ACME
Veolia invite à déjeuner plus de 1 000 maires dans le congrès de l'Association des Maires de France ce 21 novembre 2018 et à entendre son PDG et sans parler d'un stand luxueux offrant champagne et petits fours pendant 3 jours imputés sur les factures 21/11/2018 Salon 2018 du livre des lanceurs d'alerte 19/11/2018 M Moudenc président de Toulouse Métropole un vrai père noel !!! 17/11/2018 Café citoyen sur la gestion de l’eau 14 novembre à 19h30 50 Avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny à Saint-Maurice 13/11/2018 Arménie : Une amende de 20 millions drams à payer par la compagnie « Véolia Djur » 11/11/2018 Sénégal -SDE: l’attribution provisoire à Suez suspendue  la bataille pour la distribution de l'eau n'est pas terminée 10/11/2018 SIAAP : RÉSILIATION D’UN MARCHÉ IRRÉGULIER 07/11/2018 La gestion directe fait baisser la facture d’eau à Lesparre Médoc 07/11/2018 Guadeloupe : Mobilisation du collectif d'usagers et des salariés de l'eau 8 novembre 2018 7h devant la Générale des Eaux Veolia 06/11/2018 L'ECHIQUIER MONDIAL. Eau : l'or du XXIe siècle ? 02/11/2018 Gestion de l’eau à Toulouse : une élue qui dérange 02/11/2018 Journal de 20h de France 2 du 1er novembre 2018 01/11/2018 MOBILISATION DES USAGERS ET TRAVAILLEURS DE L'EAU DE GUADELOUPE DU VENDREDI 31/10.2018 A 19H00 PLACE DE LA MAIRIE DE PETIT-BOURG 29/10/2018 M. Santini tente un coup de force contre la démocratie locale 29/10/2018 La Chambre Régionale des Comptes dans son rapport du 10 septembre dernier vient de mettre en demeure le SIAEAG de verser à l'Office de l'Eau de Guadeloupe plus d'un million d'euros pour retard de paiement de frais depuis 5 ans 05/10/2018 INTERVENTION devant le Président MACRON DE GERMAIN PARAN et JACQUES DAVILA représentants guadeloupéen de comité et d'associations d'usagers de l'eau et de lutte contre la corruption et d'associations nationales (ACME FRICC) 30/09/2018 Communiqué des Associations Guadeloupéennes de Défense des Usagers de l'Eau de la CANBT, de la CANGT et de CAP EXCELLENCE 27/09/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC  à la veille de la visite du Président de la République sur la question de l'accès à l'eau d'une bonne qualité 24h sur 24 et 7 jours sur 7 en Guadeloupe à l'instar des autres départements français 25/09/2018 20 minutes 24 septembre : Toulouse: Des citoyens veulent un référendum sur la gestion publique ou privée de l'eau 25/09/2018 Affaire SEEG Veolia – état Gabonais : Nicaise Moulombi, le visionnaire 01/09/2018 Veolia sous le coup d’une enquête pour corruption en Arménie 01/09/2018 Assises de l'eau : les quatre priorités fixées par le Gouvernement : Le comité stratégique de la filière eau est présidé par Antoine Frérot, PDG de Veolia !!! 30/08/2018 Rachat de la Saur par EQT : un jour sans fin… 28/08/2018 Veolia paie des voyages à Paris pour des hauts fonctionnaires arméniens afin d'augmenter le prix de l'eau 27/08/2018 Guadeloupe 19 juillet : Une conférence régionale sur l’eau à la Préfecture 20/07/2018 Quatre candidats en lice pour s'offrir le spécialiste de l'eau Saur 18/07/2018 LE GOUVERNEMENT ANNULE LES ASSISES DE L’EAU ! 16/07/2018 Le Télégramme 6 juillet : Quimper : Eau secours 29 et le Carepa sont à nouveau montées au créneau pour dénoncer un règlement de l’eau favorisant le délégataire au détriment des usagers 08/07/2018 Marianne 3 juillet : Fête de l’Huma : finies les tournées de Cuba Libre offertes par le SIAAP  Boîte de réception x 07/07/2018 Bordeaux: Suspectant de la corruption, une association Trans'cub dépose plainte sur le dossier eau : l'ACME et le FRICC soutiennent l'association de défense des consommateurs Trans'cub 05/07/2018 France Antilles 3 juillet : Guadeloupe : CAPESTERRE BELLE-EAU Gestion de l'eau : dépôts de plainte en cascade en perspective ? 03/07/2018 MARCHÉS DE L’EAU : LES BUREAUX D’ÉTUDE DANS LE VISEUR DE LA JUSTICE 02/07/2018 Roquebrune Cap Martin la Riviera française Nice matin 2 juillet 2018 : Une association créée pour renégocier le prix de l'eau 02/07/2018 Marsactu par Lisa Castelly, le 29 Juin 2018 :   Soupçons d’emplois fictifs à la Seramm, filiale de Suez à Marseille Métropole 02/07/2018 Création à Roquebrune Cap Martin de l'Association de Sauvegarde de l'Eau de la CARF (Communauté d'Agglomération de la Riviera Française) 01/07/2018 Eau potable : Loches Sud Touraine fait le choix de la gestion publique 01/07/2018 Le chlordécone, ce poison 01/07/2018 France Antilles Guadeloupe 28 juin : Dossier de l'eau : les associations de défense des usagers font le point 28/06/2018 FRICC et ACME : C à vous France 5 25 juin 19h : le scandale du chlordécone en Martinique et en Guadeloupe et la réaction scandaleuse du ministre Nicolas Hulot 26/06/2018 20 juin : Outre mer 1ère 20 juin : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 20/06/2018
           
HISTOIRES

Côte d'Ivoire -Les tarifs trop élevés poussent à la fraude sur compteurs de la SODECI (SAUR) - L'analyse d'ATTAC

La Société de distribution d'eau de Côte d'Ivoire (Sodeci) voit son réseau de distribution d'eau potable truffé de compteurs pirates. Des opérations de la Brigade des Ntic constituée du Parquet d'Abidjan Plateau, de la Police judiciaire et de la Police économique traquent ces pratiques dont les dommages sont estimés à plus de 3 milliards de FCFA.



Récit d'une fraude

Côte d'Ivoire -<font color='red' size=4>Les tarifs trop élevés poussent à la fraude sur compteurs de la SODECI (SAUR) - L'analyse d'ATTAC</font>
Kéita Siaka, ivoirien, 54 ans et revendeur d'eau se rend à la Sodeci pour un abonnement, mais son montant exorbitant de 165 000 CFA le fait rebrousser chemin. Il est alors abordé par un jeune ivoirien, plombier et journalier à la Sodeci et avec un agent depuis 15 ans de la Sodeci, et pour 80 000 FCFA, ils lui poseront un compteur.

la Brigade des Ntic met en cause "la responsabilité de la Sodeci dans le développement et la pérennisation du phénomène". "La plupart des fraudeurs sont des agents journaliers de la société qui travaillent depuis 15 à 20 ans sans être embauchés". " Le coût élevé des branchements favorise le phénomène de la fraude".

Elle appelle d'ailleurs les associations de consommateurs "à négocier la baisse des prix et à faire la promotion des branchements diffusés qui offrent à un groupe de personnes, de se brancher à coût réduit, avec des sous-compteurs. Ou plaider pour la création de pompes fontaines dans les quartiers où il n'y a pas d'adduction d'eau".

Source Le Patriote (Abidjan)
13 Janvier 2006
Benjamin N'gbéchi


La privatisation de l’eau en Afrique : L'eau de Côte d'Ivoire : une analyse d'ATTAC

Côte d'Ivoire -<font color='red' size=4>Les tarifs trop élevés poussent à la fraude sur compteurs de la SODECI (SAUR) - L'analyse d'ATTAC</font>
Cette privatisation est bien antérieure aux autres, en Afrique. La France a donné un contrat à la SAUR en 1960 pour exploiter la compagnie des eaux SODECI. Son rendement était satisfaisant en général. L'eau avait une bonne qualité, le taux de recouvrement élevé sur les consommateurs privés (mais pas les consommateurs publics), la productivité élevée (8 employés pour 1000 branchements) et un niveau d'eau non facturée bas (15% en 1987).
La gestion de l'eau était rattachée à un département de la Direction de l'Eau au sein du Ministère des Travaux publics et des Transports, plutôt qu'à un holding constitué spécialement comment c'était le cas en Guinée et au Sénégal.

Une crise financière éclata en 1980 causée par un programme d'expansion trop ambitieux de la Direction de l'Eau qui coïncidait avec une baisse de la demande. Ceci mettait en évidence un besoin de plus grande cohésion entre les recettes et les programmes d'investissement.

Le gouvernement voulait mettre en place sue concession avec la SODECI alors qu'elle assumait la pleine responsabilité de l'investissement et du service de la dette.

A. Les négociations pour le renouvellement du contrat, en 1987.
Le contrat initial fut signé à la fin des années 50 et fut renouvelé en 1987 pour 20 ans. La compagnie privée propriétaire de la SODECI n'était pas prête à assumer la responsabilité de l'investissement parce qu'il n'était pas évident que les recette du secteur puissent couvrir les besoins du service de la dette.

Le nouveau contrat donne à la SODECI la responsabilité de la planification et par conséquent un large contrôle sur les investissements tandis que ce contrat reste un contrat de cession-bail puisque la SODECI n'engage pas ses propres ressources dans les investissements et la couverture des charges de la dette. Elle ne supporte donc aucune risque lié à l'investissement.

La SODECI continue à recevoir une redevance de cession sans encourir aucun risque. Le financement des investissements provient de la différence entre les tarifs consommateurs et la redevance de la SODECI. La différence est transférée au Fonds de Développement de l'Eau (FDE) qui dote les dépenses d'investissement et le Fonds national de l'Eau (FNE) qui dote le service de la dette.

Selon ce contrat, la SODECI est responsable :

. De la fourniture d'eau potable à Abidjan et dans les autres centres urbains du pays. Ceci comprend la production, la distribution, la gestion, la gestion des installations et du réseau, le renouvellement et l'extension du réseau, conformes aux demandes du gouvernement, et le recouvrement des tarifs.

. Depuis 1987 elle conçoit des plans d'investissements qui sont soumis au gouvernement.

. Elle exécute des travaux de construction dont la valeur est inférieure à 80 millions CFA (environ 115 000 dollars).

. Elle soumissionne également pour la construction des infrastructure.

Le secteur public est :

. Propriétaire du réseau et des avoirs correspondants,

. Fournisseur des services pour toute la population rurale (activité centralisée),

. Bailleurs de fonds pour les investissements,

. Tarificateur pour les consommateurs en bout de chaîne.

Le nouveau contrat modifia certaines clauses et réduisit certains bénéfices dont jouissait la SAUR, par exemple:

. Avant 1987, la SODECI devait exploiter et entretenir toute adjonction faite au système existant. En retour, on lui garantissait une indemnisation si la consommation baissait au-dessous d'un niveau calculé à l'avance. Ceci garantissait les profits de la SODECI. A compter de 1987, cette garantie tomba.

. Après 1987, les autorités réussirent à négocier une réduction de 20% des redevances payées à l'exploitant privé, en suggérant qu'elles pourraient autoriser d'autres compagnies à soumissionner pour le contrat. Ceci sous-entend que la marge de profits de la SAUR avait été considérable

B. Les résultats
Depuis 1987, les tarifs ont augmenté plus lentement qu'il n'était stipulé dans le contrat. La réglementation et les ajustements de tarif dont soumis à la Direction de l'Eau, mais doivent être approuvés par le Conseil des Ministres. Le processus reste hautement politique et s'est révélé plus désordonné et opportuniste qu'il n'était souhaitable.

Le secteur public ne paie toujours pas ses factures, et la SODECI ne lui coupe pas l'eau, mais retient les paiements au FDE et au FNE. Ce qui fait que les fonds transférés à ces deux organismes sont insuffisants pour couvrir les investissements futurs et les besoins du service de la dette.

Le taux de connexions s'est accru depuis 1989, la qualité de l'eau est restée élevée, l'eau non facturée toujours basse et la productivité continue à progresser. En 1996 : 3,8 employés pour 1000 branchements.

Certains ont mis en doute la capacité de la Direction de l'Eau à surveiller effectivement les activités d'investissement de la SODECI. La SODECI pourrait faire des profits excessifs ou pourrait contourner les règles des marchés publics en fractionnant les investissements importants pour rester sous les seuils.


6. Conclusions.
Les études de cas ci-dessus montrent que la privatisation de l'eau sous forme de cession-bail n'apporte d'amélioration que pour l'aspect central de l'augmentation des recettes. Les tarifs, la facturation et le taux de recouvrement se sont améliorés. En outre, il n'est pas évident que l'accroissement des recettes parvienne aux corps en charge de l'investissement dans ce secteur, puisque le secteur public semble impuissant à déterminer la situation des recettes des investisseurs privés.

Les prix élevés et les coupures signifient que la frange la plus pauvre de la société est probablement perdante dans le processus de privatisation. Si cela conduit à une plus grande utilisation d'eau non potable, les conséquences seront désastreuses pour la santé publique.

Les principaux gagnants dans ces contrats semblent être les compagnies privée dont les investissements sont focalisés sur l'accroissement des recettes, par la pose de compteurs, par exemple. Les compagnies privées sont en position de force puisque ce sont elles qui reçoivent les paiements et décident ensuite de ce qu'elles payent au gouvernement.

Cette analyse est fondée sur le peu de preuves obtenues sur la privatisation de l'eau en Afrique. Ce sujet demande des recherches plus étendues, en particulier pour en mesurer les conséquences sur les populations exclues de la fourniture d'eau privatisée. Ces études montent qu'une réglementation réelle reste insaisissable. Etant donné les exigences institutionnelles énormes qu'entraîne la privatisation, des options politiques alternatives doivent être envisagées.


1 * Sources : Michel Kerf, Do State Holding Companies Facilitate Private Participation in the Water Sector? Policy Research Working Paper 2513. World Bank, Private Sector Development, Washington, D.C., December 2000 Claude Menard & George Clarke A Transitory Regime Water Supply in Conakry, Guinea Policy Research Working Paper 2362. World Bank, Development Research Group, Washington, D.C., June 2000

2 footnote * Depuis la privatisation

3 footnote * Source : http://www.wupafrica.org/wup_e/wup/Reforms/Coutry_inf/Cote_D'Ivoire.htm



MANET PHILIPPE

Samedi 28 Janvier 2006
Vendredi 31 Mars 2006
acme
Lu 6564 fois


1.Posté par douahi roméo le 07/09/2007 15:06
je partage entièrement votre analyse de la situation. C'est triste et revoltant de constater que la côte d'ivoire possède un vaste plan d'eau naturel impresionnant et que paradoxalement, l'accès à l'eau "source de vie" dit-on demeure encore un luxe. Merci infiniement


Dans la même rubrique :

ACQUA AFRIKA - 03/05/2005

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide