ACME
La justice enquête sur la gestion de l'eau dans le sud de l'aisne dont le délégataire est VEOLIA 15/11/2019 Le Télégramme 8 novembre 2019 Eau Secours 29 les candidats aux municipales sous pression sur la gestion de l'eau 09/11/2019 Eau du bassin rennais succédera à Veolia le 1er février 2020 07/11/2019 Droit d'alerte et de retrait des salariés du SIAEAG (Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe) 03/11/2019 JT 19/20 France 3 22 octobre : Pollution : menace sur la Seine après l'incendie d'Achères 23/10/2019 Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019 Guadeloupe : l'eau potable devient rare pour les habitants 15/10/2019 Quand l’eau potable ne coule plus aux robinets en Guadeloupe JT 13h France 2 14 octobre 2019 14/10/2019 Marc Laimé, consultant spécialisé dans les politiques de l'eau et Fabien Bouglé, ancien vice-président de la Fédération environnement durable, débattent pour RT France de la dangerosité des sites Seveso pour les populations vivant à proximité 02/10/2019 Omerta sur une catastrophe industrielle majeure aux portes de Paris par Marc Laimé 27 septembre 2019 28/09/2019 La commission d’enquête parlementaire sur la pollution au Chlordécone est arrivée en Guadeloupe. Les auditions commencées en Martinique se poursuivent désormais en Guadeloupe 20/09/2019 SIAEAG : la police déloge les occupants de Moun Gwadloup 20/09/2019 Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019
           
POLLUTIONS DANS LE MONDE

Areva est accusée de contaminer l'eau potable d'Arlit, au Niger. Un dossier opaque, contaminé par de très gros intérêts.

L'entreprise nucléaire française Areva ne respecterait pas, dans ses mines d'uranium au Niger, les normes sanitaires qu'impose en France la réglementation :
- c'est ce que devait annoncer, lundi 25 avril, en s'appuyant sur des documents de sous-traitants de l'entreprise obtenus par une équipe de la chaîne de télévision Canal+, les associations Sherpa et CRII-Rad (Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité).



Une accusation et des résultats qui semblent confirmer...

Greenpeace gagne la liberté de retraiter le logo d'Areva
Greenpeace gagne la liberté de retraiter le logo d'Areva
LE MONDE | 25.04.05 | 13h57 •

Cette accusation intervient alors qu'une polémique se poursuit depuis plus d'un an sur le comportement d'Areva, qui contrôle, par le biais de sa filiale Cogema, deux entreprises d'extraction de l'uranium dans le nord du Niger, la Somaïr et la Cominak.

Lancée par une association locale, Aghir In'Man, elle met en cause le respect par Areva des normes de protection contre la radioactivité pour les travailleurs et la population de la ville (Le Monde daté 17-18 avril).

Sherpa et la CRII-Rad ont analysé des échantillons d'eau et constaté que les indices de deux types de radioactivité, alpha et bêta, dépassent les normes de l'Organisation mondiale de la santé. Selon la réglementation française, dans une telle situation la "dose totale indicative" (DTI, dose absorbée par les consommateurs d'eau) doit être inférieure à 100 microsieverts par an. Selon la CRII-Rad, la charge radioactive des eaux analysées "conduit à un dépassement des normes de potabilité internationales".

Cette information est confirmée par des lettres écrites à la Somaïr par le laboratoire d'analyse de l'eau utilisée par la Somaïr, Algade, filiale de la Cogema jusqu'en 2001. Dans ces lettres, parvenues à Canal+ qui les présentera lundi dans son émission "90 minutes", le chef du département radioprotection d'Algade, Sylvain Bernhard, écrit le 10 septembre 2004 que "les critères de potabilité des eaux retenus par la directive européenne du 3 novembre 1998 et repris dans la réglementation française (décret nº 2001-1220) ne sont pas respectés par les deux échantillons prélevés en surpression 2 et ZI". 2 et ZI désignent deux châteaux d'eau des villes minières.



RÉSULTATS CONNUS DEPUIS FEVRIER 2003 SI L'ON EN CROIT UNE LETTRE CONFIRMANT LES RESULTATS UN AN PLUS TARD !

carrière d'Uranium au Niger Photo Olivier Martel/COGEMA
carrière d'Uranium au Niger Photo Olivier Martel/COGEMA
Une lettre précédente de M. Bernhard, datée du 12 février 2004, notait déjà le dépassement, précisant que "les résultats du 2e semestre -2003- confirment les résultats du 1er semestre", ce qui indique que la contamination est pérenne.

La lettre ajoute que, " pour la station Surpression ZI, les eaux ne respecteraient pas le critère de potabilité préconisé par la directive européenne et la réglementation française ".

Ces documents contredisent un dossier de presse d'Areva qui, en février, affirmait que les analyses de l'eau " montrent une absence de contamination ". La firme a par ailleurs commandité une étude à l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

Publiée le 15 avril, cette étude indique à propos de l'eau que les analyses " mettent en évidence des concentrations supérieures en certains points de mesure".


Article paru dans l'édition du 26.04.05


Arlit, cité minière de tous les dangers ou îlot de prospérité;

Le silence des agneaux :

"Dirigeants syndicaux et responsables sanitaires interrogés par l'AFP semblent en tout cas faire bloc avec les compagnies minières pour relativiser l'impact de l'exploitation du minerai d'uranium.

"Nous sommes largement en-dessous des taux (de radioactivité), les chiffres sont affichés ", assure Mamadou Ousmane, secrétaire général du Syndicat national des travailleurs des mines du Niger.
Le dirigeant syndical met en doute le "sérieux" d'une petite ONG nigérienne de défense de l'environnement, Aghir'In Man, à l'origine de la polémique sur l'impact sanitaire des mines d'uranium.
" i[Nous n'empêchons pas les ONG de faire leur travail, mais il faut que ça soit sérieux, pas un simple moyen de ramasser des subventions", lance-t-il

article de courrier international

Niger La loi de l'uranium :

Libération mercredi 09 mars 2005 :

["Après trois décennies de règne sans partage au Niger, la multinationale française Areva qui exploite deux mines d'uranium est sommée de rendre des comptes. Des écologistes l'accusent de négliger la radioactivité ambiante et les effets sur la population. "
...
"Pendant trente ans, Arlit et Akokan ont vécu coupé du monde, en anonymes soutiers du nucléaire français.
C'est une ONG nigérienne qui va les sortir de l'ombre. Almoustapha Alhacen , un salarié de la Somair, crée en 2001 Aghir In'Man (qui signifie bouclier humain). Deux ans plus tard, l'ONG lance sa bouteille à la mer:

« On aimerait savoir si les 70 000 habitants d'Arlit vivent depuis trente ans, avec la complicité de l'Etat nigérien et d'Areva, dans des conditions de radioactivité qui mettent en péril leur santé.»

Grâce à l'arrivée d'Internet à Arlit, l'ONG entre en contact avec la Criirad (la Commission de recherche et d'information indépendante sur la radioactivité), un vieil adversaire d'Areva, qui se propose de débarquer avec ses appareils de mesure. Mais le jour de l'arrivée de la mission à Niamey en décembre 2003, la douane nigérienne bloque le matériel. La Criirad accuse Areva d'avoir manoeuvré pour faire capoter la mission. Le groupe dément. Areva pense alors en rester là. "]url:http://www.liberation.fr/page.php?Article=280975



Une histoire horrible

Niger : eau, source de malheur

Imaginez une ville où tous les enfants de 14 ans sont des handicapés, condamnés à une assistance d'autrui pour satisfaire le moindre besoin. Cela relève de la fiction ou de la malédiction. C'est du moins ce que l'on peut dire face au drame de 4918 enfants d'une commune rurale, Tibiri, située à 600 km de la capitale Niamey.

Victimes de malformation osseuse et d'anomalies curieuses de toutes sortes, leur malheur vient du fait qu'ils ont consommé une eau dite potable fournie à partir d'un forage appartenant à la Société Nigérienne des Eaux( SNE), aujourd'hui propriété de Vivendi Water.

L'eau du malheur servie depuis 1987 contenait un taux de fluorure de 6,9, alors que la norme admise par l'OMS, le sanitaire mondial, est de 1,5. L'affaire était restée un secret d'Etat jusqu'au jour où l'Association Nigérienne des Défense des Droits de l'Homme ( ANDDH) creusa l'abcès en diligentant une expertise pour connaître la cause de ce qu'il est convenu d'appeler le Drame de Tibiri.

Mais ce que l'opinion nationale et internationelle cherchent à comprendre, c'est l'intérêt que l'Etat du Niger a en voulant garder le silence autour de ce drame collectif et, surtout à voir le complot derrière ceux qui d'une manière ou d' une autre à venir en aide à ces victimes intoxiquées par une société à but lucrative.

Par Saley Boubé Bali





Mardi 26 Avril 2005
Vendredi 21 Octobre 2005
Lu 7580 fois


1.Posté par Synergie des organisations de la societé civile d'Arlit le 02/05/2011 23:12
effectivement le monstrueux areva exploite les richesses minières (uranium) du département d'Arlit.mais cependant ,depuis plus de 40 ans d'exploitation on constate amèrement que la ville d'Arlit demeure jusqu'à présent un village où la pauvreté est le quotidien de la population. en effet,.La commune d’Arlit se compose de deux cités minières SOMAIR et COMINAK ayant chacune une cité urbaine que joutent plusieurs quartiers de seconde zone et qui constituent des villes induites. Dans celles-ci, les conditions de vie sont très précaires.
concernant l'environnement,il est tellement pollué par des gaz industriels et surtout le radon ,de sorte que la majeur partie de la population souffre des maladies fréquentes telle que l'hypertension,des troubles respiratoires chroniques,troubles de vision, des complications à l'accouchement.... pour ne citer que cela.et lorsque ces patients se présentent aux hôpitaux areva,on leur prescrit le plus souvent du paracétamol.
l'eau est vraiment polluée et les enquêtes de greenpeace le confirment. nous soutenons cette thèse pour les simples faits suivants:
- il suffit juste de quitter Arlit pour Agadez (245km) le musulmans se réveille à 5heures du matin pour sa prière
- au retour,une seule journée suffit pour reprendre la situation de mal-être
- presque tous les cadres supérieurs d'areva ne consomment pas l'eau d'arlit
- développement du crétinisme chez les enfants
au mois de janvier de cette année,un accident industriel grave s'est produit à la somair,une des usines d'areva,un bassin de stockage des déchets industriels est rompu.le contenu chargé effectivement d'uranium s'est déversé en aval en direction de la ville et areva prétend que le risque d'infiltration et de migration des particules radioactifs dans la nappe est néant.
et aussi,il faut préciser que nous payons de l'eau à Arlit même si cette eau n'est pas potable.
au vu de tout ce qui précède ,nous synergie des organisations de la société civile d'arlit ,lançons un appel à la communauté humaine de nous venir en aide pour réduire le dégât que areva et ses complices sont en train de faire à la population d'Arlit et nous les tenons responsable de ce silencieux génocide et nous sommes prêts à mourir pour cette cause.

la synergie des organisations de la société civile d'Arlit

2.Posté par Synergie des organisations de la societé civile d'Arlit le 02/05/2011 23:15
.Posté par Synergie des organisations de la societé civile d'Arlit le 02/05/2011 23:12
effectivement le monstrueux areva exploite les richesses minières (uranium) du département d'Arlit.mais cependant ,depuis plus de 40 ans d'exploitation on constate amèrement que la ville d'Arlit demeure jusqu'à présent un village où la pauvreté est le quotidien de la population. en effet,.La commune d’Arlit se compose de deux cités minières SOMAIR et COMINAK ayant chacune une cité urbaine que joutent plusieurs quartiers de seconde zone et qui constituent des villes induites. Dans celles-ci, les conditions de vie sont très précaires.
concernant l'environnement,il est tellement pollué par des gaz industriels et surtout le radon ,de sorte que la majeur partie de la population souffre des maladies fréquentes telle que l'hypertension,des troubles respiratoires chroniques,troubles de vision, des complications à l'accouchement.... pour ne citer que cela.et lorsque ces patients se présentent aux hôpitaux areva,on leur prescrit le plus souvent du paracétamol.
l'eau est vraiment polluée et les enquêtes de greenpeace le confirment. nous soutenons cette thèse pour les simples faits suivants:
- il suffit juste de quitter Arlit pour Agadez (245km) le musulmans se réveille à 5heures du matin pour sa prière
- au retour,une seule journée suffit pour reprendre la situation de mal-être
- presque tous les cadres supérieurs d'areva ne consomment pas l'eau d'arlit
- développement du crétinisme chez les enfants
au mois de janvier de cette année,un accident industriel grave s'est produit à la somair,une des usines d'areva,un bassin de stockage des déchets industriels est rompu.le contenu chargé effectivement d'uranium s'est déversé en aval en direction de la ville et areva prétend que le risque d'infiltration et de migration des particules radioactifs dans la nappe est néant.
et aussi,il faut préciser que nous payons de l'eau à Arlit même si cette eau n'est pas potable.
au vu de tout ce qui précède ,nous synergie des organisations de la société civile d'arlit ,lançons un appel à la communauté humaine de nous venir en aide pour réduire le dégât que areva et ses complices sont en train de faire à la population d'Arlit et nous les tenons responsable de ce silencieux génocide et nous sommes prêts à mourir pour cette cause.

la synergie des organisations de la société civile d'Arlit


3.Posté par Synergie des organisations de la societé civile d'Arlit le 03/05/2011 00:20
areva vend à la population induite de l'eau empoisonnée.areva d'eau extraite d'une nappe fossilisée grâce à beaucoup de forages mis au point.une grande partie de cette eau est utilisée pour le traitement de son minerais et l'approvisionnement en eau de son personnel et famille.une petite partie est vendu à l'autre frange de la population à travers une société nigérienne en place (SEEN). nous disons que cela doit s'arrête du moment que non seulement l'eau est contaminée( rapport de greenpeace,CRIIRAD,l’ONG
SHERPA) mais aussi et surtout la gestion d'eau est injustement repartie.
La gestion rationnelle de l’eau n’est pas vraiment une préoccupation d'areva et des
autorités publiques du Niger. Dans une région où l’eau est rare, un comportement prévisionnel
consisterait à l’économiser pour les générations futures.
en tout état de cause ,nous exigeons que:
- areva paye désormais de l'état du Niger la quantité d'eau nécessaire pour ses activités et pour le besoin de la population
- le payement de la quantité d'eau utilisée pendant toute la période d'exploitation
- l'État du Niger devient le seul distributeur d'eau à Arlit


la synergie des organisations de la société civile d'Arlit

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

ACQUA AFRIKA - 03/05/2005

POLLUTIONS DANS LE MONDE | Innovations et découvertes

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide