ACME
L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019 Nice matin 10 avril 2019 : Roquebrune-Cap-Martin : La renégociation du prix de l'eau doit être la priorité 10/04/2019 L’AFFAIRE DES COMPTEURS D’EAU "JETABLES" REBONDIT AU CONSEIL DE PARIS 03/04/2019 L’eau dans l’agglo. Saint-Avé : du privé à la régie municipale 02/04/2019 Saint Martin : Eau et assainissement : premières factures plutôt salées, les explications 02/04/2019 JARNY - Meurthe et Moselle Eau potable : pourquoi la Ville ne va pas reconduire le contrat Veolia 02/04/2019 LE GRAND PARIS DE L’EAU D’ANDRÉ SANTINI AVANCE GAILLARDEMENT 28/03/2019 "Merci les Français!": 750.000 euros d’indemnités partagés en toute illégalité entre le directeur et des administrateur de la SIAAP 27/03/2019 L’enquête - Vittel : la bataille de l’eau - C Politique, la suite - 24/03/19 25/03/2019 22 mars 2019 Journée mondiale de l'eau : COMMUNIQUE DE L'ACME Association pour le Contrat Mondial de l'Eau France 21/03/2019 A Paris, le naufrage des compteurs d’eau - Marc Laimé 19/03/2019 La Guadeloupe opte pour un syndicat unique de l'eau dés cette année 19/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Eau de Paris : 94 000 compteurs d'eau jetables à 30 millions d'euros ! 15/03/2019 Eau potable au Sénégal : l’autorité des marchés publics annule l’attribution du marché à Suez 08/03/2019 GUADELOUPE /GRANDE-TERRE La CARL et la CANGT vont gérer ensemble leurs problèmes d'eau et l'élimination de leurs déchets 06/03/2019 Le divorce entre Suez et la mairie prononcé 28/02/2019 Médiacités 26.02.2019 : Veolia, le CICE et la baisse du contrat de gestion de l’eau à Toulouse 26/02/2019 La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019
           
PRIVATISATION EN FRANCE

De la grandeur au goufre, comprendre les scandales financiers. Un livre de Nicolas CORI

Pourquoi cet ouvrage ?

Mis à mal par les scandales à répétition il y a peu, le capitalisme de marché fait un retour remarqué : privatisations, OPA, retraites par capitalisation,…D’ailleurs, la Bourse se porte bien mieux que l’économie.
Cet enthousiasme oublie un peu vite les leçons d’un passé si récent



L'auteur Nicolas CORI

est journaliste économique à Libération. A ce titre, il a suivi la plupart des affaires qui ont récemment défrayé la chronique (dont l’affaire Crédit Lyonnais, en plus des quatre citées plus haut).

Le livre :

De la grandeur au goufre, comprendre les scandales financiers. Un livre de Nicolas CORI
A partir de cette enquête, l’ouvrage met à jour les logiques perverses :
  • absence de contre-pouvoir sur des PDG aveuglés par leur confiance en eux-mêmes,
  • croyance naïve en des mythes (Internet, nouvelle technologie, dérégulation,…),
  • gestion approximative, opacité financière justifiée comme une innovation comptable,…

    Jusqu’à ce que les masques tombent ! A l’aveuglement collectif succède alors la phase de réaction et sanctions des autorités, souvent brutale : le rétablissement de la confiance est à ce prix ! Le bilan est souvent lourd : emplois perdus, épargne carbonisée, groupes restructurés,…mais d’autres ont su profiter de la débâcle, et pas seulement les PDG ayant bénéficié de rémunérations incontrôlées.

    Conclusion du livre (pas un livre de voyeur, mais de curieux) : la question n’est pas de savoir si un nouveau scandale est ou non possible, elle est de savoir qui sera la prochaine victime

Sommaire de l’ouvrage

Introduction

Chapitre I : Un aveuglement collectif
Des mythes de profits erronés
Une dérégulation qui bénéficie forcément à tous
La prime à la fusion et aux acquisitions
Le respect affiché des valeurs de marché
L’Internet et les nouvelles technologies, eldorado financier
Des relais naïfs ou intéressés
Des analystes en plein conflit d’intérêt
Des journalistes sans distance

Chapitre II : Un pouvoir incontesté
Des patrons qui sont identifiés à leur groupe
Des proches collaborateurs complices
Des avocats et banquiers d’affaires facilitateurs
Une soumission généralisée
Des administrateurs amis ou achetés
Des auditeurs qui détournent les yeux
Des autorités de contrôle bienveillantes

Chapitre III : Une mauvaise gestion
Trop d’achats trop chers
Une gestion quotidienne médiocre
Des erreurs industrielles
Des engagements très coûteux

Chapitre IV : Comment dissimuler ses mauvais comptes
Une communication non sincère
Les accords secrets
Une interprétation favorable des règles comptables
Les montages déconsolidants
Les ventes croisées
Les faux et usages de faux
L’utilisation des paradis fiscaux

Chapitre V : Quand le scandale éclate
Les signes avant coureurs
La spirale des mauvaises nouvelles
Les éléments du scandale
La super richesse des uns
Les perdants
La crise de confiance des milieux financiers

Chapitre VI : La réaction des autorités
Des politiques qui veulent restaurer la confiance
Sévérité américaine
Petites évolutions à la française
Des Italiens lents mais sévères
Des autorités de régulation qui veulent se racheter
Sévérité à retardement de la SEC et de la Consob
L’embarras de l’AMF

Chapitre VII : Le temps des sanctions
Arthur Andersen disparaît
Les banques passent à la caisse
Les adjoints font tomber les P-DG
Quelle responsabilité pour les P-DG ?
Des affaires encore en cours

Conclusion

site où le commander

Extraits de l’ouvrage

Plus de trois ans après, (2002, révélation des scandales, ndlr) cette période noire pour la finance n’est pas effacée. Au contraire, les noms d’Enron, WorldCom, Parmalat, Vivendi, Ahold, Global Crossing… résonnent toujours dans les oreilles des investisseurs comme une honte, et pour l’opinion publique comme le symbole des dérives d’un secteur.

Cet enthousiasme pour la dérégulation n’est donc pas du tout désintéressé. Mais cela ne gêne pas les milieux d’affaires, et la communauté financière notamment. Pour tout le monde, le retrait de l’Etat est synonyme de manne à saisir.

De la même façon que le terme « dérégulation » était devenu un modèle, l’expression « création de valeur pour l’actionnaire » ou « shareholder value » a connu un succès sans précédent dans le domaine financier.

Comme le détaille Le Revenu français : « dans les milieux financiers, cela s’appelle le « double quinze » : 15% par an de retour sur fonds propres, 15% par an de progression du bénéfice net par action. Ce seuil d’enrichissement et ce rythme de croissance, cumulés ou combinés, constituent les minima qu’il faudrait promettre aux actionnaires pour les convaincre d’investir leurs fonds dans une société cotée »

En adoptant le point de vue des banquiers d’investissement, les analystes ont négligé leurs traditionnelles études financières s’intéressant à la valorisation fondamentale des entreprises. Ils sont uniquement devenus des commentateurs, voire des parieurs, de l’évolution des cours de Bourse.

La profession journalistique a aussi joué un rôle très important dans la diffusion de ce climat d’euphorie boursière en répercutant et ne mettant pas en perspective les croyances du monde de la finance. Cela est dû d’abord au fait que, comme les analystes, les journalistes travaillant dans le secteur privé ne sont pas seulement que ce qu’ils proclament être.

De 1996 à 2000, le travail de Jean-Marie Messier a consisté à se séparer de vieux barons de la Générale des Eaux qui le contestaient pour faire monter de jeunes cadres. Il les appellera sa « dream team », son équipe de rêve. Une fidélité à toute épreuve est demandée. Et toute divergence est sanctionnée.

Le conseil de Vivendi semble, lui, avoir perdu tout sens critique à la fin de l’année 2001. Alors que l’entreprise a passé l’année à acheter des entreprises, les administrateurs ont approuvé, en décembre 2001, une nouvelle acquisition – celle d’USA Networks – sans se demander comment le groupe fait pour les financer.

A WorldCom, les administrateurs non-salariés ont ainsi reçu 35 000 stock-options entre 1999 et 2001. Au début de l’année 2001, la majorité du conseil possédait plus d’un million de titres WorldCom. A Enron, ils étaient aussi nombreux à posséder des dizaines de milliers d’actions, dont la valeur pouvait atteindre les 10 millions de dollars.

Les autorités de surveillance des marchés n’ont pas plus joué leur rôle, en n’alertant pas la communauté financière. (…). Tout cela viendra cependant bien tard pour les actionnaires qui avaient investi, se fondant sur les visas accordés par les autorités de marchés aux rapports des sociétés.

Dès la fusion réalisée avec Universal fin 2000, Vivendi ne dit pas toute la vérité sur sa dette. Le groupe veut faire passer le message que son endettement est proche de zéro, alors que le chiffre exact est de 27 milliards d’euros.

Parmi les fards dont Enron a abusé, le premier a été le « mark-to-market », c’est-à-dire la comptabilisation en valeur de marché. Le jour où la SEC a donné son autorisation (à cette méthode, ndlr), Skilling a même offert le champagne à ses équipes.

Pourtant, ces notes de bas de page peuvent avoir une influence très importante. En avril 2002, la publication du rapport annuel de Vivendi permet ainsi de découvrir que le groupe s’est engagé à racheter 20 millions de ses propres actions pendant l’année à un prix compris entre 60 et 80 euros, le cours au 1 er janvier étant supérieur à 60 euros.

On peut enfin imaginer rendre encore plus complexe le hors-bilan grâce au recours à des sociétés fictives. En anglais, on parle de « Special purpose entity » (SPE) ou « Special purpose vehicule » (SPV), en français de société ad hoc.

Avec la faillite d’Enron, on découvre même une catégorie nouvelle : les salariés-actionnaires qui voient en plus leurs économies constituées pour leur futur retraite disparaître.

Reste que les systèmes français ou italiens sont loin de permettre aux actionnaires ruinés de récupérer de l’argent. (…) Aux Etats-Unis, le système des « class actions » est l’idéal pour les petits porteurs.

Des class actions conduites par des investisseurs ont été lancées contre les grandes banques, ainsi que par les groupes auteurs des fraudes : l’administrateur judiciaire qui a repris les actifs d’Enron et la nouvelle direction de Parmalat conduite par Enrico Bondi. Pour faire face à tous ces risques, Citigroup avait provisionné, début 2005, 6,7 milliards de dollars au titre des « litiges ».

A l’issue de la condamnation de Bernard Ebbers, le commentaire d’observateurs du monde de la finance, rapporté par l’AFP est unanime : il est de très mauvais augure pour les prochains patrons appelés à répondre aux Etats-Unis de délits financiers.

(Procès de Ken Lay prévu en janvier 2006).

Pour ces raisons, il est difficile de croire que le durcissement de la législation permettra d’empêcher de nouveaux scandales financiers. Dans les épisodes que nous avons relatés, on a constaté que, si ce sont les P-DG qui ont fauté, c’est parce qu’ils voulaient se conformer aux désirs délirants des actionnaires.

En résumé, les bulles, les krachs et les scandales qui s’en suivent font partie du système. Et les réformes engagées n’y changeront rien.

Mardi 11 Octobre 2005
Mercredi 29 Mars 2006
JEAN-LUC TOULY
Lu 3402 fois

Dans la même rubrique :

Les livres d'Eau - 02/12/2004

LOBBYING | PRIVATISATION DANS LE MONDE | PRIVATISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE | ACTIONS JURIDIQUES | EAU A PARIS | L'EAU DE LILLE | L'EAU DE LYON | L'EAU de CORSE | L'EAU de BRETAGNE | EAU A TOULOUSE | Water Makes Money le Procès

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide