ACME
Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018 Alpes-Maritimes : Veolia fait-elle couler une commune ? 10/04/2018 ATTAC fête ses 20 ans 05/04/2018 Le comité local Attac Montpellier vous invite à un ciné-débat le 11 avril 19h autour de la projection du film « Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe » 02/04/2018 Cette émission de Radio Fréquence Luynes était consacrée à un débat sur les responsables de la gestion de l'eau au nord ouest du département d'Indre-et-Loire en présence du président du président de l'association Emmanuel Bouchenard et JL Touly 01/04/2018 Historique : une régie publique pour la gestion de la grande station d'épuration de Valenton (94) à la place des 2 multinationales Veolia et Suez 31/03/2018 Lyon Capitale (8 pages)  avril 2018 : A Lyon, la bataille de l'eau aura bien lieu en 2019 30/03/2018 vidéo de JEAN LUC TOULY qui parle de notre territoire et de la gestion privée de l'eau dans le NORD OUEST DE LA TOURAINE 30/03/2018 Sud Ouest 27 mars 2018 : Bordeaux : Trans’Cub veut pousser la Lyonnaise à "rendre" 600 euros à chaque abonné à l’eau 28/03/2018 Facture d'eau 2018 Wissous Eau et Assainissement TTC 28/03/2018 Sortie du livre de la journaliste indépendante Isabelle Jarjaille ce 27 mars 2018 27/03/2018 Suez se « gave-t-elle grave » sur l’eau potable de Bordeaux Métropole ? 26/03/2018 La Rochelle Aytré Eau des Villes et Eau des champs, Bien commun et à quel prix ? Jeudi, 29 mars - 18h30 - Salle Georges Brassens - 15 / 19 rue du 8 mai 1945 - Aytré 24/03/2018 La Roche-sur-Yon. Eau potable : tout n’est pas rose avec Veolia 21/03/2018 Révélations sur les marchés de l'eau et de l'assainissement à Wissous et Paris Saclay : Dans le cadre de la journée mondiale de l'eau et après l'oeil du 20 h de France 2 du 6 novembre, Cash Investigation du 13 mars et l'audit de Marc Laimé Consultant 19/03/2018 FO 18 mars 2018 : « Cash Investigation » trouble les faiseurs de ronds dans l’eau 18/03/2018 EAUX GLACÉES DANS LE COLLIMATEUR DU SIAAP 16/03/2018 SIAAP : INQUIÉTUDES À LA BANQUE EUROPÉENNE D’INVESTISSEMENT 16/03/2018 CASH INVESTIGATION : LE DRÔLE DE MAIL ENVOYÉ PAR LA DIRECTION DE VEOLIA EAU POUR RASSURER SES TROUPES 15/03/2018 France Bleu Ile de France journal de 12h Interview de JL Touly : Soupçons de corruption, favoritisme : le marché des eaux usées est dans la tourmente en Ile-de-France 14/03/2018 L'affaire de Nîmes Métropole celle du du SIAAP et celle de l'eau et de l'assainissement de Paris Saclay : Toute ressemblance avec des personnes existantes est purement fortuite mais un constat l'inertie bienveillante des élus 14/03/2018 Procédure interne de Veolia sur le marché des eaux usées 13/03/2018 Le Monde Diplo carnets d'eau : Eaux usées d’Ile-de-France : un scandale exemplaire 13/03/2018 Marianne Scandale de l'eau : entre la justice et "Cash investigation", le Siaap cerné de toute part et Le Monde Révélations sur des soupçons de corruption sur le marché de l’eau parisien 13/03/2018 Mediapart : A Vittel, l’eau de Nestlé ne coule plus de source 13/03/2018 Libération R Lecadre : En Ile-de-France, les dessous du marché des eaux usées remontent à la surface 13/03/2018 Capital sur Cash Investigation et le SIAAP 12/03/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC du 11 mars 2018 18h 11/03/2018 PANIQUE AU SIAAP : Cash investigation : l'émission d'Elise Lucet visée par une plainte pour "violation de domicile" du SIAAP 11/03/2018 À Lyon, le prix de l'eau est "deux fois trop cher" 10/03/2018 Capital et eaux glacées : SIAAP : LE DOUBLE LANGAGE DE LA MAIRIE DE PARIS 10/03/2018
           
POLLUTIONS DANS LE MONDE

CANADA / La Ville de Québec veut bannir l'eau embouteillée

Line Beauchamp, la ministre québécoise de l'Environnement, est favorable à une diminution de la consommation de l'eau embouteillée, mais estime qu'il serait abusif d'en interdire l'achat et la distribution dans les édifices publics



CANADA / La Ville de Québec veut bannir l'eau embouteillée
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/environnement/200903/21/01-838964-la-ville-de-quebec-veut-bannir-leau-embouteillee.php


(Québec) David Miller, le maire de Toronto, a fait le serment de ne plus boire d'eau embouteillée, seulement celle du robinet. Une mesure qui s'étend à toute son administration. En cette Journée mondiale de l'eau, Québec a bien l'intention d'emboîter le pas.

«i[b[Le maire [Régis Labeaume] est d'avis que c'est une mesure pertinente, souligne François Picard, vice-président de l'exécutif à la Ville de Québec. On investit tellement dans le traitement de l'eau qu'il faut servir d'exemple]b]i», ajoute-t-il en soulignant «l'excellente qualité» de l'eau de Québec
Malgré tous les investissements municipaux, l'eau du robinet «est extrêmement moins chère que l'eau embouteillée», rappelle-t-il. M. Picard souligne qu'aux séances du conseil municipal, les conseillers boivent de l'eau du robinet depuis longtemps.

Seules les machines distributrices seront exemptées du bannissement de l'eau embouteillée dans les édifices municipaux. «Comme on vend des boissons gazeuses, je verrais mal comment on pourrait faire...»

Lévis vient tout juste de se doter d'un Service de l'environnement. Alors, pour l'eau en bouteille, «il y a tellement de problématiques qu'on n'en est pas là. Il va couler de l'eau sous les ponts», explique Christian Brière, le directeur des communications. Il souligne toutefois que les élus boivent généralement de l'eau du robinet lors des séances du conseil municipal.

Il y a quelques semaines, la Fédération canadienne des municipalités (FCM) a demandé aux collectivités de l'ensemble du pays de mettre fin à l'utilisation de l'eau embouteillée dans les établissements municipaux. L'Union des municipalités du Québec (UMQ), dont font partie Québec et Lévis, a entériné la position de la FCM.

On cherche ainsi à éviter que de nombreuses bouteilles de plastique se retrouvent dans la nature ou au dépotoir. Seulement 44 % du milliard de bouteilles consommées annuellement au Québec sont recyclées. La campagne a aussi pour but de promouvoir la consommation de l'eau du robinet, une ressource pour laquelle les villes dépensent beaucoup d'argent.

Le Conseil des Canadiens (CDC) et le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) y voient aussi une façon de soutenir une eau dont la propriété et la gestion sont publiques.

«À l'occasion de cette Journée mondiale de l'eau, nous demandons aux villes et aux collectivités de déclarer l'eau un droit de la personne et d'assurer un accès à de l'eau propre, sécuritaire et publique», a expliqué Maude Barlow, présidente nationale du CDC et conseillère principale sur les questions de l'eau auprès du secrétaire général de l'ONU.

«Il existe, au Canada et ailleurs dans le monde, un mouvement en croissance réclamant une protection de nos ressources en eau contre les menaces de privatisation et le sous-financement.» Les CDC et le SCFP appuient la démarche de bannissement des bouteilles d'eau.

Line Beauchamp, la ministre québécoise de l'Environnement, est favorable à une diminution de la consommation de l'eau embouteillée, mais estime qu'il serait abusif d'en interdire l'achat et la distribution dans les édifices publics. Mme Beauchamp craint qu'une interdiction favorise la consommation de boissons gazeuses ou énergétiques, moins bonnes pour la santé.

Même si les raisons écologiques pour éviter de boire de l'eau en bouteille sont de plus en plus évidentes, elles doivent triompher d'éléments symboliques puissants : le marketing et la peur. Il y a eu, ces dernières années, un effet de mode favorisant la consommation de l'eau embouteillée. Mais plus encore, la confiance des citoyens envers leur réseau d'aqueduc a été ébranlée par la tragédie de Walkerton, en Ontario, ou celle de Shannon, en banlieue de Québec. Sans parler des innombrables avis qui demandent à la population de faire bouillir leur eau avant de la consommer.

D'ailleurs, même si la plupart des Canadiens (68 %) continuent de boire l'eau du robinet, seulement 41 % la boivent directement, sans la filtrer ou la faire bouillir en premier, révèle une étude publiée la semaine dernière


Une ressource vitale, mais facile à gaspiller

La majorité des Canadiens (53 %) considère l'eau comme la ressource naturelle la plus importante du pays, selon une étude dévoilée la semaine dernière. Et ils sont inquiets : plus de huit personnes sur dix croient que le Canada connaîtra un problème de pénurie d'eau potable à moins de porter attention à la conservation.

Ce qui ne les empêche pas de continuer à gaspiller à des taux alarmants. Fait paradoxal dans une province reconnue pour ses quelque 700 000 lacs et son fleuve, les Québécois (68 %) sont les habitants qui ont le moins confiance dans la capacité de leur région à répondre à leurs besoins d'eau douce. Ils sont aussi ceux (54 %) sont qui ont le moins confiance dans la sécurité et la qualité de l'approvisionnement ainsi que ceux (58 %) qui ont le moins confiance dans la capacité du Canada de répondre à ses besoins d'eau douce à long terme.

Les Canadiens croient utiliser en moyenne 66 litres d'eau par jour alors qu'ils en utilisent cinq fois plus : 329 litres par jour. Nous ne sommes pas les champions du gaspillage, mais pas loin. Seuls les Américains utilisent plus d'eau par habitant. Les Européens consomment moins de la moitié de l'eau qu'utilisent les Canadiens. Mais seulement 6 % des Canadiens croient que le gaspillage est une menace à l'approvisionnement en eau douce...

Le sondage Ipsos Reid que contient l'étude a été effectué auprès de 2165 Canadiens. Les résultats sont considérés comme exacts dans une marge de plus ou moins 2,2 %, 19 fois sur 20.

Non à la bouteille, oui à la fontaine

CANADA / La Ville de Québec veut bannir l'eau embouteillée
le 23 mars 2009
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/environnement/200903/22/01-839130-non-a-la-bouteille-oui-a-la-fontaine.php

Des sites d'approvisionnement et des fontaines ont été mis en place un peu partout dans les installations municipales de London, notamment certains parcs publics, afin de permettre aux citoyens de s'abreuver et de remplir leurs bouteilles personnelles.
Ian Bussières
Le Soleil


(Québec) Alors que la Ville de Québec se prépare à faire disparaître l'eau embouteillée des édifices municipaux, la ville ontarienne de London, qui a été l'une des premières au Canada à adopter une telle mesure en août 2008, va beaucoup plus loin en multipliant les sources d'accès au réseau public d'eau potable.

«Nous avons cessé de vendre de l'eau embouteillée dans toutes les installations municipales à l'exception du terrain de golf de la Ville, où la mesure sera mise en place quand nous aurons installé suffisamment de fontaines publiques pour permettre aux golfeurs de s'hydrater convenablement», expliquait hier M. Gordon Hume, conseiller municipal à London.

Contrairement à Québec, qui souhaite exempter les machines distributrices de la mesure qu'elle prévoit adopter, London a vraiment fait table rase de l'eau en bouteille.

«Nous avons aussi retiré l'eau embouteillée des distributrices. Par contre, l'un des aspects importants de notre plan est de nous assurer d'avoir de nombreux accès gratuits à une eau potable de qualité partout sur nos installations, histoire de ne pas rediriger les gens vers les boissons gazeuses sucrées», indique M. Hume.

Des sites d'approvisionnement et des fontaines ont donc été mis en place un peu partout dans les installations municipales de London, notamment certains parcs publics, afin de permettre aux citoyens de s'abreuver et de remplir leurs bouteilles personnelles.
Le conseiller municipal ajoute d'ailleurs qu'il n'a pas noté de hausse dans la consommation des boissons gazeuses depuis la fin de la vente de l'eau embouteillée dans les installations municipales. «Certaines personnes qui avaient des craintes envers notre plan avaient mentionné ce point, mais ça ne semble pas être le cas», poursuit-il.

M. Hume souligne que le but de la mesure qui a fait boule de neige dans plusieurs villes canadiennes, dont Toronto, était de faire la promotion de l'eau du robinet d'une très grande qualité provenant des lacs Huron et Erie, mais aussi d'éviter de surcharger les centres d'enfouissement.
«Ce n'est un secret pour personne que, n'étant pas consignées, les bouteilles d'eau sont peu recyclées et aboutissent malheureusement très souvent au site d'enfouissement. Cette situation nous préoccupe», poursuit-il.

La prochaine étape de l'ambitieux plan à long terme de London en matière d'eau potable consiste à développer une bouteille réutilisable comme solution de rechange aux bouteilles de plastique.
«L'un des problèmes pour le remplissage des bouteilles traditionnelles est le risque que de petits morceaux de plastique s'en détachent. Nous analysons plusieurs matériaux afin de développer notre propre bouteille d'eau réutilisable et écologique», conclut M. Hume.

London se jette à l'eau : article de Radio Canada

CANADA / La Ville de Québec veut bannir l'eau embouteillée
La Ville de London interdira la vente de bouteilles d'eau dans les édifices municipaux, les arénas et les centres communautaires.

L'interdiction a été approuvée par un vote de 15 contre 3, lundi soir. L'élimination des bouteilles d'eau se fera toutefois de façon progressive au cours des prochains mois et ne sera effective que dans les bâtiments où il y a des fontaines.

Le conseil municipal espère ainsi limiter le gaspillage, car seulement la moitié des 40 millions de bouteilles vendues chaque année à London sont recyclées.

Des environnementalistes ont indiqué que le transport, la production et le recyclage des bouteilles d'eau sont énergivores, alors que la plupart des régions au pays disposent d'une eau de qualité.

La directrice de l'Association canadienne des embouteilleurs d'eau, Elizabeth Griswold, déplore la décision. Elle affirme que les autorités municipales ont ignoré une enquête indépendante de la firme Research Probe, qui révèle que 60 % des Canadiens achètent l'eau embouteillée comme alternative santé aux autres boissons sucrées plutôt que par préférence à celle du robinet. Mme Griswold dit redouter que la population n'ait plus d'autre choix que de se tourner vers les boissons à haute teneur calorique.

Mais l'Église unie du Canada, pour qui l'eau est un bien public qui ne doit pas être commercialisé, rejette cette crainte. Sa porte-parole, Joy Kennedy, mentionne que les résidents de London auront toujours la possibilité de s'abreuver aux fontaines publiques ou d'utiliser leur propre bouteille.

Des conseils scolaires de Toronto, Ottawa-Carleton et Vancouver songent aussi à bannir l'eau embouteillée. L'objectif est de réduire l'impact environnemental des millions de bouteilles, qui demandent beaucoup d'énergie à produire et qui ne sont pas souvent recyclées.

Vancouver a également adopté des restrictions sur l'eau embouteillée, mais les modalités d'application restent à déterminer.


audio-vidéo

La fontaine d'eau revient en force à London, rapporte Christian Grégoire.
London ne veut plus de bouteilles d'eau, explique Jean-Marie Yamba-Yamba.

Lundi 23 Mars 2009
Lundi 23 Mars 2009
Éric Moreault : Le Soleil Cyberpresse
Lu 2815 fois


Dans la même rubrique :
1 2

POLLUTIONS DANS LE MONDE | Innovations et découvertes

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide