ACME
La Chambre Régionale des Comptes dans son rapport du 10 septembre dernier vient de mettre en demeure le SIAEAG de verser à l'Office de l'Eau de Guadeloupe plus d'un million d'euros pour retard de paiement de frais depuis 5 ans 05/10/2018 INTERVENTION devant le Président MACRON DE GERMAIN PARAN et JACQUES DAVILA représentants guadeloupéen de comité et d'associations d'usagers de l'eau et de lutte contre la corruption et d'associations nationales (ACME FRICC) 30/09/2018 Communiqué des Associations Guadeloupéennes de Défense des Usagers de l'Eau de la CANBT, de la CANGT et de CAP EXCELLENCE 27/09/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC  à la veille de la visite du Président de la République sur la question de l'accès à l'eau d'une bonne qualité 24h sur 24 et 7 jours sur 7 en Guadeloupe à l'instar des autres départements français 25/09/2018 20 minutes 24 septembre : Toulouse: Des citoyens veulent un référendum sur la gestion publique ou privée de l'eau 25/09/2018 Affaire SEEG Veolia – état Gabonais : Nicaise Moulombi, le visionnaire 01/09/2018 Veolia sous le coup d’une enquête pour corruption en Arménie 01/09/2018 Assises de l'eau : les quatre priorités fixées par le Gouvernement : Le comité stratégique de la filière eau est présidé par Antoine Frérot, PDG de Veolia !!! 30/08/2018 Rachat de la Saur par EQT : un jour sans fin… 28/08/2018 Veolia paie des voyages à Paris pour des hauts fonctionnaires arméniens afin d'augmenter le prix de l'eau 27/08/2018 Guadeloupe 19 juillet : Une conférence régionale sur l’eau à la Préfecture 20/07/2018 Quatre candidats en lice pour s'offrir le spécialiste de l'eau Saur 18/07/2018 LE GOUVERNEMENT ANNULE LES ASSISES DE L’EAU ! 16/07/2018 Le Télégramme 6 juillet : Quimper : Eau secours 29 et le Carepa sont à nouveau montées au créneau pour dénoncer un règlement de l’eau favorisant le délégataire au détriment des usagers 08/07/2018 Marianne 3 juillet : Fête de l’Huma : finies les tournées de Cuba Libre offertes par le SIAAP  Boîte de réception x 07/07/2018 Bordeaux: Suspectant de la corruption, une association Trans'cub dépose plainte sur le dossier eau : l'ACME et le FRICC soutiennent l'association de défense des consommateurs Trans'cub 05/07/2018 France Antilles 3 juillet : Guadeloupe : CAPESTERRE BELLE-EAU Gestion de l'eau : dépôts de plainte en cascade en perspective ? 03/07/2018 MARCHÉS DE L’EAU : LES BUREAUX D’ÉTUDE DANS LE VISEUR DE LA JUSTICE 02/07/2018 Roquebrune Cap Martin la Riviera française Nice matin 2 juillet 2018 : Une association créée pour renégocier le prix de l'eau 02/07/2018 Marsactu par Lisa Castelly, le 29 Juin 2018 :   Soupçons d’emplois fictifs à la Seramm, filiale de Suez à Marseille Métropole 02/07/2018 Création à Roquebrune Cap Martin de l'Association de Sauvegarde de l'Eau de la CARF (Communauté d'Agglomération de la Riviera Française) 01/07/2018 Eau potable : Loches Sud Touraine fait le choix de la gestion publique 01/07/2018 Le chlordécone, ce poison 01/07/2018 France Antilles Guadeloupe 28 juin : Dossier de l'eau : les associations de défense des usagers font le point 28/06/2018 FRICC et ACME : C à vous France 5 25 juin 19h : le scandale du chlordécone en Martinique et en Guadeloupe et la réaction scandaleuse du ministre Nicolas Hulot 26/06/2018 20 juin : Outre mer 1ère 20 juin : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 20/06/2018 Assainissement de la Métropole de bordeaux : Trans’cub demande l’ouverture d’une enquête 20/06/2018 L’affaire Veolia/Etat du Gabon s’ouvre ce 20 juin à Paris 20/06/2018 AFP Le Figaro 19 juin 2018 : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 19/06/2018 Radio Caraibes International RCI 19 juin : Une plainte pour détournements de fonds publics déposée contre la SME 19/06/2018 France Antilles 19 juin 2018 : La Société Martiniquaise des Eaux, filiale de Suez, visée par une plainte pour détournement de fonds publics 19/06/2018 « Le Scandale de l’Eau En Guadeloupe » 19/06/2018 Bordeaux Métropole : l'association Trans'Cub va alerter la justice sur le marché de l'assainissement 18/06/2018 ssainissement Bordeaux : Alain Juppé a dû faire appel à l’Inspection générale des services 16/06/2018 Siaeag : le procès renvoyé au 24 janvier 2019 15/06/2018 INFO FRANCE BLEU PARIS - Inondations : le maire de Wissous attaque Suez devant le tribunal administratif 14/06/2018 Interview dans le journal de 9h de France Bleu IdF Paris du maire de Wissous (91) sur les inondations dans sa ville dont la cause provient du mauvais entretien des bassins de rétention des eaux pluviales gérés par Suez 14/06/2018 Journal télé de 19h de Martinique 1ère 13 juin 2018  Plainte du FRICC et de l'ACME envers le président de l'ex SICSM et la SME filiale de Suez en Martinique depuis 1977 14/06/2018  Communiqué de presse du FRICC et de l'ACME du 7 juin 2018 13/06/2018 Le JDD du 10 juin 2018 : L'eau en Martinique : Suez visé par une plainte du FRICC et de l'ACME 10/06/2018
           
REVUE DE PRESSE

AMÉRIQUE LATINE: Une Vague d'Opposition Frappe les Barrages Hydro-électriques / Wave of Opposition Hits Hydroelectric Dams



une vague d'opposition monte en Amérique latine contre la construction de barrages hydro-électriques.

AMÉRIQUE LATINE: <font color='red' size=4>Une Vague d'Opposition Frappe les Barrages Hydro-électriques  / Wave of Opposition Hits Hydroelectric Dams</font>
MEXIQUE, le 6 mai (IPS) article Diego Cevallos* -

- Au Guatémala, les activistes et des habitants ont récemment bloqué un projet de plusieurs millions de dollars, tandis qu'au Brésil, au Salvador, au Chili, au Honduras et le Mexique, les conflits ont commencé.

Partout dans la région, il y a plus de mille barrages mesurant plus 15 de mètres et produisant 10 % de l'électricité consommée. Les gouvernements, renforcés par des sociétés transnationales, planifient d'en construire davantage pour diminuer leur dépendance au pétrole de plus en plus coûteux, qui est pour le moment la source principale d'énergie.

Le débat sur l'hydro-energie est musclé. Bien que l'on estime cette source d'énergie électrique propre et renouvelable, permettant aussi la régulation de l'utilisation de l'eau, son usage est pourtant critiqué pour ses impacts sérieux tant sociaux qu'environnementaux, dus aux déplacements de population et à la destruction des habitats pour la construction des barrages.

Un référendum au Guatémala ce mois-ci a interrompu la construction de trois équipements hydroélectriques dans le R í O Hondo, située dans une réserve naturelle à l'est du pays. Sous l'égide du gouvernement et d'un consortium de sociétés locales, italiennes et canadiennes, le coût du projet a été évaluée à environ 100 millions de dollars.

La cour d'Etat du Guatémala a validé les résultats du référendum, le 4 avril. Les électeurs ont rejeté le projet hydroélectrique qui aurait dû inonder 6 000 hectares et menacer la vie économique de 20 000 personnes. À la suite de la résolution de la cour, les sociétés ont dû reformuler leur projet avec de nouvelles études environnementales et socio-économiques et devront soumettre à nouveau, aux électeurs, ce dernier projet.

"La décision de la Cour renouvelle la confiance de la population dans les institutions et montre qu'il y a dans ce pays toujours des gens valables ," d'après Magali Rey", directeur du groupe environnemental Madre Selva duTierramérica.

AMÉRIQUE LATINE: <font color='red' size=4>Une Vague d'Opposition Frappe les Barrages Hydro-électriques  / Wave of Opposition Hits Hydroelectric Dams</font>
Au Mexique le gouvernement de Vicente Fox a essayé, pendant deux ans, sans succès, d'achever le projet de Parota, un barrage géant, coûtant à lui seul 850 millions de dollars dans l'état du sud de Guerrero,. Il devrait déplacer environ 25 000 personnes, selon les fermiers très pauvres de ce secteur, et qui ont maintenu des barrages routiers sur les itinéraires d'accès à leur communauté pour empêcher l'avancement de la construction.

Le Tribunal Latino-Américain de l'Eau et non gouvernemental a statué en mars dernier que le projet mexicain qui concernait le puissant cours d'eau Papagayo"devait être suspendu, sans aucun avantage pour la population locale, ni contribution au développement régional ou à la protection de l'environnement et des ressources naturelles." La décision, a montré que les autorités mexicaines, dans leur ardeur de voir le barrage fini, se sont engagées dans des actions délibérées pour diviser les communautés de paysans.

Le Brésil, un des champions du Monde du nombre de barrages hydroélectriques (autour de 600), est loin de ne pas connaître de conflit quand la question se pose. Les écologistes et autres activistes mettent en doute les intentions du gouvernement de Luiz Inácio Lula da Silva dans l'opération de lancement de deux usines hydroélectriques sur la Rivière Madère, un des bras principaux de l'Amazone. Le Président Lula a annoncé que les plans prennent en considération de façon rigoureuse tous les problèmes environnementaux ou sociaux qui y sont liés.

Mais il y a environ une centaine d'ONG, unies au sein du "Rio Madeira Vivo movement", qui défie les assurances du gouvernement et promet de se battre contre les barrages. "Nous pensons que les deux usines ne seront pas construites, car leur viabilité économique n'a pas été prouvée,"d'après Glenn Switkes, directeur pour l'Amérique Latine' du Réseau International des Rivières basé aux Etats-Unis.

En outre, le réservoir des barrages affecterait "un secteur de grande biodiversité, avec 600 espèces de poissons et plus de 700 espèces d'oiseaux ; et l'impact sur la pêche serait énorme parce que le poisson-chat, l'espèce qui a plus grande valeur commerciale, lors de sa migration pour sa reproduction à 4000 kilomètres dans l'Amazone verrait son retour empêché par les barrages," rappelle Switkes. Le projet porterait aussi tort aux fermiers, qui plantent sur des terres saisonnièrement inondées, les barrages réduiraient ainsi le dépôt des limons sur les sols," a-t-il ajouté.

Luiz Pereira, le secrétaire général de l'Institut privé pour le Développement Stratégique du Secteur Électrique, a soutenu, dans un interview, que les barrages sont préférables à d'autres sources d'électricité polluantes comme des usines thermoelectriques, qui fonctionnent grâce à des combustibles fossiles. Il a rappelé que le Brésil travaille pour augmenter sa provision d'énergie parce qu'en début 2008, il n'y a aucune garantie qu'il puisse répondre à la demande.

Néanmoins, il a appelé à une considération "sérieuse" des impacts environnementaux, afin d'équilibrer les besoins en énergie du pays et les effets néfastes des barrages. " et Pereira a ajouté "Nous devons écouter les populations affectées ".

Jusqu'aux années 1970, la construction de barrages n'a pas fait face aux défis principaux, mais maintenant même la Banque mondiale, un des principaux fondateurs de l'hydroenergie, reconnaît que la qualité de la vie de la plupart des populations déplacées ne s'améliore pas avec la relocalisation. Chaque année, dans le monde entier, environ quatre millions de personnes doivent quitter leurs maisons à cause de la construction de barrages.

L'opposition aux projets hydroélectriques en Amérique latine s'est passée pendant des décennies, mais les conflits sont de plus en plus endurcis. Souvent, le peuple dont on menace des maisons avertit - comme ils le font dans le projet de Parota au Mexique - qu'ils préfèrent mourir pour empêcher leur terre de l'inondation et éviter le déplacement.

Au Chili, un autre méga-projet est sur des charbons ardents. Des groupes environnementaux ont créé une coalition pour s'opposer au projet de construction de quatre usines hydroélectriques en Patagonie, qui exigent un investissement de trois milliards de dollars, soutenu par la transnationale Sté d'énergie espagnole Endesa. Les barrages seraient construits début 2008 sur Baker River, la rivière la plus importante du Chili et la Rivière Pascua, inondant 10 000 hectares et détruisant le marécage et l'habitat d'espèces en voie de disparition, répète la coalition.

En Amérique Centrale, les alarmes ont sonné depuis l'annonce d'un accord ce mois-ci par les gouvernements honduriens et salvadoriens pour construire le barrage Tigre sur les bras de la Rivière Lempa, dans le bassin versant des deux pays. Le projet coûterait autour de 600 millions de dollars, produirait 1000 mégawatts et créera environ 4 500 emplois, aux dires des fonctionnaires. Mais il promet aussi d'être une source intense de conflit social.

Des peuples indigènes et des écologistes ont commencé à se prononcer contre le projet, comme l'ont fait plusieurs législateurs, levant des arguments de sa légitimité. Le plan de binational a apparu après que les deux voisins de l'Amérique centrale ont tracé leur frontière définitive, mettant fin à de vieilles discussions.

Le projet devrait être analysé avec une prudence extrême; les informations préliminaires sont très vagues, "d'après Juan Almendares, le directeur du groupe environnemental hondurien Madre Tierra." Des rapports initiaux indiquent qu'au moins 82 villages seront inondés et j'estime que nous renonçons non seulement à notre terre, mais nous cédons aussi notre souveraineté à un projet que nous ne savons pas à qui il profitera le plus, estime "Marvin Ponce, le député législatif pour le parti d'Unification Démocratique gauchiste hondurien.

( *Diego Cevallos est un correspondant IPS Avec l'aide de Mario Osava au Brésil, Thelma Mej í Un en Honduras et Jorge Grochembake au Guatémala. À l'origine publié le 29 avril par les journaux latino-américains qui font partie du réseau Tierramérica. Tierramérica est une agence de presse spécialisée produite par IPS avec le support du Programme de développement de Nations unies et le Programme d'Environnement de Nations unies.) (FINANCIER/2006)

.

LATIN AMERICA: A wave of opposition is rising in Latin America against the construction of hydroelectric dams.

AMÉRIQUE LATINE: <font color='red' size=4>Une Vague d'Opposition Frappe les Barrages Hydro-électriques  / Wave of Opposition Hits Hydroelectric Dams</font>
MEXICO CITY, May 6 (IPS) - In Guatemala, activists and residents recently blocked a multi-million-dollar project, while in Brazil, El Salvador, Chile, Honduras and Mexico, the fuse of conflict has been lit.

Across the region there are more than a thousand dams measuring 15 metres tall or more, generating 10 percent of the electricity consumed. Governments, backed by transnational corporations, plan to build more to curb their dependence on increasingly costly petroleum, which for now is the main source of energy.

The hydroenergy debate is intense. Although it is valued as a clean and renewable source of electricity that also permits regulation of water use, it is also criticised for its serious social and environmental impacts, arising from the displacement of people and destruction of habitat for the creation of reservoirs.

AMÉRIQUE LATINE: <font color='red' size=4>Une Vague d'Opposition Frappe les Barrages Hydro-électriques  / Wave of Opposition Hits Hydroelectric Dams</font>
A referendum in Guatemala this month halted construction of three hydroelectric facilities in the Río Hondo community, located on a nature reserve in the country's east. Promoted by the government and by local, Italian and Canadian companies, the project costs were estimated at 100 million dollars.

Guatemala's Constitution Court validated the referendum results on Apr. 4. Voters rejected the hydroelectric project that would flood 6,000 hectares and threaten the livelihood of 20,000 people.

In the wake of the court's resolution, the companies have been forced to reformulate their project with new environmental and socioeconomic studies, and will have to submit it once again to the voters.

"The Court's decision renews the citizenry's faith in the institutions, and shows that there are still decent people in this country," Magali Rey, director of the environmental group Madre Selva, told Tierramérica.

In Mexico, the Vicente Fox government has been trying unsuccessfully for two years to finalise the Parota project, a giant dam costing 850 million dollars in the southern state of Guerrero. It would displace some 25,000 people, according to the impoverished peasant farmers in the area, who have maintained roadblocks on the access routes to their community to prevent progress on construction.

The non-governmental Latin American Water Tribunal resolved in March that the Mexican project on the heavy flowing Papagayo River "should be suspended, given that it does not show benefits for the local population, nor does it contribute to regional development or protection of the environment and natural resources."

The ruling, which is not binding, indicated that Mexican authorities, in their zeal to see the dam finished, have engaged in deliberate actions to divide the peasant communities.

Brazil, one of the world's leaders in the number of hydroelectric dams (around 600), is far from conflict free when it comes to this matter.

Environmentalists and other activists question the intentions of the Luiz Inácio Lula da Silva government in starting operation of two hydroelectric plants on the Madeira River, one of the main tributaries of the Amazon River.

President Lula says the plans take into strict consideration any related environmental or social problems. But there are about 100 non-governmental organisations, united in the Rio Madeira Vivo movement, that challenge the government's assurances and promise to fight the dams.

"We believe that the two plants will not be built, (because) their economic viability has not been proved," Glenn Switkes, Latin America director for the U.S.-based International Rivers Network, told Tierramérica.

Furthermore, the reservoir of the dams would affect "an area of great biodiversity, with 600 species of fish and more than 700 species of birds; and the impact on fisherfolk would be enormous because catfish, the species of greatest commercial value, migrate 4,000 kilometres from the Amazon River to the Madeira reproduce, and the dams would impede that cycle," Switkes said.

The project would also hurt the farmers, who plant on "flatlands that are seasonally flooded, because the dams would reduce the deposit of nutrients in the soil," he added.

Luiz Pereira, executive secretary of the private Institute for the Strategic Development of the Electrical Sector, said in a Tierramérica interview that dams are preferable to polluting sources of electricity, like thermoelectric plants, which run on fossil fuels. He said Brazil is working to increase its energy supply because beginning in 2008 there is no guarantee it will keep up with demand.

Nevertheless, he called for "serious" consideration of the environmental impacts, balancing the country's energy needs and the negative effects of the dams. "We must listen to the affected populations," Pereira said.

Until the 1970s, the construction of dams did not face major challenges, but now even the World Bank, one of the main funders of hydroenergy, recognises that the quality of life of most of the displaced population does not improve with relocation.

Each year an estimated four million people around the world have to leave their homes because of the construction of dams.

Opposition to hydroelectric projects in Latin America has been going on for decades, but the conflicts are increasingly bitter. Often, the people whose homes are threatened warn -- as they are in the Parota project in Mexico -- that they are willing to die in order to prevent their land from being flooded and to avoid displacement.

In Chile, another mega-project is on tenterhooks. Environmental groups created a coalition to oppose the plan to build four hydroelectric plants in the Patagonia region, promoted by the Spanish energy transnational Endesa and requiring an investment of three billion dollars.

The dams would be built beginning in 2008 on the Baker River, the heaviest flowing river in Chile, and Pascua River, flooding 10,000 hectares and destroying marshland and habitat of endangered species, says the coalition.


AMÉRIQUE LATINE: <font color='red' size=4>Une Vague d'Opposition Frappe les Barrages Hydro-électriques  / Wave of Opposition Hits Hydroelectric Dams</font>
In Central America, alarms have been sounding since the announcement of an agreement this month by the Honduran and Salvadoran governments to build the Tigre dam on tributaries of the Lempa River, in the river basin the two countries share.

The project would cost around 600 million dollars, generate 1,000 megawatts and create some 4,500 jobs, officials say. But it also promises to be a source of intense social conflict.

Indigenous peoples and environmentalists have begun to speak out against the project, as have several lawmakers, raising arguments about sovereignty. The binational plan emerged after the two Central American neighbors delineated their definitive border, putting an end to old disputes.

"The project should be analysed with utmost caution; the preliminary information is very vague," Juan Almendares, director of the Honduran environmental group Madre Tierra, told Tierramérica.

"Initial reports indicate that at least 82 villages will be flooded, and I feel we are not only giving up our land, but also ceding our sovereignty to a project that we don't know who would benefit most," Marvin Ponce, legislative deputy for the Honduran leftist Democratic Unification party, told Tierramérica.

(*Diego Cevallos is an IPS correspondent. With reporting by Mario Osava in Brazil, Thelma Mejía in Honduras and Jorge Grochembake in Guatemala. Originally published Apr. 29 by Latin American newspapers that are part of the Tierramérica network. Tierramérica is a specialised news service produced by IPS with the backing of the United Nations Development Programme and the United Nations Environment Programme.)

(FIN/2006)

Diego Cevallos* - Tierramérica

Mercredi 10 Mai 2006
Samedi 13 Mai 2006
ACME
Lu 3586 fois

Dans la même rubrique :

Les leçons de Suez - 10/03/2006

1 2

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide