ACME
France Inter samedi 17 février 2018 13h40 Marché de l'eau : quand la gestion privée dérape : interview Thierry Gadault auteur de Plongée en eau trouble (sortie le 22 février) 17/02/2018 La filiale de Veolia au Gabon doit fermer boutique 17/02/2018 Le Canard Enchaîné 15 février 2018 : le SIAAP une agence de voyage pour élus 14/02/2018 LES BELLES DÉPENSES DE VOYAGE D'ÉLUS FRANCILIENS CHARGÉS DE LA GESTION DE L'EAU 13/02/2018 Libération : Faouzi Lamdaoui, un proche de Hollande promu chez Veolia 11/02/2018 Veolia, partenaire de l'école de rugby des lionceaux de Sainte Colombe par l'intermédiaire du juste prix de l'eau 10/02/2018 France 5 la quotidienne jeudi 8 février 12h15-12h45 : Le prix de l'eau avec Olivier Andrault UFC Que Choisir et Jean Luc Touly 08/02/2018 Plongée en eau trouble de Thierry Gadault chez Michalon sortie le 22 février 2018 08/02/2018 Canal+ L'info du vrai 5 février (30mn) animée par Yves Calvi avec Marc Laimé : Inondations : le prix de l'eau 05/02/2018 Marianne E Levy 27 janvier 2018 : Ile de France : les communistes en eaux troubles 03/02/2018 Une cinquantaine de pays dans le monde avec moins de 50% d'accès à l'eau potable 19/01/2018 Inondations, l'aquataxe de 40 euros va-t-elle devenir obligatoire ? 18/01/2018 Soupçons de corruption en Roumanie : le siège de Veolia perquisitionné 15/01/2018 ARCEAU : Gestion de l'eau potable à Lège - Cap Ferret 14/01/2018 Une proposition de loi pour assouplir le transfert des compétences eau et assainissement : quid à Paris Saclay ? 13/01/2018 Voeux 2018 FO Veolia Eau 11/01/2018 La vérité sur le mystérieux Alexandre Djouhri (Veolia, Dassault, Airbus, Libye, présidence de la République française,...) Veolia : Obadia et Djouhri au secours de Frérot et sans parler des autres affaires sulfureuses de Veolia en Roumanie, au Luxemb 11/01/2018 Le dossier de l'eau en Guadeloupe, un scandale 10/01/2018 Forum des lanceurs d'alerte 25 janvier 2018 à Marseille 09/01/2018 Capital 29 décembre 2017 : LANCEURS D'ALERTES : COMMENT ILS ONT OSÉ SACRIFIER LEUR CARRIÈRE 30/12/2017 La journaliste Christine Kelly s'engage pour l'accès à l'eau potable en Guadeloupe et organise une distribution d'eau minérale demain à Pointe-à-Pitre : depuis 3 ans avec les comités d'usagers locaux et Eli Domota nous nous battons sur cette question 23/12/2017 En 2018, huit communes de Metz-Métropole intégreront une régie publique commune d’eau. Pour Montigny et ses voisines, elle remplacera la Saur. L’idée est d’avoir un meilleur service pour moins cher 23/12/2017 Extrait du compte rendu de l'AG ordinaire de l'ACME-France du 19 décembre 2017 22/12/2017 Tous nos voeux pour 2018 22/12/2017 21 décembre 2017 : Accord au Parlement sur la proposition de loi assouplissant la Gemapi : L'entrée en vigueur de nouvelles compétences Gemapi, initialement prévue au 1er janvier 2016, avait été repoussée au 1er janvier 2018. Comme prévu dans le text 21/12/2017 SEDIF Syndicat des Eaux d'Ile de France (président des 150 communes depuis 1923 A Santini) et son délégataire Veolia depuis 1923 21/12/2017 Mucem de Marseille 25 janvier 2018 : La nuit des idées FORUM DES LANCEURS D'ALERTE 20/12/2017 Les eaux de France toujours plus polluées 18/12/2017 LOI NÔTRE Le transfert des compétences eau et assainissement reporté jusqu’en 2026 15/12/2017 Ordre du jour non communiqué sur le site de Paris Saclay du conseil communautaire de Paris Saclay du 20 décembre 20h30 à Orsay avec 67 questions et plus de 1 500 pages à lire (un simulacre de démocratie) et cet ordre du jour nous a été communiqué par 14/12/2017 ARTE mardi 12 décembre à 23h25 Jusqu'à la dernière goutte "Les guerres secrètes de l'eau en Europe" réalisé par : Yorgos Avgeropoulos 12/12/2017 GUADELOUPE 1ère : Les avocats mettent les pieds dans l'eau 09/12/2017 ENQUÊTES POUR CORRUPTION: LAFARGE, AIRBUS, VEOLIA, HSBC... L'ÉTAU SE RESSERRE SUR LES ENTREPRISES FRANÇAISES 09/12/2017 LES CRAPULES DE LA RÉPUBLIQUE le 9ème livre (210 pages) de R Lenglet et JL Touly chez First 08/12/2017 Convocation ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE BI-ANNUELLE DE L'ACME-EAU POUR LE 19/12/17 08/12/2017 Affaire du SIAAP Syndicat Interdépartemental d'Assainissement de l'Agglomération Parisienne épure l'eau de près de 9 millions de franciliens depuis 1970 06/12/2017 Marianne 5 décembre : SIAAP (Syndicat Interdépartemental d'Assainissement de l'Agglomération Parisienne) : Soupçons de favoritisme autour d'un marché des eaux usées attribué à Veolia 05/12/2017 Suez, Dijon et son président PS proche de Macron François Rebsamen une histoire touchante mais pour qui ? 02/12/2017 EAU ET ASSAINISSEMENT : RÉPONSE MINISTÉRIELLE CONTRADICTOIRE AVEC LES ANNONCES DU CONGRÈS DES MAIRES (30/11/2017) : S'agissant des communautés d'agglomération, ces deux compétences eau et assainissement restent optionnelles jusqu'au 1er janvier 2020 01/12/2017 Le Cercle Français de l'Eau véritable agence de lobbying des multinationales de l'eau ? 30/11/2017
           
REVUE DE PRESSE

A LILLE : Mauroy invité (sommé) à faire payer les vendeurs d'eau

La société distributrice garde des fonds revenant à Lille-Métropole.



Article de Libération mardi 21 novembre 2006

A LILLE : Mauroy invité (sommé) à faire payer les vendeurs d'eau
Site de LIBERATION
Eau secours, une association locale, somme Pierre Mauroy, président (PS) de la communauté urbaine lilloise, de réclamer 140 millions d'euros aux distributeurs d'eau de la métropole du Nord. La distribution d'eau y est déléguée au privé au profit d'une société commune de la Lyonnaise et de la Générale des eaux (rebaptisées Suez et Veolia). En 1999, la chambre régionale des comptes (CRC) avait estimé que la Société des eaux du Nord (SEN, filiale à 50-50 des deux marchands d'eau, théoriquement concurrents) recélait dans ses comptes des «provisions non employées» devant être «reversées à l'établissement public».

Ces histoires de provisions polluent les contrats de concession. Les distributeurs d'eau sont censés maintenir en état le réseau de canalisations afin de le restituer en parfait état à l'issue de la concession (30 ans), mais les provisions pour réparations se perdent parfois dans un maquis comptable : des sommes sont prélevées sur les factures d'eau, en prévision de travaux à venir, mais elles ne sont pas toujours dépensées. La CRC ayant répertorié un trop perçu de 164 millions d'euros, Lille-Métropole aurait obtenu en 2001 la restitution de 24 millions. Eau secours revient à la charge afin d'obtenir remboursement du solde. L'enjeu est politique, portant sur les mérites respectifs des régies municipales et des délégations au privé.

L'association Eau secours a été fondée par Eric Darques, conseiller municipal de Lambersart évincé de l'UMP ­ «officiellement pour avoir injurié le maire, dit-il, mais la vérité est que les partis ne supportent pas les élus remuants» ­ qui milite au sein d'Anticor, association fondée par le juge Eric Halphen contre la «corruption dans les marchés publics». Yann Wehrling, secrétaire national des Verts, est venu lui prêter main-forte hier, lors d'une conférence de presse. En février, Danielle Mitterrand, qui milite pour un service public de l'eau, était venue à Lille pour convaincre Mauroy. On lui avait répondu que la SEN rend localement des services, notamment en matière d'emploi, un dirigeant de Veolia étant par ailleurs vice-président du LOSC, le club de foot. Hier, Lille-Métropole attendait de recevoir la sommation judiciaire avant de prendre position.

Par Renaud LECADRE

Article du Parisien, le 21.11.06


Le trésor caché des tuyaux
DERRIÈRE L'EXPRESSION pas très sexy de « provisions pour renouvellement des canalisations » se cache une ahurissante affaire d'ampleur nationale de siphonnage d'argent public, qui se chiffre au minimum à 4 milliards d'euros. Le principe est limpide....
Polémique à Lille


Où sont les 160 millions d'euros de l'eau ?
Le Parisien, le 21.11.06
L'AFFAIRE du magot des provisions payées par les usagers de l'eau pour les canalisations (voir encadré ci-contre) refait surface à Lille. L'association Eau Secours a fait déposer une sommation par huissier à Pierre Mauroy, en tant que président de la...

Nord Eclair : La communauté urbaine « sommée » de s’expliquer


20 minutes : La Société des eaux doit éponger son trop-perçu

A LILLE : Mauroy invité (sommé) à faire payer les vendeurs d'eau

20 Minutes | édition du 21.11.06

Lille Métropole Communauté Urbaine (LMCU) sommée de réclamer son dû. Vendredi dernier, l'association Eau secours LMCU a fait parvenir par acte d'huissier une sommation à la collectivité. Objectif : que cette dernière réclame sa créance auprès de la Société des eaux du Nord (SEN) à laquelle elle est liée par un contrat de trente ans qui expirera en 2016. En effet, le détenteur d'un compteur paye pour chaque mètre cube d'eau quelques centimes supplémentaires afin d'assurer l'entretien du réseau. « Une partie de cette somme n'a pas été utilisée pour faire ces travaux et LMCU ne l'a pas réclamée à la SEN », indique Eric Darques, président de Eau secours LMCU. Selon l'association, l'entreprise détient aujourd'hui 140 millions d'euros de trop-perçu, soit 457 euros par client. Toujours selon Eau secours LMCU, cette somme permettrait de faire baisser le prix de l'eau par LMCU.

« Le contrat expire en 2016, répond Francis Vercamer, vice-président (UDF) chargé de la politique de l'eau à la communauté urbaine. Tous les ans, 40 à 50 kilomètres de canalisations sont remplacées. Donc, ces fonds peuvent encore être utilisés. » Mais l'argument ne convainc pas. « Dans certains cas, ce type de manoeuvre peut être considéré comme un abus de confiance », précise William Bourdon, l'avocat de l'association. En cas de défaut de réaction de LMCU d'ici au début 2007, l'association compte d'ailleurs engager une procédure judiciaire.

Fanny Bertrand

La Voix du Nord : LITIGE : La communauté urbaine sommée de régler un contentieux avec la Société des Eaux du Nord


Le Nouvel Obs : Une association réclame à la communauté urbaine de Lille-Métropole le recouvrement de 150 millions d'euros

A LILLE : Mauroy invité (sommé) à faire payer les vendeurs d'eau
LILLE (AP) -- Une association de défense des usagers demande à la communauté urbaine de Lille-Métropole d'engager le recouvrement d'une somme de près de 150 millions d'euros indûment versée selon elle à une société nordiste de distribution d'eau potable entre 1986 et 1997, a-t-on appris lundi lors d'une conférence de presse organisée à Lille.
Ces sommes, payées par les usagers, sont provisionnées sur le prix du mètre cube et destinées aux travaux d'entretien et rénovation des réseaux d'eau potable.
Elles n'auraient pas été utilisées par la société des Eaux du Nord (SEN) qui gère le réseau pour la communauté urbaine de Lille, affirme l'association Eau Secours Lille-Métropole communauté urbaine. Eau Secours se base sur un avis de la cour régionale des comptes datant de 1997 "pour affirmer que les sommes sont indûment acquises", a souligné William Bourdon, avocat de l'association Eau Secours.


Selon l'avocat, la SEN aurait reversé près de 25 millions d'euros de "manière peu transparente en 2001". Mais il resterait encore 150 millions à recouvrer.
"Je ne comprends pas la lecture qui est faite de ce dossier. Tout cela a déjà été traité", a répondu Philippe Dupraz, PDG de la SEN, à l'Associated Press. "Le dossier a été rondement mené. Tout a été réglé", assure Francis Vercamer, vice-président UDF de la communauté urbaine de Lille.
Eau Secours, proche de l'association nationale Anticorp, notamment parrainée par le juge Eric Halphen, dénonce toutefois l'opacité de la gestion du dossier de l'eau dans la métropole lilloise.
"Nous avons alerté les élus de la communauté urbaine de Lille il y a déjà neuf mois. Rien ne bouge. Nous travaillons dans le sens de l'intérêt général", a expliqué Eric Darques, le président de l'association Eau Secours.
"Nous sommes prêts à engager des recours en justice", a ajouté ce conseiller municipal divers droite, récemment exclu de l'UMP. Une sommation a été adressée vendredi dernier à la collectivité présidée par Pierre Mauroy par voie d'huissier.
"Sur le plan national, on estime que les sommes indûment versées représentent entre 4 et 5 milliards d'euros", a estimé Jean-Luc Touly, président de l'association pour le contrat mondial de l'eau (ACME), qui a participé à la conférence de presse.
L'association a reçu le soutien de Yann Wehrling, secrétaire national des Verts, et de la sénatrice Marie-Christine Blandin. Aucun des Verts siégeant à la communauté urbaine de Lille n'a participé à la conférence de presse d'Eau Secours. AP

AFP : Lille : des difficultés de gestion dans la distribution des eaux

La communauté urbaine de Lille (LMCU) a été mise en demeure mardi par une association lilloise qui lui somme de récupérer 140 millions d'euros auprès de la Société des eaux du Nord, cette dernière n'ayant pas utilisé, selon elle, les provisions destinées à la rénovation du réseau.

Pour le président de l'association «Eau Secours LMCU», Eric Darques, interrogé par l'AFP, la société des eaux du Nord (SEN), détenue à 50-50 par Suez et Véolia, aurait indûment perçu quelque 164 millions d'euros de 1986 à 1996. Ces sommes -quelques centimes prélevés sur chaque facture- étaient destinées à l'entretien et à la réparation des canalisations mais n'ont jamais été utilisées, a-t-il affirmé, en réclamant leur remboursement.

Selon Eric Darques, le président de la communauté urbaine, Pierre Mauroy, a entamé des négociations avec la SEN et a pu récupérer 24 millions d'euros en 2001. «Je me pose la question: que sont devenus les 140 millions d'euros restants ? Pour l'instant, je n'en ai pas la trace. On me dit depuis hier (lundi) que la communauté urbaine a signé des avenants qui prennent en compte ces 140 millions d'euros (...) Je ne le crois pas», a affirmé le conseiller municipal divers droite de Lambersart (Nord), en demandant à consulter ces documents si c'est vraiment le cas.

avec AFP

21/11/2006

Mardi 21 Novembre 2006
Vendredi 24 Novembre 2006
Lu 4011 fois


1.Posté par Marclille le 21/06/2008 07:39
Hé dire que mes parents "se battent" avec LMCU et les eaux du nord pour un compteur dereglé et noyé par l'eau qu'il a la charge de mesurer... pathetique....


Dans la même rubrique :

8 SECONDES - 10/11/2006

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide