ACME
Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018 Alpes-Maritimes : Veolia fait-elle couler une commune ? 10/04/2018 ATTAC fête ses 20 ans 05/04/2018 Le comité local Attac Montpellier vous invite à un ciné-débat le 11 avril 19h autour de la projection du film « Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe » 02/04/2018 Cette émission de Radio Fréquence Luynes était consacrée à un débat sur les responsables de la gestion de l'eau au nord ouest du département d'Indre-et-Loire en présence du président du président de l'association Emmanuel Bouchenard et JL Touly 01/04/2018 Historique : une régie publique pour la gestion de la grande station d'épuration de Valenton (94) à la place des 2 multinationales Veolia et Suez 31/03/2018 Lyon Capitale (8 pages)  avril 2018 : A Lyon, la bataille de l'eau aura bien lieu en 2019 30/03/2018 vidéo de JEAN LUC TOULY qui parle de notre territoire et de la gestion privée de l'eau dans le NORD OUEST DE LA TOURAINE 30/03/2018 Sud Ouest 27 mars 2018 : Bordeaux : Trans’Cub veut pousser la Lyonnaise à "rendre" 600 euros à chaque abonné à l’eau 28/03/2018 Facture d'eau 2018 Wissous Eau et Assainissement TTC 28/03/2018 Sortie du livre de la journaliste indépendante Isabelle Jarjaille ce 27 mars 2018 27/03/2018 Suez se « gave-t-elle grave » sur l’eau potable de Bordeaux Métropole ? 26/03/2018 La Rochelle Aytré Eau des Villes et Eau des champs, Bien commun et à quel prix ? Jeudi, 29 mars - 18h30 - Salle Georges Brassens - 15 / 19 rue du 8 mai 1945 - Aytré 24/03/2018 La Roche-sur-Yon. Eau potable : tout n’est pas rose avec Veolia 21/03/2018 Révélations sur les marchés de l'eau et de l'assainissement à Wissous et Paris Saclay : Dans le cadre de la journée mondiale de l'eau et après l'oeil du 20 h de France 2 du 6 novembre, Cash Investigation du 13 mars et l'audit de Marc Laimé Consultant 19/03/2018 FO 18 mars 2018 : « Cash Investigation » trouble les faiseurs de ronds dans l’eau 18/03/2018 EAUX GLACÉES DANS LE COLLIMATEUR DU SIAAP 16/03/2018 SIAAP : INQUIÉTUDES À LA BANQUE EUROPÉENNE D’INVESTISSEMENT 16/03/2018 CASH INVESTIGATION : LE DRÔLE DE MAIL ENVOYÉ PAR LA DIRECTION DE VEOLIA EAU POUR RASSURER SES TROUPES 15/03/2018 France Bleu Ile de France journal de 12h Interview de JL Touly : Soupçons de corruption, favoritisme : le marché des eaux usées est dans la tourmente en Ile-de-France 14/03/2018 L'affaire de Nîmes Métropole celle du du SIAAP et celle de l'eau et de l'assainissement de Paris Saclay : Toute ressemblance avec des personnes existantes est purement fortuite mais un constat l'inertie bienveillante des élus 14/03/2018 Procédure interne de Veolia sur le marché des eaux usées 13/03/2018 Le Monde Diplo carnets d'eau : Eaux usées d’Ile-de-France : un scandale exemplaire 13/03/2018 Marianne Scandale de l'eau : entre la justice et "Cash investigation", le Siaap cerné de toute part et Le Monde Révélations sur des soupçons de corruption sur le marché de l’eau parisien 13/03/2018 Mediapart : A Vittel, l’eau de Nestlé ne coule plus de source 13/03/2018 Libération R Lecadre : En Ile-de-France, les dessous du marché des eaux usées remontent à la surface 13/03/2018 Capital sur Cash Investigation et le SIAAP 12/03/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC du 11 mars 2018 18h 11/03/2018 PANIQUE AU SIAAP : Cash investigation : l'émission d'Elise Lucet visée par une plainte pour "violation de domicile" du SIAAP 11/03/2018 À Lyon, le prix de l'eau est "deux fois trop cher" 10/03/2018 Capital et eaux glacées : SIAAP : LE DOUBLE LANGAGE DE LA MAIRIE DE PARIS 10/03/2018
           
POLLUTIONS EN FRANCE

AUX ANTILLES : POLLUTION PAR LE CHLORDECONE : Lettre ouverte à Monsieur Le Ministre Xavier BERTRAND



AUX ANTILLES :  POLLUTION PAR LE CHLORDECONE : <Font color='red'>Lettre ouverte à Monsieur Le Ministre Xavier BERTRAND</font>
article :SILENCE ON TUE AUX ANTILLES

À Monsieur Le Ministre de la Santé Monsieur Xavier BERTRAND De passage en Région Guadeloupe
Morne à l’Eau le 07 mars 2006,

Monsieur Le Ministre,

Vous ne pouvez ignorer la pollution grave qui affecte pour longtemps les sols et les eaux de la Guadeloupe et de la Martinique, due aux pesticides ( chlordécone, dieldrine et autres mirex 450 (perchlordécone 0,45%) qui ont été utilisés principalement contre les charançons de la bananeraie et contre la fourmi manioc.
Le journal « Libération » titrait un article de son numéro du vendredi 06 janvier 2006 : « GUADELOUPE, UNE TERRE GORGÉE DE POISON ».

Un arrêté du 07 septembre 2005 du Préfet de la Région Guadeloupe porte interdiction de la pêche et de la commercialisation des produits pêchés dans les rivières situées sur le territoire des communes de Capesterre-Belle-Eau, Trois-Rivières, Vieux-Fort, Basse-terre, Saint-Claude, Gourbeyre, Baillif, Vieux-Habitants.

Sous votre signature ont été publiés les arrêtés des 05 octobre 2005 et 10 octobre 2005, relatifs à la teneur maximale en chlordécone que ne doivent pas dépasser certaines denrées d’origine végétale et animale pour être reconnues propres à la consommation humaine.

Permettez nous de douter, Monsieur le Ministre, de l’efficacité de ces mesures qui ne font que confirmer le mépris de l’Etat français pour la santé des citoyens des DOM.

L’AFSSA est supposée protéger la santé des citoyens. Il semblerait que son rôle soit plutôt de fixer les normes derrières lesquelles pourront se retrancher les "politiques".

L’exemple du chlordecone en est la preuve.

Pour rendre légale la consommation d’un aliment contaminé par le chlordécone, l’AFSSA a fixé une LMR (limite maximale de résidus). Sur quelle base ? "Il existe très peu de données chez l’homme" reconnaît l’AFSSA. Elle affirme donc s’être basée sur des études statistiques concernant les habitudes alimentaires des populations antillaises. La "norme" serait d’autant plus élevée que les produits seront peu consommés.

Selon ce principe qui a été appliqué aux Antilles, on a admis que 8 aliments (dachine, patate douce, igname, concombre, carotte, tomate, melon et poulet) pouvaient être consommés s’ils contenaient jusqu’à 50microgrammes de chlordécone par kilogramme. Pour d’autres, moins consommés, la limite serait portée à 200 microgrammes.

Pour mémoire, l’eau, pour être déclarée potable, doit contenir moins de 0,1 microgrammes de pesticide par litre. On pourrait donc consommer un aliment qui contiendrait 2000 fois cette dose ! ! ! ! ! ! C’est avec cette recommandation de l’AFSSA que vous avez, Monsieur le Ministre de la Santé, conjointement avec vos collègues de l’Outremer, de l’Economie et de l’Agriculture signé l’arrêté fixant des normes de consommation.

Alors qu’à compter de Mars et Octobre 2003, deux arrêtés préfectoraux, en Martinique puis en Guadeloupe, imposent l’analyse des sols avant toute mise en culture de légumes racines, grâce à cette norme, la moitié des sols "détectés contaminés" vont, par ce simple choix d’une "norme", pouvoir être déclarés aptes à la production et mis en culture.

Ainsi le chlordécone qu’ils contiennent continuera à contaminer les générations de consommateurs qui vont se succéder dans les siècles à venir.

Il est choquant de constater comment l’attitude des autorités nationales françaises est radicalement différente à l’égard d’épidémies selon que la région affectée se trouve dans l’hexagone ou dans les DOM.

Et ce n’est pas le show politico-médiatique orchestré à la Réunion pour tenter de se racheter dans la gestion du chikungunia qui nous démentira.

Dès les premières manifestations de la grippe aviaire sur le sol français, les mesures draconiennes étaient mises en œuvres pour prévenir et confiner l’épidémie. Une manne financière était annoncée en vue d’indemniser le préjudice prévisible des agriculteurs.

Aux Antilles, on se contente de reconnaître, à demi mot, la toxicité, en prenant des mesures tardives, soit disant au nom du principe de précaution, alors que le mal est avéré et qu’aucun moyen n’est réellement mis en œuvre afin de garantir aux consommateurs la traçabilité des produits vendus sur les marchés et dans les supermarchés.

Peut-on encore parler de principe de précaution quand différents rapports scientifiques, dont ceux de SNEGAROFF et KERMARREC, avaient clairement établi la dangerosité des pesticides en cause respectivement en 1977 et 1980 ? Il a fallu attendre qu’en Octobre 2002, une tonne et demie de patates douces en provenance de la Martinique soient saisies par la répression des fraudes sur le port de Dunkerque pour que soient pris en considération les risques pour la santé humaine.

Pourquoi a-t-on continué à commercialiser ces insecticides organochlorés, alors que les autorités chargées de contrôler leur commercialisation et leur usage n’ignoraient en rien leur dangerosité depuis 20 ans ? Pourquoi ne les a-t-on pas remplacé par des molécules moins polluantes ? Est-ce pour plus de profit ?

La France va-t- elle logiquement pouvoir maintenant accepter à Dunkerque les patates douces qui y avaient été précédemment détruites ? Allons nous les trouver à Rungis ou dans les divers marchés de l’Europe continentale ? La commission européenne va-t-elle enregistrer les nouvelles "normes" AFFSSA ou ces normes resteront-elles spécifiques aux Antilles ? Les DOM-TOM vivent ils sous un régime sanitaire d’exception ?

Nous voulons des réponses ! ! !

Croyez, Monsieur le Ministre en nos respectueuses considération.

Harry Jawad DURIMEL Porte-parole des Verts Guadeloupe


Mardi 4 Avril 2006
Vendredi 7 Avril 2006
JEAN-LUC TOULY
Lu 5040 fois


1.Posté par Gérard Borvon le 20/04/2006 09:42
Voir aussi, sur le site de S-eau-S, l'article :

"DOM-TOM : les oubliés des lois sur l'eau"

http://seaus.free.fr/article.php3?id_article=11


Dans la même rubrique :

Le déclic biogaz - 18/04/2006

La charte de l'eau - 05/04/2006

POLLUTIONS EN FRANCE | LA POLLUTION DE L'EAU EN CHINE | Pesticides aux Antilles

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide