ACME
Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018 Alpes-Maritimes : Veolia fait-elle couler une commune ? 10/04/2018 ATTAC fête ses 20 ans 05/04/2018 Le comité local Attac Montpellier vous invite à un ciné-débat le 11 avril 19h autour de la projection du film « Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe » 02/04/2018 Cette émission de Radio Fréquence Luynes était consacrée à un débat sur les responsables de la gestion de l'eau au nord ouest du département d'Indre-et-Loire en présence du président du président de l'association Emmanuel Bouchenard et JL Touly 01/04/2018 Historique : une régie publique pour la gestion de la grande station d'épuration de Valenton (94) à la place des 2 multinationales Veolia et Suez 31/03/2018 Lyon Capitale (8 pages)  avril 2018 : A Lyon, la bataille de l'eau aura bien lieu en 2019 30/03/2018 vidéo de JEAN LUC TOULY qui parle de notre territoire et de la gestion privée de l'eau dans le NORD OUEST DE LA TOURAINE 30/03/2018 Sud Ouest 27 mars 2018 : Bordeaux : Trans’Cub veut pousser la Lyonnaise à "rendre" 600 euros à chaque abonné à l’eau 28/03/2018 Facture d'eau 2018 Wissous Eau et Assainissement TTC 28/03/2018 Sortie du livre de la journaliste indépendante Isabelle Jarjaille ce 27 mars 2018 27/03/2018 Suez se « gave-t-elle grave » sur l’eau potable de Bordeaux Métropole ? 26/03/2018 La Rochelle Aytré Eau des Villes et Eau des champs, Bien commun et à quel prix ? Jeudi, 29 mars - 18h30 - Salle Georges Brassens - 15 / 19 rue du 8 mai 1945 - Aytré 24/03/2018 La Roche-sur-Yon. Eau potable : tout n’est pas rose avec Veolia 21/03/2018 Révélations sur les marchés de l'eau et de l'assainissement à Wissous et Paris Saclay : Dans le cadre de la journée mondiale de l'eau et après l'oeil du 20 h de France 2 du 6 novembre, Cash Investigation du 13 mars et l'audit de Marc Laimé Consultant 19/03/2018 FO 18 mars 2018 : « Cash Investigation » trouble les faiseurs de ronds dans l’eau 18/03/2018 EAUX GLACÉES DANS LE COLLIMATEUR DU SIAAP 16/03/2018 SIAAP : INQUIÉTUDES À LA BANQUE EUROPÉENNE D’INVESTISSEMENT 16/03/2018 CASH INVESTIGATION : LE DRÔLE DE MAIL ENVOYÉ PAR LA DIRECTION DE VEOLIA EAU POUR RASSURER SES TROUPES 15/03/2018 France Bleu Ile de France journal de 12h Interview de JL Touly : Soupçons de corruption, favoritisme : le marché des eaux usées est dans la tourmente en Ile-de-France 14/03/2018 L'affaire de Nîmes Métropole celle du du SIAAP et celle de l'eau et de l'assainissement de Paris Saclay : Toute ressemblance avec des personnes existantes est purement fortuite mais un constat l'inertie bienveillante des élus 14/03/2018 Procédure interne de Veolia sur le marché des eaux usées 13/03/2018 Le Monde Diplo carnets d'eau : Eaux usées d’Ile-de-France : un scandale exemplaire 13/03/2018 Marianne Scandale de l'eau : entre la justice et "Cash investigation", le Siaap cerné de toute part et Le Monde Révélations sur des soupçons de corruption sur le marché de l’eau parisien 13/03/2018 Mediapart : A Vittel, l’eau de Nestlé ne coule plus de source 13/03/2018 Libération R Lecadre : En Ile-de-France, les dessous du marché des eaux usées remontent à la surface 13/03/2018 Capital sur Cash Investigation et le SIAAP 12/03/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC du 11 mars 2018 18h 11/03/2018 PANIQUE AU SIAAP : Cash investigation : l'émission d'Elise Lucet visée par une plainte pour "violation de domicile" du SIAAP 11/03/2018 À Lyon, le prix de l'eau est "deux fois trop cher" 10/03/2018 Capital et eaux glacées : SIAAP : LE DOUBLE LANGAGE DE LA MAIRIE DE PARIS 10/03/2018
           
PRIVATISATION DANS LE MONDE

ATTENTION A LA PRIVATISATION DE L'EAU

L'eau, synonyme de la vie, est capitale comme élément de base pour la santé et l'hygiène d'une nation. Selon le Rapport concernant l'accroissement de la démographie mondiale, 25 pour cent des populations n'a pas un accès durable à une source d'eau potabilisée et moins de la moitié a accès à un assainissement correct.



ATTENTION A LA PRIVATISATION DE L'EAU
La disponibilité en eau potable va aussi peser sur la réalisation des nombreux buts à accomplir lors de ce millénaire (MDGs), à savoir sur les maladies de société, infantiles et maternelles, sur le taux de mortalité infantile mais aussi sur la pérennité de l'environnement.
Selon les Nations unies, 1.3 milliards de personnes dans le monde manquent d'eau potable tandis que 2.5 milliards n'ont pas de systèmes d'évacuation des eaux usées et d'assainissement.
L'ONU estime que la demande mondiale en eau double tous les 20 ans, soit deux fois plus que le taux de croissance démographique. En 2025, on s'attend à ce que la demande en eau excède de 56% la totalité des ressources.

ATTENTION A LA PRIVATISATION DE L'EAU
Selon une déclaration de L'ONU, l'Etat a toujours obligation d'assurer l'alimentation en eau à tous ses citoyens. La nécessité d'un investissement substantiel devient alors impératif pour les Etats afin de mettre en place un système durable.

La Banque du Développement asiatique, selon un rapport dans un journal de jeudi, a ainsi légitimement appelé à augmenter les investissements dans les services d'alimentation en eau en Asie où un certain nombre de pays sont apparemment très en retard par rapport à leurs buts affichés de développement du millénaire.

Selon l'établissement de crédit, seules la Chine et l'Inde seraient capables d'atteindre leurs objectifs dans cette région du Monde. En écho à cet appel, l'établissement va donc doubler ses investissements dans des opérations concernant l'eau par le Financement d'un nouveau Programme durant les cinq prochaines années.
Même au Bangladesh, la Banque de Développement asiatique a déjà amorcé un programme d'aide technique pour l'alimentation en eau et la régulation des systèmes d'égouts de Dhaka. Elle fournira un million de dollars de fonds.

Cependant, il n'est pas mentionné que ce programme mènera, graduellement, à un tarif de l'eau basé sur ' le remboursement total de son coût '. Ce qui impliquerait que l'Etat fournirait l'eau à son taux de revient.

ATTENTION A LA PRIVATISATION DE L'EAU
Avec plusieurs services non vitaux pour l'agence de l'eau et déjà dirigés par des opérateurs privés, il est évident que l'on pousse petit à petit le secteur tout entier vers une véritable privatisation. En effet, la conclusion du président d'ADB fait remarquer, dans ce même rapport, que "l'époque qui permettait une délégation totale de la gestion de l'eau aux agences publique de l’eau, est révolue. L'Eau est devenue l'affaire de chacun et donc une question de développement national ', le motif commercial derrière son investissement dans les projets d'eau ne pouvait pas être plus clair.

Le marché mondial de l'eau a été estimé à 1 trillion de $ par la Banque mondiale en 2000. C'est environ cent fois plus que le budget actuel du Bangladesh. Avec seulement cinq % environ de la population du Monde, clients des sociétés privées pour leur alimentation en eau, on considère le potentiel du bénéfice de l'industrie de l'eau pratiquement illimitée. En fait Fortune magazine a observé que l'eau était le meilleur secteur d'investissement.

Malgré la tendance générale des banques de crédit de favoriser des opérateurs privés dans la gestion des services utiles et essentiels, qui sont souvent des monopoles naturels et exigent des sociétés de lourds investissements, les multinationales ont eu des résultats records épouvantables, particulièrement dans le domaine de l'eau.

manifestation en Bolivie
manifestation en Bolivie
La troisième plus grande ville de Bolivie, Cochabamba, a été le témoin d'une telle catastrophe en 2000. Des factures d'eau ont commencé à grimper sans aucune amélioration de la qualité du service ou de la quantité d'eau. Les résidants ont été forcés d'obtenir du distributeur d'eau local, une filiale de Bechtel, l'autorisation de collecter l'eau de pluie. Le gouvernement a été contraint de céder aux protestations publiques de l'ensemble du pays après son échec à les réprimer.

Nous reconnaissons que le secteur de l'eau nécessite beaucoup d'investissements. Mais nous formulons de sérieuses réserves quant à la propriété des services de gestion de l'eau et les objectifs fondamentaux qu’ils doivent poursuivre. Nous croyons que l'eau ne peut pas être comparée à un autre produit commercial puisqu'il est le plus fondamental des droits de l'homme. Ces structures gestionnaires de l'eau doivent être conduites pour le plus grand bénéfice du bien-être communautaire plutôt que dans un but de rendement commercial.

BanglaPraxis
A Collective Initiative for Research and Action

Traduction bénévole SDT

Beware of water privatisation

ATTENTION A LA PRIVATISATION DE L'EAU
Water, synonymous as it is to life, is also central to the attainment of a basic standard of health and sanitation for the nation. According to the Human Development Report 25 per cent of population lack sustainable access to an improved water source while less than half have access to improved sanitation.
Availability of clean water is also central to attaining several millennium development goals (MDGs), including communicable diseases, maternal and child mortality rates, and environmental sustainability.


According to the United Nations, 1.3 billion people in the world lack access to clean water while 2.5 billion do not have adequate sewage and sanitation.
The UN estimates that the global demand for water doubles every 20 years, twice the rate of population growth. By the year 2025, demand for water is expected to exceed supply by 56 per cent globally.


The UN declaration aside, it would still be an obligation for the state to ensure water supply to all its citizens. The requirement of substantial investment then becomes imperative for the state to put in place a sustainable system.
The Asian Development Bank, according to a report in this paper on Thursday, has thus rightly called for increased investment in water supply in Asia where a number of countries are apparently much behind meeting their millennium development goals. According to the lending agency, only China and India would be able to meet their targets in the region.
Matching its call for increased investment the agency will also double its investment in water operations through a new Water Financing Programme over the next five years. Even in Bangladesh, the Asian Development Bank has already initiated a technical assistance programme for the Dhaka Water Supply and Sewerage Authority. It will be providing a million dollars worth of funds.

However, it is not mentioned that this programme would gradually lead to a water regime based on ‘full cost recovery’. This would imply that the state agency would supply water at commercially feasible rates.
With several non-essential services of the water agency already being run by private operators, it is evident that the entire sector is gradually being nudged towards full-fledged privatisation.
Indeed, the ADB president’s concluding remark in the same report, stating that ‘the days are over in which water issues could be delegated entirely to water agencies to handle. Water has become everyone’s business, and therefore a national development issue’ the commercial motive behind its water investment could not be clearer.
The global water market was valued at $1 trillion by the World Bank in 2000. That is roughly a hundred times more than Bangladesh’s current budget. With only about five per cent of the world’s population receiving their water from corporations the profit potential of the water industry is considered virtually unlimited. In fact the Fortune magazine observed in the same year that water was the best sector for investment.
Despite the lending agencies’ general tendency to favour private operators in providing essential utility services, which are often natural monopolies and require substantial investment, multinational companies have had terrible record service delivery, particularly water.

The third largest city of Bolivia, Cochabamba, had been witness to such a catastrophe in 2000. Water bills began to rise without any improvement in the quality of service or increase in the quantity of water. Residents were forced to obtain permits from the local water company, a subsidiary of Bechtel, to collect rainwater. The government was compelled to give in to large-scale public protest after failing to suppress them.
We agree that the water sector needs much investment. But we have serious reservations about the ownership of water agencies and their overriding goal. We believe water cannot be equated with any other commercial good since it is the most fundamental of human rights. Water agencies must be driven by the greater goal of community welfare rather than commercial viability.


BanglaPraxis
A Collective Initiative for Research and Action
R # 7, H # 22, Rupnagar R/A
Mirpur - 2, Dhaka, Bangladesh
Phone: + 88 - 01715025631
E-mail: banglapraxis@yahoo.com

Vendredi 29 Septembre 2006
Lundi 2 Octobre 2006
Lu 3264 fois


1.Posté par Bernard Hennion le 22/02/2007 11:43
J'ai participé à des cnférences sur l'eau au Forum Social Mondial de Nairobi au Kénia. Des tracts d'information très intéressants étaient distribués "Eau privée : 10 raisons de l'échec...Eau publique : 10 raisons du succès..." Mais il y était affirmé :"...Avec plus de 90 pour cent de l'eau courante au monde entre les mains du secteur public, nous devons comprendre comment des fournisseurs publics et des fournisseurs installés dans les communautés ont réussi, afin que le droit de l'homme à l'accès à l'eau devienne une réalité pour tous..."
Ce chiffre de 90 % est très contesté. Pouvez-vous confirmer ou infirmer ce chiffre et donner des précisions? Ou alors, ces 90% seraient une supposition servant d'argumentaire. On aurait pu écrire dans ce cas : "si 90% de l'eau courante au monde étaient entre les mains du secteur public..."
Merci d'avance


Dans la même rubrique :

LOBBYING | PRIVATISATION DANS LE MONDE | PRIVATISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE | ACTIONS JURIDIQUES | EAU A PARIS | L'EAU DE LILLE | L'EAU DE LYON | L'EAU de CORSE | L'EAU de BRETAGNE | EAU A TOULOUSE | Water Makes Money le Procès

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide