ACME
Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019 Guadeloupe : l'eau potable devient rare pour les habitants 15/10/2019 Quand l’eau potable ne coule plus aux robinets en Guadeloupe JT 13h France 2 14 octobre 2019 14/10/2019 Marc Laimé, consultant spécialisé dans les politiques de l'eau et Fabien Bouglé, ancien vice-président de la Fédération environnement durable, débattent pour RT France de la dangerosité des sites Seveso pour les populations vivant à proximité 02/10/2019 Omerta sur une catastrophe industrielle majeure aux portes de Paris par Marc Laimé 27 septembre 2019 28/09/2019 La commission d’enquête parlementaire sur la pollution au Chlordécone est arrivée en Guadeloupe. Les auditions commencées en Martinique se poursuivent désormais en Guadeloupe 20/09/2019 SIAEAG : la police déloge les occupants de Moun Gwadloup 20/09/2019 Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019
           
REVUE DE PRESSE

Cette loi est une loi de dupes»

Alors que la loi sur l’eau replonge pour quelques mois dans les oubliettes du calendrier parlementaire, Bernard Barraqué, directeur de recherche au CNRS et spécialiste des politiques de l’eau, revient pour le JDLE sur les enjeux du texte.



Cette loi est une loi de dupes»
Le défi le plus important, c’est la directive cadre européenne, qui nous donne trois objectifs en même temps: atteindre le bon état écologique des eaux en 15 ans, faire financer les services rendus par l’eau par leurs bénéficiaires, et enfin, assurer la transparence vis-à-vis du public. Cela pose beaucoup de problèmes. Par exemple, il n’est pas du tout évident d’atteindre le bon état écologique , dans un milieu déjà très anthropoïsé. On aura besoin de délais, et d’aides.

La loi sur l’eau donne-t-elle les moyens de relever ces défis?

La loi sur l’eau actuellement en discussion est une loi de dupes, mise au point par des gens qui veulent se persuader que l’on pourra baisser le prix de l’eau. Pourtant, les objectifs de la directive cadre auront forcément des effets sur le service public de l’eau, qu’il faut effectivement assurer à des prix abordables. Mais le niveau des dépenses est déjà insuffisant pour entretenir, à long terme, les équipements existants. Le renouvellement des infrastructures, qui arrivent maintenant en fin de course, pourrait atteindre 200 milliards d’euros! Si on y ajoute les objectifs européens, la note sera forcément importante. Or, les agences de l’eau, petits galions chargés d’or au milieu des corsaires, risquent de se faire piller à chaque instant. Et le risque augmente avec la fiscalisation de leurs recettes stipulée dans la loi. Le Parlement nous promet qu’il ne le fera pas, mais quelles garanties avons-nous pour demain?

Cette loi est une loi de dupes»
Qu’aurait-il fallu faire?

Cette loi est très inquiétante, même si tout n’y est pas mauvais. Je pense par exemple à la redevance phytosanitaire, qui permet une avancée quant à la transparence autour des effluents agricoles, à défaut de redevance sur les nitrates. Mais il y a aussi beaucoup de ratés. Par exemple, dans le projet précédent, il était question de faire payer les collectivités, plutôt que les usagers domestiques. Ce serait plus légitime. En Allemagne, par exemple, ce sont les villes qui polluent, ce sont donc elles qui paient. Mais en France, le citoyen paie, puis les collectivités sont aidées! Le système de redevance de collecte identique dans tout le bassin, quel que soit l’état du réseau, c’est une prime au plus sale.
Derrière cette loi, on sent un parfum général démagogique, comme si on n’était pas assez solidaire, et qu’il fallait une eau «de France», offerte au niveau national. Ce n’est pas bon. Il faut un service public de l’eau à un échelon plus local et absolument instaurer la mutualisation, pas seulement des moyens financiers, mais aussi de la gestion et du fonctionnement. Aujourd’hui, ces compétences sont trop éparpillées et je ne suis pas certain que la loi en cours progresse sur ce point.

Vous sembliez redouter un déficit structurel de la gestion de l’eau?

Dans les grandes collectivités, on recouvre les coûts -en oubliant peut-être quelques vieux tuyaux… Mais cela ne pourra continuer que si on n’affaiblit pas les agences. Si celles-ci aident moins, le prix de l’eau augmentera encore, ce qui deviendra de moins en moins acceptable socialement.
De toute façon, il faut mettre à profit les nouvelles règles de comptabilité publique, qui permettent aux collectivités de faire des provisions, afin d’assurer l’amortissement de leurs investissements. La vraie inquiétude, c’est que l’on ne parvienne plus à faire de telles économies, pour disposer d’argent pas cher au moment des investissements.

Où en est-on dans le volet information/participation du public ?
La participation du public, c’est d’abord et avant tout l’ensemble des institutions de l’eau dans lesquelles les usagers sont représentés de façon permanente. Ce système est très ancien en France, important et bien installé, et permet une participation qualifiée. Mais cela ne règle en rien la question de la place du grand public. La consultation organisée récemment était sans aucun intérêt. Poser ainsi des questions brutalement aux gens, ça ne sert pas à grand chose. Pourquoi ne pas développer, par exemple, des sites web où l’on réponde au public et où celui-ci puisse s’exprimer? Certains grands services de l’eau le font déjà. On a effectivement répondu à la directive européenne mais, depuis 2000, on aurait pu mieux se préparer…

Pensez-vous que l’on entre dans une nouvelle phase de la gestion de l’eau en France?
On arrive effectivement à ce que j’appelle le «troisième âge» de la politique de l’eau. La première phase consistait à aller chercher de l’eau plus propre, plus loin. Ce fut l’âge du développement du réseau. La seconde phase fut celle de la dépollution des eaux, avec l’équipement en capacités de traitement. La troisième phase s’attaque à la pollution diffuse, qui apparaît lorsqu’il n’y a plus de gros points noirs, mais lorsque tout est devenu gris. Là, on a besoin de génie environnemental, de nouveaux profils d’ingénieurs de l’eau. Il s’agit d’une gestion différente, attentive aux milieux naturels, qui privilégie la prévention. Par exemple, dédommager les agriculteurs qui réduisent leur consommation de nitrates plutôt que financer la dépollution. Cette logique émerge des 9e programmes en cours de définition dans les agences. Mais, là encore, on est confronté au même problème. Plus les agences sont faibles, exposées aux critiques, moins elles pourront être audacieuses. Elles risquent de se replier sur le service minimum de gestion, les seules stations d’épuration. Autre problème: le manque de prestataires pour ce genre de métier. Les entreprises privées de l’eau ne sont pas légitimes pour faire de l’aménagement du territoire. L’idéal, ce serait des entreprises privées gérées par la collectivité. Ce genre de statut n’existe pas en France, mais aux Pays-Bas par exemple, il est très efficace.

Laure Pollez

Dimanche 9 Juillet 2006
Dimanche 9 Juillet 2006
jde
Lu 2059 fois

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide