ACME
LE GOUVERNEMENT ANNULE LES ASSISES DE L’EAU ! 16/07/2018 Le Télégramme 6 juillet : Quimper : Eau secours 29 et le Carepa sont à nouveau montées au créneau pour dénoncer un règlement de l’eau favorisant le délégataire au détriment des usagers 08/07/2018 Marianne 3 juillet : Fête de l’Huma : finies les tournées de Cuba Libre offertes par le SIAAP  Boîte de réception x 07/07/2018 Bordeaux: Suspectant de la corruption, une association Trans'cub dépose plainte sur le dossier eau : l'ACME et le FRICC soutiennent l'association de défense des consommateurs Trans'cub 05/07/2018 France Antilles 3 juillet : Guadeloupe : CAPESTERRE BELLE-EAU Gestion de l'eau : dépôts de plainte en cascade en perspective ? 03/07/2018 MARCHÉS DE L’EAU : LES BUREAUX D’ÉTUDE DANS LE VISEUR DE LA JUSTICE 02/07/2018 Roquebrune Cap Martin la Riviera française Nice matin 2 juillet 2018 : Une association créée pour renégocier le prix de l'eau 02/07/2018 Marsactu par Lisa Castelly, le 29 Juin 2018 :   Soupçons d’emplois fictifs à la Seramm, filiale de Suez à Marseille Métropole 02/07/2018 Création à Roquebrune Cap Martin de l'Association de Sauvegarde de l'Eau de la CARF (Communauté d'Agglomération de la Riviera Française) 01/07/2018 Eau potable : Loches Sud Touraine fait le choix de la gestion publique 01/07/2018 Le chlordécone, ce poison 01/07/2018 France Antilles Guadeloupe 28 juin : Dossier de l'eau : les associations de défense des usagers font le point 28/06/2018 FRICC et ACME : C à vous France 5 25 juin 19h : le scandale du chlordécone en Martinique et en Guadeloupe et la réaction scandaleuse du ministre Nicolas Hulot 26/06/2018 20 juin : Outre mer 1ère 20 juin : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 20/06/2018 Assainissement de la Métropole de bordeaux : Trans’cub demande l’ouverture d’une enquête 20/06/2018 L’affaire Veolia/Etat du Gabon s’ouvre ce 20 juin à Paris 20/06/2018 AFP Le Figaro 19 juin 2018 : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 19/06/2018 Radio Caraibes International RCI 19 juin : Une plainte pour détournements de fonds publics déposée contre la SME 19/06/2018 France Antilles 19 juin 2018 : La Société Martiniquaise des Eaux, filiale de Suez, visée par une plainte pour détournement de fonds publics 19/06/2018 « Le Scandale de l’Eau En Guadeloupe » 19/06/2018 Bordeaux Métropole : l'association Trans'Cub va alerter la justice sur le marché de l'assainissement 18/06/2018 ssainissement Bordeaux : Alain Juppé a dû faire appel à l’Inspection générale des services 16/06/2018 Siaeag : le procès renvoyé au 24 janvier 2019 15/06/2018 INFO FRANCE BLEU PARIS - Inondations : le maire de Wissous attaque Suez devant le tribunal administratif 14/06/2018 Interview dans le journal de 9h de France Bleu IdF Paris du maire de Wissous (91) sur les inondations dans sa ville dont la cause provient du mauvais entretien des bassins de rétention des eaux pluviales gérés par Suez 14/06/2018 Journal télé de 19h de Martinique 1ère 13 juin 2018  Plainte du FRICC et de l'ACME envers le président de l'ex SICSM et la SME filiale de Suez en Martinique depuis 1977 14/06/2018  Communiqué de presse du FRICC et de l'ACME du 7 juin 2018 13/06/2018 Le JDD du 10 juin 2018 : L'eau en Martinique : Suez visé par une plainte du FRICC et de l'ACME 10/06/2018 Midi Libre 6 juin 2018 : Gestion de l’eau à Nîmes : Eau bien commun Gard accuse l’Agglo de délit de favoritisme 07/06/2018 Veolia, Suez, Aqualia et Aguas de Valencia, impliquées dans plusieurs affaires de corruption en Europe et les conséquences 06/06/2018 CU Bordeaux Assainissement : Trans'Cub demande des explications 29/05/2018 À Vittel, Nestlé privatise la nappe phréatique 29/05/2018 A Valbonne, la gestion de l'eau était confiée à Suez et depuis le 1er janvier 2018 elle est désormais publique 20/05/2018 "Les comptes de la SME ne correspondent pas à la réalité" 19/05/2018 Sud Ouest 5 mai 2018 : Bordeaux Métropole : la bataille de l’assainissement 19/05/2018 France Antilles 17 mai 2018 Martinique 1ère et ATV : Martinique 1ère : La guerre de l'eau est-elle déclarée en Martinique ? 18/05/2018 Roquebrune : Des factures d’eau bien trop élevées et un service insuffisant 04/05/2018 France 3 Côte d'Azur 3 mai 2018 dans le 19/20 : L'eau de Roquebrune la plus chère des Alpes Maritimes 04/05/2018 Chassée du Gabon, Veolia saisit une nouvelle fois l’arbitrage international 02/05/2018 La Nouvelle République 28 avril 2018 : Touraine Nord Ouest : Navigation en eaux troubles ? 28/04/2018
           
Communiqués de Presse d'Anticor

Campagne Nationale Anticor 2007 (anticor.wordpress.com)

Il s'agit de faire de la corruption un thème d'intérêt public, au travers de nos 10 propositions déclinées au fil de nos conférences de presse et de nos rencontres dans toute la France en 2007.



Manifeste pour une vie politique enfin propre

Campagne Nationale Anticor 2007 (anticor.wordpress.com)
Les citoyens n’ont plus confiance en ceux qui les représentent, ils les estiment « tous pourris » et plus à même de s’intéresser à leur pouvoir et leur porte-monnaie qu’à leur rôle démocratique.

Pour regagner la confiance des citoyens et rendre enfin propre la vie politique française, Anticor se mobilise et appelle toutes et tous, élus ou citoyens à lutter activement contre la corruption qui a aujourd’hui gagné une partie des hommes et femmes politiques. L’association de lutte contre la corruption des élus, Anticor, propose 10 mesures pour immuniser la politique :


1) Prévenir

  • - non cumul des mandats et des fonctions
  • - formation obligatoire des élus aux bonnes pratiques de gestion
  • - reconnaissance du droit d'alerte pour protéger du licenciement les salariés révélant des malversations dans leurs entreprises


2) Contrôler

  • - établissement d’un contre-pouvoir citoyen
  • - réglementation du lobbying en France
  • - renforcement des chambres régionales des comptes et élargissement de leur saisine
  • - transparence sur les prix et profits de l'exploitation et de la gestion de l'énergie et des ressources naturelles (eau, gaz, pétrole ...)


3) Punir

  • - inéligibilité définitive des élus condamnés pour délits financiers
  • - suppression de l'amnistie des délits financiers
  • - suspension de marchés publics à une entreprise condamnée pour avoir versé des pots de vins

INTERVIEW accordée à N'OBS par Séverine Tessier

Séverine Tessier
Séverine Tessier
LE RENVERSEMENT D'OSCAR TEMARU

"Les ficelles de ce putsch sont tirées par l'Elysée"
15.12.2006


L'affrontement entre Oscar Temaru et Gaston Flosse semble sans fin. Comment peut-on l'expliquer ?

- C'est en effet une énième tentative de la part de Gaston Flosse, qui veut reprendre le pouvoir avant l'élection présidentielle. Comme en octobre 2004, cette motion de censure contre Oscar Temaru a été adoptée de justesse: deux élus instables ont suffi à faire basculer la majorité du côté des autonomistes de Gaston Flosse.
C'est donc un nouveau coup porté à la stabilité politique de la Polynésie française et une nouvelle tentative de confiscation du pouvoir par le clan Flosse. Cette fois encore, il y a fort à parier que les ficelles de ce "putsch" sont tirées par l'Elysée. La Polynésie française représente en effet un enjeu politique et financier pour les proches de la chiraquie. Politique, avec ses quelque 250.00 habitants, et financier en raison de la manne importante dont disposent toujours les "copains de la chiraquie", dont je parle dans mon livre, qui ont bénéficié de largesses du pouvoir du temps de Gaston Flosse. Paris n'a qu'un seul et unique objectif dans ce territoire d'outre-mer: remettre à sa tête l'homme soutenu par le gouvernement de métropole, à savoir Flosse.
Je m'inquiète beaucoup des conséquences de ce dernier "épisode" du duel Flosse-Temaru sur la démocratie de la Polynésie française. A chaque fois que le peuple polynésien s'exprime, comme il l'a fait en élisant Oscar Temaru, le clan Flosse essaie de lui confisquer le pouvoir par une tentative de putsch.
Cela tient principalement à la majorité actuelle, qui est très serrée. Le dernier scrutin était partiel. Tout s'est joué à très peu de choses. Oscar Temaru a alors formé une coalition, qui reflète une certaine diversité du paysage polynésien. Mais comme toute coalition, elle devient fragile dès lors que ses membres acceptent de se laisser de côté une partie de leur programme.

Quel bilan peut-on tirer du gouvernement d'Oscar Temaru depuis son arrivée au pouvoir en juin 2004 ?

- Oscar Temaru s'est fixé une priorité essentielle: le développement économique et social. Il a réussi à esquisser les contours de cette politique. Mais il est difficile de mesurer les effets d'une politique en à peine un an et demi. (ndlr : Oscar Temaru a perdu son siège de président de la Polynésie française en octobre 2004 avant de le récupérer en mars 2005). C'est pour cette raison qu'Oscar Temaru doit pouvoir aller au bout de son mandat, prévu en 2009. A ce moment-là, les électeurs pourront choisir en fonction de ce qui aura été fait.
Oscar Temaru est - je peux l'affirmer pour l'avoir rencontré - une personne humble et d'une grande intégrité personnelle. Mais il a été sans cesse malmené, y compris dans son camp, où les appétits pour les responsabilités étaient très aiguisés. Surtout, il est l'objet d'une surenchère permanente et de tentatives de déstabilisation qui rendent difficile l'exercice de son mandat. Il faut toutefois signaler qu'il a essayé de reprendre en main la gestion publique, que Gaston Flosse avait laissé dans un état calamiteux. Cette tentative est à saluer dans un territoire où les débats tournent surtout autour de "vieux sujets" comme le nucléaire ou l'indépendance.

Justement, si Oscar Temaru est réélu, peut-on imaginer à terme une Polynésie indépendante, comme il le souhaite ?

- Avant d'imaginer un scrutin sur l'autodétermination, comme en Nouvelle-Calédonie, qui débouche sur l'indépendance du territoire, il faut créer les conditions du respect du suffrage universel. Cela passe d'abord par une paix sociale, ce qui implique un véritable rassemblement dépassant les clivages indépendantistes/autonomistes. C'est sur cette base que Temaru a été élu. Mais la paix sociale n'est pas encore une réalité. L'autre condition est celle de l'auto-développement économique, qui elle non plus n'est pas encore remplie. A ce jour, la Polynésie a encore besoin de la France. Elle est dépendante de ses importations en Nouvelle-Zélande et n'a pas les moyens de s'autoalimenter Car la politique de l'Etat français à l'égard de la Polynésie a toujours été plus guichetière que solidaire.
En ce qui concerne la réélection d'Oscar Temaru, tout est très aléatoire et toujours très serré entre les deux clans. Mais il n'y a pas à l'heure actuelle d'alternative à Temaru capable de rassembler la Polynésie. Le président de l'Assemblée de Polynésie, Philip Schyle, a d'ailleurs indiqué qu'il ne voterait pas pour un président issu du parti autonomiste. Gaston Flosse essaie de mettre en avant le maire de Bora Bora face à Temaru. Mais il n'a aucune assise pour créer un véritable rassemblement.
Ce qui est certain en revanche, c'est que l'équipe de Temaru avait été élue sur un choix massif de la population. Il est du devoir de Paris de garantir de façon durable la stabilité démocratique de la Polynésie française. Pour cela, le gouvernement français doit assurer la continuité du rassemblement autour d'Oscar Temaru jusqu'au terme de son mandat.

Propos recueillis par Chiara Penzo
(le jeudi 14 décembre 2006)

Vendredi 22 Décembre 2006
Dimanche 7 Janvier 2007
Anticor
Lu 3978 fois


1.Posté par CAPDEBOSCQ Jean Marc le 05/01/2007 11:42
Dans le 1er point "Prévenir" je propose de rajouter que le financement des parties politiques et plus largement des moyens de fonctionnement de la démocratie participative, du contrôle citoyen soient assurés uniquement par l'impôt . L'interdiction du financement par les millieux économiques et par le privé est une des conditions de transparence et de lutte contre la corruption.

Jean Marc CAPDEBOSCQ Conseiller municipal de Jurançon

2.Posté par REIA le 06/09/2007 05:16
Suis polynésienne, et française. Une jeune femme âgée de 27 ans. Je voulais juste tirer quelques points avec vous sur votre article. Si vous disiez que vous connaissiez bien Oscar TEMARU. Que vous aviez pris le temps de cotoyer cette personne. Moi je peux vous dire que je n'ai en aucune manière confiance en lui. Sous ses agissements d'antipopa'a, antiblanc, une personne égale à FLOSSE. Saviez-vous que lorsque TEMARU était au pouvoir, il était tout le temps absent du territoire. Préférant partir en Nouvelle-Zélande comme il dit avec l'argent du peuple, revenant bredouille. Où quand il était à TAHITI, passait ses journées sur le Golf d'ATIMAONO. Comment peut-on faire confiance à cette personne qui manipulait les petits tahitiens, avec sa langue de vipère? Celui qui était l'auteur de Papeete en feu ou l'aéroport rasé en 95... Ne sachant pas gérer un pays. Aviez vous visiter sa ville FAAA? Les petits quartiers??? Moi le connais, j'y ai vécus toute mon enfance.
Ca évidemment vous l'avez oublié! Vous ne savez pas ce qu'il est réellement. Un monsieur à deux nationalités. Un métis tout comme FLOSSE qui ne sait pas où se positionner....
Car les plus racistes ici sont bien les demis qui ont du mal à se situer...
FLOSSE monsieur 33%.
TEMARU grand propriétaire de terre, entrepôts, bijouterie... aussi possédant des terre en Nouvelle-Zélande.
Ni FLOSSE, ni TEMARU n'est digne de représentait la Polynésie. Assez de voir ses escrocs au pouvoir.
Ils agissent que dans leur propre intérêt.
Heureusement que SARKOZY soit le Président de la République. C'est lui qui fera bouger les choses. Qui mettra les hommes du parti Chirac de côté....

Et fera que les nouveaux élus de l'Assemblée Territoriale travailleront pour avancer économiquement. Ce qu'il faut c'est réduire les portefeuilles des élus. Là plus personne ne voudra plus faire de la politique.

Et on aura que des personnes qui voudront travailler. Réduire les fonctionnaires, arrêter de marcher sur les entreprises privées.

Car n'oubliez pas que FLOSSE et TEMARU sont des retraités de la fonction publique.
Et en plus réclament encore des sous alors qu'ils ne font rien. Ici c'es le cas de plusieurs retraités de la fonction publique.

Bon je préfère abréger, car ici on est dans le rouge économiquement. Et cela me peine énormément de voir que les politiciens font n'importe quoi.

Allez bonne réception


Dans la même rubrique :

De quoi découle - 03/12/2006

Communiqués de Presse d'Anticor | Communiqués de Presse d'ATTAC | Communiqués de Presse de la CACE | Communiqués de Presse de France Libertés | Communiqués de Presse de S-EAU-S | Communiqués de Presse de transcub | Communiqués de Presse syndicalistes et politiques

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide