ACME
Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019 Nice matin 10 avril 2019 : Roquebrune-Cap-Martin : La renégociation du prix de l'eau doit être la priorité 10/04/2019 L’AFFAIRE DES COMPTEURS D’EAU "JETABLES" REBONDIT AU CONSEIL DE PARIS 03/04/2019 L’eau dans l’agglo. Saint-Avé : du privé à la régie municipale 02/04/2019 Saint Martin : Eau et assainissement : premières factures plutôt salées, les explications 02/04/2019 JARNY - Meurthe et Moselle Eau potable : pourquoi la Ville ne va pas reconduire le contrat Veolia 02/04/2019 LE GRAND PARIS DE L’EAU D’ANDRÉ SANTINI AVANCE GAILLARDEMENT 28/03/2019 "Merci les Français!": 750.000 euros d’indemnités partagés en toute illégalité entre le directeur et des administrateur de la SIAAP 27/03/2019 L’enquête - Vittel : la bataille de l’eau - C Politique, la suite - 24/03/19 25/03/2019
           
S.O.S

Afrique : Au ZIMBABWE, la situation est catastrophique. L’eau contaminée est vectrice des maladies dans les campagnes

Une véritable crise sanitaire se développe dans les campagnes où des centaines de milliers de paysans pauvres du ZIMBABWE et leurs familles ont été relogés dans des fermes « commerciales » au moment où le président Robert MUGABE avait mis en place sa réforme agraire qui fut socialement et économiquement désastreuse.



La confiscation agraire a précipité le chaos sanitaire

500 personnes vivent dans les détritus dans un faubourg de HARARE sans eau,sans aucun assainissement, sans électricité
500 personnes vivent dans les détritus dans un faubourg de HARARE sans eau,sans aucun assainissement, sans électricité
Le gouvernement de Mugabe a pendant plus de 6 ans, déplacé plus de 400 000 familles rurales sur les terres anciennement occupées par les blancs sans instaurer de structures sanitaires et développer des services de santé. Comme les conditions de vie se sont détériorées sur ces terres autrefois riches et travaillées, une crise sanitaire majeure est entrain de se développer

En même temps que la population rurale était déplacée vers ces fermes, les 900 000 travailleurs agricoles devaient quitter leurs logements pour s’installer avec leur famille sur des terres, en accord avec la nouvelle planification du syndicat Farm Community du ZIMBABWE, une organisation créée par les syndicat des travailleurs et la fondation anglaise Save the Children afin d’améliorer le niveau de vie des paysans.

Le déplacement des populations rurales a sérieusement augmenté le risque de contamination des eaux potables.

Afrique : <font color='red' size=4>Au ZIMBABWE, la situation est catastrophique. L’eau contaminée est vectrice des maladies dans les campagnes</font>
Ces travailleurs agricoles vivent toujours entassés dans des logements de fortune et se disputent aux nouveaux occupants les rares structures de santé mal équipées. De nombreuses fermes n’ont plus, depuis longtemps plus d’eau potable, les réseaux n’étant plus entretenus comme les forages. Les nouveaux arrivants ne peuvent pas s’offrir un traitement chimique et les principaux points d’eau ne sont plus captés et transformés en rigoles et trous d’eau.

La situation est épouvantable. Nous connaissons les risques des maladies des eaux stagnantes telles que la bilharziose, le choléra et la dysenterie que nous pourrions attraper, mais nous n’avons pas le choix raconte, Savious Muromba, un vétéran de la guerre de 1970 de la libération du , Zimbabwe relogé dans une ferme d’ ODZI, à 32 Km environ en dehors de MUTAR dans la région montagneuse à l’est du Zimbabwe

Beaucoup d’émigrants avaient espéré que le gouvernement se déplacerait rapidement pour fournir des équipements sanitaires de base aux fermes quand le processus de confiscation des terres a été terminé.

Le désespoir : Dans les deux premiers mois, il y a eu 51 morts de choléra.

les toilettes de Blair
les toilettes de Blair
Les gens faisaient leur besoin en plein champ en attendant que le gouvernement installe des latrines surnommées « les toilettes de Blair ». Le dernier a été développé pour améliorer l'assainissement rural pendant les années 1980 à l'Institut de Recherches de Blair du Zimbabwe. Sa conception intelligente se sert de courants d’air, d’une immense fosse septique et des pièges à mouche pour créer des toilettes inodores et hygiéniques sans alimentation en eau.

Mais la plupart des émigrants ne peuvent pas se permettre d’acheter les six sacs de ciment nécessaires pour construire « les Toilettes de Blair ». Pendant la saison des pluies, les déchets humains faits du buisson environnant ont suinté dans les réservoirs d’où les nouveaux tirent leur eau pour leur utilisation domestique. Comme le gouvernement est incapable de construire des centres de santé pour les villageois "déménagés", leurs chefs ont proposé d'utiliser des fermes des blancs abandonnées comme des centres médico-sociaux." C'est la meilleure option, en en attendant l'établissement de cliniques permanentes, "a expliqué Farai Bazaya, un inspecteur de la santé publique.

Dans le désespoir, le gouvernement du Zimbabwe a fait appel au Programme de développement de Nations unies, UNDP, pour fournir de l'aide aux émigrants dans les fermes confisquées.
Mais d'abord, l'UNDP a demandé une enquête complète afin d’identifier le problème et son niveau. Agostinho Zaccharia, le représentant résident de l'UNDP'S au Zimbabwe, a rappelé qu', "Avant que cela ne soit réalisé, nous ne pouvons pas même parler de la " prochaine étape. Godfrey Magaramombe, le Directeur national du FCTZ s'inquiète profondément du manque d'assainissement des fermes. "La situation est sérieuse," a-t-il dit. "Les gens boivent l'eau de surface des cours d'eau et des barrages et cette eau doit être traitée ou bouillie pour réduire le risque de l'infection. Depuis que les occupants des fermes ne peuvent pas se payer de l'électricité, ils n’ont pas suffisamment de puissance pour actionner la pompe pour puiser leur eau aux forages non pollués." Dans les deux premiers mois de cette année, il y a 51 morts de choléra annoncées dans tout le pays.

En absence de toilettes et d’eau propre dans les fermes occupées, on craint plus de cas de maladie grave. Même avant que Mugabe ait lancé son programme de réforme agraire, la politique gouvernementale avait déjà contribué à la détérioration des équipements de santé dans les fermes commerciales en décourageant le développement d'infrastructure publique sur les terres privées.

La recherche conduite par le FCTZ a montré que 9/10 des travailleurs agricoles devaient marcher plus de 20 kilomètres (12 milles) pour arriver à la clinique la plus proche, contrairement à la politique gouvernementale qui promettait que personne ne devrait marcher plus de huit kilomètres.

500 personnes vivent dans les détritus, sans eau, sans assainissement, sans électricité, dans les faubourgs de la capitale HARARE
500 personnes vivent dans les détritus, sans eau, sans assainissement, sans électricité, dans les faubourgs de la capitale HARARE
Pour la majorité des communautés d'ouvriers agricoles, le seul contact avec les services de Santé se fait par des "infirmiers" des services médicaux de base employés par le FCTZ. Ces "infirmiers" ont été recrutés parmi les ouvriers agricoles et leurs familles et formés aux premiers secours et du matériel médical simple.

La rupture des communautés agricoles, du fait du programme, a abouti à une dislocation des fermes les plus "déménagées". Certains des inspecteurs de santé publique ont été déplacés des fermes où ils avaient l'habitude de vivre, tandis que les activités de santé financièrement soutenues par les anciens propriétaires agricoles ont disparu. Précédemment, chaque "ouvrier de soin" couvraient deux villages et plus d'environ 400 personnes.

Quatre projets caritatifs, en construction, concernant des maisons de soin pour des patients atteints de HIV/SIDA, dans les fermes de l'Ouest Mashonaland et dans les provinces du centre Mashonaland ont dû abandonner ce travail face aux invasions agricoles et la violence qui les a accompagnés. C'étaient le Groupe SIDA Batsirai , la Croix-Rouge du Zimbabwe, la Maison Silveira et le FCTZ. Le Programme des Nations unies sur le HIV/AID, UNAID, estime que plus de 20 % des adultes du Zimbabwe sont infectés par le HIV, le virus qui cause le SIDA.

Les communautés d'ouvriers agricoles sont parmi les plus touchés par le SIDA. UNAID estime qu'il y a plus de 100 000 orphelins dans les fermes du pays dû au SIDA.

Réforme agraire: des terres à nouveau allouées aux blancs 26 avril 2006 - par AFP

Robert MUGABE en 2002
Robert MUGABE en 2002
Des terres vont à nouveau être allouées à des blancs du Zimbabwe qui avaient été victimes d'une réforme agraire violente et précipitée lancée en 2000 par le régime du président Robert Mugabe, a annoncé mercredi le ministre de l'Agriculture, Joseph Made.

"Des terres sont disponibles pour tous les Zimbabwéens qui en veulent", a déclaré M. Made à l'AFP. "Cela ne veut pas dire qu'ils auront des terres automatiquement: les candidats, noirs ou blancs, seront interrogés et si cela est concluant, des terres leur seront allouées", a-t-il ajouté.

Mais, a affirmé M. Made, "la réforme agraire (de 2000) est irréversible" et "il n'y a pas de changement dans la politique du gouvernement lorsque les blancs se portent candidats pour acquérir des terres. Ils seront traités comme tout autre Zimbabwéen", a-t-il affirmé.

Le Syndicat des fermiers commerciaux du Zimbabwe (CFU), regroupant essentiellement des blancs, qu'a rencontré M. Made, a annoncé avoir demandé des terres pour quelque 200 de ses adhérents.

La réforme agraire de 2000 avait été accompagnée d'occupations souvent violentes des fermes des blancs par des partisans de Mugabe et conduit à l'expropriation de quelque 4.000 des 4.500 fermiers blancs du pays. Environ 600 d'entre eux restent encore en activité.

La réforme de 2000 avait été lancée par le président Mugabe pour - officiellement - corriger les injustices de la colonisation britannique en redistribuant les terres fertiles du pays appartennant à la minorité blanche à la majorité noire du pays.

Selon l'opposition, cette réforme n'a été qu'un "outil politique" utilisé par le chef de l'Etat pour se maintenir au pouvoir.

Elle s'est traduite par une chute de la production agricole et a précipité le Zimbabwe dans une grave crise économique qui dure depuis plus de six ans et dont le pays n'arrive pas à se relever.

Mardi 2 Mai 2006
Samedi 6 Mai 2006
Lu 4830 fois

Dans la même rubrique :

ACQUA AFRIKA - 03/05/2005

S.O.S

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide