ACME
Le Télégramme du 8 décembre : Quimper Marché de l’eau. Le dossier s’alourdit 08/12/2018 6 décembre à Paris : Sommet de l'économie organisé par Challenges avec comme partenaires Veolia, EDF, LVMH, Total,... : Réconcilier les 2 France 07/12/2018 Quimper Affaire de l’eau. Un des agents suspendus réintégré 06/12/2018 Réunion publique sur la gestion de l'eau à Quimper le 14 décembre 2018 05/12/2018 Loic Fauchon élu à nouveau président du Conseil Mondial de l'Eau 05/12/2018 L'oeil du 20h de France 2 du 6 novembre sur Wissous 02/12/2018 QUESTIONS liées au point 25 (1 508 pages) de l'ordre du jour du conseil communautaire de Paris Saclay du 28 novembre 2018 28/11/2018 Réunion publique sur l'eau à Avignon le 29 novembre 2018 28/11/2018 Réunion publique du 14 décembre sur la gestion de l'eau à Quimper 27/11/2018 Article n°Délibération du 26.11.2018 de prise d'acte de non transmission par le délégataire Suez de son Rapport Annuel d'activité 2017 à la ville de Wissous détentrice de la compétence assainissement depuis le 1.01.2016 et ses conséquences en mat4685 27/11/2018 Toulouse : comment Veolia et Suez ont gagné la bataille du marché de l’eau 27/11/2018 Le Conseil mondial de l’eau assigné devant le tribunal par des associations indiennes 26/11/2018 Nice : Eau : cinq communes rejoindront la régie en 2020 26/11/2018 Véolia Eau au rapport : Plus de 6 000 € de pénalités ont été appliquées pour le retard dans la transmission du rapport, le non-respect du nombre d’heures d’insertion à réaliser, des profits financiers ne correspondant pas aux comptes prévisionnels du 24/11/2018 Toulouse Métropole : Eau : le collectif manifeste et demande le report du vote 23/11/2018 Le Parlement espagnol ouvre le robinet de la remunicipalisation de l'eau 22/11/2018 Lettre A : Remous en vue à Toulouse Métropole après la "sélection" du duo Suez/Veolia 22/11/2018 Intervention de JL Touly ( 2h59mn50 à 3h2mn) au Congrès de l'Association des Maires de France lors du FORUM : La gestion patrimoniale de l'eau et de l'assainissement (Salle 300) 21/11/2018 : 09h30 à 12h30 en présence de J Launay président LREM du Com 22/11/2018 Veolia invite à déjeuner plus de 1 000 maires dans le congrès de l'Association des Maires de France ce 21 novembre 2018 et à entendre son PDG et sans parler d'un stand luxueux offrant champagne et petits fours pendant 3 jours imputés sur les factures 21/11/2018 Salon 2018 du livre des lanceurs d'alerte 19/11/2018 M Moudenc président de Toulouse Métropole un vrai père noel !!! 17/11/2018 Café citoyen sur la gestion de l’eau 14 novembre à 19h30 50 Avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny à Saint-Maurice 13/11/2018 Arménie : Une amende de 20 millions drams à payer par la compagnie « Véolia Djur » 11/11/2018 Sénégal -SDE: l’attribution provisoire à Suez suspendue  la bataille pour la distribution de l'eau n'est pas terminée 10/11/2018 SIAAP : RÉSILIATION D’UN MARCHÉ IRRÉGULIER 07/11/2018 La gestion directe fait baisser la facture d’eau à Lesparre Médoc 07/11/2018 Guadeloupe : Mobilisation du collectif d'usagers et des salariés de l'eau 8 novembre 2018 7h devant la Générale des Eaux Veolia 06/11/2018 L'ECHIQUIER MONDIAL. Eau : l'or du XXIe siècle ? 02/11/2018 Gestion de l’eau à Toulouse : une élue qui dérange 02/11/2018 Journal de 20h de France 2 du 1er novembre 2018 01/11/2018 MOBILISATION DES USAGERS ET TRAVAILLEURS DE L'EAU DE GUADELOUPE DU VENDREDI 31/10.2018 A 19H00 PLACE DE LA MAIRIE DE PETIT-BOURG 29/10/2018 M. Santini tente un coup de force contre la démocratie locale 29/10/2018 La Chambre Régionale des Comptes dans son rapport du 10 septembre dernier vient de mettre en demeure le SIAEAG de verser à l'Office de l'Eau de Guadeloupe plus d'un million d'euros pour retard de paiement de frais depuis 5 ans 05/10/2018 INTERVENTION devant le Président MACRON DE GERMAIN PARAN et JACQUES DAVILA représentants guadeloupéen de comité et d'associations d'usagers de l'eau et de lutte contre la corruption et d'associations nationales (ACME FRICC) 30/09/2018 Communiqué des Associations Guadeloupéennes de Défense des Usagers de l'Eau de la CANBT, de la CANGT et de CAP EXCELLENCE 27/09/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC  à la veille de la visite du Président de la République sur la question de l'accès à l'eau d'une bonne qualité 24h sur 24 et 7 jours sur 7 en Guadeloupe à l'instar des autres départements français 25/09/2018 20 minutes 24 septembre : Toulouse: Des citoyens veulent un référendum sur la gestion publique ou privée de l'eau 25/09/2018 Affaire SEEG Veolia – état Gabonais : Nicaise Moulombi, le visionnaire 01/09/2018 Veolia sous le coup d’une enquête pour corruption en Arménie 01/09/2018 Assises de l'eau : les quatre priorités fixées par le Gouvernement : Le comité stratégique de la filière eau est présidé par Antoine Frérot, PDG de Veolia !!! 30/08/2018
           
ACME

CEP 17 organise jeudi 9 octobre 2008 à 18 h 30 à la salle de l’Arsenal à La Rochelle un débat public sur la gestion de l’eau.



Agir pour obtenir la clarté sur l'eau et sa gestion
COLLECTIF « EAU PUBLIQUE » Charente Maritime



Convaincus que l’eau appartient aux habitants de la Terre, que ce bien naturel, géré localement, constitue un levier du « vivre ensemble » et constatant une situation de monopole privé dans la gestion de ce bien public, nous avons pris l’initiative de créer un collectif « eau publique ».



« L’eau ne doit pas être une marchandise et les services de l’eau encore moins ! » (Assemblée Mondiale des Élus et des Citoyens pour l’Eau, lettre aux chefs d’état, mars 2007)



LE CONSTAT



Une situation de monopole



Le service public de l’eau et de l’assainissement qui était assuré en France jusque dans les années 1950 à 70% par des régies publiques communales, a été peu à peu confisqué par trois groupes privés : Vivendi, Suez, la SAUR .

Ces groupes détiennent aujourd’hui 80% du marché de l’eau potable et plus de 55% de l’assainissement, et ils sont devenus les leaders mondiaux du secteur.

Cette confiscation par le privé d’un service public essentiel conduit à des dérives qui pénalisent gravement l’usager et le citoyen, par exemple à la facturation de ses services 30% plus cher en moyenne qu’une régie publique, ce qui est inacceptable.



Quels sont les effets réels de la délégation de service public ?



La durée (10, 12, 20 ou même parfois 30 ans) des contrats de délégation du service public de l’eau à des entreprises privées favorise les abus de position dominante.

Cette situation est aggravée par l’impossibilité d’une vraie mise en concurrence directe et réelle des postulants car il n’existe souvent que trois candidats possibles ; de plus on constate qu’existent des ententes entre grands groupes se répartissant ainsi les zones géographiques.



L’absence de transparence



Que ce soit dans les cas d’affermage ou de concession, les documents comptables présentés aux collectivités territoriales et aux usagers ne permettent pas de connaître la rémunération de l’entreprise privée, ils ne permettent pas non plus de connaître le coût réel de l’eau.

Avec la SAUR regardez actuellement votre facture, vous y constaterez avec plaisir que cette entreprise philanthropique est entièrement bénévole puisqu’à aucun endroit elle n’apparaît comme destinataire de l’argent qu’elle vous réclame.

Le constat c’est qu’il est impossible alors aux élus, aux usagers, de comparer le coût de la gestion déléguée de nos services des eaux, et donc le prix de l’eau à ce qu’il serait en gestion directe, doit-on laisser faire ?



POURQUOI FAUT- IL CHOISIR LA GESTION PUBLIQUE ?



1) Ce mode de gestion est le moins coûteux pour les usagers : entre 25 à 40%

2) Pour la transparence de la gestion ; il est plus facilement contrôlable par les élus et les usagers qui ont accès à tous les documents administratifs de gestion

3) L’argument de l’effet d’échelle (ça peut marcher dans les grandes villes, pas les petites) ne tient pas car on constate que dans la réalité les meilleures gestions sont celles des petites entités.

4) La démonstration de l’efficacité des gestions publiques a depuis longtemps fait ses preuves dans tous les endroits de France.

5) Remarquons que chez nous la gestion de l’assainissement est déjà publique pour les communes de la CDA de La Rochelle sauf pour la commune d’Esnandes qui délègue à la SAUR.

6) Il n’y aura pas perte d’emplois à la SAUR, les employés étant immédiatement réembauchés par la régie, en conservant leur statut et leurs avantages éventuels du privé, s’ils le souhaitent, c’est la loi.



LA SITUATION LOCALE



Quels sont le rôle et les missions du syndicat d’adduction d’eau de la région Nord de La Rochelle auquel adhèrent 19 communes dont 13 de la CDA ?



· Le développement de nouvelles ressources bénéficiant d’une protection naturelle efficace.

· La mise en place des périmètres de protection des captages d’eau potable (plus de 65 procédures actuellement en cours)

· L’achat et la vente d’eau

· L’équipement et le raccordement des nouveaux points de production d’eau

· La mise en place d’unités de stockage (château d’eau, bâches) le renforcement et l’extension de réseaux

· L’exploitation des réseaux de distribution grâce à une régie (tiens ?)

· La gestion du financement et de » l’amortissement des réseaux



· Le syndicat assure ces différentes missions selon les choix des collectivités et des syndicats de base.

· Il peut fournir l’assistance et les conseils, la prise en charge financière des investissements, assurer une maîtrise d’ouvrage directe ou déléguée des opérations et exploiter des équipements réalisés



La situation actuelle de nos communes quant à la gestion de l’eau



13 communes de la CDA sont sous contrat de fermage avec la SAUR jusqu’au 31 décembre 2009 : Aytré, Châtelaillon-plage, Dompierre-sur-Mer, Esnandes, L’Houmeau, Lagord, Marsilly, Nieuil-sur-Mer, Périgny, Puilboreau, Saint-Rogatien, Sainte-Soulle et Saint-Xandre. (Plus de 700 contrats arrivent également à échéance chaque année en France.)

La période est donc propice à une mobilisation accrue des citoyens, des élus, pour engager une véritable information sur ces questions de la gestion de l’eau et de l’assainissement, là où l’opacité semble être la règle fondamentale de fonctionnement des opérateurs privés.



La vocation du collectif EAU PUBLIQUE sera justement la transparence des comptes d’exploitation, des rapports d’analyses et la connaissance du prix réel de l’eau.





Vrai appel d’offres ou simulacre d’appel ?



A l’échéance de ces contrats, diverses solutions légales s’offrent aux collectivités territoriales notamment celle de lancer des appels d’offres (loi Sapin)

Nos devrons inciter les élus délégués de nos communes siégeant au syndicat nord à prendre une décision en amont c'est-à-dire dans une première phase, effectuer le choix de l’exploitation en régie publique ou d’une délégation à une entreprise privée.



Il ne faut pas qu’ils écartent la régie directe en catimini sans débat ni consultation des administrés, cultivant ainsi la même opacité que nos reprochons au privé..





Si tel n’est pas le cas notre collectif EAU PUBLIQUE aura un rôle essentiel à jouer dans cette période en exigeant une vraie information des citoyens et la transparence des décisions.



Il nous faudra convaincre nos collègues élus siégeant au syndicat nord, mais si cela ne suffit pas, le plus important sera l’intervention de nos concitoyens pour les faire changer d’avis.



Ne perdons pas de vue que les services de l’eau et de l’assainissement sont de la responsabilité des maires.





UNE DES ACTIONS PRIORITAIRES DE NOTRE COLLECTIF



Nous devons donc obtenir comme la loi l’exige une étude préalable permettant d’apprécier clairement les avantages et inconvénients des deux formules (régie publique ou délégation à une entreprise privée)



Cette étude est obligatoire, son absence dans le dossier présenté aux élus participant au vote qui décidera de ce choix, comme dans celui présenté à la commission consultative des services publics locaux (quand elle existe) pourrait entraîner l’annulation de la décision prise.



Cependant il y a urgence, en effet ces décisions pourraient intervenir très rapidement c'est-à-dire fin juin ou en juillet 2008.



Ce pourrait être une de nos priorités d’action immédiate auprès de nos collègues élus délégués au syndicat nord que d’exiger une information sur ce point aux élus et à nos concitoyens dans chacune de nos collectivités territoriales.





D’autres actions qui peuvent nous aider



1) demander officiellement le rapport du président sur la qualité de l’eau, sur le prix des services, le rapport technique et financier du délégataire avec son compte d’exploitation pour l’exercice écoulé ainsi que les budgets annexes de l’eau et de l’assainissement et les comptes administratifs correspondants.



Il faut savoir que chaque collectivité doit avoir pris ces décisions (tout ce qui a trait à ces services) par délibération entérinée par un vote formel, le prix de l’eau et de l’assainissement doit donc être justifié.

La communication de ces documents ne peut pas être légalement refusée.



2) Nous pouvons également agir localement en exigeant la création de la commission consultative des services publics locaux, l’intérêt ce cette commission c’est quelle peut être composée d’élus et citoyens motivés par ces questions d’intérêt général et qu’elle à également la compétence pour exiger des documents comptables par exemple.

3) La commission peut rendre publiques ses conclusions. Bref c’est un outil utile aux élus et aux citoyens









ANNEXES





LOI SAPIN : Loi n°93-122 du 29 janvier 1993 relative à la prévention de la corruption et à la transparence de la vie économique et des procédures publiques

Titre II : Dispositions relatives à la transparence des activités économiques

CHAPITRE IV : Délégations de service public, articles 38 et suivants.



Liste des documents À obtenir et étudier :



· Le contrat de délégation pour la SAUR signé par le syndicat d'adduction d'eau de la région nord de La Rochelle.

· Les délibérations de ce syndicat

· Celles du conseil municipal

· Le budget primitif

· Le compte administratif du service

· Les comtes-rendus techniques et financiers du délégataire

· Les "frais de siège"

· Les travaux de renouvellement

· Le montant de la garantie dite "de renouvellement"

· L'amortissement du parc des compteurs

· Le rapport dit "Barnier" du maire ou du président à l'assemblée délibérante

· Les résultats des analyses de la qualité de l'eau

· Les règlements des services de l'eau et de l'assainissement



par CEP 17
ajouter un commentaire 1 commentaire (1) commentaires (1) recommander
Lundi 29 septembre 2008
Naissance de l'association Collectif Eau Publique 17
Le débat sur l’eau est d’actualité. Que ce soit aux plans mondial ou local, des voix s’élèvent pour revoir sa gestion.

Les sociétés privées qui, en France sont délégataires du service public sévissent aussi en Charente-Maritime même si la situation est plus diverse qu’on ne le croit, de nombreuses villes, comme La Rochelle, faisant appel à une régie publique pour gérer ce bien précieux mais ...public !

Cependant, 13 communes de la CDA de La Rochelle ont délégué à la SAUR, nouvellement rachetée par Séché Environnement, l’exploitation de la gestion de l’eau sur leur territoire.

Et le prix de l’eau payé par l’usager est en train d’exploser.

L’objectif de rentabilité et de performance économique affiché par la société privée délégataire n’y serait-il donc pour rien ?

Heureusement, le contrat qui lie les mains des communes à la SAUR par l’intermédiaire du SIAE de La Rochelle Nord (Syndicat Intercommunal d’Adduction d’Eau) va parvenir à expiration le 31 décembre 2009.

Pour porter sur la place publique le nécessaire débat sur le futur mode de gestion de l’eau, une nouvelle association, composée de citoyens, d’élus et d’associations vient de voir le jour à Périgny : Collectif Eau publique 17.

Sa première action sera l’organisation, d’une réunion publique sur le thème de la gestion de l’eau jeudi 9 octobre à 18 h 30, sale de l’Arsenal à La Rochelle, avec la participation de Jean-Luc Touly, président d’ACME Fance (Association pour un Contrat Mondial de l’Eau).


Mercredi 8 Octobre 2008
Mercredi 8 Octobre 2008
JEAN-LUC TOULY
Lu 1813 fois


Dans la même rubrique :

La fete de l'eau - 29/05/2013

1 2 3 4 5 » ... 7

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide