ACME
Dans les Alpes la neige artificielle menace l’eau potable - Marc Laimé 21/01/2019 Conférence de presse des associations d'usagers de l'eau de Guadeloupe avec J Davila du Fricc et G Paran président du comité des usagers de l'eau 18/01/2019 Café citoyen sur l’impact de la loi NOTRe sur la gestion de l’eau, du 16 janvier 2019 à Saint-Dié-des-Vosges 17/01/2019 Des habitants de Souvigné, en Indre-et-Loire, dénoncent une eau de mauvais goût payée plus chère 16/01/2019 Invitation à un événement hors norme marche d'adieu au SYNDICAT D'EAU SAVIGNE SUR LATHAN HOMMES dissous par la lois NOTRE (37340) 14/01/2019 LA CADA OUVRE L’ACCÈS AUX COMPTES D’UNE CONCESSION, PAR PATRICK DU FAU DE LAMOTHE 13/01/2019 PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’accès à l’eau potable, sa qualité et ses effets sur la santé en Outre-mer 18 décembre 2018 12/01/2019 La guerre est déclarée entre la municipalité de Brignoles et la société Suez : notre association ACME France est solidaire du maire de Brignoles 04/01/2019 RENCONTRE - DÉBAT  «Loi sur la gestion de l'eau : notre bien commun nous échappe-t-il ?» le 16/01/2019 à 20h00 Maison Mosaïque : 11, rue d'Ortimont Saint-Dié-des-Vosges 04/01/2019 Coupures d'eau : la fondation France Libertés relaxée des accusations de diffamation portées à son encontre par Veolia 21/12/2018 Recul de Santini face aux "gilets bleus" 20/12/2018 PROVISIONS POUR RENOUVELLEMENT : UN ARRÊT HISTORIQUE DU CONSEIL D’ÉTAT 20/12/2018 [Ouche & Montagne] Un pas de plus vers une gestion publique, écologique et démocratique de l’eau 18/12/2018 au : 3,30€ le m³ pour toutes les communes du Grand Besançon d’ici 2028 18/12/2018 Bordeaux Métropole : Trans’Cub s’attaque à la gestion de l’eau 17/12/2018 Réponses de Jacques Tcheng lors de la réunion de Quimper 17/12/2018 Nouvelles ponctions sur les finances des Agences de l'Eau 17/12/2018 Contrat de l’eau : une pétition pour faire gagner 120 millions d’euros à Bordeaux 13/12/2018 Toulouse 2020 : pas de multinationales dans mon eau ! 12/12/2018 Eau Secours 29. Dix ans de luttes contre les dérives de l’eau © Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/au-secours-29-dix-ans-de-lutte-contre-les-derives-de-l-eau-10-12-2018-12157958.php#ut0wca5apLGyHeY2.99 11/12/2018 Le Télégramme du 8 décembre : Quimper Marché de l’eau. Le dossier s’alourdit 08/12/2018 6 décembre à Paris : Sommet de l'économie organisé par Challenges avec comme partenaires Veolia, EDF, LVMH, Total,... : Réconcilier les 2 France 07/12/2018 Quimper Affaire de l’eau. Un des agents suspendus réintégré 06/12/2018 Réunion publique sur la gestion de l'eau à Quimper le 14 décembre 2018 05/12/2018 Loic Fauchon élu à nouveau président du Conseil Mondial de l'Eau 05/12/2018 L'oeil du 20h de France 2 du 6 novembre sur Wissous 02/12/2018 QUESTIONS liées au point 25 (1 508 pages) de l'ordre du jour du conseil communautaire de Paris Saclay du 28 novembre 2018 28/11/2018 Réunion publique sur l'eau à Avignon le 29 novembre 2018 28/11/2018 Réunion publique du 14 décembre sur la gestion de l'eau à Quimper 27/11/2018 Article n°Délibération du 26.11.2018 de prise d'acte de non transmission par le délégataire Suez de son Rapport Annuel d'activité 2017 à la ville de Wissous détentrice de la compétence assainissement depuis le 1.01.2016 et ses conséquences en mat4685 27/11/2018 Toulouse : comment Veolia et Suez ont gagné la bataille du marché de l’eau 27/11/2018 Le Conseil mondial de l’eau assigné devant le tribunal par des associations indiennes 26/11/2018 Nice : Eau : cinq communes rejoindront la régie en 2020 26/11/2018 Véolia Eau au rapport : Plus de 6 000 € de pénalités ont été appliquées pour le retard dans la transmission du rapport, le non-respect du nombre d’heures d’insertion à réaliser, des profits financiers ne correspondant pas aux comptes prévisionnels du 24/11/2018 Toulouse Métropole : Eau : le collectif manifeste et demande le report du vote 23/11/2018 Le Parlement espagnol ouvre le robinet de la remunicipalisation de l'eau 22/11/2018 Lettre A : Remous en vue à Toulouse Métropole après la "sélection" du duo Suez/Veolia 22/11/2018 Intervention de JL Touly ( 2h59mn50 à 3h2mn) au Congrès de l'Association des Maires de France lors du FORUM : La gestion patrimoniale de l'eau et de l'assainissement (Salle 300) 21/11/2018 : 09h30 à 12h30 en présence de J Launay président LREM du Com 22/11/2018 Veolia invite à déjeuner plus de 1 000 maires dans le congrès de l'Association des Maires de France ce 21 novembre 2018 et à entendre son PDG et sans parler d'un stand luxueux offrant champagne et petits fours pendant 3 jours imputés sur les factures 21/11/2018 Salon 2018 du livre des lanceurs d'alerte 19/11/2018
           
L'EAU DE LILLE

De quoi découle

« Nous avons été meurtris. » Ensemble, PDG et responsables syndicaux de la Société des eaux du Nord ont tenu à réagir aux accusations indirectes d'il y a dix jours. Prestataire pour la communauté urbaine, la SEN réaffirme que les investissements prévus seront réalisés d'ici 2015. Et vante son souci de qualité.



Le métier de l'eau est un métier de l'ombre

De quoi découle
PAR CHRISTIAN FURLING

« Le métier de l'eau est un métier de l'ombre, note Philippe Dupraz, PDG de la Société des eaux du Nord. On ne peut pas garder cette discrétion. » La SEN est un établissement privé qui effectue un service public. « Tu te sens utile », savoure Serge Giertzar, délégué syndical CGT. Blessé, comme ses collègues, par l'injonction faite à la communauté urbaine par Eau Secours LMCU de se faire rembourser un trop-perçu par la SEN. « On s'est demandé pourquoi ça ressortait », souffle Pascal Delsaut, délégué CFDT.

L'anomalie avait été repérée dès 1994. « On avait courbé le dos. » Nul détournement, mais de trop fortes provisions. « Et un décalage en 1996-98 dans les travaux, qui avaient été programmés de façon linéaire », concède P. Dupraz.
Des avenants à la convention SEN-LMCU ont fixé des travaux de renouvellement du réseau de 369 ME, dont 160 ME réalisés. Côté technique et financier, « notre métier est le plus contrôlé », assure le PDG, ancien de la Lyonnaise. Les rapports d'activités ont été améliorés, dit la Cour des comptes.

« Notre CE nomme en plus son propre expert-comptable, soulignent les syndicats. Nous sommes au courant de tout. Et nous avons l'impression que notre directeur est en négociations permanentes avec LMCU. » L'excellence du service, c'est le but pointé par la SEN. Prestataire d'eau potable dont le gros client, depuis 1968, est LMCU, la société vise maintes améliorations. Elle crée deux usines de production. Chaque année, elle change 40 des 4 000 km de canalisations et des branchements en plomb. Selon un fin diagnostic : « Des tuyaux de trente ans sont malades, d'autres des années vingt, de très bonne qualité. » Elle réduit les fuites, par surveillance électronique. Et veut améliorer le goût d'une « eau dure » (puisée dans le calcaire). « Le traitement du nickel permettra aussi de faire baisser les carbonates. »

Quel prix ailleurs ?

L'eau « est un produit complexe », dont le coût est jugé juste par le PDG et les syndicalistes. « Ça fait 1 E par jour pour un foyer de quatre personnes, pour un produit disponible en permanence. 30 E par mois. Si on payait aussi peu pour l'essence. », relève P. Delsaut.

Selon un sondage Sofres, 73 % des clients jugent également ce prix juste. La moyenne régionale est de 3,71 E le m³. Le prix métropolitain (3,09 E) est « inférieur à la moyenne nationale, 3,3 E », sachant qu'on va de 1,9 E en Savoie à 3,8 E dans le Morbihan. Lyon et Marseille sont un poil en dessous de Lille.

Le plus cher, dans la production d'eau potable ? « Les nouvelles usines, avec des traitements élaborés, l'énergie et la main-d'oeuvre », résume le patron. « Les appareils de contrôle et un service d'astreinte 24 h sur 24, ajoute un délégué syndical. Vingt-cinq personnes, dans tous les métiers . »

Une nouvelle source d'eau potable à Loos

De quoi découle
L'usine de production d'eau potable de l'Arbrisseau, à Loos, sera mise en service courant décembre. Unique dans la région, elle débarrassera l'eau des nitrates, du nickel, des pesticides et du calcaire. Elle alimentera les robinets de 200 000 Lillois.

Ce ne sont pas moins de 25 000 m³ d'eau potable qui sortiront chaque jour de l'usine flambant neuve. Propriété de la communauté urbaine de Lille (LMCU) mais gérée par la Société des eaux du Nord, elle est unique dans la région. C'est la seule à additionner trois types de filtrages. « Ils luttent à la fois contre les nitrates, le nickel et les pesticides, explique Jean-François Allioux, responsable de production à la SEN. Fini donc le système de mélange d'eau à fort taux de nitrates avec une eau plus pure, qui prévalait jusqu'à présent. »

Moins de calcaire Entièrement automatisée, l'usine fonctionnera 24 h sur 24. À l'intérieur, c'est un véritable « parcours du combattant » pour l'eau tout droit arrivée des forages du secteur. Elle monte, descend, enchaîne les cuves, les tuyaux et les filtres.

Le premier retiendra les nitrates grâce à de petites bactéries inoffensives qui éliminent naturellement ces éléments indésirables. Le nickel, très présent naturellement dans l'eau du secteur, sera ensuite filtré grâce à la décarbonatation.
« Nous ajoutons de la chaux à l'eau, précise Vincent Gruncik, responsable d'exploitation. Cela provoque une réaction chimique qui sépare le calcaire de l'eau pure. Il se dépose au fond de la cuve sous forme de billes. » Et pas de gaspillage ! Les billes sont recyclées par des entreprises de BTP pour faire du béton.

Le dernier traitement permettra de barrer la route aux pesticides. L'eau, enfin potable, pourra rejoindre les robinets des consommateurs. Et même si son goût ne varie pas, les Lillois pourront apprécier quelques changements. Le calcaire au fond des bouilloires et sur les robinets ne devrait plus être qu'un mauvais souvenir.

ELSA GRENOUILLET

Gestion de la distribution d'eau : un traité de 1986... et 14 avenants

Lille Métropole Communauté urbaine a fait le choix de confier la gestion de la distribution de l'eau à une société privée, aujourd'hui la Société des eaux du Nord (SEN). Ce choix, par un traité de concession, date de 1986.

« Ce traité de concession court jusqu'à 2016. Or les matériaux évoluent, les lois et la qualité des nappes phréatiques aussi. Depuis 1986, nous avons créé 14 avenants, explique Francis Vercamer, vice-président de LMCU, chargé de l'eau. La SEN doit bâtir un équilibre entre les recettes (les factures d'eau) et la gestion de la distribution (le relevé des compteurs, les travaux). Notre rôle est de contrôler cet équilibre, que le prix de l'eau ne soit pas supérieur au service rendu. »

En 1994, un trop-perçu d'un milliard de francs est apparu. Un avenant de 1997 instaure depuis un contrôle accru de cet équilibre (un audit des comptes de la SEN tous les cinq ans). Il a aussi été décidé de baisser le prix du m³ et d'injecter une partie de ce trop-perçu dans des travaux (remplacement des branchements au plomb, renouvellement des réseaux, installation de compteurs individuels).

L'effort demandé à la SEN était de 57 ME en 1996, 90 ME en 1998, 7 ME en 2000. En 2005, un avenant a modifié l'indice du prix de l'eau. Il augmentait régulièrement en fonction du coût de la vie « mais ne correspondait pas à la réalité ici en métropole », souligne Stéphane Coudert, directeur général adjoint des services techniques à LMCU.

Le dernier avenant (mai 2006) définit un plan de renouvellement du réseau (190 ME de travaux estimés d'ici 2015). L'avenant indique aussi que chaque chantier devra faire l'objet d'une analyse précise « pour que sur 142 m de canalisations changées, on n'en facture pas 150 », explique M Vercamer. La SEN est enfin obligée de réduire les pertes (fuites d'eau, vols, sous-comptages, etc.). 26 % de l'eau est perdue aujourd'hui. Le traité impose de ramener ce chiffre à 19 % en 2006, 18 % en 2009, 17 % en 2013. Des pénalités sont prévues si la SEN ne réduit pas ces pertes. « Nous sommes exigeants, note F. Vercamer. Mais il faut que le prix de l'eau, 3,09 E le m³, corresponde à un service. » . ST. F.

Il y a de quoi se poser des questions.

De quoi découle
DELPHINE, 38 ans (Lille) : « Ce qui me frappe, c'est que la collecte et le traitement des eaux usées représentent un montant supérieur à celui de la consommation. Sur 210 E de facture, seulement 72 E sont imputés à la consommation, pour 15,67 E d'abonnement. Ça veut dire que si l'argent qu'on verse ne va pas aux travaux, il y a de quoi se poser des questions ! D'autant qu'on n'est pas assez informé : qui connaît vraiment le cycle de l'eau ? »

Nous avons dû acheter un adoucisseur.

De quoi découle
MARIE-ANDRÉE, 43 ans (Mons-en-Baroeul) : « Ce n'est pas un sujet très fort à la maison... C'est mon mari qui paye la facture. L'eau est très calcaire dans notre ville, plus qu'à Lille, et nous avons dû acheter un adoucisseur. Le résultat est sensible pour la peau et pour notre électroménager. Mais l'investissement devrait être défiscalisé. Mon mari, d'ailleurs, ne veut plus boire l'eau du robinet, à cause du goût !

Elle est de plus en plus chère.

De quoi découle
DORINA, 43 ans (Croix) : « Je trouve que l'eau est de plus en plus chère, spécialement depuis cinq ans. Et j'estime que depuis une dizaine d'années, ma facture a augmenté de 80 %. J'ai cru comprendre que c'était dû au traitement de l'eau, à l'épuration. Mais on manque d'information

Dimanche 3 Décembre 2006
Dimanche 3 Décembre 2006
la voix du nord
Lu 4229 fois

Dans la même rubrique :

LOBBYING | PRIVATISATION DANS LE MONDE | PRIVATISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE | ACTIONS JURIDIQUES | EAU A PARIS | L'EAU DE LILLE | L'EAU DE LYON | L'EAU de CORSE | L'EAU de BRETAGNE | EAU A TOULOUSE | Water Makes Money le Procès

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide