ACME
Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019 Nice matin 10 avril 2019 : Roquebrune-Cap-Martin : La renégociation du prix de l'eau doit être la priorité 10/04/2019 L’AFFAIRE DES COMPTEURS D’EAU "JETABLES" REBONDIT AU CONSEIL DE PARIS 03/04/2019 L’eau dans l’agglo. Saint-Avé : du privé à la régie municipale 02/04/2019 Saint Martin : Eau et assainissement : premières factures plutôt salées, les explications 02/04/2019 JARNY - Meurthe et Moselle Eau potable : pourquoi la Ville ne va pas reconduire le contrat Veolia 02/04/2019 LE GRAND PARIS DE L’EAU D’ANDRÉ SANTINI AVANCE GAILLARDEMENT 28/03/2019 "Merci les Français!": 750.000 euros d’indemnités partagés en toute illégalité entre le directeur et des administrateur de la SIAAP 27/03/2019 L’enquête - Vittel : la bataille de l’eau - C Politique, la suite - 24/03/19 25/03/2019 22 mars 2019 Journée mondiale de l'eau : COMMUNIQUE DE L'ACME Association pour le Contrat Mondial de l'Eau France 21/03/2019 A Paris, le naufrage des compteurs d’eau - Marc Laimé 19/03/2019 La Guadeloupe opte pour un syndicat unique de l'eau dés cette année 19/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019
           
Appels

De l'eau pour tous... des solutions alternatives

Plus d’un milliard d’enfants, de femmes et d’hommes souffrent actuellement du manque d’eau potable. Nous entrons dans le troisième millénaire avec des moyens techniques gigantesques, et pourtant ce besoin élémentaire de l’humanité n’est jusqu’à présent pas encore satisfait. Pourtant, le satisfaire, c’est possible...



...c’est possible ! Il y a de l’humidité dans l’atmosphère, partout dans le monde, sauf dans les régions froides.

De l'eau pour tous... des solutions alternatives
Dans les régions tempérées, cette humidité peut monter dans le ciel, former des nuages, et donner de la pluie. Dans le désert et les zones arides, ce processus ne fonctionne pas, et l’humidité reste au niveau du sol.

Pourtant, la quantité de vapeur d’eau dans l’air est suffisamment élevée (plusieurs grammes par mètre-cube d’air) pour permettre de récupérer une quantité significative d’eau en une durée de 24 heures : avec un vent de 1m/s, une température de 30°C, et une humidité relative de 20%, une section de 1 mètre carré voit passer 18 kg d’eau par heure. Le procédé permettant de récupérer cette eau en quantité suffisante pour répondre aux besoins élémentaires des populations existe maintenant : le procédé JBeauzamy (marque déposée). Cette technique permet de fixer la vapeur d’eau présente dans l’air, grâce à un procédé physicochimique, et de la libérer et la condenser en eau pure.


Très économique, le procédé J Beauzamy est la solution adaptée aux zones isolées.

  • 1 Pourquoi récupérer l’eau contenue dans l’air ?

    Tant que la température de l’air est élevée, l’eau a tendance à passer à l’état de vapeur et à y rester. Cette vapeur d’eau n’est pas visible pour l’oeil humain, et il est difficile de la récupérer. Pourtant, lorsqu’il pleut, toute l’eau qui tombe sur le sol est passée par le stade de vapeur avant de former les nuages. Cette vapeur vient de l’évaporation des océans, des lacs et rivières, et aussi de la transpiration des végétaux.

    Jusqu’à présent, l’humanité a toujours compté sur les sources naturelles d’eau potable pour vivre. Les villes et les villages sont toujours installés au voisinage de points d’eau. Mais de nos jours, l’accroissement de la population mondiale et l’augmentation de la consommation des populations dites développées, créent un besoin en eau qui dans beaucoup de cas ne peut plus être satisfait. Attendre seulement que la pluie tombe et que les nappes phréatiques se reconstituent ne suffit plus. Pourquoi ne pas prendre directement dans l’air l’eau qu’il nous faut, sans attendre que des pluies surviennent ?

    Une technique traditionnelle des nomades vivant dans le désert permettait dans certains cas de se procurer un peu d’eau grâce à la rosée du matin, qui est la condensation sur le sol froid d’une petite partie de la vapeur d’eau contenue dans l’air.

    Nous avons mis au point une technique beaucoup plus performante, qui permettra de subvenir aux besoins essentiels des populations des zones chaudes et arides, sans causer de préjudice à l’environnement : le procédé JBeauzamy.
  • 2 Le principe du procédé J Beauzamy

    Certains composés chimiques, comme le sel de mer, ont la capacité de fixer la vapeur d’eau à froid, et de rejeter cette eau lorsque la température augmente. Nous avons sélectionné un produit, non toxique, qui fixe spontanément la vapeur d’eau, même dans un air assez chaud et pas très humide, et qui est capable de rejeter cette eau quand on le chauffe. Grâce à un dispositif original, breveté, le produit est mis en contact avec l’air, puis chauffé dans un distillateur solaire, où l’eau est condensée, et récupérée. On obtient ainsi une production d’eau de plusieurs litres par jour, en utilisant seulement l’énergie solaire (la chaleur), et le vent.

    Un prototype a été réalisé et testé. Différentes versions de l’appareil seront réalisées, en fonction des besoins, depuis l’appareil le plus simple, jusqu’à des versions plus complexes. Les applications et les avantages La version la plus simple de l’appareil, destinée à une production d’eau potable à usage familial, est un modèle particulièrement simple et robuste, très économique. Il produira de 10 à 20 litres d’eau par jour. Ce modèle est mobile, et à commande manuelle. Il ne nécessite pas d’alimentation électrique. Il ne lui faut que du soleil et un peu de vent.

    D’autres versions plus complexes seront destinées à l’alimentation en eau de villages, ou à un usage en agriculture ou en élevage. Les technologies utilisées pourront être développées dans les régions utilisatrices, et ne créeront donc pas de relation de dépendance pour les utilisateurs.
  • 3 Où peut-on installer l’appareil ?

    Il faut du soleil, et un peu de vent. Dans toutes les régions chaudes et arides, ces conditions sont généralement réunies. Par exemple, à Ouarzazate, dans le sud marocain, ville à la limite du Sahara, le 15 décembre 2001 à 3 heures de l’après-midi, la quantité de vapeur d’eau était de 6 grammes par mètre-cube d’air. La température était de 17°C et le taux d’humidité relative de 42%. Le vent était alors de 3 km/h. Dans ces conditions, la version de base de notre appareil pourrait produire plus de 10 litres d’eau potable chaque jour. Le fonctionnement est optimal lorsque le ciel est clair pendant toute la journée, et qu’il y a un vent moyen de plus de 5 km/h. Les passages nuageux n’ont que peu d’effet, par contre, un ciel très couvert stoppe le fonctionnement. Le vent est nécessaire, car c’est lui qui apporte la vapeur d’eau, et sert au refroidissement, mais l’appareil supporte très bien un vent irrégulier, et des périodes sans vent.
  • 4 Pourquoi participer à ce projet ?

    Le manque d’eau a des conséquences dramatiques pour plus d’un milliard d’humains. Les premières victimes sont les enfants. Aucune politique de santé n’a de sens tant que le problème de l’eau potable n’est pas résolu. Aucune politique d’éducation n’a de sens tant que des millions de femmes sont contraintes de passer une grande partie de leur journée à la corvée d’eau. Le procédé JBeauzamy permettra à des populations nombreuses de disposer progressivement de l’eau nécessaire à leurs besoins immédiats et à leur développement. En raison du coût particulièrement faible du procédé, aucune relation de dépendance ne sera créée vis-à-vis de créanciers ne pouvant pas être remboursés.

    Il n’y a pas de solution alternative viable permettant une production d’eau dans les régions où il ne pleut que trop rarement. Les solutions comme le dessalement de l’eau de mer sont des gouffres en énergies fossiles, ont des conséquences dramatiques sur l’environnement, et sont très onéreuses. Les solutions à base de réseau de distribution coûtent cher si les régions à desservir sont étendues, et puisent dans des réserves limitées. Les populations n’ont souvent pas les moyens de payer les travaux.

    L’eau c’est la vie. Permettre aux populations un accès à des ressources en eau suffisantes est aussi un gage de paix pour le monde. Nous vous proposons de participer activement à cette action. Nous allons procéder en plusieurs étapes, mais en restant toujours en liaison étroite avec les besoins des populations. Tant que cela sera possible, les versions manuelles de l’appareil seront privilégiées par rapport aux versions automatisées pour ne pas augmenter les risques de panne, et pour limiter les relations de dépendance avec les fournisseurs de technologie. L’installation d’appareils sera aussi l’occasion d’un transfert de compétences, basé sur la mise à la portée des utilisateurs des connaissances nécessaires. Une notice détaillée, très illustrée, en langage simple, sera fournie. Les utilisateurs seront formés tant à l’utilisation, qu’à l’entretien et au dépannage, en mettant à leur portée les connaissances scientifiques nécessaires.
  • 5 Quelques perspectives

    Grâce à son caractère totalement décentralisé et très économique, le procédé JBeauzamy pourra permettre un développement progressif de régions particulièrement pauvres, sans avoir à faire appel à des mises de fonds importantes et non récupérables. On pourra ainsi contribuer non seulement à améliorer grandement les conditions de vie des gens, mais aussi stopper la désertification, et entamer la reconquête du désert.

Mercredi 1 Juin 2005
Jeudi 30 Mars 2006
Jacques BEAUZAMY
Lu 5156 fois


1.Posté par jean paul spina le 27/06/2005 10:57
Quels sont les soutiens que vous avez obtenus pour la réalisation et la distribution de votre procédé dans les pays les plus concernés: au niveau français, européens et internationaux ? quels sont les pays qui vous ont témoigné leur interêt pour l'implantation de vos équipements , même à titre d'essai.
jps

2.Posté par sebag william le 05/05/2007 07:40
Bonjour,
je trouve l'idée génial pour l'avenir de la planete, installé en martinique et connaissant les problèmes que rencontrent les iles de la caraibes pour importer l'eau, comment participer financièrement à ce projet pour améliorer un produit fiable et commercialisable dans la caraibes et le reste du monde

3.Posté par sisi w le 11/09/2007 15:34
je voudrais savoir quel appareil ou quel dispositif on peut mettre au point pour un tpo dont le but est de condenser l'eau contenue dans l'air. On a essayé avec des glaçons mais les resultats ne sont pas tout à fait bons et l'expérience ne dure pas du fait que les glaçons se dissolvent. On faisait passer les glaçons dans un tube à essaie ou à l'intérieur il ya un serpentin. La vapeur d'eau était envoyé par le fer à repasser.
merci

4.Posté par Valérie le 13/04/2008 18:59
pour lorsqu'il pleut et qu'il fait froid, il y a 0% d'humidité?
Merci.


Dans la même rubrique :

Pétitions D'ACME | Pétitions des associations amies | Appels

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide