ACME
Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019 Après la sortie de Macron sur le chlordécone, l'Élysée plaide le "malentendu" Après les élus ultramarins, des scientifiques ont rappelé à Emmanuel Macron que des études contredisaient ses propos 06/02/2019 LE PRÉSIDENT ET LE CHLORDECONE 05/02/2019 Un arrêté limite la chlordécone, insecticide cancérogène, dans la viande de boeuf 30/01/2019 28 janvier 2019 : Tribunal Administratif de Versailles Requête en excès de pouvoir de l'ACM et du FRICC contre le refus de la Communauté d'agglomération Paris Saclay de créer la Commission de Contrôle Financier R. 2222-1 à 6 du CGCT 30/01/2019 Marché de l’eau à Quimper. « Il faut mettre cartes sur table » réclame Piero Rainero 30/01/2019 Sisteron 7341 habitants (maire de 78 ans LR depuis 1983) : la société Suez ne va plus gérer l'eau et l'assainissement : La commune reprend en régie directe l'ensemble de l'exploitation 26/01/2019 Interview de Jacques Davila du comité de l'eau de Guadeloupe et représentant local du FRICC 25/01/2019 La Roche-sur-Yon. Eau potable : une réunion le 7 février 2019 en présence de JL Touly 23/01/2019 Assurée par la Saur depuis sept ans, l’exploitation de l’eau potable sera reprise en régie, à partir du 1er septembre, par le syndicat mixte des eaux de Gâtine 23/01/2019 Dans les Alpes la neige artificielle menace l’eau potable - Marc Laimé 21/01/2019 Conférence de presse des associations d'usagers de l'eau de Guadeloupe avec J Davila du Fricc et G Paran président du comité des usagers de l'eau 18/01/2019 Café citoyen sur l’impact de la loi NOTRe sur la gestion de l’eau, du 16 janvier 2019 à Saint-Dié-des-Vosges 17/01/2019 Des habitants de Souvigné, en Indre-et-Loire, dénoncent une eau de mauvais goût payée plus chère 16/01/2019 Invitation à un événement hors norme marche d'adieu au SYNDICAT D'EAU SAVIGNE SUR LATHAN HOMMES dissous par la lois NOTRE (37340) 14/01/2019 LA CADA OUVRE L’ACCÈS AUX COMPTES D’UNE CONCESSION, PAR PATRICK DU FAU DE LAMOTHE 13/01/2019 PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’accès à l’eau potable, sa qualité et ses effets sur la santé en Outre-mer 18 décembre 2018 12/01/2019 La guerre est déclarée entre la municipalité de Brignoles et la société Suez : notre association ACME France est solidaire du maire de Brignoles 04/01/2019 RENCONTRE - DÉBAT  «Loi sur la gestion de l'eau : notre bien commun nous échappe-t-il ?» le 16/01/2019 à 20h00 Maison Mosaïque : 11, rue d'Ortimont Saint-Dié-des-Vosges 04/01/2019 Coupures d'eau : la fondation France Libertés relaxée des accusations de diffamation portées à son encontre par Veolia 21/12/2018 Recul de Santini face aux "gilets bleus" 20/12/2018 PROVISIONS POUR RENOUVELLEMENT : UN ARRÊT HISTORIQUE DU CONSEIL D’ÉTAT 20/12/2018 [Ouche & Montagne] Un pas de plus vers une gestion publique, écologique et démocratique de l’eau 18/12/2018 au : 3,30€ le m³ pour toutes les communes du Grand Besançon d’ici 2028 18/12/2018 Bordeaux Métropole : Trans’Cub s’attaque à la gestion de l’eau 17/12/2018 Réponses de Jacques Tcheng lors de la réunion de Quimper 17/12/2018 Nouvelles ponctions sur les finances des Agences de l'Eau 17/12/2018 Contrat de l’eau : une pétition pour faire gagner 120 millions d’euros à Bordeaux 13/12/2018 Toulouse 2020 : pas de multinationales dans mon eau ! 12/12/2018 Eau Secours 29. Dix ans de luttes contre les dérives de l’eau © Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/au-secours-29-dix-ans-de-lutte-contre-les-derives-de-l-eau-10-12-2018-12157958.php#ut0wca5apLGyHeY2.99 11/12/2018 Le Télégramme du 8 décembre : Quimper Marché de l’eau. Le dossier s’alourdit 08/12/2018 6 décembre à Paris : Sommet de l'économie organisé par Challenges avec comme partenaires Veolia, EDF, LVMH, Total,... : Réconcilier les 2 France 07/12/2018 Quimper Affaire de l’eau. Un des agents suspendus réintégré 06/12/2018 Réunion publique sur la gestion de l'eau à Quimper le 14 décembre 2018 05/12/2018 Loic Fauchon élu à nouveau président du Conseil Mondial de l'Eau 05/12/2018
           
Réunion Publique : DROIT DE L'EAU

Des eaux et débat : A Tahiti, le film Water Makes Money fait grand bruit à l'ISEPP

L’Institut supérieur de l’enseignement privé (Isepp) a organisé mardi soir un débat autour du thème de l’eau, cet “or bleu” qui suscite tant de convoitises et génère tant de profits. L’Isepp a présenté un film polémique suscitant des débats animés



Des eaux et débat : A Tahiti, le film Water Makes Money fait grand bruit à l'ISEPP
La gestion de l’eau a engendré la corruption de certains élus municipaux. Les réseaux doivent être rénovés pour un accès à une eau de qualité. Une assistance nombreuse a assisté mardi soir à la projection du documentaire Water makes money. Le documentaire Water makes money, présenté dans l’amphithéâtre de l’Isepp, mardi, s’est révélé volontairement polémique et a donc suscité des débats parfois très animés à la fin de sa projection.

De Toulouse à Bruxelles, de Buenos Aires à Nairobi en passant par Grenoble ou Paris, ce documentaire de 82 minutes de Leslie Franke et Herdoror Lorenz tend à montrer comment de grandes multinationales ont pris le contrôle de la gestion de l’eau à travers le monde. Ainsi on apprend que Veolia et Suez Environnement se partagent 80% de la gestion de l’eau en métropole et prennent part à de nombreux projets dans le monde.

Dans chaque municipalité où la gestion de l’eau a fait l’objet d’un partenariat privé-public (PPP), le prix de l’eau a augmenté pour le consommateur, parfois jusqu’à 103% quelle que soit la multinationale alors en place.

Une législation opaque, des conseils municipaux et des maires souvent incompétents en matière de droit, associés à des multinationales dont la raison de vivre est le profit, autant de raisons égrenées dans ce documentaire qui prône davantage un retour à une gestion municipale (en régie) de l’eau.

Trois intervenants, Alexandre Brailowsky://, directeur des relations sociétales de Suez Environnement, Hubert Viaris de Lesegno, directeur général de la Brasserie de Tahiti et Gilles Lorphelin, directeur général des services (DGS) de la mairie de Mahina ont partagé avec le public leur expertise en la matière.



Ainsi l’eau, cet “or bleu” est devenu en quelques années la proie de multinationales. Le premier élément que met en évidence Water makes money est la corruption. On apprend qu’André Santini, président du Syndicat des eaux d’Île-de-France (Sedif) signait ses courriers sur un papier à en-tête de… Veolia dont il aurait d’ailleurs touché 40 000 €euros (4 773 268 Fcfp).

Bien d’autres personnages politiques apparaissent comme Alain Carignon, ancien maire de Grenoble, jugé et condamné pour corruption et abus de biens sociaux. “L’un des grands problèmes de ces années-là était la corruption”, explique Alexandre Brailowsky, directeur des relations sociétales de Suez Environnement. “Le système français était opaque. Les choses ont évolué depuis. Par exemple, le droit d’entrée est interdit en France. Un autre point me paraît important : ce que j’appelle la dérive partagée. Si les instances communales décident d’engager un partenariat avec le privé pour la gestion de l’eau, elles ne doivent jamais perdre leurs prérogatives décisionnelles. Ce sont elles qui décident d’un schéma directeur de gestion et c’est aux entreprises à mettre en œuvre ces décisions. Les dérives viennent souvent d’une mauvaise répartition des rôles.”



L’accès à l’eau potable est devenu, du fait de son caractère indispensable, une denrée qu’on s’arrache. “En Polynésie, les choses ne sont pas tout à fait pareilles”, rappelle Gilles Lorphelin, directeur général des services (DGS) de la mairie de Mahina. “Le Fonds européen de développement (FED) permet d’aider les communes à améliorer ses services en matière d’approvisionnement en eau potable. Ses fonds vont en priorité à l’assainissement. En 2015, toutes les communes devront s’être dotées des équipements et moyens nécessaires à un bon accès à l’eau potable. Or nous voyons encore aujourd’hui et pas seulement ici, en Polynésie, une grande disparité des moyens et de l’accès à l’eau.”



Aujourd’hui, seules 13 communes ont accès à une eau de qualité, 30 à une eau de moins bonne qualité. La chloration permet généralement de garantir la potabilité de l’eau à cause de la défectuosité du réseau. “Le problème de la qualité de l’eau vient de deux facteurs : le captage ou la production d’eau et le transport de cette eau”, explique Hubert Viaris de Lesegno, directeur général de la Brasserie de Tahiti. “Pour nos jus, nous captons l’eau en profondeur, ce qui nous permet d’avoir de l’eau de très bonne qualité. Si on transportait cette eau vers le consommateur, elle serait contaminée parce que les tuyaux des réseaux sont contaminés !

Il y a un autre problème auquel la Polynésie va devoir faire face : les limites de la ressource en eau. En effet, alors qu’en moyenne, dans le monde, une personne consomme en moyenne 200 litres par jour, en Polynésie française, on consomme environ 1 000 litres par personne et par jour. “Une consommation importante qui a un impact direct sur le budget des communes et donc sur les administrés. À Mahina, cela représente 115 millions par an et uniquement en électricité pour transporter cette eau jusqu’au consommateur. Ce budget ne tient pas compte des salaires et de la nécessaire rénovation du réseau hydraulique qui date des années soixante”, précise le DGS de la mairie de Mahina. Beaucoup de choses sont encore à faire dans ce domaine à l’horizon de 2015… pas seulement au niveau des communes.

Erika Thibault


Mardi 2 Avril 2013
Mardi 2 Avril 2013
JEAN-LUC TOULY
Lu 588 fois


Dans la même rubrique :
1 2

ACTUALITES D'ACME | Réunion Publique : DROIT DE L'EAU | MEXICO 2006

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide