ACME
22 mars 2019 Journée mondiale de l'eau : COMMUNIQUE DE L'ACME Association pour le Contrat Mondial de l'Eau France 21/03/2019 A Paris, le naufrage des compteurs d’eau - Marc Laimé 19/03/2019 La Guadeloupe opte pour un syndicat unique de l'eau dés cette année 19/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Eau de Paris : 94 000 compteurs d'eau jetables à 30 millions d'euros ! 15/03/2019 Eau potable au Sénégal : l’autorité des marchés publics annule l’attribution du marché à Suez 08/03/2019 GUADELOUPE /GRANDE-TERRE La CARL et la CANGT vont gérer ensemble leurs problèmes d'eau et l'élimination de leurs déchets 06/03/2019 Le divorce entre Suez et la mairie prononcé 28/02/2019 Médiacités 26.02.2019 : Veolia, le CICE et la baisse du contrat de gestion de l’eau à Toulouse 26/02/2019 La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019 Après la sortie de Macron sur le chlordécone, l'Élysée plaide le "malentendu" Après les élus ultramarins, des scientifiques ont rappelé à Emmanuel Macron que des études contredisaient ses propos 06/02/2019 LE PRÉSIDENT ET LE CHLORDECONE 05/02/2019 Un arrêté limite la chlordécone, insecticide cancérogène, dans la viande de boeuf 30/01/2019 28 janvier 2019 : Tribunal Administratif de Versailles Requête en excès de pouvoir de l'ACM et du FRICC contre le refus de la Communauté d'agglomération Paris Saclay de créer la Commission de Contrôle Financier R. 2222-1 à 6 du CGCT 30/01/2019 Marché de l’eau à Quimper. « Il faut mettre cartes sur table » réclame Piero Rainero 30/01/2019 Sisteron 7341 habitants (maire de 78 ans LR depuis 1983) : la société Suez ne va plus gérer l'eau et l'assainissement : La commune reprend en régie directe l'ensemble de l'exploitation 26/01/2019 Interview de Jacques Davila du comité de l'eau de Guadeloupe et représentant local du FRICC 25/01/2019 La Roche-sur-Yon. Eau potable : une réunion le 7 février 2019 en présence de JL Touly 23/01/2019 Assurée par la Saur depuis sept ans, l’exploitation de l’eau potable sera reprise en régie, à partir du 1er septembre, par le syndicat mixte des eaux de Gâtine 23/01/2019 Dans les Alpes la neige artificielle menace l’eau potable - Marc Laimé 21/01/2019 Conférence de presse des associations d'usagers de l'eau de Guadeloupe avec J Davila du Fricc et G Paran président du comité des usagers de l'eau 18/01/2019 Café citoyen sur l’impact de la loi NOTRe sur la gestion de l’eau, du 16 janvier 2019 à Saint-Dié-des-Vosges 17/01/2019 Des habitants de Souvigné, en Indre-et-Loire, dénoncent une eau de mauvais goût payée plus chère 16/01/2019 Invitation à un événement hors norme marche d'adieu au SYNDICAT D'EAU SAVIGNE SUR LATHAN HOMMES dissous par la lois NOTRE (37340) 14/01/2019 LA CADA OUVRE L’ACCÈS AUX COMPTES D’UNE CONCESSION, PAR PATRICK DU FAU DE LAMOTHE 13/01/2019 PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’accès à l’eau potable, sa qualité et ses effets sur la santé en Outre-mer 18 décembre 2018 12/01/2019 La guerre est déclarée entre la municipalité de Brignoles et la société Suez : notre association ACME France est solidaire du maire de Brignoles 04/01/2019 RENCONTRE - DÉBAT  «Loi sur la gestion de l'eau : notre bien commun nous échappe-t-il ?» le 16/01/2019 à 20h00 Maison Mosaïque : 11, rue d'Ortimont Saint-Dié-des-Vosges 04/01/2019 Coupures d'eau : la fondation France Libertés relaxée des accusations de diffamation portées à son encontre par Veolia 21/12/2018 Recul de Santini face aux "gilets bleus" 20/12/2018 PROVISIONS POUR RENOUVELLEMENT : UN ARRÊT HISTORIQUE DU CONSEIL D’ÉTAT 20/12/2018 [Ouche & Montagne] Un pas de plus vers une gestion publique, écologique et démocratique de l’eau 18/12/2018
           
REVUE DE PRESSE

Dans l'Humanité du 29.11 : Il est possible de faire payer le mètre cube moins cher aux consommateurs

Soustraire la gestion de l’eau au privé permet aussi d’en baisser les coûts.

Un euro de moins par mètre cube d’eau potable. C’est, en moyenne en France, la différence de coût (1) entre une gestion confiée à une entreprise privée (3,50 euros) et celle attribuée à une régie publique (2,50 euros). Pourquoi une telle différence ?



Dans l'Humanité du 29.11 : Il est possible de faire payer le mètre cube moins cher aux consommateurs
Pour Jean-Luc Touly, président de l’association pour un Contrat mondial de l’eau (ACME), il n’y a pas de mystère ou presque : « quand trois entreprises privées, Véolia, Suez et pour une moindre part la Saure se partagent 80 % du marché de l’eau en France, il n’est pas étonnant que l’eau soit chère. » Et souvent plus chère. Ces marchés étant attribués pour de longues périodes, le consommateur devient captif de l’entreprise privée, qui lui apporte l’eau, mais aussi les factures. Résultat : il ne peut en changer individuellement.

Exemple en Île-de-France. Le SEDIF, syndicat qui regroupe 142 communes de banlieue, a délégué depuis 1923 la gestion de l’eau à la Compagnie générale des eaux, aujourd’hui Véolia. Premier contrat courant de 1923 à 1964, deuxième contrat de 1964 à 2010. De la très longue durée… Quel constat aujourd’hui ? 4 euros le mètre cube pour ces 140 communes. Pourquoi un tel prix ? D’autant que les élus sont nombreux à s’en plaindre aujourd’hui. Pour Jean-Luc Touly, il s’agit bien d’ « un manque total de transparence et même une volonté de complexifier » pour masquer la réalité des profits. Ainsi, toujours à propos de Véolia et du SEDIF, des syndicats du comité d’entreprise évoquaient il y a quelques années une possible surfacturation des charges de personnel : + 270 % sur les factures ! Interpellée sur ce sujet, la direction de Véolia refuse de répondre.

Autre exemple, qui a fait scandale il y a peu, celui des sommes prélevées sur les factures pour l’entretien des réseaux, dont 30 % sont réellement utilisées. À qui est destiné le reste de l’argent ? Plus récemment, quatre études successives de l’association de consommateurs Que choisir démontraient que sur 300 millions de facturations de Véolia, il était possible de faire 90 millions d’économie. L’entreprise a promis de porter plainte… Menace restée lettre morte. Et pour cause. Le - SEDIF, comme la loi l’y oblige à la veille du renouvellement du contrat (en 2010), a diligenté des audits. Leurs conclusions, rendues publiques le 25 septembre dernier, montrent une économie possible de 50 millions d’euros ! Au moins 90 millions pour Que choisir.

Ces chiffres montrent au moins deux choses : l’ampleur des profits réalisés et la possibilité de baisser le prix de l’eau. Ainsi, d’après les chiffres officiels de ces études, le prix de l’eau potable pourrait baisser de 10 centimes avec Véolia et de 25 centimes en régie publique. Cette distorsion entre le prix facturé et la réalité est telle qu’au moment où se pose la question du renouvellement, Véolia mais aussi Suez, qui se mettent sur les rangs, se disent désormais prêtes à des rabais…

(1) Incluant la production d’eau potable, l’assainissement des eaux usées et les taxes.

Max Staat



L’eau municipale, un choix partagé

[Service public .]

La remunicipalisation de l’eau à Paris conforte les villes favorables au choix de la régie publique. Mais le Syndicat des eaux d’Île-de-France s’apprête à voter la régie au privé.

Paris a donc choisi la régie publique pour la gestion de son eau. Votée lors d’une séance du conseil lundi dernier 24 novembre, la délibération a fait l’objet d’un débat passionné, à la mesure d’un projet qui fait figure de symbole. S’il ne s’agit pas d’une décision subite (la majorité de gauche avait voté un voeu présenté par les élus communistes le 12 novembre 2007 et Bertrand Delanoë avait intégré le projet dans son programme pendant la campagne des municipales de mars 2008), le choix parisien fait déjà des vagues. D’abord au Syndicat des eaux d’Île-de-France (le SEDIF, le plus important syndicat de distribution de l’eau en France), qui regroupe 142 communes (4 millions d’utilisateurs) et doit renégocier avec Veolia son contrat qui arrive à échéance le 31 décembre 2010. Mais le choix de principe, gestion déléguée ou gestion directe, doit être pris lors de la réunion du comité le 11 décembre 2008.

Un mouvement se dessine dans l’opinion

Reconduire le contrat avec Veolia, lancer un nouvel appel d’offres ou opter pour une régie publique ? Un mouvement se dessine dans l’opinion pour une gestion directe par régie publique dans tout le pays, au vu des expériences positives engagées par plusieurs villes (Grenoble, Cherbourg, Rouen, etc.) et dans le désir partagé de transparence et d’une tarification au juste prix. Le SEDIF ne peut rester insensible et son président André Santini a souhaité prendre les devants. Il confirme son choix d’une délégation de service public, validé par le bureau du Syndicat, une délégation très différente de l’actuelle, avec un très large appel à la concurrence : « Le pouvoir de direction et de contrôle du SEDIF sera encore renforcé, le prix de l’eau diminué et une tarification sociale instaurée », écrit André Santini, qui par ailleurs raille « Paris la vertueuse » pour dénoncer le choix de Bertrand Delanoë d’une régie publique avant l’élection municipale. Il n’empêche, le vote du comité du 11 décembre n’est pas acquis d’avance : les 144 délégués dont 67 élus de gauche valideront-ils la délégation à une entreprise privée ? Le conseil municipal de Montreuil a souhaité un débat au grand jour en se prononçant jeudi soir pour le retour du SEDIF à une gestion publique. En regrettant qu’un seul scénario soit envisagé, le conseil demande un report du vote à six mois.

Les scandales d’une gestion et d’une tarification opaques, souvent dénoncés par les associations de consommateurs et d’usagers (l’analyse réalisée par la revue Que Choisir avait fait grand bruit en 2007) ont modifié la donne. Les débats deviennent de plus en plus âpres dans les agglomérations pour inciter les élus à mettre leur nez dans les comptes des sociétés privées qu’ils ont choisies pour gérer leur système de distribution d’eau. Et les résultats sont parfois spectaculaires. Dans le Grand Lyon, réputée jusqu’en 2007 comme l’une des plus chères de France, Veolia a été contrainte de baisser ses tarifs de 16 % à la suite de la révision quinquennale du contrat. À la Communauté urbaine de Bordeaux, la renégociation du contrat avec la Lyonnaise des eaux a fait baisser les tarifs de 10 %, tandis que l’entreprise s’engageait à doubler ses investissements. Le changement de majorité à Toulouse a aussi une incidence sur la gestion de l’eau. Le maire socialiste Pierre Cohen s’engage à abaisser le prix du mètre cube et il lance un audit - mais le contrat avec Veolia est valide jusqu’en 2 020. Difficile à dénoncer avant cette date, à moins de payer des amendes élevées.

Le maire (UMP) de Castres, qui a rompu un contrat avec la Lyonnaise des eaux, en sait quelque chose puisque la ville est en procès depuis 2004. À Neufchâteau, dans les Vosges, le maire socialiste avait rompu un contrat avec une filiale de Veolia et la commune a été condamnée le 31 décembre 2007 par le tribunal administratif de Nancy à verser 1,7 million d’euros à cette filiale. Une procédure en appel est en cours, et on ne sait rien des intentions du nouveau maire (UMP) de la ville qui ne souhaite pas communiquer sur ses intentions.

À Rouen, le souhait d’une régie publique

Les arcanes de la gestion de l’eau obligent parfois à des exercices complexes. L’agglomération de Rouen a décidé en 2005 la compétence eau, mais trois communes (Rouen, Darnétal et Grand-Quevilly) sont en régie directe et les 23 autres en délégation privée avec la Lyonnaise des eaux et Veolia. Comment mettre de l’ordre dans cet imbroglio qui se double de la volonté des élus normands de constituer une communauté urbaine ? La création d’un Observatoire de l’eau est, pour les élus communistes du Grand Rouen, une étape de la réflexion vers une régie publique commune. Il rendra un avis dans le courant du mois de décembre et la décision peut être prise au début du mois de janvier. L’affaire est encore compliquée par l’intégration dans la future communauté urbaine de la communauté d’agglomération d’Elbeuf, laquelle a fait le choix d’une régie publique ! « Les élus communistes souhaitent créer une grande régie publique de l’eau » dit Dominique Hardy, au nom du groupe au conseil de communauté.

La décision de transformer la communauté d’agglomération en communauté urbaine devrait être prise à la mi-janvier 2009. À cette occasion, les élus communistes sont décidés à mettre en avant cette revendication, « un point fort » pour le baptême de la nouvelle collectivité. « La décision peut être prise dès janvier », souligne Dominique Hardy, d’autant que Laurent Fabius, le président de l’actuelle communauté, y est favorable. Il semble en effet acquis qu’il n’y aura pas de renouvellement des délégations. Le mouvement pour une gestion publique de l’eau devient une lame de fond…

Eau. Repères
  • - Veolia Eau (Anciennement Compagnie générale des eaux).
Chiffre d’affaires en 2007 : 10,927 milliards d’euros.
Bénéfice : 1,267 milliard d’euros.

  • - Lyonnaise des eaux (groupe Suez).
Chiffre d’affaires en 2007 : 1,9 milliard d’euros.
Bénéfice : 89,1 millions d’euros.



La ville de Cherbourg savoure son eau publique

La commune tire un bilan positif de la remunicipalisation, depuis 2005, de ce service.
« Si c’était à refaire, nous le referions sans aucune hésitation. » Bernard Cazeneuve, maire (PS) de Cherbourg et président de la communauté urbaine de Cherbourg-Octeville dans la Manche, ne cache pas sa satisfaction. Trois ans après la remunicipalisation de l’eau, l’élu juge le bilan de cette décision « plus que positif ». « Le prix du mètre cube d’eau est aujourd’hui de 1,22 euro. À titre de comparaison, selon l’agence de l’eau Seine Normandie, le prix de l’eau, dans les communes du bassin où la gestion est déléguée au privé, était supérieur à ce prix de 22 centimes en 2006. » Le premier magistrat de Cherbourg est d’autant plus heureux de « cette performance » que, depuis la remunicipalisation, le prix n’a pas augmenté. Et ce malgré d’importants investissements. La régie communautaire a ainsi consacré 26 millions d’euros à la construction d’une nouvelle usine de production et engagera, d’ici à 2012, 45 millions d’euros dans la modernisation de deux stations d’épuration.

Le passage en régie communautaire de la totalité de la production, de la distribution et du traitement de l’eau est effectif depuis le 1er janvier 2005. Auparavant, la production et de la distribution d’eau de cette communauté urbaine, qui compte presque 100 000 habitants, était assurée respectivement à 70 % et 50 % par la Compagnie générale des eaux.

« En 1991, la municipalité de la Glacerie a rejoint la communauté urbaine. Pour son approvisionnement en eau, le choix s’est porté à l’époque sur la régie communautaire déjà existante. On peut considérer a posteriori que c’est à ce moment-là qu’a été franchie la première étape vers la reprise en main de la gestion de l’eau », se souvient Daniel Bosquet, vice-président (Verts) de la communauté urbaine en charge du dossier entre 1989 et 2007. Plus de dix ans ont donc été nécessaires avant que la CGE cède la place. « Un délai plutôt long » que l’élu explique par la complexité de l’opération. « Il a fallu d’abord surmonter les réticences. Beaucoup d’élus doutaient de la capacité d’une collectivité à gérer effectivement l’eau. Nous avons dû aussi affronter de solides pressions exercées par la CGE, peu enthousiaste à l’idée de perdre sa concession », explique l’élu. Mais la principale difficulté réside selon lui dans « l’acquisition des compétences nécessaires ». « Le fait qu’une partie de l’eau était déjà gérée en régie communautaire était un atout considérable mais insuffisant. Nous avons dû étoffer nos services et recruter des personnels qualifiés », détaille Daniel Bosquet. Pour l’élu, cette question constitue sans doute le principal obstacle à une gestion publique de l’eau. Les petites municipalités ou collectivités n’ont en effet par forcément les moyens de le surmonter.

Pierre-Henri Lab

Lundi 1 Décembre 2008
Lundi 1 Décembre 2008
ACME
Lu 2725 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 19

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide