIVATISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE | ACTIONS JURIDIQUES | EAU A PARIS | L'EAU DE LILLE | L'EAU DE LYON | L'EAU de CORSE | L'EAU de BRETAGNE | EAU A TOULOUSE | Water Makes Money le Procès

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide