ACME
Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Eau de Paris : 94 000 compteurs d'eau jetables à 30 millions d'euros ! 15/03/2019 Eau potable au Sénégal : l’autorité des marchés publics annule l’attribution du marché à Suez 08/03/2019 GUADELOUPE /GRANDE-TERRE La CARL et la CANGT vont gérer ensemble leurs problèmes d'eau et l'élimination de leurs déchets 06/03/2019 Le divorce entre Suez et la mairie prononcé 28/02/2019 Médiacités 26.02.2019 : Veolia, le CICE et la baisse du contrat de gestion de l’eau à Toulouse 26/02/2019 La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019 Après la sortie de Macron sur le chlordécone, l'Élysée plaide le "malentendu" Après les élus ultramarins, des scientifiques ont rappelé à Emmanuel Macron que des études contredisaient ses propos 06/02/2019 LE PRÉSIDENT ET LE CHLORDECONE 05/02/2019 Un arrêté limite la chlordécone, insecticide cancérogène, dans la viande de boeuf 30/01/2019 28 janvier 2019 : Tribunal Administratif de Versailles Requête en excès de pouvoir de l'ACM et du FRICC contre le refus de la Communauté d'agglomération Paris Saclay de créer la Commission de Contrôle Financier R. 2222-1 à 6 du CGCT 30/01/2019 Marché de l’eau à Quimper. « Il faut mettre cartes sur table » réclame Piero Rainero 30/01/2019 Sisteron 7341 habitants (maire de 78 ans LR depuis 1983) : la société Suez ne va plus gérer l'eau et l'assainissement : La commune reprend en régie directe l'ensemble de l'exploitation 26/01/2019 Interview de Jacques Davila du comité de l'eau de Guadeloupe et représentant local du FRICC 25/01/2019 La Roche-sur-Yon. Eau potable : une réunion le 7 février 2019 en présence de JL Touly 23/01/2019 Assurée par la Saur depuis sept ans, l’exploitation de l’eau potable sera reprise en régie, à partir du 1er septembre, par le syndicat mixte des eaux de Gâtine 23/01/2019 Dans les Alpes la neige artificielle menace l’eau potable - Marc Laimé 21/01/2019 Conférence de presse des associations d'usagers de l'eau de Guadeloupe avec J Davila du Fricc et G Paran président du comité des usagers de l'eau 18/01/2019 Café citoyen sur l’impact de la loi NOTRe sur la gestion de l’eau, du 16 janvier 2019 à Saint-Dié-des-Vosges 17/01/2019 Des habitants de Souvigné, en Indre-et-Loire, dénoncent une eau de mauvais goût payée plus chère 16/01/2019 Invitation à un événement hors norme marche d'adieu au SYNDICAT D'EAU SAVIGNE SUR LATHAN HOMMES dissous par la lois NOTRE (37340) 14/01/2019 LA CADA OUVRE L’ACCÈS AUX COMPTES D’UNE CONCESSION, PAR PATRICK DU FAU DE LAMOTHE 13/01/2019 PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’accès à l’eau potable, sa qualité et ses effets sur la santé en Outre-mer 18 décembre 2018 12/01/2019 La guerre est déclarée entre la municipalité de Brignoles et la société Suez : notre association ACME France est solidaire du maire de Brignoles 04/01/2019 RENCONTRE - DÉBAT  «Loi sur la gestion de l'eau : notre bien commun nous échappe-t-il ?» le 16/01/2019 à 20h00 Maison Mosaïque : 11, rue d'Ortimont Saint-Dié-des-Vosges 04/01/2019 Coupures d'eau : la fondation France Libertés relaxée des accusations de diffamation portées à son encontre par Veolia 21/12/2018 Recul de Santini face aux "gilets bleus" 20/12/2018 PROVISIONS POUR RENOUVELLEMENT : UN ARRÊT HISTORIQUE DU CONSEIL D’ÉTAT 20/12/2018 [Ouche & Montagne] Un pas de plus vers une gestion publique, écologique et démocratique de l’eau 18/12/2018 au : 3,30€ le m³ pour toutes les communes du Grand Besançon d’ici 2028 18/12/2018 Bordeaux Métropole : Trans’Cub s’attaque à la gestion de l’eau 17/12/2018 Réponses de Jacques Tcheng lors de la réunion de Quimper 17/12/2018
           
EAU A PARIS

A Paris, marchés publics à l'identique

Mobilier urbain ou eau, les choix de Delanoë s'apparentent à ceux de ses prédécesseurs.



De Jacques Chirac à Bertrand Delanoë, c'est le changement dans la continuité à la mairie de Paris.

A Paris, marchés publics à l'identique

Du moins, en matière de marchés publics.

L'inévitable Jean-Claude Decaux, qui avait trusté sous la Chiraquie municipale la plupart des marchés de mobilier urbain (Sanisette, Abribus et autres supports d'affichages) vient d'obtenir la reconduction de l'exploitation des 550 colonnes Morris (dédiées à l'annonce de spectacles) et des 700 mâts porte-affiches (manifestations culturelles, économiques et sportives).

La méthode a changé : Pour une fois, la mairie a fait appel à la concurrence. Mais le résultat est le même : Decaux est incontournable à Paris. Un candidat évincé, Giraudy, désormais propriété de l'Américain Viacom Outdoor, vient de contester ce choix devant le tribunal administratif. Le 7 juillet, ce dernier faisait «injonction» à la Ville de Paris de «différer la signature» du contrat, le temps de statuer cette semaine sur le litige. Le 12 juillet, le Conseil de Paris a néanmoins adopté une délibération autorisant Delanoë à signer avec Decaux, ultime étape avant la signature définitive.

Esthétique. Giraudy était le mieux-disant financier : cette société «présente l'offre la plus intéressante en terme de rendement», souligne l'exposé des motifs présenté aux élus parisiens. Elle était à égalité avec Decaux sur les critères techniques et de maintenance, mais jugée un poil en retrait sur le plan esthétique : «Le maire de Paris estime que la société JC Decaux apporte une dimension historique et innovante plus attrayante que celle de Viacom», selon un compte rendu de la direction des finances. Fait du prince ? «Il n'y a pas de comité d'esthétisme à Paris, rétorque l'entourage de Delanoë. Il faut bien choisir.»

La municipalité ne voit pas malice à privilégier l'esthétique au financier, s'agissant de départager «deux offres très proches». Car l'essentiel est que la redevance versée par JC Decaux sera multipliée par cinq : 9 millions d'euros par an, contre seulement 1,2 million sous les «précédentes mandatures». Sous Chirac, Decaux ne reversait à la mairie que 8 % de son chiffre d'affaires publicitaire. Sous Delanoë, le taux fluctuera entre 41 et 55 %. «La question n'est pas tant à qui on donne le marché, mais de faire rentrer de l'argent», assure un proche de Bertrand Delanoë.

Pour mieux prouver sa volonté de ne faire aucun cadeau à Decaux, l'équipe Delanoë affirme que le renouvellement du contrat de la moitié des Sanisette, en 2006, sera aussi soumis à concurrence, afin de réduire l'enveloppe annuelle de 6 millions d'euros que verse la Ville ­ car en plus d'être payants pour les usagers, la mairie finance l'exploitant de ces WC publics. Et de promettre «200 Sanisette gratuites pour les Parisiens, plus jolies et accessibles aux handicapés». Les autres contrats urbains de Decaux, bien verrouillés juridiquement sous Chirac, ne sont renouvelables qu'à l'horizon 2012.

Inconfortable. Concernant le renouvellement du marché de l'eau, autrement plus important financièrement (il brasse près de 500 millions d'euros par an), symbole des privatisations chiraquiennes abracadabrantesquement favorables aux délégataires privés, Delanoë est dans une situation plus inconfortable. En 1997, alors chef de l'opposition municipale, il avait engagé un recours au tribunal administratif contre un avenant liant la ville de Paris et le duopole des marchands d'eau, la Générale et la Lyonnaise. Ce curieux avenant, adopté sous Chirac puis Tiberi, leur accordait une garantie contre une baisse de chiffre d'affaires : contrairement à la mécanique économique la plus élémentaire, à Paris, quand la consommation d'eau baisse, son prix monte ! Une fois élu maire, Delanoë a retiré son recours. Il s'est contenté de supprimer l'avenant, sans effet rétroactif.

Le 15 décembre 2003 à 21 heures, s'ouvrait au conseil de Paris un «débat sur l'affaire prioritaire relative au contrat de l'eau». Après un dîner arrosé d'un château-margaux, Delanoë cède la présidence de séance à sa première adjointe, Anne Hidalgo, ex-chargée de mission à la Générale des eaux ­ détail de carrière trop peu connu des électeurs parisiens. Parfaite gardechiourme, elle coupe constamment la parole ­ «il faut conclure», «je vous demande de tenir en cinq minutes maximum»... ­, sous prétexte de renvoyer tout le monde se coucher le moins tard possible. De fait, l'accord entre Paris et ses marchands d'eau a été ficelé en coulisse. Ces derniers acceptent de réduire leur marge de rentabilité de 6 à 4 % et promettent d'engager 153 millions d'euros dans la rénovation des canalisations (dont seulement 62 millions de leur poche, sur six ans). Mais toujours pas de baisse du prix de l'eau.

Cette fois encore, la continuité l'emporte sur le changement. Le porte-parole du groupe UMP au Conseil de Paris, Jean-Didier Berthault, ironise sur «la méthode du "retenez-moi ou je fais un malheur", suivie d'un réajustement technique ou financier et du retour à la politique antérieure». Pour les Verts, l'élue parisienne Anne Le Strat se dit «déçue» : «Nous aurions pu aller beaucoup plus loin.»


Vendredi 29 Juillet 2005
Vendredi 31 Mars 2006
Libération
Lu 2954 fois

LOBBYING | PRIVATISATION DANS LE MONDE | PRIVATISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE | ACTIONS JURIDIQUES | EAU A PARIS | L'EAU DE LILLE | L'EAU DE LYON | L'EAU de CORSE | L'EAU de BRETAGNE | EAU A TOULOUSE | Water Makes Money le Procès

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide