ACME
L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019 Nice matin 10 avril 2019 : Roquebrune-Cap-Martin : La renégociation du prix de l'eau doit être la priorité 10/04/2019 L’AFFAIRE DES COMPTEURS D’EAU "JETABLES" REBONDIT AU CONSEIL DE PARIS 03/04/2019 L’eau dans l’agglo. Saint-Avé : du privé à la régie municipale 02/04/2019 Saint Martin : Eau et assainissement : premières factures plutôt salées, les explications 02/04/2019 JARNY - Meurthe et Moselle Eau potable : pourquoi la Ville ne va pas reconduire le contrat Veolia 02/04/2019 LE GRAND PARIS DE L’EAU D’ANDRÉ SANTINI AVANCE GAILLARDEMENT 28/03/2019 "Merci les Français!": 750.000 euros d’indemnités partagés en toute illégalité entre le directeur et des administrateur de la SIAAP 27/03/2019 L’enquête - Vittel : la bataille de l’eau - C Politique, la suite - 24/03/19 25/03/2019 22 mars 2019 Journée mondiale de l'eau : COMMUNIQUE DE L'ACME Association pour le Contrat Mondial de l'Eau France 21/03/2019 A Paris, le naufrage des compteurs d’eau - Marc Laimé 19/03/2019 La Guadeloupe opte pour un syndicat unique de l'eau dés cette année 19/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Eau de Paris : 94 000 compteurs d'eau jetables à 30 millions d'euros ! 15/03/2019 Eau potable au Sénégal : l’autorité des marchés publics annule l’attribution du marché à Suez 08/03/2019 GUADELOUPE /GRANDE-TERRE La CARL et la CANGT vont gérer ensemble leurs problèmes d'eau et l'élimination de leurs déchets 06/03/2019 Le divorce entre Suez et la mairie prononcé 28/02/2019 Médiacités 26.02.2019 : Veolia, le CICE et la baisse du contrat de gestion de l’eau à Toulouse 26/02/2019 La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019
           
S.O.S

Au Pakistan : Crise de l’eau !

De la guerre au terrorisme à la catastrophe écologique !



réseau d’action et de communication pour le développement international
réseau d’action et de communication pour le développement international

Crise de l’eau au Pakistan aux conséquences dramatiques

La crise de l’eau est un des plus grands défis du Pakistan, qui exige une action immédiate. Or, le gouvernement pakistanais n’a aucune politique de gestion de ses ressources en eau. Si des mesures ne sont pas prises dans un avenir rapproché, la province de Sindh, la plus affectée par la pénurie, risque un désastre écologique et la famine. La dégradation du delta de l’Indus, causée par l’installation de plusieurs barrages en amont, a plusieurs effets sur les populations, la terre et l’environnement de la région. La réduction du débit d’eau douce et des limons fertiles a affecté de façon importante aussi bien Karachi que les autres portions du delta. L’invasion marine a inondé plus de 1,2 million d’acres de terre ferme dans les districts de Thatta et de Badin, dans la province de Sindh, la plus populeuse du Pakistan derrière le Punjab. Les forêts de mangroves sont appauvries de façon constante, aggravant ainsi la vulnérabilité de cette région aux inondations causées par les tempêtes.

Les conséquences de la dégradation des ressources naturelles sont partout évidentes. Avec des millions d’acres de sol sous l’eau, les seuls signes de l’existence de communautés autrefois prospères sont des villes et des villages déracinés et détruits par les marées. Une telle dégradation des sols a forcé un grand nombre de personnes à migrer vers les zones urbaines que sont Thatta, Badin, Karachi et d’autres districts de la province de Sindh. Et ceux qui persistent à vivre dans des régions ainsi dégradées le font dans la plus grande pauvreté et la plus grande privation qui soit.

L’année dernière, le Pakistan Fisherfolk Forum (PFF) a organisé une visite du delta de l’Indus pour le bénéfice d’Alternatives. La délégation en a profité pour visiter Keti Bunder, autrefois capitale du district de Thatta, et une des villes les plus animées de la région, autrefois zone d’exportation. En raison du débit d’eau douce radicalement plus faible, la région semble désertée. Et l’envahissement de l’eau salée provoque une érosion progressive des terres fertiles. La source de revenus des communautés est en jeu ; bien des gens ont quitté et recherchent des moyens de subsistance. La population qui reste cherche à se relocaliser dans un endroit plus sécuritaire.

Selon un habitant resté dans la ville, “ de très nombreuses cultures étaient auparavant cultivées ici, dont le riz rouge qui était alors lÆun des produits exportés les plus réputés de la région. Maintenant, les gens des environs sont affamés et se battent pour leur survie. ” “ Nous n’avions jamais imaginé qu’il pourrait y avoir ici l’eau salée de l’océan puisque avant l’eau de l’Indus coulait à flots vers la mer. Le niveau de l’océan était à des centaines de kilomètres d’ici ”, affirmait de son côté Khameeso Malah, résident de Ketti Bunder, lors de la visite.

Épuisement des stocks

Comme si cela ne suffisait pas, les agriculteurs recyclés en pêcheurs sont maintenant menacés par l’épuisement du stock de poissons, causé par les chalutiers industriels et le refus du gouvernement et de l’armée de reconnaître leur droit de pêcher.

Le mouvement créé par le PFF défend les droits des pêcheurs et travaille à la sensibilisation de la communauté en générale. Sous la direction du PFF, la population de Sindh a participé à des actions non violentes demandant au gouvernement d’abolir le “ système de contrats ” des droits de pêche qui privilégient les riches propriétaires et contractants. Ils demandent que ce système soit remplacé par un système de permis qui seraient accordés à tous les pêcheurs vivant à proximité de lacs d’eau douce et sur les rives de l’Indus. Le président du PFF a d’ailleurs récemment affirmé que “ les pêcheurs travaillent jour et nuit pour attraper des poissons, mais les recettes [étant] empochées par les contractants […] le système de contrat devrait être complètement aboli et les pêcheurs devraient avoir le droit de pêcher dans tous les cours d’eau douce de la province ”.

Le PFF détient des appuis importants au sein de la communauté de pêcheurs de Sindh, auprès des organisation non gouvernementales (ONG) et des politiciens de plusieurs partis politiques. Il a une grande capacité de mobilisation. L’année dernière, il a livré plusieurs batailles pour obtenir l’éviction des Rangers (l’armée qui patrouille la frontière indienne) qui avaient pris de force le contrôle du commerce de la pêche dans tous les lacs intérieurs et les zones bordant le district de Badin, dans la province de Sindh. Les protestations qui se sont faites entendre tout au long de l’année ont culminé en un grand rassemblement de 20 000 personnes à Karachi, en novembre dernier. Le gouvernement a alors ordonné aux Rangers d’abandonner le commerce de la pêche dans ces lacs.

À la mi-mai, le PFF a organisé une marche pacifique dans le but de protester contre le système actuel de contrats imposé à la pêche d’eau douce dans la province. La protestation a coïncidé avec les journées pendant lesquelles le ministère des Pêches de la province de Sindh vendait aux enchères les droits de pêche. C’est visiblement une entreprise très lucrative que les contractants et les riches propriétaires ne souhaitent pas perdre. Selon le quotidien pakistanais The News, “ les pêcheries d’eau douce se partagent des prises totales de 185 000 tonnes par rapport au total des prises du pays qui se chiffrent à 485 000 tonnes. Et la part des pêcheries d’eau douce de Sindh représente 70 % du total des prises en eaux douces. ”

Arrestations

Les enjeux sont évidemment élevés. D’un côté, de riches entreprises qui refusent de laisser tomber leur commerce lucratif et, de l’autre, les pauvres communautés de pêcheurs qui luttent contre la nature et les lois pour assurer leur survie. Le résultat de cette lutte continue n’a surpris personne. Plusieurs membres du PFF, y compris son président, M. Mohammed Ali Shah, ont été arrêtés le 15 mai. Un communiqué de presse a été immédiatement publié par le PFF dans le but d’obtenir l’appui international : “ La police de Sindh a arrêté le président Mohammed Ali Shah, président du Pakistan Fisherfolk Forum et quatre de ses collègues, alors qu’il était à la tête d’une manifestation de pêcheurs protestant contre la vente aux enchères des eaux de pêche de Sindh à des contractants intermédiaires influencés politiquement par les bureaux du ministère des Pêches de Sindh, à Hyderabad. ”

La protestation a attiré plus de 2 500 personnes au cours de la journée devant le ministère des Pêches, malgré la chaleur accablante qui sévit à cette période de l’année. Le communiqué poursuit : “ L’arrestation de Mohammed Ali Shah est une gifle au visage du gouvernement si éclairé et modéré de ce pays. L’arrestation a créé davantage de vigueur au sein d’un PFF déjà très animé alors que l’organisme annonçait la mise sur pied d’une campagne musclée pour protester contre l’arrestation de ses dirigeants et le système de contrats de pêche à Sindh, en organisant des manifestations protestataires mardi devant les clubs de presse de tous les sièges de districts de la province de Sindh, y compris le Karachi Press Club. ”

Feroz Mehdi




Lundi 7 Novembre 2005
Mercredi 29 Mars 2006
Source : Feroz MEHDI
Lu 2971 fois

Dans la même rubrique :

S.O.S

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide