ACME
20 juin : Outre mer 1ère 20 juin : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 20/06/2018 Assainissement de la Métropole de bordeaux : Trans’cub demande l’ouverture d’une enquête 20/06/2018 L’affaire Veolia/Etat du Gabon s’ouvre ce 20 juin à Paris 20/06/2018 AFP Le Figaro 19 juin 2018 : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 19/06/2018 Radio Caraibes International RCI 19 juin : Une plainte pour détournements de fonds publics déposée contre la SME 19/06/2018 France Antilles 19 juin 2018 : La Société Martiniquaise des Eaux, filiale de Suez, visée par une plainte pour détournement de fonds publics 19/06/2018 « Le Scandale de l’Eau En Guadeloupe » 19/06/2018 Bordeaux Métropole : l'association Trans'Cub va alerter la justice sur le marché de l'assainissement 18/06/2018 ssainissement Bordeaux : Alain Juppé a dû faire appel à l’Inspection générale des services 16/06/2018 Siaeag : le procès renvoyé au 24 janvier 2019 15/06/2018 INFO FRANCE BLEU PARIS - Inondations : le maire de Wissous attaque Suez devant le tribunal administratif 14/06/2018 Interview dans le journal de 9h de France Bleu IdF Paris du maire de Wissous (91) sur les inondations dans sa ville dont la cause provient du mauvais entretien des bassins de rétention des eaux pluviales gérés par Suez 14/06/2018 Journal télé de 19h de Martinique 1ère 13 juin 2018  Plainte du FRICC et de l'ACME envers le président de l'ex SICSM et la SME filiale de Suez en Martinique depuis 1977 14/06/2018  Communiqué de presse du FRICC et de l'ACME du 7 juin 2018 13/06/2018 Le JDD du 10 juin 2018 : L'eau en Martinique : Suez visé par une plainte du FRICC et de l'ACME 10/06/2018 Midi Libre 6 juin 2018 : Gestion de l’eau à Nîmes : Eau bien commun Gard accuse l’Agglo de délit de favoritisme 07/06/2018 Veolia, Suez, Aqualia et Aguas de Valencia, impliquées dans plusieurs affaires de corruption en Europe et les conséquences 06/06/2018 CU Bordeaux Assainissement : Trans'Cub demande des explications 29/05/2018 À Vittel, Nestlé privatise la nappe phréatique 29/05/2018 A Valbonne, la gestion de l'eau était confiée à Suez et depuis le 1er janvier 2018 elle est désormais publique 20/05/2018 "Les comptes de la SME ne correspondent pas à la réalité" 19/05/2018 Sud Ouest 5 mai 2018 : Bordeaux Métropole : la bataille de l’assainissement 19/05/2018 France Antilles 17 mai 2018 Martinique 1ère et ATV : Martinique 1ère : La guerre de l'eau est-elle déclarée en Martinique ? 18/05/2018 Roquebrune : Des factures d’eau bien trop élevées et un service insuffisant 04/05/2018 France 3 Côte d'Azur 3 mai 2018 dans le 19/20 : L'eau de Roquebrune la plus chère des Alpes Maritimes 04/05/2018 Chassée du Gabon, Veolia saisit une nouvelle fois l’arbitrage international 02/05/2018 La Nouvelle République 28 avril 2018 : Touraine Nord Ouest : Navigation en eaux troubles ? 28/04/2018 Nouvelle République 26 avril 2018 : Touraine Nord Ouest Val de Loire Bourgueil : Régie publique ou DSP ? 28/04/2018 Assises de l'eau 24 avril 2018 28/04/2018 Nice Matin 26 avril 2018 : Pourquoi le prix de l’eau fait-il des remous à Roquebrune ? 26/04/2018 Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018
           
ACME

CORRECTIFS A L'ARTICLE DU CANARD ENCHAINE DU 9/01/2008 SUR L'EAU DU GRAND LYON

ET PAN SUR LE BEC A PROPOS 'Des recettes pour rincer l'usager'

Le Canard Enchaîné est-il vraiment toujours sérieux quant aux informations sulfureuses qu'il balance ?
Il est permis d'en douter si l'on se réfère à l'article intitulé : "Des recettes pour rincer l'usager", consacré à quelques "anomalies" relatives à la gestion de la distribution d'eau potable du Grand Lyon.



DESSOUS ET FAIBLESSES D'UNE REVISION TRES INCOMPLETE DU PRIX DE L'EAU AU REGARD DES ARNAQUES DONT LES USAGERS SONT TOUJOURS LES VICTIMES

CORRECTIFS A L'ARTICLE DU CANARD ENCHAINE DU 9/01/2008 SUR L'EAU DU GRAND LYON
Il faut dire tout de suite que cette gestion, confiée au privé (VEOLIA, SDEI) par des contrats d'affermage léonins condamnés par le contrôle de légalité du Préfet de l'époque mais tout de même signés en 1986 par le Collomb de l'époque, distribuait jusqu'au 01/01/2008 (avant la révision quinquennale des contrats), l'eau potable la 2 ième plus chère de France alors que la ressource de la nappe phréatique a la qualité de l'eau d'Evian et que le réseau de canalisations ne présente aucune difficulté technique.

Et si les informations dévoilées dans l'article du Canard sont susceptibles de révolter à juste titre les lecteurs usagers de l'eau du Grand Lyon, elles sont en réalité fausses quant à leur présentation par le journal, dans la mesure où le rédacteur parisien du Canard n'a visiblement rien compris à la situation que lui décrivait son informateur lyonnais. Il a tout mélangé pour faire court et réjouir le lecteur tout en le révoltant, mais au mépris de la vérité vraie comme on dit. Cette vérité doit donc être rétablie ne serait-ce que pour bien faire apparaître les vraies arnaques qui subsistent après la révision.

Ainsi, Daniel Chabanol, président de la Cour d'Appel Administrative de Lyon, n'a jamais été chargé d'effectuer un audit des services en question et n'a donc ni effectué de recherche ni "révélé de réjouissantes découvertes". Daniel Chabanol a simplement œuvré comme président autoproclamé d'un poste qui n'existait pas, au sein d'un arbitrage nécessité par l'impasse dans laquelle s'étaient fourvoyées les négociations de la révision quinquennale des contrats de la distribution d'eau potable du Grand Lyon. En effet, les dits contrats prévoient alors, dans ces conditions, la mise en place de 2 Commissions Tripartites : une pour VEOLIA et l'autre pour la SDEI. Et dans ce cadre, Chabanol fut donc le 3 ième larron, neutre, de la commission dite VEOLIA, aux côtés de Jean-Raphaël Bert, expert de VEOLIA et Jean-Michel Moreau, expert de la SDEI.

D. Chabanol a donc effectué une simple pige et "contrôlé" une commission qui n'est, par ailleurs, jamais arrivée à établir un rapport consensuel. Le rapport de la commission est en réalité la somme de plusieurs contributions plus ou moins contradictoires, dont celle de Chabanol, rédacteur du rapport global, et que les 2 autres experts réfutent plus ou moins gravement.

Pour mémoire, la Commission SDEI est en totale contradiction avec la Commission VEOLIA. Elle regrette, au passage l'accélération brutale du calendrier des négociations qui l'ont empêché de fonctionner sereinement. Tiens, tiens ... Mais tout le mode s'en fout.
La suite va expliquer pourquoi.

Compte tenu du CV de D Chabanol, le Grand Lyon et son Président se sont dits : "personne n'osera contester les conclusions du rapport cette personnalité. Sautons sur l'occasion même s'il est possible d'obtenir plus pour les usagers car il est urgent d'arrêter la contreverse sur le prix de l'eau. Que voilà un bâton merdeux d'écarté avant la campagne électorale des municipales. Tant pis pour les usagers. On adopte les conclusions Chabanol de la Commission VEOLIA. Fin de l'épisode".

Personne n'a évidemment tenu compte de la position des usagers.
Mais que décrit ce rapport ?
Aucune trouvaille c'est certain, car les faits incriminés sont archi connus et ont été dénoncés depuis l'origine même de la délégation du service au privé par le contrôle de légalité du préfet de l'époque, en 1986. Les surfacturations scandaleuses dont ces contrats sont responsables ont été a nouveau rendues publiques, en 1997, non seulement par la Chambre Régional des Comptes Rhône Alpes mais aussi par les rapports d'audits commandés par le Grand Lyon lui-même en 1996 (cabinet SP 2000), 2002 (cabinet Finance Consult), 2007 (cabinet Bert).

Mais sans effet sur le Grand Lyon pour tenter d'y remédier.
Révoltée par cette attitude, l'ACER (Association des Consommateurs d'Eau du Rhône) a compilé et analysé tous ces documents, décortiquant les mécanismes des surfacturations, mettant au jour d'autres arnaques et les suites judiciaires qu'elles pouvaient entraîner.
Enorme mais très enrichissant travail pour ceux qui l'ont effectué avec l'ACER (la CACE et ATTAC 69 notamment). L'ACER porte ainsi depuis 10 ans l'animation des luttes pour la défense des intérêts des usagers de l'eau du Grand Lyon.

Sur les trucs utilisés par VEOLIA pour gonfler la facture, là aussi le Canard s'est mélangé les palmes.
Et tout d'abord à propos des travaux de renouvellement des équipements arrivant en fin de vie et dont l'arnaque associée a pour origine le fait que VEOLIA a prélevé plus d'argent qu'il n'en a dépensé pour effectuer les dits travaux. Ce surprélèvement s'élève, d'après les experts, à 43 millions d'€ depuis 1986. Et si on considère que ces sommes doivent être, comme il se doit, rémunérées, le montant à restituer atteint en réalité les 85 millions d'€. La Commission VEOLIA a considéré qu'il fallait baisser le prix de l'eau de 0.102 €/m3 pour récupérer cette argent surfacturé aux usagers. L'ACER n'est pas d'accord avec ce calcul qui retranche sans les justifier 9 millions d'€ de provisions et ne rémunère pas les 85 millions sur la durée du remboursement de 2008 à 2016.

Quant au 2 ième truc dénoncé par le Canard, là encore il y a mélange des palmes.
En effet,les 15 millions d'€ prêtés par VEOLIA pour rénover des installations ne sont pas la contrepartie d'une "surtaxe" de 0.19 €/m3 comme l'affirme l'article du Canard. Nous verrons plus loin à quoi correspond cette surtaxe de 0.19 €/m3. Par contre il est vrai que la Commission Veolia a retoqué les taux d'intérêts exorbitants qui ont frappé les annuités de remboursement de ces sommes. Conséquence : 0.029 € par m3 de baisse du prix de l'eau qui, outre l'allègement de la facture des usagers, pèsent cependant très lourds lorsqu'on les multiplie par les 85 millions de m3 d'eau facturés par VEOLIA.

Autre truc, le remboursement de la dette de la régie municipale qui exploitait la distribution d'eau potable de la ville de Lyon avant 1986.
En 1986, l'annuité de remboursement de cette dette se montait à 97 millions de F soit 0.19 €/m3 (1.22 F). Coucou les revoilà. VEOLIA a pris en charge les annuités de cette dette jusqu'à l'échéance du contrat, à condition que les 0.19 €/m3 soient rajoutés au prix de l'eau. Conséquence, chaque année ces 0.19 €/m3 sont multipliés par le coefficient K d'indexation du prix de l'eau. Et comme ce K est calculé à partir d'une formule pseudo mathématique déconnectée totalement des coûts réels du service, mais très inflationniste, le montant de l'annuité de la dette prélevé via le prix de l'eau augmente de 4 à 5 % par an alors que le remboursement réel effectué auprès des banques diminue. Résultat, en 2006, les 0.19 €/m3 sont devenus 0.19*1.75 (K) = 0.33 €/m3 correspondant à 28 millions d'€ prélevés par VEOLIA pour 7.7 réellement remboursés soit une arnaque de 21 millions d'€.
Et ça augmente doublement chaque année : une fois au grattage du K et une autre au tirage de la baisse de l'annuité réelle.

Depuis 1986, ce sont plus de 150 millions d'€ qui ont ainsi été escroqués aux usagers ; le délit correspondant s'appelle : enrichissement sans cause.
La réforme n'a retenu que le coût financier (les intérêts à reverser aux usagers) et en réparation une baisse de 0.086 €/m3 alors qu'en 2006, comme on l'a vu, l'arnaque a coûté 0.25 €/m3. Il est révoltant de constater que le Grand Lyon ait abandonné ce délit à l'issue de la révision.

Dernier truc évoqué par le Canard, la facturation de l'eau utilisée par le service propreté. Là, le Canard s'est un peu moins emmêlé les palmes.
Le service propreté utiliserait 12 millions de m3 d'eau. Le conditionnel car il n'a pas été installé vomontairement de compteurs sur les bouches de lavage ; ce qui constitue par ailleurs une faute grave voire un délit mais certainement pas une excuse, comme le Grand Lyon tente de le faire accréditer. Or 7 millions de m3 seulement sont facturés à la propreté et ... au forfait ... ce qui est interdit par la loi (1ère infraction aggravée par le fait iule collectivité en soit responsable). Mais ce n'est pas tout, les 7 millions du forfait sont facturés 0.05 €/m3 soit 35 à 40 fois moins qu'aux usagers domestiques. Pas de quoi encourager les économies puisqu'en plus tout le reste passe à la trappe (5 millions de m3). Avec 2 autres infractions à la clé : vol de 5 millions de m3 d'eau et financement du service de la propreté par celui de l'eau.

A moins que ces 5 millions de m3 d'eau soient en fait, des fuites cachées du réseau de VEOLIA attribuées à tort au lavage des rues mais servant de faire valoir au distributeur en lui permettant d'afficher un rendement de réseau exceptionnellement bon.
En guise de conclusion.

Ces surfacturations ne sont malheureusement pas les seules qu'autorisent les contrats d'affermage plus que léonins de la distribution d'eau potable du Grand Lyon. L'ACER les dénoncent dans des publications disponibles sur simple demande à linosse@wanadoo.fr.
Les associations sont donc à juste titre très amères de constater que les résultats de la révision sont très en retrait par rapport à ce qu'elles demandaient : 0.92 €/m3 justifiés centime par centime de baisse du prix de l'eau et qui s'additionnent en fait, en grande partie (moins éventuellement les renouvellemnts) aux 0.285 €/m3 obtenus par la révision quinquennale.

Elles savourent tout même avec jubilation, la perte de recette de 24 millions d'€ par an (et indexée sur le K, vive le boomerang) supportée par VEOLIA. Les associations restent pourtant sur leur faim et en colère que l'on puisse continuer à travailler avec un prédateur qui a tant excroqué la collectivité pendant plus de 20 ans et qui continuera à la piller.
La lutte continue.

En pièce jointe le courrier adressé par l'ACER au Président Collomb et que vous devez lire absolument.

JL LINOSSIER pour l'ACER

Mardi 22 Janvier 2008
Mercredi 23 Janvier 2008
JEAN-LUC TOULY
Lu 3752 fois

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide