ACME
Libération 7 octobre 2020 07/10/2020 Nouveau livre de Roger Lenglet et Jean Luc Touly "Les requins de la fin de vie" chez Michel Lafon sortie le 1er octobre 2020 02/09/2020 COMMUNIQUE ACME ET FRICC : Veolia veut racheter Suez 31/08/2020 Communiqué : demande de commission d'enquête parlementaire sur la gestion catastrophique de l'eau en Guadeloupe par l'association guadeloupéenne Balance ton SIAEAG soutenue par l'ACME et le FRICC 25/08/2020 Compte rendu réunion préfet Guadeloupe et acteurs de l’eau en présence de l’association @balancetonsiaeag 02/07/2020 Courriers de Me Breham avocat de l'association @balancetonsiaeag (et de l'Acme et du Fricc) au président du SIAEAG et au Préfet de Guadeloupe sur la non exécution de l'ordonnance de référé du 22 juin 2020 condamnant le SIAEAG à fournir 9 litres d'eau 01/07/2020 1ère victoire en Guadeloupe pour les usagers de l'eau : Le Siaeag enjoint par la Justice de livrer quotidiennement un pack d'eau aux 207 requérants de l'association #BalancetonSiaeag 24/06/2020 Emmanuel Brechot sur Canal 10 Guadeloupe 19/06/2020 AFP Ouest France Nouvel Obs Le Figaro et TV5Monde : Guadeloupe des usagers de l’eau saisissent la justice 17/06/2020 Communiqué de presse du 15 juin 2020 : Référé de 207 usagers de l’eau de Guadeloupe et de l’association @balancetonsiaeag devant le Tribunal Administratif de Basse Terre 16/06/2020 Lettre d'une Guadeloupéenne de métropole 04/06/2020 Proposition de Résolution visant à la création d'une Commission d'enquête sur la gestion de l'eau en Martinique 02/06/2020 Demande du Comité Citoyen du Sud de la Martinique de création d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion de l'eau désastreuse en Martinique et Guadeloupe 01/06/2020 La société Martiniquaise des eaux contrainte par la justice de rétablir l'eau courante à Sainte-Luce, à Rivière-Pilote et à Rivière-Salée 30/05/2020 Communiqué : Commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau en Martinique (SME) et en Guadeloupe (Générale des Eaux Guadeloupe) 24/05/2020 KMT 20 MAI 2020 Savoir et Réfléchir : la SME Société Martiniquaise des eaux filiale de la multinationale SUEZ 21/05/2020 Eau: vers la création d'une commission parlementaire La FRICC (Front Républicain d'Intervention Contre la Corruption) demande en urgence la création d'une enquête parlementaire sur l'eau en Martinique et en Guadeloupe. Jean-Luc Touly, le Président es 21/05/2020 Eau en Martinique et en Guadeloupe : une commission d'enquête parlementaire « exigée » 20/05/2020 Communiqué de l'Acme et du Fricc : Demande de création urgente d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau par 2 multinationales depuis des décennies et ses conséquences des coupures et tours d'eau en Guadeloupe et Ma 19/05/2020 lundi, le Comité Citoyen du Sud Martinique a manifesté devant le siège de l'Espace sud à Sainte-Luce, première étape avant un bis répétita mercredi matin, devant le siège de la SME au Lamentin. Des bouteilles d'eau ornaient les grilles 19/05/2020 17 mai 2020 : France-Antilles (plainte pénale) et Martinique 1ère JT 19h 17 mai 2020 18/05/2020 Martinique Eau : deux mobilisations à venir du Comité citoyen sud de la Martinique 15/05/2020 Martinique : des coupures d'eau courante dans la commune de Sainte-Luce 13/05/2020 Martinique : Eau : « Certains ont intérêt à maintenir la situation en l’état » 13/05/2020 Odyssi introduit une action en justice contre la SME pour non respect du contrat qui les lie. Elle étudie la possibilité de contester la décision du tribunal judiciaire de Fort-de-France qui la condamne sous astreinte à rétablir l'eau à ses abonnés 10/05/2020 Coupures d'eau : la sénatrice Catherine Conconne demande au préfet une réunion de toute urgence...pour éviter des troubles 10/05/2020 France Antilles 9 mai 2020 : le scandale de la gestion de l’eau en Martinique comme en Guadeloupe n’a que trop duré 09/05/2020 PETITION POUR UNE COMMISSION D'ENQUÊTE PARLEMENTAIRE SUR LA GESTION DE L’EAU PAR VEOLIA EN GUADELOUPE 24/04/2020 COVID-19 ET NETTOYAGE DES RUES : LES MENSONGES DE LA MAIRIE DE PARIS PAR MARC LAIMÉ, 20 AVRIL 2020 20/04/2020 VIDEO CONFÉRENCE-DÉBAT : L’INCENDIE DU SIAAP PAR MARC LAIMÉ, 21 JANVIER 2020 22/01/2020 Menton conseil communautaire la gestion et le prix de l'eau au menu de la séance du 28 novembre 2019 (Nice Matin 30.11.19) 17/01/2020 Guadeloupe : GERMAIN PARAN,PRÉSIDENT DU CDUE « L'usager de l'eau doit être au centre des débats » 09/12/2019 La justice enquête sur la gestion de l'eau dans le sud de l'aisne dont le délégataire est VEOLIA 15/11/2019 Le Télégramme 8 novembre 2019 Eau Secours 29 les candidats aux municipales sous pression sur la gestion de l'eau 09/11/2019 Eau du bassin rennais succédera à Veolia le 1er février 2020 07/11/2019 Droit d'alerte et de retrait des salariés du SIAEAG (Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe) 03/11/2019 JT 19/20 France 3 22 octobre : Pollution : menace sur la Seine après l'incendie d'Achères 23/10/2019 Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019 Guadeloupe : l'eau potable devient rare pour les habitants 15/10/2019
           
POLLUTIONS DANS LE MONDE

Aux Antilles: Affaire d'eau de la Grande Rivière ! ou chronique d'un écocide !

MOBILISONS NOUS POUR SAUVEGARDER LA GRANDE RIVIERE, PATRIMOINE MARTINIQUAIS...



1. L'AFFAIRE

la grande rivière
la grande rivière
Consulter le site de Défense de la Grande Rivière

Le 22 novembre 2005, le préfet Dassonville a pris un arrêté N° 05 3664 pour autoriser l'ASAPGN (association syndicale autorisée des planteurs du rand nord) "à prélever, pour l'irrigation de productions agricoles, de l'eau dans la Grande Rivière, sur le territoire de la commune de Grand-Rivière."En fait, "l'affaire" a commencé dès 2002.
En effet, les planteurs des habitations Beauséjour, Potiche, Perpigna et Chesneaux créent, sous l'égide du directeur de l'agriculture (DAF) de l'époque, une association syndicale libre (ASL), le 2 mai 2002. Le même jour, avant les formalités de publicité indispensables au terme de la règlementation en vigueur, l'ASL est transformée en ASA (association syndicale autorisée), avec les mêmes acteurs. On est en pleines magouilles.


Un arrêté préfectoral est pris le 24 décembre 2002 pour couvrir tout cela, en créant officiellement l'ASA. Dès lors "les études et travaux peuvent donc débuter".
Cela "permettra également de solliciter des subventions". (cf Etude préalable da 29 avril 2003, p.2). C'est certainement l'objectif principal: recueillir 10 millions d’euros de subvention!

Ce n'est qu'en décembre 2004 que l'ASSAUPAMAR apprend l'affaire: le président du collectif de défense de la Grande-Rivière, Arthur Trébeau, nous alerte sur notre site, sur de gros tuyaux de canalisation entassés sur des voies publiques entre Grand-Rivière et Macouba ainsi que sur le chantier ouvert sur l'habitation Beauséjour. Nous interpellons les différentes autorités.

Le maire de Grand-Rivière et la présidente du comité de bassin nous disent dans un premier temps ne pas être au courant du projet; le directeur de l’agriculture et la sous-préfète de Trinité prétendent que toutes les règles de procédure sont respectées. Mais les travaux de canalisation se poursuivent sans étude sérieuse, sans l'enquête publique ni l'autorisation administrative pourtant indispensables en la matière. Les militants de l'ASSAUPAMAR et du collectif de défense de la Grand-Rivière se mobilisent et obtiennent une 1a suspension des travaux.

Mais ceux-ci reprennent le 2 janvier 2006, après la délivrance de l'arrêté préfectoral du 22 novembre 2005.

2. QUE REPROCHE L'ASSAUPAMAR?

Aux Antilles: <font color='red'>Affaire d'eau de la Grande Rivière ! </font> ou chronique d'un écocide !
D'abord, rien dans le dossier ne montre que l'irrigation est indispensable dans cette région Macouba-Grand-Rivière concernée par le projet. C'est la région la plus arrosée de notre pays-Martinique; or trop d'humidité entraine le développement de champignons nuisibles pour la banane.

Ensuite, rien dans le dossier n'indique que les réseaux d'irrigation existants seraient défectueux ni même insuffisants. Chacune des 4 habitations du périmètre d'irrigation dispose de son propre système d'irrigation avec son captage dans la rivière proche; c'est le cas en particulier de l'habitation Beauséjour appartenant au président de l'ASAPGN, Jean-Louis de Lucy. Aujourd'hui cette exploitation agricole est liquidée, son matériel vendu aux enchères et les ouvriers licenciés, et pas faute d'irrigation!

Par ailleurs et surtout, le projet, s'il devait se réaliser, entraînerait la destruction irrémédiable de notre Grande Rivière. En effet le préfet Dassonville donne, à l'ASAPGN des békés présidée par le sieur de Lucy, le droit de pomper jusqu'à 80% de l'eau de la Grande Rivière, ne laissant qu'un "déversoir d'une largeur minimum de 2 mètres et d'une hauteur minimum de 8 cm "pour permettre" le passage du débit réservé de 230 l/s" (cf arrêté préfectoral du 22 nombre 2005, art.1 et 2). C'est la mort annoncée de tout l'écosystème de la rivière, de la flore et de la faune: plus de poissons-mulets ou "dormés"; finis ces "titiris et ces écrevisses qui font la renommée de la commune de Grand-Rivière! C'est la seule rivière non polluée dans notre pays-Martinique.

Et tout cela sans qu'on puisse nous dire pour quelles "productions agricoles" exactement (la banane est morte à Grand-Rivière!) et pour quels besoins exactement: on est passé de 24'000 m3/j à 12'000 m3/j mais en gardant le même dimensionnement, le sur-dimensionnement des tuyaux (400, 500 voire 800 mm de diamètre!).

3. LE NON-RESPECT DES PROCEDURES LEGALES

Aux Antilles: <font color='red'>Affaire d'eau de la Grande Rivière ! </font> ou chronique d'un écocide !
Les premiers marchés ont été passés, le 17 septembre 2004, pour plus de 5 millions d'euros de fonds publics payables à la perception de Basse-Pointe, sur ordre du béké de Lucy; les travaux de canalisation ont commencé, avant la moindre enquête publique (intervenue seulement du 27 mai au 30 juin 2005), avant la moindre autorisation préfectorale (prise seulement le 22 novembre 2005, soit plus de 15 mois après le marché de travaux publics).

Cette autorisation a été délivrée sans avis de la présidente du comité de bassin, sans avis du président de la chambre d 'agriculture, sans celle du parc naturel régional (PNRM).

4. DES PROPOSITIONS ALTERNATIVES EXISTENT.

Aux Antilles: <font color='red'>Affaire d'eau de la Grande Rivière ! </font> ou chronique d'un écocide !
Des systèmes d'irrigation existent actuellement sur les différentes habitations concernées par le projet; ils sont captés à partir des rivières proches. On se demande d'ailleurs quel intérêt l'habitation Chéneaux, située à une 20 mètres de la rivière de Macouba, à aller chercher son eau d'irrigation à 8 km, dans la celle de Grande Rivière!

Des possibilités de retenues collinaires existent dans cette zone bien arrosée de la Pelée: elles permettraient une irrigation par gravitation, moins coûteuse financièrement et écologiquement; on pourrait même envisager de la production hydraulique. Toutes ces propositions ont été faites tant par l'ASSAUPAMAR que par le collectif de défense de la Gande Rivière et la présidente du comité de bassin, sans être examinées ni par le commissaire enquêteur ni par les instances administratives et autres organismes compétents.

La grande Rivière constitue notre patrimoine à tous, à la fois naturel, culturel et économique, notre bien commun, notre ressource commune. Nul ne saurait s'en accaparer, la privatiser... consulter le site

Mercredi 8 Mars 2006
Vendredi 17 Mars 2006
P. TOURBILLON
Lu 2998 fois

Dans la même rubrique :
1 2

POLLUTIONS DANS LE MONDE | Innovations et découvertes

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide