ACME
A Valbonne, la gestion de l'eau était confiée à Suez et depuis le 1er janvier 2018 elle est désormais publique 20/05/2018 "Les comptes de la SME ne correspondent pas à la réalité" 19/05/2018 Sud Ouest 5 mai 2018 : Bordeaux Métropole : la bataille de l’assainissement 19/05/2018 France Antilles 17 mai 2018 Martinique 1ère et ATV : Martinique 1ère : La guerre de l'eau est-elle déclarée en Martinique ? 18/05/2018 Roquebrune : Des factures d’eau bien trop élevées et un service insuffisant 04/05/2018 France 3 Côte d'Azur 3 mai 2018 dans le 19/20 : L'eau de Roquebrune la plus chère des Alpes Maritimes 04/05/2018 Chassée du Gabon, Veolia saisit une nouvelle fois l’arbitrage international 02/05/2018 La Nouvelle République 28 avril 2018 : Touraine Nord Ouest : Navigation en eaux troubles ? 28/04/2018 Nouvelle République 26 avril 2018 : Touraine Nord Ouest Val de Loire Bourgueil : Régie publique ou DSP ? 28/04/2018 Assises de l'eau 24 avril 2018 28/04/2018 Nice Matin 26 avril 2018 : Pourquoi le prix de l’eau fait-il des remous à Roquebrune ? 26/04/2018 Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018 Alpes-Maritimes : Veolia fait-elle couler une commune ? 10/04/2018 ATTAC fête ses 20 ans 05/04/2018 Le comité local Attac Montpellier vous invite à un ciné-débat le 11 avril 19h autour de la projection du film « Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe » 02/04/2018 Cette émission de Radio Fréquence Luynes était consacrée à un débat sur les responsables de la gestion de l'eau au nord ouest du département d'Indre-et-Loire en présence du président du président de l'association Emmanuel Bouchenard et JL Touly 01/04/2018 Historique : une régie publique pour la gestion de la grande station d'épuration de Valenton (94) à la place des 2 multinationales Veolia et Suez 31/03/2018 Lyon Capitale (8 pages)  avril 2018 : A Lyon, la bataille de l'eau aura bien lieu en 2019 30/03/2018 vidéo de JEAN LUC TOULY qui parle de notre territoire et de la gestion privée de l'eau dans le NORD OUEST DE LA TOURAINE 30/03/2018 Sud Ouest 27 mars 2018 : Bordeaux : Trans’Cub veut pousser la Lyonnaise à "rendre" 600 euros à chaque abonné à l’eau 28/03/2018 Facture d'eau 2018 Wissous Eau et Assainissement TTC 28/03/2018 Sortie du livre de la journaliste indépendante Isabelle Jarjaille ce 27 mars 2018 27/03/2018 Suez se « gave-t-elle grave » sur l’eau potable de Bordeaux Métropole ? 26/03/2018 La Rochelle Aytré Eau des Villes et Eau des champs, Bien commun et à quel prix ? Jeudi, 29 mars - 18h30 - Salle Georges Brassens - 15 / 19 rue du 8 mai 1945 - Aytré 24/03/2018 La Roche-sur-Yon. Eau potable : tout n’est pas rose avec Veolia 21/03/2018 Révélations sur les marchés de l'eau et de l'assainissement à Wissous et Paris Saclay : Dans le cadre de la journée mondiale de l'eau et après l'oeil du 20 h de France 2 du 6 novembre, Cash Investigation du 13 mars et l'audit de Marc Laimé Consultant 19/03/2018 FO 18 mars 2018 : « Cash Investigation » trouble les faiseurs de ronds dans l’eau 18/03/2018 EAUX GLACÉES DANS LE COLLIMATEUR DU SIAAP 16/03/2018 SIAAP : INQUIÉTUDES À LA BANQUE EUROPÉENNE D’INVESTISSEMENT 16/03/2018 CASH INVESTIGATION : LE DRÔLE DE MAIL ENVOYÉ PAR LA DIRECTION DE VEOLIA EAU POUR RASSURER SES TROUPES 15/03/2018 France Bleu Ile de France journal de 12h Interview de JL Touly : Soupçons de corruption, favoritisme : le marché des eaux usées est dans la tourmente en Ile-de-France 14/03/2018
           
PRIVATISATION DANS LE MONDE

ASIE : Le secteur privé toujours à la conquête des marchés de l’eau

PENANG - Vendre le droit à l’eau à des institutions privées pour voir ensuite la population le racheter une nouvelle fois est une question qui refait surface lors de chaque Journée mondiale de l’Eau, laquelle a eu lieu ce mardi.



Jakarta
Jakarta
Stimulés par les institutions financières internationales et les intérêts de sociétés, les gouvernements régionaux poursuivent leurs projets en faveur d’une participation privée accrue dans les services de l’eau. Pourtant, les procédés de privatisation du secteur de l’eau ne parviennent nulle part en Asie à fournir une eau potable propre et saine aux communautés, et ce en dépit de l’obligation pour les consommateurs de payer pour avoir accès à un droit humanitaire fondamental.

« J’ai beau cherché un système privatisé de gestion du service de l’eau qui fonctionne... je n’en trouve pas » , à déclaré au cours d’une interview téléphonique avec Inter Press Service, Mary Ann Manahan, chercheuse à Manille auprès de « Focus on the Global South ».

Par contre, les performances réelles de certains importants services de l’eau gérés par le secteur public en Asie ont anéanti l’argument selon lequel la participation du secteur privé constitue le seul moyen d’en améliorer l’efficacité.

Des villes telles que Osaka, Phnom Penh et Penang, où l’eau est gérée par les services publics, sont plus performantes que Jakarta et Manille, deux villes où les privatisations règnent dans différents secteurs clés.

Osaka, par exemple, a un niveau de non-rendement de réseau de 7%. Il s’agit d’un indicateur du niveau des pertes d’eau et de revenu en raison des fuites et des factures impayées. Un non-rendement de réseau de 7% atteste d’une performance exceptionnelle.

Phnom Penh enregistre un non-rendement de 26% et Penang un louable 19%. En comparaison, Jakarta présente un non-rendement de 51%, et, Manille, 62%.

Or, les services privatisés de l’eau les plus importants à Jakarta et Manille sont respectivement gérés par la société britannique Thames Water Plc et la française Suez-Lyonnaise
L’Internationale des Services Publics (ISP), installée en Grande-Bretagne, analyse la privatisation et la restructuration des services publics à travers le monde ; elle a révélé dans une récente étude que Colombo, capitale du Sri Lanka, où le secteur de l’eau est sous gestion publique, possède un niveau de fuite d’eau de 23% seulement contre 35% pour la ville de Londres, dont la gestion du réseau est assurée par Thames Water Plc.

L’étude a montré que le taux d’échec des concessions privées et des contrats à long terme de construction-exploitation-cession est extrêmement élevé et risque encore d’augmenter si Suez et Thames abandonnent leurs contrats à Manille et Jakarta.

Pourtant, les institutions financières telles la Banque mondiale et la Banque asiatique de Développement, associées à des groupes de pressions comme le Partenariat mondial de l’Eau et le Conseil mondial de l’Eau, encouragent vigoureusement les procédés de privatisation. Manahan a souligné que la Banque mondiale a augmenté ses prêts pour les projets dans le secteur de l’eau ; ils sont passés de 546 millions USD en 2002 à 3 milliards USD en 2005. « Mais rien ne montre clairement que cela a aboutit à fournir une eau potable saine et accessible aux plus défavorisés » a-t-elle déclaré.

En outre, dans le cadre de l’Organisation mondiale du Commerce, l’Union européenne suggère d’ouvrir les services de l’eau nationaux aux puissants acteurs étrangers. En effet, depuis le milieu des années 1990, les pays en développement ont été poussés à privatiser leur service de l’eau au travers de partenariat public-privé ou de participation du secteur privé.

Mais beaucoup de ces procédés en Asie ont abouti à des résultats désastreux, engendrant une explosion du prix de l’eau, des objectifs non atteints ainsi que des pertes financières et un endettement écrasant.

Confrontées à des résultats déplorables, plusieurs multinationales occidentales, au départ avides de projets de privatisation des services de l’eau dans les pays d’Asie, tentent de se dégager rapidement de ces accords de privatisation, sources de déficits et de difficultés. Désormais, ils se limitent, à la place, à des projets fiables ou à des marchés « plus sûrs » comme le Japon et la Corée du Sud.

Les détracteurs de la privatisation du service de l’eau se plaignent de la tendance à se focaliser sur les consommateurs urbains alors que la majorité des besoins en eau se situent chez les habitants des zones rurales.

Pire, les exploitations privées du secteur de l’eau détournent l’eau des zones rurales pour l’acheminer vers les centres urbains, a déclaré Charles Santiago, économiste de Kuala Lumpur, coordinateur de « Monitoring Sustainability of Globalization ».

« Pour ce faire, ils procèdent de deux manières : en canalisant l’eau destinée aux zones rurales vers les zones urbaines et en exploitant l’eau souterraine des zones rurales pour produire de l’eau en bouteille, consommée en grande partie dans les centres urbains » a expliqué Santiago à l’ISP.

L’expérience dans les villes d’Asie et d’ailleurs montre que, lorsque les multinationales entrent en scène ou quand le secteur privé intervient, le prix de l’eau explose immanquablement. À Manille, par exemple, le gouvernement vante la privatisation des services de l’eau comme la solution à une crise imminente de ce secteur aux Philippines.

« Ils ont promis qu’ils n’y aurait aucune hausse du prix de l’eau pendant cinq ans » a souligné Manahan. « Mais en trois ans, ils ont demandé une augmentation des tarifs ».
Au lieu des faibles taux promis, Mayniland Water Services, qui détient la concession pour la zone ouest de Manille, a augmenté les tarifs de plus de 400% entre 1997 et 2003. Manila Water Company, concessionnaire pour la zone est, les a majoré de plus de 700% au cours de la même période.

Quand les contrats de privatisation de Manille ont échoué, la « solution » finale proposée par le gouvernement philippin a été la « réhabilitation ». Mais Manahan préfère appeler un chat un chat. « C’est un sauvetage » a-t-elle lancé vigoureusement.

La société civile fait maintenant entendre sa voix via différents groupes. À Manille, ils ont déposé une plainte contre la « réhabilitation » en cours, arguant qu’elle allait à l’encontre de l’intérêt public et n’aboutirait qu’à accabler les consommateurs et les contribuables. En Thaïlande, des milliers de travailleurs ont manifesté contre la politique gouvernementale de privatisation au début de l’année 2004 - pourtant l’administration du Premier Ministre Thaksin Shinawatra a depuis lors réitéré sa volonté de poursuivre résolument la privatisation. En Malaisie, la jeune Coalition Contre la Privatisation du Secteur de l’eau, composée de 26 groupements civils, s’oppose au plan gouvernemental de nouvelles privatisations d’opérateurs publics du secteur de l’eau dans le pays.

Manahan a sa propre solution au dilemme auquel sont confrontés de nombreux gouvernements asiatiques. La chercheuse de « Focus on the Global South » pointe l’exemple de Porto Alegre au Brésil. Les services de l’eau à Porto Alegre étaient privés jusqu’en 1904, puis la ville en a repris la gestion.

Dans un processus d’élaboration participative du budget, les habitants de la ville se réunissent tout au long de l’année et décident où seront entrepris les investissements du Département municipal de l’eau et de l’épuration. Entre 1989 et 1996, le nombre de ménages ayant accès à la distribution d’eau est passé de 80% à 98% tandis que le pourcentage de la population desservie par le système municipal d’égouttage est passé de 46% à 85%.

« J’appelle à la démocratisation de la prise de décision quant à la manière dont devrait être gérée l’eau de la communauté » a déclaré Manahan. « L’eau constitue un besoin si fondamental qu’elle devrait rester aux mains des pouvoirs publics"

(Inter Press Service) Anil Netto est un journaliste indépendant établi en Malaisie ; il couvre les questions politiques et sociales. Ancien comptable, il est actuellement coordinateur adjoint de la Charte 2000-Aliran, un réseau agissant pour la liberté de la presse en Malaisie.

Traduction : Pascale Coumont et Lalith Castelino (Coorditrad)

Copleft (L) ATTAC-Suisse Rue des Savoises, 15 1205 Genève - Tel: ++41 22 800 10 40 Fax: ++41 21 625 34 45 suisse@attac.org
Reproduction autorisée en mentionnant l'adresse du site internet


Jeudi 23 Mars 2006
Vendredi 31 Mars 2006
par Anil Netto
Lu 1884 fois

Dans la même rubrique :

LOBBYING | PRIVATISATION DANS LE MONDE | PRIVATISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE | ACTIONS JURIDIQUES | EAU A PARIS | L'EAU DE LILLE | L'EAU DE LYON | L'EAU de CORSE | L'EAU de BRETAGNE | EAU A TOULOUSE | Water Makes Money le Procès

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide