ACME
Le Télégramme 8 novembre 2019 Eau Secours 29 les candidats aux municipales sous pression sur la gestion de l'eau 09/11/2019 Eau du bassin rennais succédera à Veolia le 1er février 2020 07/11/2019 Droit d'alerte et de retrait des salariés du SIAEAG (Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe) 03/11/2019 JT 19/20 France 3 22 octobre : Pollution : menace sur la Seine après l'incendie d'Achères 23/10/2019 Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019 Guadeloupe : l'eau potable devient rare pour les habitants 15/10/2019 Quand l’eau potable ne coule plus aux robinets en Guadeloupe JT 13h France 2 14 octobre 2019 14/10/2019 Marc Laimé, consultant spécialisé dans les politiques de l'eau et Fabien Bouglé, ancien vice-président de la Fédération environnement durable, débattent pour RT France de la dangerosité des sites Seveso pour les populations vivant à proximité 02/10/2019 Omerta sur une catastrophe industrielle majeure aux portes de Paris par Marc Laimé 27 septembre 2019 28/09/2019 La commission d’enquête parlementaire sur la pollution au Chlordécone est arrivée en Guadeloupe. Les auditions commencées en Martinique se poursuivent désormais en Guadeloupe 20/09/2019 SIAEAG : la police déloge les occupants de Moun Gwadloup 20/09/2019 Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019
           
REVUE DE PRESSE

De la baisse de l'approvisionnement en eau découlerait un déluge d'idées ...( pour un marché de l'eau très juteux)

Selon des chiffres fournis par les Nations Unies, nous vivons dans un monde dans lequel 2,6 milliards de personnes consomment de l'eau provenant de sources peu sûres et polluées.
A côté de ça, il faut jusqu'à 100.000 litres d'eau pour produire 1 kg de boeuf, 75 litres pour fabriquer une puce informatique et 780 litres pour produire un litre de jus de fruit, selon Waterwise, une organisation non-gouvernementale britannique. Cette idée est connue sous le nom d'eau incorporée.



Il s'agit là d'un choc entre deux réalités, avec de graves conséquences pour l'économie.

De la baisse de l'approvisionnement en eau découlerait un déluge d'idées ...( pour un marché de l'eau très juteux)
Tout le monde sait que l'eau est essentielle à la vie. Mais beaucoup commencent à peine à saisir à quel point elle est primordiale dans tous les domaines de l'existence : l'alimentation, l'énergie, les transports, la nature, les loisirs, l'identité, la culture et pratiquement tous les produits de consommation courante explique Lloyd Timberlake du World Business Council pour le développement durable, cercle de réflexion d’affaires qui publie la semaine prochaine un rapport sur le sujet.

L'usine Ford de Southampton, par exemple, utilise 6.000 litres d'eau pour produire une Ford Transit, de la conception de la carrosserie à l'assemblage final en passant par la peinture et le réglage. Mais Waterwise précise que la quantité totale utilisée est de 150.000 litres si l'on ajoute l'eau entrant dans la fabrication des composants du van.

Dans les sociétés développées, une grande partie de l'infrastructure liée à l'eau devra être remplacée dans les 20 prochaines années, selon le Pacific Institute, un cercle de réflexion américain. Mais d'autres régions du monde risquent de faire face à des problèmes d'approvisionnement en eau plus graves.

En Inde, d'ici 2025, la demande en eau dans les zones urbaines est en passe de doubler et la demande des industries en train de tripler.

L'approvisionnement incertain à Bangalore a déjà amené des sociétés de technologie de l'information telles que Wipro, iGate et MphasiS à envisager d'autres localisations suite à leur expansion, selon le Pacific Institute. Alors qu'en 2003, PepsiCo et Coca-Cola ont perdu leurs licences d'exploitation des eaux souterraines à Kerala pour leurs installations de mise en bouteille, la sécheresse ayant accru la concurrence en matière d'approvisionnement en eau.

Ce mois-ci, en Inde, ces sociétés ont fait l'objet d’avis d’interdiction à fabriquer, suite à la publication d’un rapport selon lequel leurs produits contenaient des niveaux élevés de pesticides. Coca-Cola a été récemment retiré du fonds de pension du TIAA-Cref en matière de choix sociaux, en partie à cause de son exploitation d'eau dans le monde.

Les sociétés doivent prendre conscience de la vulnérabilité de leurs chaînes d'approvisionnements dans des secteurs aussi divers que le textile, l'électronique et les produits de consommation.

L'eau, en tant que risque économique est un sujet sur lequel nous allons nous concentrer de plus en plus au cours des années à venir a déclaré Nick Robbins, responsable des fonds d'investissement sociaux chez Henderson Global Investors.

Ceci explique pourquoi une société telle qu'Unilever a pris diverses initiatives : de l'utilisation d'un détergent nécessitant moins de rinçage pour le marché indien à un soutien aux producteurs de tomates brésiliens introduisant un système d'irrigation par égouttement, qui permet de réduire l'utilisation de l'eau de 30 à 70%, et d'accroître la production de 20 à 90%, selon le World Resources Institute.

Mais d'intéressantes opportunités existent également dans le domaine des affaires. Le premier problème à aborder, si l'on veut réduire la quantité d'eau utilisée, est de la mesurer, ce qui place des organismes tels qu'Iltron aux Etats-Unis, en bonne position.

Les entreprises s'efforcent également de proposer des innovations dans le domaine des infrastructures de substitution, de filtrage, d'irrigation et de désalinisation. Amiad, une entreprise israélienne, figurant sur la liste d'AIM, participe activement en matière de filtrage et d'irrigation en proposant des sillons équipés de systèmes d'irrigation par égouttement qui acheminent à la fois l'engrais et l'eau. Résultats : économies sur l'engrais, économies sur les coûts de main-d'œuvre.

Les pays développés vont investir jusqu'à 1000 milliards de dollars dans la remise à niveau des systèmes de traitement de l'eau et des eaux usées dans les décennies à venir, déclare Emma Howard Boyd, responsable du SRI chez Jupiter Asset Management, tandis que la demande en eau provenant des zones urbaines et de l'industrie chinoise s’annonce avec une croissance respective de 70 et de 104% entre 2010 et 2030.

On trouve, parmi ceux destinés à en bénéficier, les sociétés asiatiques de traitement des eaux, telles que HyFlux et Biotreat, toutes deux situées à Singapour.

D'autres sociétés innovatrices peuvent être citées telles que Pure Technologies basée au Canada, qui a mis au point la SmartBall, une sphère en aluminium équipée d'un détecteur de fuites se déplaçant le long de la canalisation.

Insituform, une entreprise située aux Etats-Unis, a mis au point une technologie "Trenchless" de réparation des canalisations qui permet aux services de voirie de faire son travail sans avoir à creuser les routes.

Ce système a fait ses preuves dans des endroits aussi divers que les sous-sols de la Maison Blanche, les usines nucléaires ou bien encore dans une prison du Texas évitant ainsi de créer des tentations pour ses pensionnaires.

Zander Group, une société britannique, utilise un matériau qui retient l'humidité afin de repousser le désert et de favoriser la repousse de la végétation. Ce système consiste à libérer l'humidité à la racine sur une période prolongée, réduisant ainsi le besoin d'irrigation ou de pluies.

Sa filiale, Clear Earth, va également utiliser ce matériau comme revêtement sous-jacent pour les trottoirs et les parcs de stationnement. Il filtrera les déchets hors du processus d'écoulement d'eau et permettra à l'eau de se réinfiltrer dans le sol plutôt de que de s'écouler dans le caniveau.

James Cameron, vice-président de Climate Change Capital, une banque britannique spécialisée dans les projets à faible teneur en carbone, déclare : La gestion de l'eau va devenir un marché de premier choix dont il faut faire partie.

b[Alimentation]b
Il faut 200 litres d'eau pour produire 1 kilogramme de riz.
1 kg de pommes de terre : 500 litres
1 orange : 53 litres
1 laitue : 22 litres
1 pinte de lait : 250 litres
1 oeuf : 450 litres
1 miche de pain : 550 litres
1 kilogramme de beurre : 18.000 litres

Textile et biens de consommation
1 kg de coton : 5.300 litres
1 kg de laine : 200.000 litres
1 voiture : 150.000 litres
1 puce informatique : 75 litres

Sources : Waterwise, Université de Stanford
Mike Scott pour Financial Times
Traduction : Sylvie Fondacci pour Planète Urgence

Mercredi 15 Novembre 2006
Vendredi 17 Novembre 2006
Mike Scott pour Financial Times
Lu 2661 fois

Dans la même rubrique :

8 SECONDES - 10/11/2006

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide