ACME
Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018 Alpes-Maritimes : Veolia fait-elle couler une commune ? 10/04/2018 ATTAC fête ses 20 ans 05/04/2018 Le comité local Attac Montpellier vous invite à un ciné-débat le 11 avril 19h autour de la projection du film « Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe » 02/04/2018 Cette émission de Radio Fréquence Luynes était consacrée à un débat sur les responsables de la gestion de l'eau au nord ouest du département d'Indre-et-Loire en présence du président du président de l'association Emmanuel Bouchenard et JL Touly 01/04/2018 Historique : une régie publique pour la gestion de la grande station d'épuration de Valenton (94) à la place des 2 multinationales Veolia et Suez 31/03/2018 Lyon Capitale (8 pages)  avril 2018 : A Lyon, la bataille de l'eau aura bien lieu en 2019 30/03/2018 vidéo de JEAN LUC TOULY qui parle de notre territoire et de la gestion privée de l'eau dans le NORD OUEST DE LA TOURAINE 30/03/2018 Sud Ouest 27 mars 2018 : Bordeaux : Trans’Cub veut pousser la Lyonnaise à "rendre" 600 euros à chaque abonné à l’eau 28/03/2018 Facture d'eau 2018 Wissous Eau et Assainissement TTC 28/03/2018 Sortie du livre de la journaliste indépendante Isabelle Jarjaille ce 27 mars 2018 27/03/2018 Suez se « gave-t-elle grave » sur l’eau potable de Bordeaux Métropole ? 26/03/2018 La Rochelle Aytré Eau des Villes et Eau des champs, Bien commun et à quel prix ? Jeudi, 29 mars - 18h30 - Salle Georges Brassens - 15 / 19 rue du 8 mai 1945 - Aytré 24/03/2018 La Roche-sur-Yon. Eau potable : tout n’est pas rose avec Veolia 21/03/2018 Révélations sur les marchés de l'eau et de l'assainissement à Wissous et Paris Saclay : Dans le cadre de la journée mondiale de l'eau et après l'oeil du 20 h de France 2 du 6 novembre, Cash Investigation du 13 mars et l'audit de Marc Laimé Consultant 19/03/2018 FO 18 mars 2018 : « Cash Investigation » trouble les faiseurs de ronds dans l’eau 18/03/2018 EAUX GLACÉES DANS LE COLLIMATEUR DU SIAAP 16/03/2018 SIAAP : INQUIÉTUDES À LA BANQUE EUROPÉENNE D’INVESTISSEMENT 16/03/2018 CASH INVESTIGATION : LE DRÔLE DE MAIL ENVOYÉ PAR LA DIRECTION DE VEOLIA EAU POUR RASSURER SES TROUPES 15/03/2018 France Bleu Ile de France journal de 12h Interview de JL Touly : Soupçons de corruption, favoritisme : le marché des eaux usées est dans la tourmente en Ile-de-France 14/03/2018 L'affaire de Nîmes Métropole celle du du SIAAP et celle de l'eau et de l'assainissement de Paris Saclay : Toute ressemblance avec des personnes existantes est purement fortuite mais un constat l'inertie bienveillante des élus 14/03/2018 Procédure interne de Veolia sur le marché des eaux usées 13/03/2018 Le Monde Diplo carnets d'eau : Eaux usées d’Ile-de-France : un scandale exemplaire 13/03/2018 Marianne Scandale de l'eau : entre la justice et "Cash investigation", le Siaap cerné de toute part et Le Monde Révélations sur des soupçons de corruption sur le marché de l’eau parisien 13/03/2018 Mediapart : A Vittel, l’eau de Nestlé ne coule plus de source 13/03/2018 Libération R Lecadre : En Ile-de-France, les dessous du marché des eaux usées remontent à la surface 13/03/2018 Capital sur Cash Investigation et le SIAAP 12/03/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC du 11 mars 2018 18h 11/03/2018 PANIQUE AU SIAAP : Cash investigation : l'émission d'Elise Lucet visée par une plainte pour "violation de domicile" du SIAAP 11/03/2018 À Lyon, le prix de l'eau est "deux fois trop cher" 10/03/2018 Capital et eaux glacées : SIAAP : LE DOUBLE LANGAGE DE LA MAIRIE DE PARIS 10/03/2018
           
POLLUTIONS DANS LE MONDE

CANADA : Le fleuve regorge de composés d’œstrogène

Certains composés dépassent de 90 fois le seuil critique pour les poissons.
Les produits utilisés dans l’hormonothérapie de remplacement, prescrite aux femmes ménopausées, font leur effet sur les poissons.



Sébastien Sauvé et Liza Viglino
Sébastien Sauvé et Liza Viglino
http://nouvelles.umontreal.ca/content/view/1715/221/
Un seul nanogramme (ng) d’hormones stéroïdes dans un litre d’eau est suffisant pour perturber le système endocrinien des poissons et diminuer leur fertilité, voire causer l’hermaphrodisme ou la féminisation des mâles. Les eaux que l’usine d’épuration de Montréal rejette dans le fleuve contiennent jusqu’à 90 ng/l de certains composés d’œstrogène. C’est dire dans quelle soupe hormonale nagent les poissons!



C’est ce que révèle une étude réalisée par Liza Viglino, chercheuse postdoctorale au Département de chimie et à la Chaire industrielle CRSNG en eau potable de l’École polytechnique, sous la direction de Sébastien Sauvé et de Michelle Provost.



La présence de résidus d’œstrogène dans l’eau et leurs effets sur les espèces aquatiques sont connus. La nouveauté de cette recherche est d’avoir pris en considération non seulement les hormones naturelles et celles entrant dans les contraceptifs oraux mais, pour la première fois, des produits utilisés dans l’hormonothérapie de remplacement, prescrite aux femmes ménopausées.



Les données disponibles montrent que 128 millions de pilules contraceptives et 107 millions de doses d’hormonothérapie substitutive sont consommées chaque année au Québec seulement.

Estradiol et compagnie

Au total, huit composés d’œstrogène, soit trois naturels et cinq de synthèse, ont été ciblés par l’équipe de chercheurs. Des échantillons d’eau ont été prélevés à cinq endroits: dans la rivière des Mille-Îles, dans le fleuve Saint-Laurent, dans les deux collecteurs d’eaux usées menant à l’usine d’épuration montréalaise et à la sortie de l’usine.

Un seul composé a été détecté dans l’eau du Saint-Laurent, l’estradiol, une hormone naturelle liée au développement des caractères sexuels secondaires chez la femme. Le taux atteignait 8 ng/l mais grimpait à près de 126 à l’entrée de l’usine d’épuration. Les rejets de l’usine en contenaient encore 90 ng/l, c’est-à-dire 74 % de la teneur mesurée dans les eaux usées.

Un autre composé œstrogénique naturel, l’estriol, produit en grande quantité pendant la grossesse, a affiché un taux encore plus haut à l’entrée de l’usine, soit 237 ng/l. À la sortie, les chercheurs ne l’ont retrouvé qu’à l’état de traces.

Par ailleurs, l’effluent de l’usine comptait 30 ng/l de lévonorgestrel, mieux connu sous le nom de «pilule du lendemain», alors que le taux était de 160 ng/l à l’entrée. Un seul composé utilisé dans l’hormonothérapie de remplacement, la noréthindrone, a été détecté dans les rejets à raison de 53 ng/l, comparativement à 138 avant l’épuration.

«Si les autres composés n’ont pas été décelés dans le fleuve ou à la sortie de l’usine, cela ne veut pas dire qu’ils étaient absents, précise Liza Viglino. C’est que notre méthode de détection ne parvient pas à repérer des quantités inférieures à 7 ng/l.» Pour donner une idée de cette échelle de mesure, un nanogramme dans un litre d’eau équivaut à une pomme dans un volume gros comme le Stade olympique.

Les chercheurs ont en outre mis au point une nouvelle méthode de travail pour cette étude en automatisant la partie initiale consistant à concentrer les composés recherchés. «Ce qui prenait auparavant un ou deux jours s’effectue maintenant en quelques heures», mentionne Mme Viglino.

Eau potable

Il ne faudrait pas penser que la teneur de ces différents composés demeure aussi élevée plus loin en aval de l’usine d’épuration. «Les rejets de l’usine sont dilués dans le volume total d’eau du Saint-Laurent, souligne Sébastien Sauvé. De plus, les composés d’œstrogène se dégradent de façon naturelle avec le temps; à Montréal, nous ne recevons pas tout ce qui est rejeté à Toronto ou dans l’Outaouais.»

La différence entre le taux à l’entrée de l’usine et celui à la sortie est due uniquement au fait qu’une partie des résidus œstrogéniques est retenue dans les boues filtrées par l’usine. Aucun traitement n’est effectué sur les eaux rejetées. Selon le professeur Sauvé, un traitement à l’ozone serait de nature à éliminer ces divers composés hormonaux.

On doit aussi se rassurer quant à l’eau potable; elle ne contient pas autant d’œstrogènes que les taux mesurés dans le fleuve puisque, selon Sébastien Sauvé, une bonne part des molécules concernées est dégradée par les procédés de purification comme la chloration.

Le professeur s’inquiète tout de même pour la santé de la faune aquatique. Même si l’on ne peut pas faire de transposition chez l’être humain, plusieurs composés dont on ne tenait pas compte auparavant présentent des taux largement supérieurs au seuil de un nanogramme par litre, au-delà duquel la santé des poissons est menacée après quelques semaines d’exposition.

Antidépresseurs

Une autre étude du même genre portant cette fois sur six antidépresseurs et quatre dérivés métaboliques a été menée par André Lajeunesse, doctorant du professeur Sauvé, et Christian Gagnon, d’Environnement Canada.

L’étude a montré que les antidépresseurs, contrairement aux œstrogènes, ne sont presque pas retenus par les boues retirées à l’usine d’épuration. Par exemple, un dérivé métabolique de la venlafaxine (inhibiteur de la recapture de la sérotonine), dont le taux était de 274 ng/l à l’entrée de l’usine, affichait encore un taux de 225 ng/l à la sortie.

«À cause de leur composition chimique, de 80 à 90 % des antidépresseurs demeurent dans l’eau après l’épuration», affirme Sébastien Sauvé.

Ces molécules miment l’effet de la sérotonine et peuvent, entre autres, influer sur la vasoconstriction chez les poissons, la reproduction chez les mollusques et le battement des cils chez les protozoaires. Selon les chercheurs, l’ozonation pourrait vraisemblablement détruire ces molécules.

Daniel Baril

Mardi 30 Septembre 2008
Mardi 30 Septembre 2008
JEAN-LUC TOULY
Lu 4389 fois


1.Posté par mya-san le 27/10/2008 17:05
Bonjour^^
moi je trouve cet article fascinant en m^me temps inquiétant et il faudra qu'il soit plus divulgué et je voudrais en faire mon sujet orale à mon cours de bio, si vous avez plus d'informations veuillez m'écrire au jfp_sahraoui@yahoo.fr,
merci

2.Posté par Jean Rousseau le 27/01/2012 12:20
Bonjour à tous, j'aimerais savoir le seuil maximum exact d'œstrogène par litre d'eau.
Si vous avez une quelconque réponse qui vous paraît pertinente, merci de m'envoyer un mail à j.rousseau267@laposte.net

Merci!

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2

POLLUTIONS DANS LE MONDE | Innovations et découvertes

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide