ACME
Première partie  Veolia-Suez : genèse d’une affaire d’État 26/10/2020 Libération 7 octobre 2020 07/10/2020 Nouveau livre de Roger Lenglet et Jean Luc Touly "Les requins de la fin de vie" chez Michel Lafon sortie le 1er octobre 2020 02/09/2020 COMMUNIQUE ACME ET FRICC : Veolia veut racheter Suez 31/08/2020 Communiqué : demande de commission d'enquête parlementaire sur la gestion catastrophique de l'eau en Guadeloupe par l'association guadeloupéenne Balance ton SIAEAG soutenue par l'ACME et le FRICC 25/08/2020 Compte rendu réunion préfet Guadeloupe et acteurs de l’eau en présence de l’association @balancetonsiaeag 02/07/2020 Courriers de Me Breham avocat de l'association @balancetonsiaeag (et de l'Acme et du Fricc) au président du SIAEAG et au Préfet de Guadeloupe sur la non exécution de l'ordonnance de référé du 22 juin 2020 condamnant le SIAEAG à fournir 9 litres d'eau 01/07/2020 1ère victoire en Guadeloupe pour les usagers de l'eau : Le Siaeag enjoint par la Justice de livrer quotidiennement un pack d'eau aux 207 requérants de l'association #BalancetonSiaeag 24/06/2020 Emmanuel Brechot sur Canal 10 Guadeloupe 19/06/2020 AFP Ouest France Nouvel Obs Le Figaro et TV5Monde : Guadeloupe des usagers de l’eau saisissent la justice 17/06/2020 Communiqué de presse du 15 juin 2020 : Référé de 207 usagers de l’eau de Guadeloupe et de l’association @balancetonsiaeag devant le Tribunal Administratif de Basse Terre 16/06/2020 Lettre d'une Guadeloupéenne de métropole 04/06/2020 Proposition de Résolution visant à la création d'une Commission d'enquête sur la gestion de l'eau en Martinique 02/06/2020 Demande du Comité Citoyen du Sud de la Martinique de création d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion de l'eau désastreuse en Martinique et Guadeloupe 01/06/2020 La société Martiniquaise des eaux contrainte par la justice de rétablir l'eau courante à Sainte-Luce, à Rivière-Pilote et à Rivière-Salée 30/05/2020 Communiqué : Commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau en Martinique (SME) et en Guadeloupe (Générale des Eaux Guadeloupe) 24/05/2020 KMT 20 MAI 2020 Savoir et Réfléchir : la SME Société Martiniquaise des eaux filiale de la multinationale SUEZ 21/05/2020 Eau: vers la création d'une commission parlementaire La FRICC (Front Républicain d'Intervention Contre la Corruption) demande en urgence la création d'une enquête parlementaire sur l'eau en Martinique et en Guadeloupe. Jean-Luc Touly, le Président es 21/05/2020 Eau en Martinique et en Guadeloupe : une commission d'enquête parlementaire « exigée » 20/05/2020 Communiqué de l'Acme et du Fricc : Demande de création urgente d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau par 2 multinationales depuis des décennies et ses conséquences des coupures et tours d'eau en Guadeloupe et Ma 19/05/2020 lundi, le Comité Citoyen du Sud Martinique a manifesté devant le siège de l'Espace sud à Sainte-Luce, première étape avant un bis répétita mercredi matin, devant le siège de la SME au Lamentin. Des bouteilles d'eau ornaient les grilles 19/05/2020 17 mai 2020 : France-Antilles (plainte pénale) et Martinique 1ère JT 19h 17 mai 2020 18/05/2020 Martinique Eau : deux mobilisations à venir du Comité citoyen sud de la Martinique 15/05/2020 Martinique : des coupures d'eau courante dans la commune de Sainte-Luce 13/05/2020 Martinique : Eau : « Certains ont intérêt à maintenir la situation en l’état » 13/05/2020 Odyssi introduit une action en justice contre la SME pour non respect du contrat qui les lie. Elle étudie la possibilité de contester la décision du tribunal judiciaire de Fort-de-France qui la condamne sous astreinte à rétablir l'eau à ses abonnés 10/05/2020 Coupures d'eau : la sénatrice Catherine Conconne demande au préfet une réunion de toute urgence...pour éviter des troubles 10/05/2020 France Antilles 9 mai 2020 : le scandale de la gestion de l’eau en Martinique comme en Guadeloupe n’a que trop duré 09/05/2020 PETITION POUR UNE COMMISSION D'ENQUÊTE PARLEMENTAIRE SUR LA GESTION DE L’EAU PAR VEOLIA EN GUADELOUPE 24/04/2020 COVID-19 ET NETTOYAGE DES RUES : LES MENSONGES DE LA MAIRIE DE PARIS PAR MARC LAIMÉ, 20 AVRIL 2020 20/04/2020 VIDEO CONFÉRENCE-DÉBAT : L’INCENDIE DU SIAAP PAR MARC LAIMÉ, 21 JANVIER 2020 22/01/2020 Menton conseil communautaire la gestion et le prix de l'eau au menu de la séance du 28 novembre 2019 (Nice Matin 30.11.19) 17/01/2020 Guadeloupe : GERMAIN PARAN,PRÉSIDENT DU CDUE « L'usager de l'eau doit être au centre des débats » 09/12/2019 La justice enquête sur la gestion de l'eau dans le sud de l'aisne dont le délégataire est VEOLIA 15/11/2019 Le Télégramme 8 novembre 2019 Eau Secours 29 les candidats aux municipales sous pression sur la gestion de l'eau 09/11/2019 Eau du bassin rennais succédera à Veolia le 1er février 2020 07/11/2019 Droit d'alerte et de retrait des salariés du SIAEAG (Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe) 03/11/2019 JT 19/20 France 3 22 octobre : Pollution : menace sur la Seine après l'incendie d'Achères 23/10/2019 Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019
           
HISTOIRES

ALGERIE : Délégation de services publics : Première alerte pour Suez à Alger

La compagnie Suez a connu, dimanche 23 avril, sa première alerte dans le contrat de gestion déléguée de la distribution de l'eau et du service de l'assainissement pour Alger, qui la lie au binôme : Algérienne des eaux (ADE) - Office National de l'Assainissement (ONA). Ce jour-là, les travailleurs de l'ADE ont menacé de priver Alger d'eau, en déclenchant une grève.



Un accord de dernière minute entre syndicalistes et gestionnaires de la Société de l'Eau et de l'Assainissement

Alger par satellite
Alger par satellite
« Il n'y a pas eu de coupures d'eau à Alger et il n'y en aura pas », a rassuré, le jour même, le ministre des Ressources en Eau, Abelmalek Sellal.

Effectivement, dimanche, Alger n'a même pas eu la coupure habituelle dans le cadre du rationnement. Il y aurait eu un accord de dernière minute entre les syndicalistes et les gestionnaires de la Société de l'eau et de l'assainissement d'Alger (SEEAL constituée dans le cadre du contrat par l'Algérienne des eaux, ADE, et l'Office National de l'Assainissement, ONA). Le ministre a minimisé le différend qui oppose les travailleurs de l'ADE à la SEEAL, le réduisant à un simple malentendu touchant une agence commerciale d'une daira (1) d'Alger.

Un conflit qui porte sur l'absence de négociations entre syndicats et gestionnaires. SUEZ fait planer le doute sur le nombre d'employés. Les interimaires ne seraient pas pris en compte dans les accords de la nouvelle gestion déléguée...

Le conflit entre les syndicalistes et la SEEAL porte d'abord sur le principe de l'association du partenaire social qui s'est senti exclu des négociations qui ont conduit Suez à prendre en main la distribution de l'eau et le service de l'assainissement d'Alger à travers la SEEAL, alors que le principe de l'association du partenaire social a été convenu, pour toutes les opérations de ce type, entre les pouvoirs publics et l'UGTA, qui est le syndicat interlocuteur privilégié du gouvernement.

En écho à des inquiétudes exprimées par les syndicalistes du secteur quant aux répercussions de l'accord sur l'emploi, Suez avait choisi l'apaisement en donnant rendez-vous aux « partenaires sociaux » dès la mise en route du contrat, c'est-à-dire le 1er mars 2005.

Visiblement, cette promesse n'a pas encore été tenue. Or, il y a un sérieux malentendu à lever : Suez estime l'effectif du service des eaux et de l'assainissement de la wilaya (2) d'Alger à « environ 3 000 employés » alors que les syndicalistes parlent de 3 400 personnes. La différence de 400 est certainement les contractuels qui risquent le licenciement et pour lesquels les travailleurs ont commencé à bouger.

Après l'alerte du 23 avril, les syndicalistes de l'ADE seront-ils associés au devenir de la SEEAL ? Tout dépend du contrat

Il y va à la fois, de la bonne marche du service public de l'eau et de l'assainissement et des perspectives d'extension de ce type d'accord aux autres villes.

Le contrat offert à Suez « de gré à gré », d'un montant de 120 millions de dollars, signé en novembre 2005, est « évolutif ». Il peut ouvrir la voie à une autre forme, « l'affermage, par exemple », prévoient les dirigeants de Suez. Dans le cas de l'affermage, l'opérateur privé assure la responsabilité technique totale du service, investit dans ses moyens d'exploitation mais pas dans le patrimoine de la commune, comme il le ferait dans le mode de la concession.

L'expérience de Suez est la première opération de privatisation dans la gestion de la distribution de l'eau et du service de l'assainissement en Algérie.
  • Elle a été entérinée au début de cette année par le Conseil des ministres en application de la nouvelle loi sur l'eau, promulguée en septembre 2005,
  • prévoit un mécanisme de base, la concession, octroyée par l'Etat aux personnes morales de droit public,
  • un mécanisme complémentaire, la délégation de service public, contractuellement, par l'Etat ou les concessionnaires, à des opérateurs publics ou privés, y compris étrangers, puisque le droit des affaires dans notre pays ne fait plus la distinction entre privé national et étranger.

L'Algérie exclut la privatisation du service public de l'eau, c'est-à-dire la cession pure et simple des actifs au secteur privé.

Le cahier des charges comprend la réhabilitation du réseau et la distribution h 24 (24 h /24 ) de l'eau dans la wilaya (2). Suez bénéficie des nouvelles conditions créées par un engagement financier plus grand de l'Etat dans le secteur de l'eau.

Depuis 2002, tous les efforts sont faits pour qu'à l'horizon 2008, Alger soit totalement sécurisée pour ce qui est des réserves d'eau disponibles. Quant aux investissements publics prévus pour la modernisation progressive des services de l'eau et de l'assainissement à Alger, ils sont estimés à 200 millions d'euros par an.

Simple hasard ou signe des temps : au moment où Suez mettait les pieds dans un créneau qui était monopole de l'Etat - distribution de l'eau potable et service de l‘assainissement - en Argentine, le gouvernement prenait le chemin inverse, en créant une nouvelle société contrôlée à 90 % par l'Etat et à 10 % par les travailleurs, mettant fin à l'existence de la société filiale du groupe Suez (une sorte de SEEAL argentine) qui assurait la distribution de l'eau à Buenos Aires, dans le cadre d'un contrat de concession qui diffère, certes, du contrat de gestion déléguée.

1 • Equivalent de sous-préfecture
2 • Equivalent de préfecture
3 • 24h sur 24

Article d'EL WATAN / Gestion déléguée de l’eau à Alger : Suez entamera son travail en mars

Le groupe français Suez Environnement entamera la gestion du service de l’eau et de l’assainissement de la ville d’Alger en mars prochain.

L’information a été donnée, hier, par M. Benbouaziz, chargé de communication au ministère des Ressources en eau. La société, selon lui, est actuellement en phase d’installation. Le contrat avec cette société a été signé, rappelle-t-on, le 28 novembre 2005 et entériné récemment par le Conseil des ministres. Conclu entre l’Office national de l’assainissement (ONA), l’Algérienne des eaux (ADE) et Suez, ce contrat de prestation des services d’une durée de 5 ans porte sur un montant total de 117 millions d’euros/an (200 millions d’euros/an, selon Suez). Pour notre interlocuteur, le contrat porte sur la gestion déléguée de l’eau comprenant la remise à niveau et la modernisation du service de l’eau et de l’assainissement de la ville de façon fiable et pérenne.

« Nous n’avons pas un savoir-faire en matière de gestion de l’eau. La conclusion d’un partenariat avec cette entreprise est intervenue après la sécheresse et la crise de l’eau qu’a connues Alger durant les années 2001 et 2002 », a-t-il estimé. Selon les clauses de ce contrat, Suez s’engage à assurer une desserte d’eau potable 24h/24 aux habitants d’Alger dans 3 ans. En sus de la modernisation des réseaux d’assainissement, le transfert des technologies et la formation de près de 3000 agents, le contrat permettra la création d’une Société des eaux et d’assainissement d’Alger (SEAL). Cette dernière sera chargée de trouver des solutions adéquates aux problèmes de créances et des factures impayées de l’ADE. La SEAL s’occupera également du règlement du problème des fuites d’eau.

« Actuellement, plus de 40% de notre eau sont perdus à cause des fuites. Il y a même des quartiers qui n’ont pas de cartographies de réseaux. La SEAL doit trouver des solutions à tous ces problèmes », a-t-il expliqué. Toutefois, M. Benbouaziz a tenu à rassurer les travailleurs de l’ADE et de l’ONA. « Il n’y aura pas de compression d’effectif dans les deux sociétés. Au contraire, ils auront une nouvelle formation leur permettant de se perfectionner », a-t-il souligné.

Suez, a-t-il réaffirmé, ne s’impliquera pas également dans la fixation du prix de l’eau. Cette expérience sera élargie à d’autres grandes villes, en l’occurrence Oran, Constantine et Annaba. Les avis d’appel d’offres pour la réalisation de ces chantiers seront lancés, a-t-il ajouté, au cours de ce mois. A souligner que le contrat portant sur la gestion de l’eau de la capitale a été cédé à Suez par le procédé du gré à gré.

Lundi 1 Mai 2006
Lundi 1 Mai 2006
Lu 10302 fois


1.Posté par MALIK BEN ARBI le 08/05/2006 12:58
la companie Suez a vraiment fait changer la situation de la gestion de l'eau ( les ratio technico-commerciaux, les plages de distribution plus étendues,le rattrappage des abonnés, des encaissements plus importants...etc) dans les villes ou la société a pris la gestion.

2.Posté par baahmed le 08/11/2006 17:09
c'es bien pour notre capitale et les autres villes de l'interieur vont s'améliorer aussi?


Dans la même rubrique :

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide