ACME
Guadeloupe : GERMAIN PARAN,PRÉSIDENT DU CDUE « L'usager de l'eau doit être au centre des débats » 09/12/2019 La justice enquête sur la gestion de l'eau dans le sud de l'aisne dont le délégataire est VEOLIA 15/11/2019 Le Télégramme 8 novembre 2019 Eau Secours 29 les candidats aux municipales sous pression sur la gestion de l'eau 09/11/2019 Eau du bassin rennais succédera à Veolia le 1er février 2020 07/11/2019 Droit d'alerte et de retrait des salariés du SIAEAG (Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe) 03/11/2019 JT 19/20 France 3 22 octobre : Pollution : menace sur la Seine après l'incendie d'Achères 23/10/2019 Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019 Guadeloupe : l'eau potable devient rare pour les habitants 15/10/2019 Quand l’eau potable ne coule plus aux robinets en Guadeloupe JT 13h France 2 14 octobre 2019 14/10/2019 Marc Laimé, consultant spécialisé dans les politiques de l'eau et Fabien Bouglé, ancien vice-président de la Fédération environnement durable, débattent pour RT France de la dangerosité des sites Seveso pour les populations vivant à proximité 02/10/2019 Omerta sur une catastrophe industrielle majeure aux portes de Paris par Marc Laimé 27 septembre 2019 28/09/2019 La commission d’enquête parlementaire sur la pollution au Chlordécone est arrivée en Guadeloupe. Les auditions commencées en Martinique se poursuivent désormais en Guadeloupe 20/09/2019 SIAEAG : la police déloge les occupants de Moun Gwadloup 20/09/2019 Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019
           
REVUE DE PRESSE

Bilan désastreux de la gestion de la Société d'exploitation des Eaux du Niger, filiale de Veolia

On parlait depuis longtemps de la privatisation de la Société Nigérienne des Eaux (SNE) comme d'une véritable braderie du patrimoine national.



Comment une société française de distribution d'eau escroque l'Etat du Niger et les travailleurs nigériens

Bilan désastreux de la gestion de la Société d'exploitation des Eaux du Niger, filiale de Veolia
Lors de la campagne qui a précédé cette privatisation, il était expliqué que si la distribution de l'eau est confiée à un privé de référence, il y aura non seulement un plus grand nombre de Nigériens qui auront accès à l'eau potable, mais aussi il y aura, avec moins de coupures, une eau de meilleure qualité et à moindre coût.

Depuis trois ans que la société française VIVENDI (devenue VEOLIA) a repris la SNE pour en faire la SEEN (Société d'Exploitation des Eaux du Niger), on attend toujours l'amélioration annoncée. Parce que, de notre côté, nous consommateurs, ce que nous vivons est loin d'être une amélioration ; si ce n'est pas pire qu'auparavant :

  • Le prix du m3 d'eau augmente régulièrement depuis la privatisation,
  • la qualité de l'eau potable reste toujours à désirer et
  • les suspensions dans la fourniture d'eau sont devenues encore plus fréquentes.

Les travailleurs de cette société, qui se contentaient au paravent de chuchoter dans les coulisses, sortent maintenant au grand jour pour expliquer comment eux-mêmes et l'Etat nigérien sont victimes d'une véritable escroquerie de la part d'un groupe de gens installés à Paris et à Niamey.

D'abord au niveau des investissements :
  • Lors de la reprise de la société, il était convenu que les repreneurs conservent à leur niveau 2,3 milliards, qu.ils devraient normalement verser à l'Etat nigérien, afin de réhabiliter les canalisations. A ce jour, il n'a été investi que 857 millions.

  • La direction de la SEEN dit avoir réalisé de nouvelles canalisations. Ce n'est pas vrai disent les travailleurs parce que ces nouvelles canalisations ont été réalisées par la Société de Patrimoine des Eaux du Niger (SPEN) avec un crédit accordé par la Banque Mondiale à l'Etat du Niger. Donc c'est l'argent du contribuable nigérien parce que c'est lui qui payera.

  • Des 11.688 branchements sociaux et 261 bornes fontaines dont parle la direction de la SEEN, c'est là aussi un travail du Projet sectoriel eau au financement du VEOLIA ne verse pas un franc, disent les travailleurs.

  • Coté informatique, la SEEN travaille toujours avec le système central installé en 1998. Les seules nouvelles acquisitions sont les logiciels de paie, d'immobilisations et de gestion de réseaux. Logiciels acquis à grands frais à travers des ..marchés entre amis français sans mise en concurrence nationale et sans aucune consultation, sans analyse des besoins, sans plan informatique.

  • Même les simples réparations de fuites se font toujours à l'aide des vieilles chambres à air et de morceaux de bois par un personnel dévoué et débrouillard.

  • Pour ce qui est de consolidation et de création d'emplois, c'est loin d'être le souci de la direction de la SEEN. 107 départs pour 83 recrutements.

  • Pour faire face à ses besoins de main d'oeuvre, la SEEN recourt au service des jeunes diplômes auxquels elle se contente de payer 15.000 F CFA de frais de transport par mois. Et ce pour une période de six mois renouvelable au besoin. Et comme ces jeunes travailleurs doivent manger pour pouvoir travailler, la SEEN fait appel au PIJD (c'est un projet de l'Etat nigérien qui assiste les jeunes diplômés à la recherche d'emploi) qui leur verse 50.000 F CFA par mois.

  • Un véritable comportement de colons, estiment les travailleurs. Des colons qui prennent soin de rapatrier en France aussi rapidement que possible tout ce que la société réalise comme bénéfice. Chaque année près de 400 millions de F CFA sont transférés à la Compagnie Générale des Eaux (CGE), une société française naturellement, pour des prestations dont la matérialité n'a jusqu'ici pas été vérifiée alors que les actionnaires nigériens n'ont perçu à ce jour que 49 millions de F CFA de dividendes sur les 3 années d'exercice.

  • Le plus choquant c'est de savoir que pour la reprise de la SNE, VIVENDI n'a apporté que 510 millions contre 490 millions pour les Nigériens. Si au moins VEOLIA a racheté à cent pour cent la société et qu'elle a investi de l'argent propre pour la faire tourner, on peut comprendre. C'est vraiment ça qu'on appelle prédation !

Si on sait que cette même société française ambitionne de s'emparer de la NIGELEC (la Société nigérienne ''électricité), il y a de quoi s'inquiéter.

En donnant ces informations, le personnel nigérien de la SEEN a fait son travail. Il appartient maintenant à l'Etat de prendre ses responsabilités.

Parce qu'il apparaît clairement que la SNE est mal privatisée.

Bilan désastreux de la gestion de la Société d'exploitation des Eaux du Niger, filiale de Veolia
Mais en attendant, ce personnel, regroupé au sein de deux syndicats (le SYNATREEN et le SYNISEN), s'est engagé dans un bras de fer avec la direction de la SEEN pour exiger un meilleur traitement salarial et pour que le personnel expatrié leur accord la considération qui leur est due.

Le salaire, ce n'est pas de la charité, il doit être proportionnel à la richesse créée par les travailleurs au sein de la société. Autant le personnel expatrié a le droit de loger dans des villas cossus de la capitale, de dormir sous climatiseurs, autant le personnel nigérien a le même droit.

Surtout qu'il s'est révélé qu'en terme de travail (donc de création de richesse), les travailleurs expatriés sont loin de valoir leurs homologues nigériens, estiment les syndicalistes. Présentement, le bras de fer continue.

Ce 29 mars, les deux syndicats ont déposé un préavis de grève. Il prendra effet à partir du lundi 3 mars, et durera cinq jours, si leurs revendications ne sont pas satisfaites entre temps. C'est le quatrième du genre. Une grève de cinq jours s'est achevée le vendredi 31 mars dernier.

Deux autres de 48 heures et de 72 heures avaient déjà été observées. Toutes ces grèves ont été suivies très massivement.

Journal " Le Témoin" du 30 mars au 5 avril 2006

Mardi 11 Avril 2006
Mardi 18 Avril 2006
Le Témoin
Lu 4398 fois

Dans la même rubrique :

ACQUA AFRIKA - 03/05/2005

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide