ACME
ARTE mardi 12 décembre à 23h25 Jusqu'à la dernière goutte "Les guerres secrètes de l'eau en Europe" réalisé par : Yorgos Avgeropoulos 12/12/2017 GUADELOUPE 1ère : Les avocats mettent les pieds dans l'eau 09/12/2017 ENQUÊTES POUR CORRUPTION: LAFARGE, AIRBUS, VEOLIA, HSBC... L'ÉTAU SE RESSERRE SUR LES ENTREPRISES FRANÇAISES 09/12/2017 LES CRAPULES DE LA RÉPUBLIQUE le 9ème livre (210 pages) de R Lenglet et JL Touly chez First 08/12/2017 Convocation ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE BI-ANNUELLE DE L'ACME-EAU POUR LE 19/12/17 08/12/2017 Affaire du SIAAP Syndicat Interdépartemental d'Assainissement de l'Agglomération Parisienne épure l'eau de près de 9 millions de franciliens depuis 1970 06/12/2017 Marianne 5 décembre : SIAAP (Syndicat Interdépartemental d'Assainissement de l'Agglomération Parisienne) : Soupçons de favoritisme autour d'un marché des eaux usées attribué à Veolia 05/12/2017 Suez, Dijon et son président PS proche de Macron François Rebsamen une histoire touchante mais pour qui ? 02/12/2017 EAU ET ASSAINISSEMENT : RÉPONSE MINISTÉRIELLE CONTRADICTOIRE AVEC LES ANNONCES DU CONGRÈS DES MAIRES (30/11/2017) : S'agissant des communautés d'agglomération, ces deux compétences eau et assainissement restent optionnelles jusqu'au 1er janvier 2020 01/12/2017 Le Cercle Français de l'Eau véritable agence de lobbying des multinationales de l'eau ? 30/11/2017 Les guerres secrètes de l'eau en Europe (France, Allemagne, Irlande, Portugal, Italie, Grèce) 26/11/2017 Thomas Joly président du Syndicat Intercommunal d'Assainissement de la Vallée de la Bièvre, vice président de Paris Saclay à l'eau et l'assainissement et maire de Verrières et Veolia dans Planet Veolia novembre distribué au congrès des maires de Fran 23/11/2017 Suez à Paris ! 23/11/2017 Les guerres secrètes de l'eau en Europe (France, Allemagne, Irlande, Portugal, Italie et Grèce) documentaire grec de 58mn diffusé sur ARTE le 12 décembre 2017 à 23h25  23/11/2017 Comme chaque année au congrès de l'Association des Maires de France, Veolia invite le mercredi 22 novembre 1 500 maires à déjeuner et à écouter le PDG de Veolia dans une salle privatisée à la Porte de Versailles à Paris 22/11/2017 Rapport Suez 2016 assainissement Wissous : expresses réserves quant à la sincérité, l'exactitude et la complétude du contenu de ce rapport annuel d'activité et recours à l'assistance d'experts technique, financier et juridique pour lever ces réserves 21/11/2017 Eau: Lège Cap-Ferret les usagers de la presqu'île ont-ils été lésés ? 17/11/2017 Ordre du jour du conseil communautaire de Paris Saclay 22 novembre 20h30 à Orsay avec 55 questions 16/11/2017 Management décembre 2017 : lanceurs d'alerte 16/11/2017 Les guerres secrètes de l'eau en Europe 16/11/2017 Une start up dépose trois plaintes pénales visant Veolia 16/11/2017 La Dépêche 16 novembre : après 60 ans Exit Véolia, bienvenue Agur et bonjour les économies sur la facture d'eau 16/11/2017 André Santini, à la tête du Sedif, veut construire un "ring hydraulique" autour de la capitale Célia Blauel, pour Eau de Paris, défend le modèle de régie publique. Emmanuel Macron va devoir trancher 15/11/2017 Eau à Lège Cap Ferret 14/11/2017 Mag'Centre 13 novembre : la régie de l'eau de Blois créée le 1er janvier 2017 baisse le prix de l'eau 14/11/2017 samedi 25 novembre après midi à Vaux le Pénil près de Melun (77) STOP à l'évasion fiscale, à l'opacité de la gestion de l'eau et au CETA organisé par ATTAC 77 13/11/2017 Sortie le 30 novembre du livre "Les crapules de la République" de R Lenglet et JL Touly chez First 11/11/2017 Toulouse : Gestion publique de l'eau : création d'un collectif et lancement d'une pétition  Agur, après 60 ans de Veolia, nouveau délégataire pour l’assainissement collectif à Villeneuve-sur-Lot, Bias et Pujols 08/11/2017 7 novembre : Metz Métropole récupère la gestion publique de l’eau potable 07/11/2017 L'oeil du 20h du journal de France 2 du 6 novembre 2017 à Wissous : Suez, Veolia : des fournisseurs d'eau … pas très clairs 06/11/2017 Eau Secours 29 Quimper : création de la commission de contrôle (financier) des DSP 04/11/2017 L’UFC-Que choisir lance un “S eau S” 03/11/2017 Eau Ouest Essonne la régie de l'eau 02/11/2017 Pourquoi la Guadeloupe transporte-t-elle encore de l'eau dans un panier ?  Le Gouvernement interpellé sur la question de l'eau potable en Guadeloupe 01/11/2017 Guadeloupe 30 octobre : La gestion de l'eau en toute transparence 31/10/2017 UN VILLAGE DE L’HÉRAULT SAUVE SA RÉGIE PUBLIQUE DE L’EAU, EN DÉPIT DE LA LOI NOTRE, EN CRÉANT UNE SEM DONT LES HABITANTS SONT SOCIÉTAIRES ! 31/10/2017 Le poison de la mafia, la loi du silence un documentaire présenté le 24 octobre sur Arte 25/10/2017 Indonésie : La Cour suprême a scellé l'affaire de l'eau pour Jakarta 12/10/2017 FO Hebdo 11 octobre 2017 : Privatiser des services publics locaux serait enfin démodé ? : Le contrôle de la gestion de l’eau est de plus en plus repris par le secteur public au sein des municipalités 11/10/2017 Turin remunicipalise sa gestion de l'eau 09/10/2017
           
LES PRINCIPES FONDATEURS

Déclaration Commune des Mouvements de Défense de l'Eau Pour un Mouvement Mondial de l'EAU

Du 14 au 19 mars, nous, Hommes, qui avons une vision holistique de la vie ; Activistes de mouvements sociaux ; Organisations non gouvernementales et Réseaux, qui luttons dans le monde entier pour la défense de l'eau, pour son territoire et pour le peuple, nous avons partagé nos idées, nos luttes, nos soucis et nos propositions.

En même temps nous avons compris comment nos luttes ont permis un changement dans le monde entier, ralentissant ainsi le processus de privatisation de l'eau. Maintenant que nous ne sommes plus sur la défensive, nous pouvons faire des propositions concrètes qui concernent la vie de chacun aux quatre coins du monde.



L'humanité et l'engagement de tous ceux qui ont organisé ce Forum sont un grand succès dans la construction de notre mouvement.

Déclaration Commune des Mouvements de Défense de l'Eau <font color='red' size=4>Pour un Mouvement Mondial de l'EAU</font>
Dans l'esprit du forum de Caracas qui a regroupé beaucoup d'organisations mondiales pour la défense de l'eau, nous partageons maintenant, dans notre histoire et dans nos coeurs, les luttes de Parota, de Laguna, de Xoxocotla, de Acuitapilco et de bien d'autres au Mexique et ailleurs dans le monde entier. L'humanité et l'engagement de tous ceux qui ont organisé ce Forum sont un grand succès dans la construction de notre mouvement.

Pour toutes ces raisons, dans la continuité des réunions des années précédentes lors des Forums Sociaux Mondiaux, des mouvements sociaux luttent dans le monde entier pour une vision holistique et écologique du droit de l'eau et contre sa marchandisation dans toutes ses sphères (domestique, agricole et industrielle) et ensemble, nous allons agir et structurer notre action commune pour voir les luttes de chaque localité se situer dans une stratégie mondiale.


Considérant que :

  • l'Eau, sous toutes ses formes est un Bien Commun et son accès, un droit humain fondamental et inaliénable. L'Eau est le patrimoine des communautés, des Hommes et de l'Humanité, élément de base de toute vie sur notre planète.
    L'Eau n'est pas un produit. Pour toutes ces raisons, nous rejetons toutes les formes de privatisation, y compris celles d'associations entre le public et le privé qui se sont révélées être un échec complet dans le monde entier.

La gestion et le contrôle de l'eau doivent être publics, sociaux, coopératifs, participatifs, équitables et sans bénéfice. Ce sont les obligations de toutes institutions publiques locales, nationales et internationales afin de garantir les conditions de fourniture et de gestion des services d'eau.

Pour garantir la solidarité entre les générations, présentes et futures, nous rejetons le neoliberalisme et le consumérisme comme modèle de développement qui promeut la surexploitation de notre Mère Nature.

La gestion durable d'écosystèmes et la conservation du cycle de l'eau doit passer par une administration des territoires appropriée et par la conservation d'environnements naturels. Les lignes de partage des eaux relèvent fondamentalement de la gestion publique, facteur d'identité d'une communauté et unité, où la participation populaire est effectuée. La défense de l'eau implique la récupération de la bonne santé des écosystèmes du bassin de captage jusqu'au traitement des eaux résiduelles

Au regard de ce que nous avons mentionné ci-dessus, nous affirmons haut et fort, notre opposition à tous ces Forums mondiaux sur l'eau comme ces réunions de grandes sociétés transnationales, ces institutions financières internationales (Banque mondiale, Banque de Développement interaméricaine, Banque européenne d'investissements, etc) et ces puissants gouvernements dans le monde, parce qu'ils sont exclusifs et antidémocratiques. Pour ces raisons nous rejetons la légitimité de ces organisations qui ignorent les demandes et les besoins réels des Hommes et qui, au contraire, continuent à chercher de nouvelles formes de commercialisation de l'eau, méconnaissant l'Homme, les coûts sociaux et écologiques de ce modèle néolibéral.

NOUS APPELONS

  • toutes les organisations, des mouvements sociaux, des gouvernements et les Parlements à inclure ces principes dans les législations locales, nationales et internationales et dans les règlements.

  • tous les citoyens de la planète à développer des actions collectives pour s'unir, s'organiser et faire des projets de changement dans le cadre d'un Mouvement Mondial de l'Eau.

NOUS EXIGEONS

  • l'exclusion de l'Eau de l'OMC et de tous les accords de libre-échange internationaux, multilatéraux et bilatéraux.
  • L'abolition du Centre International (ICSID), en considération des expériences de Cochabamba et d'autres villes qui veulent rétablir leur souveraineté pour un contrôle public de leurs ressources communes.
  • La restauration et la promotion de la gestion de l'eau holistique, coopérative, publique, sociale et participative.

  • Nous exigeons que chaque être humain ait accès et droit à de l'eau de bonne qualité et en quantité suffisante afin de garantir l'hygiène et une bonne nutrition et que, en place où il y a le service de fourniture d'eau potable, la quantité minimale nécessaire devrait être allouée gratuitement indépendamment de toutes différences, de culture, de couche sociale, de religion, de géographie, de moyens ou de genre. Nous rejetons tout autre standart. Aucune société, institution gouvernementale ou internationale ne peut arrêter en cas de non-paiement, la fourniture d'eau à des fins domestiques.

Les industries et les sociétés responsables de contamination des ressources d'eau doivent réparer tous dégâts qu'ils auraient occasionnés, qu'ils soient environnementaux, humains, ou économiques.

NOUS REJETONS

  • Pour illégitime toutes exigences de profits et d'indemnités par des sociétés transnationales.
  • Tout financement d'Institutions Financières Internationales qui serait conditionné à la libéralisation et à la privatisation des services d'eau et d'assainissement.
  • Toute législation nationale ou régionale qui inviterait au processus de privatisation et de commercialisation de l'eau.
  • Tout modèle prédateur et non durable de gestion de l'eau fondée sur des mégaprojets, des barrages et la construction d'un port, une extraction minière, une exploitation de l'eau à embouteiller.

NOUS PROPOSONS

  • De promouvoir le développement de services publics de gestion de l'eau très compétents qui fonctionneraient démocratiquement et qui par la voie d'échange des compétences et des d'expériences, partageraient des connaissances techniques, des modalités de construction, ou même les modes et propositions de financement pour un modèle public, social, coopératif et participatif.

  • De promouvoir l'éducation et l'organisation communautaire d'une utilisation responsable et durable de l'eau.

  • De partager et faire connaître les expériences du développement des fonds de solidarité pour le financement d'une gestion publique, sociale, coopérative et participative de l'eau.

  • La création d'observatoires internationaux et régionaux comme des points de rencontre pour des organisations sociales, des mouvements et des réseaux coopératifs afin d' exercer un contrôle social des activités des sociétés transnationales et des institutions financières internationales, ce qui impliquera aussi les Parlements, les administrations locales et les institutions démocratiques.

  • D'exiger que les gouvernements et les sociétés réparent les dégâts qu'ils ont causés aux populations humaines par contamination et par le manque d'accès aux services de l'eau.

  • De renforcer des tribunaux internationaux existants et de promouvoir la formation d'autres tribunaux de ce type dans diverses régions du monde.


NOUS NOUS ENGAGEONS

  • A promouvoir un plan d'action mondiale pour continuer le processus d'élaboration et de mobilisation de réseaux de solidarité dans la défense de l'eau.

  • A promouvoir, à apartir des luttes locales, une solidarité au niveau mondial qui se renforcera et unifiera un mouvement mondial de l'eau.

  • A valoriser la contribution des femmes, des peuples indigènes et autochtones et jeunes, et de tous ceux qui considèrent que la défense de leurs droits doit intégrer le développement de modèles qui montrent qu'une autre forme de gestion d'eau est possible.

  • A continuer ce processus et à l'enrichir de toutes les contributions possibles dans les réunions que nos mouvements organiseront dans le monde entier, comme "Encuentro Enlazando Alternativas Uni ó N Europea-America Latina" en mai à Vienne, la Réunion de la Communauté des Nations sud-américaines en Bolivie en septembre et l'Assemblée des Citoyens pour l'Eau à Bruxelles en décembre.

Dans ces conditions le mouvement mondial de l'Eau propose la réalisation de trois actions collectives :
  • Une action simultanée, collective, mondiale entre septembre et octobre 2006.
  • Prendre un slogan commun pour toutes nos activités : le droit de l'eau est possible : gestion publique participative.
  • Cette déclaration sera rendue publique par des conférences de presse dans chaque localité à notre retour comme une déclaration collective du mouvement mondial de l'eau.


Signé ce 19 mars 2006, au Mexique, Tenochtitlan, par les organisations de plus de 40 pays participant au Forum International pour la Défense de l'Eau


Une liste préliminaire sera bientôt prête

. Si vous voulez signer cette déclaration envoyez s'il vous plaît un email à : comdainfo@hotmail.com
en indiquant votre pays.


traduction bénévole S.D.T.



Joint Declaration of the Movements in Defense of Water

Déclaration Commune des Mouvements de Défense de l'Eau <font color='red' size=4>Pour un Mouvement Mondial de l'EAU</font>
Mexico City, March 19, 2006

From March 14 to 19th, we, human beings with a holistic vision of life, activists from social movements, non-governmental organizations, and networks that struggle throughout the world in the defense of water and territory and for the commons, have shared ideas, struggles, worries and proposals. At the same time we have realized how our struggles have brought change around the world, slowing the process of water privatization. Now that we are not on the defensive, we are capable of promoting concrete proposals advancing in the life of every corner of our world.

With the spirit of Caracas which brought together many global organizations in the defense of water, now we have in our history and in our hearts the struggles of La Parota, La Laguna, Xoxocotla. Acuitapilco and many others of Mexico and around the world. The humanity and the commitment of those who have organized this Forum is a great success in the construction of our movement.

For all of this, in continuity with the meetings of previous years during the World Social Fora, social movements around the world struggle for a holistic and ecological vision of the right to water and against its commodification in all spheres (domestic, agricultural and industrial), and we come together in a platform of common action, seeing the struggles of each locality within the framework of a global strategy.

Considering that:

Water in all of its forms is a common good and access to water is a fundamental and inalienable human right. Water is the patrimony of communities, of the people, and of humanity, the basic element of all life on our planet. Water is not a commodity. For these reasons we reject all forms of privatization, including that of public-private partnerships that have been revealed to be a complete failure around the world.

Management and control of water must be public, social, cooperative, participatory, equitable, and not for profit. It is the obligation of all local, national and international public institutions to guarantee these conditions from the planning stages through the delivery of water services.

Solidarity between present and future generations should be guaranteed, and for this reason we reject the neoliberal, consumerist development model that promotes overexploitation of Mother Nature.

Sustainable management of ecosystems and the preservation of the water cycle is necessary by way of the proper administration of territories and the conservation of natural environments. Watersheds are fundamental units of public management, a factor in community identity and unity, where popular participation is effected. The defense of water implies recuperating the health of ecosystems from the catchment basin to the treatment of residual waters.

In regards to the aforementioned, we affirm our direct opposition to all World Water Fora as meetings of large transnational corporations, international financial institutions (the World Bank, the Interamerican Development Bank, the European Investment Bank, etc.) and of the world’s powerful governments, for being exclusive and antidemocratic. For these reasons we reject the legitimacy of these organizations which ignore the demands and the real needs of the people and which, on the contrary, continue seeking new forms of commercialization of water, disregarding the extremely high human, social and ecological costs of this neoliberal model.



WE CALL

On all organizations, social movements, governments and parliaments to include these principles in local, national and international laws and regulations.

On all citizens of the planet to develop collective actions to unite, organize, and realize proposals for change through the articulation of a global water movement.

WE DEMAND

The exclusion of the WTO and of all international, multilateral and bilateral free trade agreements from water.

The abolition of the International Center for International Centre for Settlement of Investment Disputes (ICSID), considering the experiences of Cochabamba and other localities that want to restore the sovereignty of their common resources to public control.

The restoration and promotion of the public, social cooperative, participatory and holistic management of water.

We demand that every human being have access and the right to water of good quality and in quantity sufficient for hygiene and good nutrition and that, in places where there is potable water delivery service, the minimum necessary amount should be allocated free of charge regardless of any differences, whether of culture, society, religion, geography, economy or gender. We reject any double standard. No corporation, government or international institution can stop water service in domestic uses for lack of payment.

Industries and corporations responsible for contamination of water resources must repair any damage, whether environmental, human, or economic, that they have caused.

WE REJECT

For illegitimate all demands for profits and indemnities by transnational corporations.

Any financing from International Financial Institutions that is conditional on the liberalization and privatization of water services.

National and regional legislation that invites the process of privatization and commercialization of water.

The predatory and unsustainable model of water management based on megaprojects, dams, port construction, mining exploitation and bottling water.

WE PROPOSE

To promote the development of high-quality public water management services that function democratically and by way of the equitable exchange of skills and knowledge, sharing all knowledge whether it be technical, capacity-building, or involving financing schemes and proposals for a model that is public, social, cooperative and participatory.

To promote education and community organization about the responsible and sustainable use of water.

To share and make known experiences of the development of solidarity funds for the financing of public, social, cooperative and participatory water management.

The creation of international and regional observatories as meeting points for social organizations, movements and cooperative networks in order to exercise social control over the activities of transnational corporations and international financial institutions, and which will also involve parliaments, local governments and democratic institutions.

To advance the demand that governments and businesses repair the damage they have caused to human populations through contamination and lack of access to water services.

To strengthen existing international tribunals and to promote the formation of additional such tribunals in diverse regions of the world.

WE COMMIT

To promote a global action plan to continue the process of the construction and mobilization of solidarity networks in the defense of water.

To promote, from the base of local struggles, a solidarity platform on a global level that will strengthen and unify a global water movement.

To value the contribution of women, indigenous and aboriginal peoples, youth and all people incorporating the defense of their rights in the development of models that show that another form of water management is possible.

To continue this process and to enrich it with all possible contributions in the succeeding gatherings that our movements will organize around the world, from the Encuentro Enlazando Alternativas Unión Europea-America Latina in May in Vienna, the Gathering of the Community of South American Nations in Bolivia in September and the Assembly of Citizens for Water in Brussels in December.

Under these conditions the world water movement commits to realizing three collective actions:

A simultaneous, collective, global action between September and October of 2006.

To take up a common slogan for all of our activities: The right to water is possible: public participatory management.

This declaration will be made public through press conferences in each locality upon returning to our homes as a collective statement of the global water movement.

Signed on this 19th day of March, 2006, in Mexico, Tenochtitlan, by the organizations from more than 40 countries participating in the International Forum in the Defense of Water

A preliminary list will be ready shortly. If you wish to sign this declaration please send an email to comdainfo@hotmail.com indicating your country.


Samedi 1 Avril 2006
Vendredi 21 Avril 2006
Lu 2824 fois

Dans la même rubrique :

Le déclic biogaz - 18/04/2006

La charte de l'eau - 05/04/2006

FICHES D'IDENTITE | LES PRINCIPES FONDATEURS | L'ADHESION A ACME | LES COMITES | LIENS | FAME 2005 | La vie de l'ACME

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide