ACME
Compte rendu réunion préfet Guadeloupe et acteurs de l’eau en présence de l’association @balancetonsiaeag 02/07/2020 Courriers de Me Breham avocat de l'association @balancetonsiaeag (et de l'Acme et du Fricc) au président du SIAEAG et au Préfet de Guadeloupe sur la non exécution de l'ordonnance de référé du 22 juin 2020 condamnant le SIAEAG à fournir 9 litres d'eau 01/07/2020 1ère victoire en Guadeloupe pour les usagers de l'eau : Le Siaeag enjoint par la Justice de livrer quotidiennement un pack d'eau aux 207 requérants de l'association #BalancetonSiaeag 24/06/2020 Emmanuel Brechot sur Canal 10 Guadeloupe 19/06/2020 AFP Ouest France Nouvel Obs Le Figaro et TV5Monde : Guadeloupe des usagers de l’eau saisissent la justice 17/06/2020 Communiqué de presse du 15 juin 2020 : Référé de 207 usagers de l’eau de Guadeloupe et de l’association @balancetonsiaeag devant le Tribunal Administratif de Basse Terre 16/06/2020 Lettre d'une Guadeloupéenne de métropole 04/06/2020 Proposition de Résolution visant à la création d'une Commission d'enquête sur la gestion de l'eau en Martinique 02/06/2020 Demande du Comité Citoyen du Sud de la Martinique de création d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion de l'eau désastreuse en Martinique et Guadeloupe 01/06/2020 La société Martiniquaise des eaux contrainte par la justice de rétablir l'eau courante à Sainte-Luce, à Rivière-Pilote et à Rivière-Salée 30/05/2020 Communiqué : Commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau en Martinique (SME) et en Guadeloupe (Générale des Eaux Guadeloupe) 24/05/2020 KMT 20 MAI 2020 Savoir et Réfléchir : la SME Société Martiniquaise des eaux filiale de la multinationale SUEZ 21/05/2020 Eau: vers la création d'une commission parlementaire La FRICC (Front Républicain d'Intervention Contre la Corruption) demande en urgence la création d'une enquête parlementaire sur l'eau en Martinique et en Guadeloupe. Jean-Luc Touly, le Président es 21/05/2020 Eau en Martinique et en Guadeloupe : une commission d'enquête parlementaire « exigée » 20/05/2020 Communiqué de l'Acme et du Fricc : Demande de création urgente d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau par 2 multinationales depuis des décennies et ses conséquences des coupures et tours d'eau en Guadeloupe et Ma 19/05/2020 lundi, le Comité Citoyen du Sud Martinique a manifesté devant le siège de l'Espace sud à Sainte-Luce, première étape avant un bis répétita mercredi matin, devant le siège de la SME au Lamentin. Des bouteilles d'eau ornaient les grilles 19/05/2020 17 mai 2020 : France-Antilles (plainte pénale) et Martinique 1ère JT 19h 17 mai 2020 18/05/2020 Martinique Eau : deux mobilisations à venir du Comité citoyen sud de la Martinique 15/05/2020 Martinique : des coupures d'eau courante dans la commune de Sainte-Luce 13/05/2020 Martinique : Eau : « Certains ont intérêt à maintenir la situation en l’état » 13/05/2020 Odyssi introduit une action en justice contre la SME pour non respect du contrat qui les lie. Elle étudie la possibilité de contester la décision du tribunal judiciaire de Fort-de-France qui la condamne sous astreinte à rétablir l'eau à ses abonnés 10/05/2020 Coupures d'eau : la sénatrice Catherine Conconne demande au préfet une réunion de toute urgence...pour éviter des troubles 10/05/2020 France Antilles 9 mai 2020 : le scandale de la gestion de l’eau en Martinique comme en Guadeloupe n’a que trop duré 09/05/2020 PETITION POUR UNE COMMISSION D'ENQUÊTE PARLEMENTAIRE SUR LA GESTION DE L’EAU PAR VEOLIA EN GUADELOUPE 24/04/2020 COVID-19 ET NETTOYAGE DES RUES : LES MENSONGES DE LA MAIRIE DE PARIS PAR MARC LAIMÉ, 20 AVRIL 2020 20/04/2020 VIDEO CONFÉRENCE-DÉBAT : L’INCENDIE DU SIAAP PAR MARC LAIMÉ, 21 JANVIER 2020 22/01/2020 Menton conseil communautaire la gestion et le prix de l'eau au menu de la séance du 28 novembre 2019 (Nice Matin 30.11.19) 17/01/2020 Guadeloupe : GERMAIN PARAN,PRÉSIDENT DU CDUE « L'usager de l'eau doit être au centre des débats » 09/12/2019 La justice enquête sur la gestion de l'eau dans le sud de l'aisne dont le délégataire est VEOLIA 15/11/2019 Le Télégramme 8 novembre 2019 Eau Secours 29 les candidats aux municipales sous pression sur la gestion de l'eau 09/11/2019 Eau du bassin rennais succédera à Veolia le 1er février 2020 07/11/2019 Droit d'alerte et de retrait des salariés du SIAEAG (Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe) 03/11/2019 JT 19/20 France 3 22 octobre : Pollution : menace sur la Seine après l'incendie d'Achères 23/10/2019 Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019 Guadeloupe : l'eau potable devient rare pour les habitants 15/10/2019 Quand l’eau potable ne coule plus aux robinets en Guadeloupe JT 13h France 2 14 octobre 2019 14/10/2019 Marc Laimé, consultant spécialisé dans les politiques de l'eau et Fabien Bouglé, ancien vice-président de la Fédération environnement durable, débattent pour RT France de la dangerosité des sites Seveso pour les populations vivant à proximité 02/10/2019 Omerta sur une catastrophe industrielle majeure aux portes de Paris par Marc Laimé 27 septembre 2019 28/09/2019 La commission d’enquête parlementaire sur la pollution au Chlordécone est arrivée en Guadeloupe. Les auditions commencées en Martinique se poursuivent désormais en Guadeloupe 20/09/2019
           
ACME-MAROC

Collecte des déchets : faut-il enterrer la gestion déléguée ?

Revue, Actuel (Casablanca) n°66, samedi 23 octobre 2010



Le torchon brûle entre certaines mairies et les sociétés de collecte d’ordures. En cause, la qualité des prestations et les retards de paiement.

***
Carence de camions-bennes, ordures qui s’amoncellent, non-respect des clauses des cahiers des charges… les principales sociétés de gestion des ordures ménagères sont dans le collimateur des mairies à qui elles reprochent à leur tour des retards dans le paiement des dettes, notamment celles se rapportant aux heures supplémentaires des employés communaux. Dans un pays qui gère près de 20 000 tonnes par jour (plus de 6,7 millions de tonnes par an), cette situation a de quoi inquiéter et remet en question la pertinence même du recours à la gestion déléguée qui semble avoir atteint ses limites.
Une proposition radicale
« Cette situation dévoile au grand jour la dichotomie entre des entreprises privées qui, pour faire des bénéfices, refusent de mettre la main à la poche, et des communes qui n’ont pas les moyens de les surveiller et qui négocient mal des cahiers des charges peu précis », résume l’économiste Mehdi Lahlou. Pour ce dernier, il faudrait au préalable revenir à une situation normale, c’est-à-dire au respect des cahiers des charges actuels pour enfin renouer avec le système des régies publiques tout en s’assurant qu’elles soient gérées de manière moderne. Une proposition certes radicale, mais qui risque d’être à l’ordre du jour si rien n’est fait pour balayer devant nos portes.
Casablanca, une dette de 90 millions
Gestionnaire : Segedema, Tecmed et Sita El Beida.
Quantité de déchets gérée par an : 1 million de tonnes.
Problème d’organisation, d’encadrement, de contrôle qualité, de présence et de déploiement des agents, de remise de documents administratifs, d’obsolescence et de manque de camions de collectes… bref, rien ne va plus entre la mairie de Casablanca et la société Segedema (groupe Pizzorno), qui gère les quartiers de Lissasfa, Ben Msik, Sidi Othmane, Sbata, Aïn Chock et Sidi Maârouf depuis 2004.
La mairie menace même de suspendre le contrat de la société devant ces « manquements au cahier des charges ». De son côté, Segedema réclame la somme de 90 millions de dirhams à la ville, ce qui représente le cumul des arriérés de paiement depuis l’année 2005, dont les indemnités des employés communaux qui n’ont de cesse de manifester et de faire grève pour donner de la voix. Segedema avait même cessé ses investissements en attendant le règlement de la somme due.
La situation est telle que le PDG du groupe français, Francis Pizzorno, s’est déplacé en personne au Maroc pour trouver une solution. Pour l’heure, les négociations pour le remboursement de la dette et l’amélioration des services sont en cours.
Rabat, plus de camions-bennes
Gestionnaire : Veolia et Tecmed.
Quantité de déchets gérée par an : 240 000 tonnes.
La capitale du Maroc, réputée plus propre que ses consœurs, a eu droit à sa crise l’été dernier. Une situation plus qu’embarrassante pour une ville qui a abrité la Journée mondiale de la terre. Le ministère de l’Intérieur avait même réagi en convoquant les deux sociétés en charge de la gestion des déchets, Veolia propreté et Tecmed, et leur avait donné quelques jours pour que les choses rentrent dans l’ordre. Les quartiers de Hassan et de Yacoub Al Mansour, gérés par Veolia, détonnaient particulièrement et voyaient les ordures s’accumuler. A sa décharge (sans jeu de mots), Veolia accuse les grèves à répétition menées par ses employés et la détérioration du matériel.
Aujourd’hui, la situation semble être revenue à la normale, selon le maire de Rabat, Fathallah Oualalou. « Nous avons mis en place une commission de veille quotidienne, ce qui a eu pour résultat une nette amélioration des prestations », explique-t-il. Cela étant, restent encore certains points noirs à éradiquer, et la mairie attend des prestataires de service une meilleure couverture « et le passage des camions-bennes plus fréquemment », conclut avec pragmatisme Fathallah Oualalou.
Marrakech, sus aux voleurs de bacs à ordures
Gestionnaire : Pizzorno et Tecmed Maroc.
Quantité de déchets gérée par an : 130 000 tonnes.
A Marrakech, on accuse les délégataires de service de balayer uniquement les belles avenues et d’oublier le reste ! Plus prosaïquement, ce sont surtout les arrondissements de la Ménara et du Guéliz, gérés par Tecmed, qui posent problème. Le gestionnaire du service ne nie pas les difficultés dues, selon lui, aux grèves organisées par les employés durant le mois d’août et à une vague de vols de bennes à ordures (un équipement qui coûte en moyenne 1 500 dirhams l’unité !). Cette situation a provoqué l’ire de la mairesse Fatima Zahra Mansouri qui a décidé de pénaliser la société pour non-respect des clauses du cahier des charges. A terme, la ville pourrait même reprendre la gestion du service et abroger le contrat de la société. Une solution extrême qui a peu de chance d’être appliquée. Wait and see.
Salé ,cherche décharge
Gestionnaire : Veolia.
Quantité de déchets gérée par an : 78 000 tonnes.
Les deux principaux arrondissements de la ville, Bettana et Hsain, confiés à Veolia, subissent également les aléas de la collecte des ordures. Cette fois-ci, ce n’est pas l’infrastructure qui est en cause, mais le retard à trouver un site de « transfert des déchets ». Il s’agit d’un premier point de chute pour les détritus avant leur acheminement à la décharge contrôlée de Oum Azza (la plus grande décharge du pays, gérée par Pizzorno, ndlr). Pour l’heure, Veolia continue d’utiliser l’ancienne décharge (polluante) de Akrach en attendant le centre de transfert qui devrait voir le jour à 6 km de Salé, près de la rocade autoroutière.
Mohammédia, bras de fer entre Tecmed et la commune
Gestionnaire : Tecmed Maroc.
Quantité de déchets gérée par an : 46 942 tonnes.
A Mohammédia, c’est le bras de fer entre Tecmed et le président de la commune urbaine, Mohamed M’Fadel. La situation est critique et des amas de détritus sont visibles dans plusieurs quartiers. La ville a sanctionné le délégataire de service pour « négligence » et a exigé des dommages et intérêts. La société, elle, réclame aux autorités le paiement d’une dette de 43 millions de dirhams, mais estime « continuer à prêter ses services malgré l’énorme dette », précise Masiello Ruiz, directeur général de Tecmed Maroc, dans des déclarations à la presse. Pour l’entreprise, le mauvais état de la décharge municipale est responsable des pannes des camions-bennes. Pas question également pour la société d’acheter des bacs à ordures avant que sa situation ne soit régularisée. Si elle perdure, cette crise pourrait même mettre fin au contrat liant la commune de Mohammédia à Tecmed.
Zakaria Choukrallah
://

Samedi 11 Décembre 2010
Lundi 10 Janvier 2011
acme maroc
Lu 1672 fois


Dans la même rubrique :

SOS Moyen Atlas - 13/06/2007

ACME-MAROC | ACME-QUEBEC

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide