ACME
Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Eau de Paris : 94 000 compteurs d'eau jetables à 30 millions d'euros ! 15/03/2019 Eau potable au Sénégal : l’autorité des marchés publics annule l’attribution du marché à Suez 08/03/2019 GUADELOUPE /GRANDE-TERRE La CARL et la CANGT vont gérer ensemble leurs problèmes d'eau et l'élimination de leurs déchets 06/03/2019 Le divorce entre Suez et la mairie prononcé 28/02/2019 Médiacités 26.02.2019 : Veolia, le CICE et la baisse du contrat de gestion de l’eau à Toulouse 26/02/2019 La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019 Après la sortie de Macron sur le chlordécone, l'Élysée plaide le "malentendu" Après les élus ultramarins, des scientifiques ont rappelé à Emmanuel Macron que des études contredisaient ses propos 06/02/2019 LE PRÉSIDENT ET LE CHLORDECONE 05/02/2019 Un arrêté limite la chlordécone, insecticide cancérogène, dans la viande de boeuf 30/01/2019 28 janvier 2019 : Tribunal Administratif de Versailles Requête en excès de pouvoir de l'ACM et du FRICC contre le refus de la Communauté d'agglomération Paris Saclay de créer la Commission de Contrôle Financier R. 2222-1 à 6 du CGCT 30/01/2019 Marché de l’eau à Quimper. « Il faut mettre cartes sur table » réclame Piero Rainero 30/01/2019 Sisteron 7341 habitants (maire de 78 ans LR depuis 1983) : la société Suez ne va plus gérer l'eau et l'assainissement : La commune reprend en régie directe l'ensemble de l'exploitation 26/01/2019 Interview de Jacques Davila du comité de l'eau de Guadeloupe et représentant local du FRICC 25/01/2019 La Roche-sur-Yon. Eau potable : une réunion le 7 février 2019 en présence de JL Touly 23/01/2019 Assurée par la Saur depuis sept ans, l’exploitation de l’eau potable sera reprise en régie, à partir du 1er septembre, par le syndicat mixte des eaux de Gâtine 23/01/2019 Dans les Alpes la neige artificielle menace l’eau potable - Marc Laimé 21/01/2019 Conférence de presse des associations d'usagers de l'eau de Guadeloupe avec J Davila du Fricc et G Paran président du comité des usagers de l'eau 18/01/2019 Café citoyen sur l’impact de la loi NOTRe sur la gestion de l’eau, du 16 janvier 2019 à Saint-Dié-des-Vosges 17/01/2019 Des habitants de Souvigné, en Indre-et-Loire, dénoncent une eau de mauvais goût payée plus chère 16/01/2019 Invitation à un événement hors norme marche d'adieu au SYNDICAT D'EAU SAVIGNE SUR LATHAN HOMMES dissous par la lois NOTRE (37340) 14/01/2019 LA CADA OUVRE L’ACCÈS AUX COMPTES D’UNE CONCESSION, PAR PATRICK DU FAU DE LAMOTHE 13/01/2019 PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’accès à l’eau potable, sa qualité et ses effets sur la santé en Outre-mer 18 décembre 2018 12/01/2019 La guerre est déclarée entre la municipalité de Brignoles et la société Suez : notre association ACME France est solidaire du maire de Brignoles 04/01/2019 RENCONTRE - DÉBAT  «Loi sur la gestion de l'eau : notre bien commun nous échappe-t-il ?» le 16/01/2019 à 20h00 Maison Mosaïque : 11, rue d'Ortimont Saint-Dié-des-Vosges 04/01/2019 Coupures d'eau : la fondation France Libertés relaxée des accusations de diffamation portées à son encontre par Veolia 21/12/2018 Recul de Santini face aux "gilets bleus" 20/12/2018 PROVISIONS POUR RENOUVELLEMENT : UN ARRÊT HISTORIQUE DU CONSEIL D’ÉTAT 20/12/2018 [Ouche & Montagne] Un pas de plus vers une gestion publique, écologique et démocratique de l’eau 18/12/2018 au : 3,30€ le m³ pour toutes les communes du Grand Besançon d’ici 2028 18/12/2018 Bordeaux Métropole : Trans’Cub s’attaque à la gestion de l’eau 17/12/2018 Réponses de Jacques Tcheng lors de la réunion de Quimper 17/12/2018
           
REVUE DE PRESSE

71 Lacs contaminés au Québec : Les cas de cyanobactéries ont fait un bond de plus de 40% en un an

Le problème des cyanobactéries prend de l'ampleur au Québec, alors que le nombre de lacs touchés a augmenté en un an de plus de 40 % à l'échelle provinciale et de 50 % sur la rive nord du fleuve.



Cyanobactéries ou Anabaena sperica
Cyanobactéries ou Anabaena sperica
17 octobre 2006

Selon la plus récente compilation réalisée par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs (MDDEP) à la demande du Devoir, le nombre de lacs touchés est passé de 50 l'an dernier à 71 cette année. En 2003, quelque 43 lacs se sont retrouvés aux prises avec des proliférations des cyanobactéries qui produisent une toxine dangereuse pour les humains et les animaux à certaines concentrations.

Dans certaines régions, comme au lac Massawippi, en Estrie, où l'on a assisté à un important «bloom» d'algues bleues-vertes, les populations riveraines, notamment celle de North Hatley, ont dû cesser toute utilisation de l'eau pendant plusieurs jours, y compris pour la douche, en raison des fortes concentrations de toxines. À Québec, où on a décelé au cours des derniers jours la présence de cyanobactéries dans le lac Saint-Charles, qui alimente la ville en eau, l'alerte n'a heureusement pas été critique. En effet, les concentrations n'ont pas dépassé les 1000 cyanobactéries par millilitre d'eau et l'on n'a relevé vendredi dernier aucune trace de bactérie ou de toxine à la prise d'eau municipale ou à la sortie du système de traitement, précisait hier soir le directeur régional du MDDEP, Michel Vallières.


Les «fleurs d'eau»,

Cyanobactéries ou Anabaena sperica
Cyanobactéries ou Anabaena sperica
Les «fleurs d'eau», le joli nom que l'on donne aux dangereux «blooms» ou explosions de cyanobactéries, ont été relativement stables sur la rive sud du Saint-Laurent entre 2004 et 2006, contrairement à l'augmentation vraiment importante constatée sur la rive nord.

Ainsi, le nombre de fleurs d'eau s'est maintenu sur la rive sud dans les trois dernières années respectivement à 30, 28 et 31 lacs. C'est véritablement la situation enregistrée sur la rive nord du fleuve qui fait exploser cette année le bilan provincial. En effet, on enregistrait en 2004 seulement 13 blooms d'algues bleues-vertes au nord du Saint-Laurent. Mais ce nombre grimpait à 20 l'an dernier et faisait un bond de 100 % cette année, alors qu'on y dénombrait 40 lacs où la présence des cyanobactéries a été confirmée par le ministère.
Mais la relative stabilité qui se dégage du bilan de la rive sud exige d'être nuancé car, tout comme sur la rive nord, les mêmes lacs ne sont pas également atteints d'une année à l'autre et tous ne sont pas touchés chaque année.

Fleur d’eau de cyanobactéries sous forme d’écume en surface de l’eau et dépôt d’écume sur la plage (en période de vent très calme) − Baie Missisquoi, septembre 2001, Martin Mimeault, MENV
Fleur d’eau de cyanobactéries sous forme d’écume en surface de l’eau et dépôt d’écume sur la plage (en période de vent très calme) − Baie Missisquoi, septembre 2001, Martin Mimeault, MENV
Ainsi, dans le bassin de la Yamaska, cinq des onze lacs touchés depuis trois ans ont été frappés pendant ces trois années consécutives. Il s'agit notamment des lacs Boivin et du réservoir Choinière dans le territoire de Granby. C'est d'ailleurs dans ce réservoir que cette municipalité prend ses eaux brutes qu'elle traite à grand prix, y compris avec un système de charbon activé, pour pouvoir effacer toute trace des toxines et des cyanobactéries. On retrouve aussi dans la liste des lacs touchés depuis trois ans dans le bassin de la Yamaska les lacs Brome, Roxton et Waterloo. Tous ces lacs n'ont pas fait l'objet d'un avis de non-consommation par les services de santé publique car, si on y a décelé des algues bleues-vertes, les concentrations n'atteignaient pas nécessairement la cote d'alerte rouge, i.e. le niveau de danger où la consommation et même le contact avec l'eau peut être dangereux.

Le bassin de la rive sud où l'on retrouve le plus grand nombre de lacs touchés est sans contredit celui de la rivière Saint-François, dont le bassin versant abritait 14 lacs touchés cette année, comparativement à 9 et 8 en 2004 et 2005.

Les autres lacs touchés en rafale depuis trois ans sont les lacs Nairne dans le bassin de la Malbaie, Maskinongé à Saint-Gabriel-de-Brandon, de la Sablière à Saint-Joseph du lac dans le bassin de l'Outaouais, les lacs Saint-Augustin, Saint-Joseph et Sergent dans la région de la Capitale-Nationale, le lac Témiscouata et la Baie de Missisquoi sur le lac Champlain, un des premiers à avoir fait les manchettes pour cette raison au milieu des années 90.

Nouveaux lacs touchés

Sur la rive nord, on compte cinq lacs touchés cette année pour la première fois dans le bassin de la Gatineau, deux dans le bassin de l'Harricana, sept dans le bassin de l'Assomption, six dans le bassin de la Lièvre, deux respectivement dans les bassins de la Rivière-du-Nord, de l'Outaouais et de la rivière Rouge.

Un biologiste gouvernemental, qui n'a pas eu le temps hier d'obtenir les complexes autorisations pour pouvoir parler à un journaliste avant l'heure de tombée, expliquait que l'augmentation des blooms de cyanobactéries ne peut être automatiquement attribuée à des facteurs «structurels» comme le déboisement, une trop grande densité d'occupation par les humains, par l'état souvent lamentable des installations septiques, par des apports d'oligo-éléments comme le phosphore utilisé en agriculture, sur les golfs et dans les parterres, etc.

La température très pluvieuse du début de la saison estivale, disait-il, pourrait avoir joué un rôle «conjoncturel» cette année en stimulant l'érosion et les apports de matière organique dans les plans d'eau, ce qui les enrichit en phosphore, cet oligo-élément qui favorise les fleurs d'eau bleues-vertes.

La matière organique qui s'accumule annuellement au fond des lacs avec des concentrations de phosphore variables selon les milieux est décomposée par des bactéries de toute sorte, une intense activité biologique qui peut engendrer un état d'anoxie ou d'absence d'oxygène. C'est alors qu'apparaissent toute une autre série de bactéries anoxiques qui extraient le phosphore de cette matière décomposée. Le «monstre phosphore» qui sommeillait dans les sédiments se réveille alors pour favoriser, selon les conditions climatiques et biochimiques, l'une ou l'autre des nombreuses populations de phytoplancton, dont la plus dangereuse est celle des cyanobactéries. Chaque population a sa «fenêtre» de développement, ce qui explique qu'un lac peut être atteint une année mais pas l'autre, explique le même biologiste.

Mais les facteurs «structurels» jouent un rôle majeur dans ces blooms d'algues. Et il est rare que la situation s'améliore, compte tenu de la pression croissante qu'exerce la villégiature sur les écosystèmes lacustres. Par exemple, le phosphore présent dans les déjections humaine finit par sortir des fosses septiques. Ce phosphore rejoindra les lacs par lixiviation dans les eaux souterraines s'il n'y a pas suffisamment de racines d'arbres pour le capter. Les mêmes arbres vont évidemment ralentir le processus d'érosion qui charrie la matière organique et le phosphore en surface pour l'empêcher de devenir une bombe biologique à retardement, en attendant les conditions propices d'un bloom d'algues. Mais le même phosphore peut aussi, comme l'azote, favoriser une explosion des grandes algues, qui paralysent l'utilisation des lacs par les villégiateurs.

C'est pour mettre fin de façon permanente au vieillissement prématuré du lac Dion que la municipalité de Saint-Damien-de-Bruckland, dans Bellechasse, a adopté à la demande de la majorité de ses riverains un règlement qui obligera les 67 propriétaires de chalets à brancher les toilettes domestiques sur des fosses scellées. Seules les «eaux grises» pourront être rejetées à la fosse septique et au champ d'épuration. Ce plan de restauration du lac Dion a exigé une approbation spéciale du MDDEP parce qu'il dépassait toutes les normes provinciales. Il a été mis au point par un expert embauché par les riverains et la municipalité, expliquait hier au Devoir la présidente du Comité de restauration, Véronique Brisson. Cette prise en charge sans concession des apports d'origine humaine dans ce lac pour éviter son eutrophisation s'inscrit dans un plan d'ensemble de mesures, dont la plantation de 30 000 arbustes à l'époque où le ministère les fournissait gratuitement aux riverains.

Pour en savoir plus
http://www.mddep.gouv.qc.ca/eau/eco_aqua/cyanobacteries/index.htm

Mercredi 25 Octobre 2006
Dimanche 29 Octobre 2006
Le Devoir Louis-Gilles Francoeur
Lu 4934 fois


1.Posté par seck le 26/10/2006 01:54
salut je suis du senegal j'ai vu votre site, c'est vraiment interressant.

2.Posté par Babs127 le 13/04/2007 00:10
tres bien le site


Dans la même rubrique :

UNE PAILLE DE VIE - 13/11/2005

1 2

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide