ACME
Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019 Nice matin 10 avril 2019 : Roquebrune-Cap-Martin : La renégociation du prix de l'eau doit être la priorité 10/04/2019 L’AFFAIRE DES COMPTEURS D’EAU "JETABLES" REBONDIT AU CONSEIL DE PARIS 03/04/2019 L’eau dans l’agglo. Saint-Avé : du privé à la régie municipale 02/04/2019 Saint Martin : Eau et assainissement : premières factures plutôt salées, les explications 02/04/2019 JARNY - Meurthe et Moselle Eau potable : pourquoi la Ville ne va pas reconduire le contrat Veolia 02/04/2019 LE GRAND PARIS DE L’EAU D’ANDRÉ SANTINI AVANCE GAILLARDEMENT 28/03/2019 "Merci les Français!": 750.000 euros d’indemnités partagés en toute illégalité entre le directeur et des administrateur de la SIAAP 27/03/2019 L’enquête - Vittel : la bataille de l’eau - C Politique, la suite - 24/03/19 25/03/2019 22 mars 2019 Journée mondiale de l'eau : COMMUNIQUE DE L'ACME Association pour le Contrat Mondial de l'Eau France 21/03/2019 A Paris, le naufrage des compteurs d’eau - Marc Laimé 19/03/2019 La Guadeloupe opte pour un syndicat unique de l'eau dés cette année 19/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Eau de Paris : 94 000 compteurs d'eau jetables à 30 millions d'euros ! 15/03/2019 Eau potable au Sénégal : l’autorité des marchés publics annule l’attribution du marché à Suez 08/03/2019 GUADELOUPE /GRANDE-TERRE La CARL et la CANGT vont gérer ensemble leurs problèmes d'eau et l'élimination de leurs déchets 06/03/2019 Le divorce entre Suez et la mairie prononcé 28/02/2019 Médiacités 26.02.2019 : Veolia, le CICE et la baisse du contrat de gestion de l’eau à Toulouse 26/02/2019 La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019
           
COMMUNIQUES DE PRESSE

Communiqué de presse des associations Saving Iceland et Acme : Sauvons l'Islande

suite au Colloque de l'Assemblée Nationale du 19 avril 2006 avec le concours de SOS Loire Vivante et European Rivers Network



La soi-disant raison économique : l’alimentation en électricité d’une usine d’aluminium !

Communiqué de presse des associations Saving Iceland et Acme : <font color='red'>Sauvons l'Islande</font>
Les Hautes-Terres de l'Islande du nord, où se situe le glacier Vatnajökull, sont la dernière grande région vraiment sauvage en Europe occidentale. Actuellement plusieurs multinationales cherchent à exploiter le potentiel hydro-électrique au cœur même de cette région. Elles travaillent à de grands projets industriels concentrés essentiellement sur la production d'aluminium.

Une série de barrages gigantesques est déjà en pleine construction à Kárahnjukar, dans le nord-est du pays. L’électricité produite est destinée uniquement à une énorme fonderie d'aluminium. Pas un kilowatt de l'électricité produite par les barrages ne sera utilisé pour l’alimentation domestique.

La seule soi-disant “raison économique” de ces barrages est donc l’alimentation en électricité d’une usine d’aluminium, construite par la multinationale californienne de l'eau Bechtel, appartenant à ALCOA (multinationale américaine d´aluminium) qui doit être construite dans le fjord de Reydarfjördur pour être opérationnelle dès 2007.
Quelques-unes des régions qui seront en conséquence inondées par le réservoir creusé par les barrages sont protégées non seulement par la loi islandaise, mais aussi par les lois internationales.

Plusieurs régions sont menacées par des projets à venir.

Les scientifiques ont alerté la population de Reykjavik des conséquences dramatiques de ces décisions : si ces projets sont menés à terme, la capitale de l’Islande, « est condamnée à devenir rapidement la zone d’Europe du Nord la plus sérieusement polluée. »

L´importance écologique, botanique, géologique et biologique de ces endroits a été démontrée par des scientifiques du monde entier.
Toutes les entreprises citées ici sont connues pour leurs condamnations diverses et nombreuses, dans le monde entier, pour infractions contre les lois sur l’environnement. Elles se sont rendues coupables de dommages et désastres naturels pour lesquels elles sont toujours poursuivies.

Le permis de construire de l’usine ALCOA pourtant invalidé pour cause d'études d'impact insuffisantes

La Haute Cour de Justice d’Islande a rendu un arrêt en juin 2005 invalidant le permis de construire de l’usine ALCOA, dans la mesure où cette entreprise n’avait pas procédé à l’évaluation obligatoire des conséquences environnementales de leur projet : et pourtant, la construction continue comme si rien ne s’était passé. Preuve qu’il y a bel et bien quelque chose de pourri dans la République Alumimiumienne d’Islande !

Si le gouvernement fit la sourde oreille aux recommandations des experts en économie d’une part, il refusa aussi surtout d’écouter les géologues islandais et américains qui le mirent en garde contre le choix du lieu d’implantation des barrages. Certains rapports furent même falsifiés dans le dos de leurs auteurs afin de manipuler les différentes commissions. Ce que les géologues pointaient, c’était, entre autres danger, le risque très important que l’énorme masse d’eau du bassin de rétention, par son poids, engendre de nombreuses fissures supplémentaires dans la croûte instable de la zone. La conséquence, c’est que les barrages ne pourront sans doute jamais produire toute l’électricité attendue.

L’hydroélectricité = une énergie propre qui pollue plus que l'énergie fossile !

L’ironie, c’est que l’un des arguments principaux en faveur des barrages consiste à dire que l’hydroélectricité est une énergie propre. Or, les réservoirs vont engloutir une végétation qui va pourrir et contribuer, dans une large mesure, à l’émission de gaz à effets de serre. Des études récentes ont montré que les usines hydroélectriques produisent une quantité importante de CO2 et de méthane – certaines produisent même plus de gaz à effet de serre que les usines fonctionnant avec l’énergie fossile.

Le risque est plus important encore : les réservoirs d’eau risquent de ne pas offrir longtemps de matière première pour produire de l’énergie, car à cause des sédiments charriés par l’eau des rivières glacières, les bassins ne tarderont pas à être plein d’une boue inutile et néfaste dans un barrage. De plus, le niveau sans cesse variable des bassins laissera souvent s’échapper des grandes quantités de limon, provoquant des tempêtes de poussière tandis que le sevrage d’eau d’une partie de la région accélèrera le phénomène de désertification et d’érosion qui condamne à terme une partie de la végétation des régions tout autour.

Il va de soi, en outre, qu’en privant le milieu marin du limon apporté normalement par les rivières glacières, on menace à moyen terme les ressources de la pêche islandaise, qui est l’une des industries les plus importantes de l’île. Les conséquences de ces barrages sont donc nombreuses et toutes désastreuses écologiquement, géologiquement, socialement et économiquement.

Malgré un rapport de la Commission mondiale des barrages (WCD – constituée d’experts internationaux indépendants) en 2000, qui apportait des conseils sur la planification, la conception, la construction et la mise hors service des barrages. Ceux-ci continuent « à causer des dégâts sociaux et environnementaux excessifs »

Le WWF considère le projet Karahnjukar comme l’un des barrages les plus nocifs au monde.

Des conditions de travail scandaleuses.

Il faut ici mentionner le sort fait aux ouvriers d’Impregilo, le maître d’œuvre italien du projet Kárahnjúkar : ils travaillent dans des conditions d’hygiène et de danger inadmissibles dans un pays développé.
Les syndicats islandais n’ont cessé depuis le début du chantier de dénoncer ces conditions de travail scandaleuses. Or, Impregilo a été autorisé à enfreindre la loi. En faisant venir ces ouvriers de l’étranger, le gouvernement accepte que soit remis en cause les conventions sociales qui assurent la paix sociale dans ce pays depuis son indépendance.

SOS international = C’est notre dernière chance pour empêcher cet écocide.

Suite à une certaine indifférence de la population et des médias islandais concernant les questions que soulève un tel projet, des environnementalistes islandais ont lancé un SOS international en 2004.

Celui-ci se concrétisa bientôt par un camp de protestation, réunissant, l’été dernier, des activistes du monde entier, sur le site en danger.

En dépit d’une surveillance policière oppressante, la violence et les menaces déployées envers les manifestants, le camp eût un grand impact sur l’opinion publique et remis la question de Karahnjukar à l’ordre du jour.

Aujourd’hui, Saving Iceland, dans le cadre de sa Tournée Européenne, a organisé une rencontre à l’Assemblée Nationale invitée par l’ACME et soutenue dans sa démarche par SOS-Loire Vivante et l’European Rivers Network.

A l’issue de cette réunion, il a été retenu le principe qu’une délégation française autour de la Fondation France Libertés et de sa Présidente, Danielle Mitterrand, et d'élus français se rendrait les 22 et 23 juillet 2006 au prochain camp de protestation qui débutera le 21 juillet 2006 et une conférence publique serait organisée dans la capitale islandaise, Reykjavik.

Ce camp international ne se bat pas seulement contre le barrage de Karahnjukar mais contre la destruction pure et simple de la dernière région encore sauvage d’Europe par l’Industrie Lourde.

Nos revendications sont les suivantes :

Communiqué de presse des associations Saving Iceland et Acme : <font color='red'>Sauvons l'Islande</font>
  • L’arrêt immédiat de la construction des barrages de Kárahnjúkar.

  • Une enquête sur la manière dont la recherche scientifique a été détournée et sur la manière dont les décisions furent prises de manière autocratique.

  • Une publication de tous les projets d’industrie lourde en cours afin qu’une consultation de la population soit conduite à propos du patrimoine national !

Contacts :


Vendredi 21 Avril 2006
Lundi 24 Avril 2006
Acme
Lu 3893 fois

Dans la même rubrique :

Le déclic biogaz - 18/04/2006

La charte de l'eau - 05/04/2006

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide