ACME
Guadeloupe 19 juillet : Une conférence régionale sur l’eau à la Préfecture 20/07/2018 Quatre candidats en lice pour s'offrir le spécialiste de l'eau Saur 18/07/2018 LE GOUVERNEMENT ANNULE LES ASSISES DE L’EAU ! 16/07/2018 Le Télégramme 6 juillet : Quimper : Eau secours 29 et le Carepa sont à nouveau montées au créneau pour dénoncer un règlement de l’eau favorisant le délégataire au détriment des usagers 08/07/2018 Marianne 3 juillet : Fête de l’Huma : finies les tournées de Cuba Libre offertes par le SIAAP  Boîte de réception x 07/07/2018 Bordeaux: Suspectant de la corruption, une association Trans'cub dépose plainte sur le dossier eau : l'ACME et le FRICC soutiennent l'association de défense des consommateurs Trans'cub 05/07/2018 France Antilles 3 juillet : Guadeloupe : CAPESTERRE BELLE-EAU Gestion de l'eau : dépôts de plainte en cascade en perspective ? 03/07/2018 MARCHÉS DE L’EAU : LES BUREAUX D’ÉTUDE DANS LE VISEUR DE LA JUSTICE 02/07/2018 Roquebrune Cap Martin la Riviera française Nice matin 2 juillet 2018 : Une association créée pour renégocier le prix de l'eau 02/07/2018 Marsactu par Lisa Castelly, le 29 Juin 2018 :   Soupçons d’emplois fictifs à la Seramm, filiale de Suez à Marseille Métropole 02/07/2018 Création à Roquebrune Cap Martin de l'Association de Sauvegarde de l'Eau de la CARF (Communauté d'Agglomération de la Riviera Française) 01/07/2018 Eau potable : Loches Sud Touraine fait le choix de la gestion publique 01/07/2018 Le chlordécone, ce poison 01/07/2018 France Antilles Guadeloupe 28 juin : Dossier de l'eau : les associations de défense des usagers font le point 28/06/2018 FRICC et ACME : C à vous France 5 25 juin 19h : le scandale du chlordécone en Martinique et en Guadeloupe et la réaction scandaleuse du ministre Nicolas Hulot 26/06/2018 20 juin : Outre mer 1ère 20 juin : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 20/06/2018 Assainissement de la Métropole de bordeaux : Trans’cub demande l’ouverture d’une enquête 20/06/2018 L’affaire Veolia/Etat du Gabon s’ouvre ce 20 juin à Paris 20/06/2018 AFP Le Figaro 19 juin 2018 : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 19/06/2018 Radio Caraibes International RCI 19 juin : Une plainte pour détournements de fonds publics déposée contre la SME 19/06/2018 France Antilles 19 juin 2018 : La Société Martiniquaise des Eaux, filiale de Suez, visée par une plainte pour détournement de fonds publics 19/06/2018 « Le Scandale de l’Eau En Guadeloupe » 19/06/2018 Bordeaux Métropole : l'association Trans'Cub va alerter la justice sur le marché de l'assainissement 18/06/2018 ssainissement Bordeaux : Alain Juppé a dû faire appel à l’Inspection générale des services 16/06/2018 Siaeag : le procès renvoyé au 24 janvier 2019 15/06/2018 INFO FRANCE BLEU PARIS - Inondations : le maire de Wissous attaque Suez devant le tribunal administratif 14/06/2018 Interview dans le journal de 9h de France Bleu IdF Paris du maire de Wissous (91) sur les inondations dans sa ville dont la cause provient du mauvais entretien des bassins de rétention des eaux pluviales gérés par Suez 14/06/2018 Journal télé de 19h de Martinique 1ère 13 juin 2018  Plainte du FRICC et de l'ACME envers le président de l'ex SICSM et la SME filiale de Suez en Martinique depuis 1977 14/06/2018  Communiqué de presse du FRICC et de l'ACME du 7 juin 2018 13/06/2018 Le JDD du 10 juin 2018 : L'eau en Martinique : Suez visé par une plainte du FRICC et de l'ACME 10/06/2018 Midi Libre 6 juin 2018 : Gestion de l’eau à Nîmes : Eau bien commun Gard accuse l’Agglo de délit de favoritisme 07/06/2018 Veolia, Suez, Aqualia et Aguas de Valencia, impliquées dans plusieurs affaires de corruption en Europe et les conséquences 06/06/2018 CU Bordeaux Assainissement : Trans'Cub demande des explications 29/05/2018 À Vittel, Nestlé privatise la nappe phréatique 29/05/2018 A Valbonne, la gestion de l'eau était confiée à Suez et depuis le 1er janvier 2018 elle est désormais publique 20/05/2018 "Les comptes de la SME ne correspondent pas à la réalité" 19/05/2018 Sud Ouest 5 mai 2018 : Bordeaux Métropole : la bataille de l’assainissement 19/05/2018 France Antilles 17 mai 2018 Martinique 1ère et ATV : Martinique 1ère : La guerre de l'eau est-elle déclarée en Martinique ? 18/05/2018 Roquebrune : Des factures d’eau bien trop élevées et un service insuffisant 04/05/2018 France 3 Côte d'Azur 3 mai 2018 dans le 19/20 : L'eau de Roquebrune la plus chère des Alpes Maritimes 04/05/2018
           
REVUE DE PRESSE DES MANIFESTATIONS D'ACME

24 octobre à Niort Réunion publique 'A qui appartient l'eau ?'

organisée par ATTAC Deux-Sèvres

Depuis plus de 20 ans, le capitalisme financier dispose d’importantes liquidités (1). Mais faute de débouchés solvables, l’appareil de production devient de moins en moins rentable : d’où des stratégies de fusions/acquisitions visant à créer des oligopoles privés et à réduire la surproduction, de licenciements massifs pour convenance « boursière », de sous-investissements chroniques (2), et enfin d’appropriation privée des mécanismes de solidarité (sécu, retraites, services publics…) ou des biens communs de l’humanité (le vivant, l’eau, l’énergie et les ressources naturelles). C’est sur ce dernier aspect que nous
avons choisi d’insister, car il y a d’une part urgence à se défendre, et d’autre part urgence à proposer de nouveaux modes d’organisation, basés sur la solidarité avec toute la population de la planète et avec les générations futures.



24 octobre à Niort Réunion publique 'A qui appartient l'eau ?'

Le journal d’ATTAC Deux-Sèvres Angles d'ATTAC lance cet automne un cycle de réunions

24 octobre à Niort Réunion publique 'A qui appartient l'eau ?'
D’ici fin 2006, nous allons aborder la notion de « biens communs » selon trois thèmes majeurs : l’eau, l’énergie et le vivant.

Le 24 octobre prochain, aura lieu à Niort la première de ces réunions, intitulée « à qui appartient l’eau ? ».

Notre objectif est double : d’abord, nous voulons informer le plus largement possible de l’état des propositions et des actions menées pour que l’eau soit considérée comme une ressource commune, qui doit être accessible à tous les habitants de la terre, et préservée
pour l’avenir : c’est le manifeste pour un contrat mondial de l’eau (3). Ensuite, au cours d’une table ronde, seront présentées le rôle et les engagements d’élus locaux et d’associations pour faire vivre localement, et partout, l’idée que l’eau est un bien commun : de Buenos Aires à Châtellerault, des citoyens engagés et des élus obtiennent que la gestion de l’eau retourne dans le giron public, pour le plus grand bien des consommateurs
et des finances publiques ; partout, des associations et des élus oeuvrent pour le partage équitable de l’eau, la préservation de la ressource et de sa qualité.

Du global au local, le combat pour faire de l’eau un bien commun s’étend : nous voulons partager avec le plus grand nombre cette « ardente obligation », pour nos voisins, proches ou éloignés, comme pour nos descendants. « Celui qui combat peut perdre, mais celui
qui ne combat pas a déjà perdu
. » (Bertolt Brecht).

(1) Les 100 premières sociétés mondiales sont assises, selon les statistiques de Thomson Financial, sur plus de 1.100 milliards de dollars de liquidité !

(2) Dans de nombreux pays, les profits des entreprises sont à « leur plus haut niveau depuis des décennies », indique la Banque de France, tout en déplorant que « le ratio investissement/PIB se situe à son plus bas niveau depuis des dizaines d'années dans l'ensemble des pays du G7.

(3) Jean-Luc TOULY est coauteur, avec Roger Lenglet, de « l’eau de Vivendi – Les vérités inavouables ». Sorti en novembre 2003, ce livre leur a valu d’être attaqués en justice par Veolia. Jean-Luc Touly vient, de surcroît, de faire l’objet d’un licenciement pour faute grave, par Veolia qui l'employait depuis 30 ans, et seulement après l'accord donné par le
ministre de l'emploi. Ces deux auteurs sont à nouveau poursuivis devant les tribunaux pour des interviews donnés à l'occasion de la parution de leur deuxième livre " L’eau des multinationales, les vérités inavouables" chez Fayard en janvier 2006.

PROGRAMME DU 24 OCTOBRE

24 octobre à Niort Réunion publique 'A qui appartient l'eau ?'
1) Conférence de Jean-Luc TOULY (Président de l’ACME, association pour un contrat mondial de l’eau) : le manifeste pour un contrat mondial de l'eau (principaux éléments) ; les enjeux dans le monde et en France (public/privé, le rôle et la stratégie des multinationales) ; les actions concrètes (remunicipalisation ...).

2) Table ronde, animée par Attac 79, avec :
  • Jean-Luc TOULY (ACME)
  • Dominique BLANCHARD (Attac 86)
: l’exemple de la re-municipalisation d e l’eau à Châtellerault
  • Nicole GRAVAT :
adjointe au Maire de Niort en charge du dossier eau : les pressions sur les élus pour privatiser l’eau (production-distribution-traitement)
  • Daniel BARRE
(association de protection, d’information et d’étude de l’eau et de l’environnement - APIEEE) : conflits d’usage et gestion de l’eau en Deux-Sèvres : les propositions d’une association citoyenne.

3) Échanges avec la salle



Pour un contrat mondial de l'eau

24 octobre à Niort Réunion publique 'A qui appartient l'eau ?'
Le problème de l’eau, loin de se résorber, s'aggrave. Ce sont aujourd'hui 2 milliards d'êtres humains qui n'ont pas accès à l'eau potable. En 2020, si la tendance reste inchangée, c’est 3 ou 4 milliards d'individus qui ne disposeront pas.

Désarmer les seigneurs de l'eau

C'est à l'aide de deux principes que les conflits ont été généralement gérés, qui ni l'un ni l'autre n'ont su faire la preuve de leur efficacité. Le premier est celui de la souveraineté territoriale intégrale ; il implique que la puissance qui se trouve en amont du fleuve - l'État, la ville - contrôle celui-ci intégralement, condamnant
ceux qui sont en aval à l'impuissance.

C'est le cas aujourd'hui à titre d'exemple de la Turquie, qui contrôle le Tigre et l'Euphrate, et utilise ce levier contre la Syrie dans le cadre de la question kurde. Le second principe
est celui de l'intégration totale, par lequel toutes les puissances traversées par le fleuve se trouvent sur un pied d'égalité, système qui au moindre incident diplomatique se bloque.
Le principe de bonne conduite qui l'assortit - chacun doit s'efforcer de faire un usage équitable de la ressource eau - saute au moindre conflit.

L'eau, bien vital,
N'est-il pas temps, dès lors, d'extraire l'eau de ces conflits territoriaux ?
N'est-il pas nécessaire d'affirmer que nul n'est en droit de la détourner à son profit ?
N'est-il pas temps, en bref, de convertir l'eau en bien commun inaliénable, partie du patrimoine de l'humanité ?

Une telle approche conduirait d'une part, à exclure l'eau de toutes transactions internationales, à la mettre hors du champ de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et des traités sur les investissements internationaux, et d'autre part, à penser et gérer son partage au niveau mondial. Ainsi la Lyonnaise des eaux contrôle les eaux du Québec et pousse celui-ci à exporter ses eaux, nouvelle manne financière, à l'image de ce que fut le pétrole pour les pays arabes. Rien dans notre cadre juridique et culturel actuel n'interdit
une telle transaction, laquelle débouchera sur une vente, à un prix déterminé uniquement par les intérêts financiers d'une société privée, et ne prenant pas en compte les besoins des milliards de laissés pour compte de l'eau potable.

La tendance actuelle est à la privatisation massive de la gestion, voire de la propriété de l'eau. Ainsi au cours des derniers 18 mois, 16 villes ont effectué ce transfert au seul bénéfice de la Lyonnaise des eaux. Cette privatisation massive s'explique en grande partie
par le manque d'argent des acteurs locaux, mais aussi par la complexité de la gestion de l'eau dans les mégalopoles. Les grandes entreprises, et par leurs compétences techniques et
par leur puissance financière, captent l'eau à leur profit. Elles sont également présentes,
directement ou indirectement, dans certains des organismes internationaux chargés
de résoudre le problème de l'eau. Ainsi la Lyonnaise des eaux finance en partie Le Conseil mondial de l'eau.

Ces constats amènent à proposer une rupture radicale, dans la continuité de la proposition
précédente : l'eau, en tant que bien commun de l'humanité, ne doit plus être capitalisée, doit échapper aux variations boursières, et donc être sortie des places financières.

Des technologies au service des seigneurs de l'eau
Le développement exponentiel des barrages (35 000 grands barrages construits après 1950, dont la moitié ces 20 dernières années) illustre lui aussi ce détournement de technologies censées résoudre en partie le problème de l'eau. De fait, ce sont les grandes entreprises multinationales originaires d'Amérique du nord, de l'Europe occidentale et du Japon, qui construisent et gèrent ces barrages, qui sont les principaux bénéficiaires de ces grands travaux, financés par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI). Les populations locales en tirent essentiellement un surcroît d'endettement.

Vers un contrat mondial de l'eau
Face à cet enjeu aux multiples visages, c'est un véritable processus, révisable à chaque instant, qui doit au cours des 15/20 prochaines années permettre de mettre en place une double rupture. Rupture quant à notre conception même de la relation entre l'être humain et l'eau et des règles qui doivent la régir ; rupture quant aux moyens employés pour reconstruire un devenir solidaire autour de l'eau. Cette rupture peut s'organiser autour d'un contrat mondial de l'eau.
Extraits de l’article de Valérie PEUGEOT - Europe99

LE CONTRAT MONDIAL DE L’EAU

24 octobre à Niort Réunion publique 'A qui appartient l'eau ?'
L'eau "source de vie" appartient aux habitants de la Terre en commun. En tant que "source de vie" fondamentale et non-substituable de l'éco-système Terre, l'eau est un bien vital qui appartient aux habitants de la Terre, en commun. Aucun d'entre eux, individuellement ou en groupe, ne devrait avoir le droit d'en faire son appropriation privée. L'eau n'est pas une marchandise échangeable, monnayable.

• Le droit à l'eau est un droit inaliénable individuel et collectif
• L'eau doit contribuer à la solidarité de vie entre communautés, pays, sociétés, sexes et générations
• L'eau est une affaire de citoyenneté et de démocratie
• Toute politique de l'eau implique un haut degré de démocratie
• L'accès à l'eau passe nécessairement par le partenariat.

Nous proposons que les mesures suivantes soient prises et mises en oeuvre, sorte de "Contrat Mondial de l'Eau", selon deux axes majeurs: la constitution d'un "réseau de parlements pour l'eau" et la promotion de campagnes d'information, de sensibilisation
et de mobilisation autour de "L'eau pour tous" :

• Promotion de campagnes d'information, de sensibilisation et de mobilisation concernant:
1 le développement (ou modernisation) des systèmes de distribution et d'assainissement
des eaux pour les 600 villes des pays d'Afrique, d'Asie, d'Amérique Latine et d'Europe orientale et Russie qui auront plus d'un million d'habitants en 2020 et dont le système d'eau est déjà aujourd'hui , obsolète, voire inexistant.

2 la lutte contre les nouvelles sources de pollution des eaux dans les villes des pays d'Amérique du Nord, d'Europe Occidentale et du Japon dont le contamination du sol et des nappes phréatiques de surface et en profondeur est de plus en plus inquiétante, grave et, dans certains cas, irréversible.

• Un moratoire de 10 à 15 ans en ce qui concerne la construction de nouveaux grands
barrages dont l'on connaît désormais les inconvénients considérables à court et à long
terme pour l'environnement, les populations, la gestion intégrée et durable de l'eau.
• Mise en place d'un Observatoire Mondial des Droits de l'Eau

Extraits du Manifeste de l'Eau pour un Contrat Mondial de l'Eau de Riccardo Petrella

Départ de la CEO

24 octobre à Niort Réunion publique 'A qui appartient l'eau ?'
Le Comité Attac Châtellerault est heureux de vous annoncer le départ de la CEO- Générale des Eaux- Vivendi-Véolia vers des horizons plus cléments !

Dominique Blanchard notre Président a participé à la Commission consultative des services publics de la ville de Châtellerault. Anticipant la décision du conseil municipal, les conseillers ont proposé une baisse du prix de l'eau potable de 6% pour 2007, sans augmentation les 3 années suivantes. Nous pensons qu'ils auraient pu faire plus la 1ère année, mais c'est un début. 6 membres d' Attac ont participé au dernier conseil municipal du 21 mars. La décision a été prise de faire adhérer la ville de Châtellerault au SIVEER, et que ce syndicat départemental assure la gestion de la distribution de l'eau potable. Nous avons réussi à éjecter l'une des plus grosses multinationales mondiales ! 4 ans de travail du groupe EAU et du Comité Attac ont été nécessaires, ainsi que la volonté de Guy Gratteau , adjoint à la communauté d' agglomération, viceprésident du SIVEER , pour arriver à ce résultat. Nous avons comptabilisé 60 réunions et interventions diverses, plus les coups de téléphone et la distribution de 13 000 tracts.

Le groupe envisage de faire un résumé de " histoire d'eau à Châtellerault" .
N_2_eau.pdf N°2 eau.pdf  (764.72 Ko)
NIORT10_06Touly.pdf NIORT10_06Touly.pdf  (350.83 Ko)

Mardi 10 Octobre 2006
Jeudi 26 Octobre 2006
Attac Deux-Sèvres
Lu 5521 fois


1.Posté par Jean-Marc Hauth le 24/10/2006 12:12
L'eau n'appartient à personne.
Elle est l'élément le plus important de la vie .

Compte tenu de la répartition irrégulière de la ressource , il est du devoir du pouvoir politique ( volonté du peuple ) de la répartir sur le lignes de crêtes de tout le territoire avant qu'elle se pollue en poussant les pollutions vers l'aval et que les vendeurs/laveurs en fassent une mane financière .
On peut s'étonner que ce principe de base très simple à comprendre ne soit pas mis sur le table des discussions.


Dans la même rubrique :

Appel de Varages - 17/10/2005

Eaux troubles - - 09/10/2005

REVUE DE PRESSE DES MANIFESTATIONS D'ACME

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide