ACME
Affaire SEEG Veolia – état Gabonais : Nicaise Moulombi, le visionnaire 01/09/2018 Veolia sous le coup d’une enquête pour corruption en Arménie 01/09/2018 Assises de l'eau : les quatre priorités fixées par le Gouvernement : Le comité stratégique de la filière eau est présidé par Antoine Frérot, PDG de Veolia !!! 30/08/2018 Rachat de la Saur par EQT : un jour sans fin… 28/08/2018 Veolia paie des voyages à Paris pour des hauts fonctionnaires arméniens afin d'augmenter le prix de l'eau 27/08/2018 Guadeloupe 19 juillet : Une conférence régionale sur l’eau à la Préfecture 20/07/2018 Quatre candidats en lice pour s'offrir le spécialiste de l'eau Saur 18/07/2018 LE GOUVERNEMENT ANNULE LES ASSISES DE L’EAU ! 16/07/2018 Le Télégramme 6 juillet : Quimper : Eau secours 29 et le Carepa sont à nouveau montées au créneau pour dénoncer un règlement de l’eau favorisant le délégataire au détriment des usagers 08/07/2018 Marianne 3 juillet : Fête de l’Huma : finies les tournées de Cuba Libre offertes par le SIAAP  Boîte de réception x 07/07/2018 Bordeaux: Suspectant de la corruption, une association Trans'cub dépose plainte sur le dossier eau : l'ACME et le FRICC soutiennent l'association de défense des consommateurs Trans'cub 05/07/2018 France Antilles 3 juillet : Guadeloupe : CAPESTERRE BELLE-EAU Gestion de l'eau : dépôts de plainte en cascade en perspective ? 03/07/2018 MARCHÉS DE L’EAU : LES BUREAUX D’ÉTUDE DANS LE VISEUR DE LA JUSTICE 02/07/2018 Roquebrune Cap Martin la Riviera française Nice matin 2 juillet 2018 : Une association créée pour renégocier le prix de l'eau 02/07/2018 Marsactu par Lisa Castelly, le 29 Juin 2018 :   Soupçons d’emplois fictifs à la Seramm, filiale de Suez à Marseille Métropole 02/07/2018 Création à Roquebrune Cap Martin de l'Association de Sauvegarde de l'Eau de la CARF (Communauté d'Agglomération de la Riviera Française) 01/07/2018 Eau potable : Loches Sud Touraine fait le choix de la gestion publique 01/07/2018 Le chlordécone, ce poison 01/07/2018 France Antilles Guadeloupe 28 juin : Dossier de l'eau : les associations de défense des usagers font le point 28/06/2018 FRICC et ACME : C à vous France 5 25 juin 19h : le scandale du chlordécone en Martinique et en Guadeloupe et la réaction scandaleuse du ministre Nicolas Hulot 26/06/2018 20 juin : Outre mer 1ère 20 juin : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 20/06/2018 Assainissement de la Métropole de bordeaux : Trans’cub demande l’ouverture d’une enquête 20/06/2018 L’affaire Veolia/Etat du Gabon s’ouvre ce 20 juin à Paris 20/06/2018 AFP Le Figaro 19 juin 2018 : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 19/06/2018 Radio Caraibes International RCI 19 juin : Une plainte pour détournements de fonds publics déposée contre la SME 19/06/2018 France Antilles 19 juin 2018 : La Société Martiniquaise des Eaux, filiale de Suez, visée par une plainte pour détournement de fonds publics 19/06/2018 « Le Scandale de l’Eau En Guadeloupe » 19/06/2018 Bordeaux Métropole : l'association Trans'Cub va alerter la justice sur le marché de l'assainissement 18/06/2018 ssainissement Bordeaux : Alain Juppé a dû faire appel à l’Inspection générale des services 16/06/2018 Siaeag : le procès renvoyé au 24 janvier 2019 15/06/2018 INFO FRANCE BLEU PARIS - Inondations : le maire de Wissous attaque Suez devant le tribunal administratif 14/06/2018 Interview dans le journal de 9h de France Bleu IdF Paris du maire de Wissous (91) sur les inondations dans sa ville dont la cause provient du mauvais entretien des bassins de rétention des eaux pluviales gérés par Suez 14/06/2018 Journal télé de 19h de Martinique 1ère 13 juin 2018  Plainte du FRICC et de l'ACME envers le président de l'ex SICSM et la SME filiale de Suez en Martinique depuis 1977 14/06/2018  Communiqué de presse du FRICC et de l'ACME du 7 juin 2018 13/06/2018 Le JDD du 10 juin 2018 : L'eau en Martinique : Suez visé par une plainte du FRICC et de l'ACME 10/06/2018 Midi Libre 6 juin 2018 : Gestion de l’eau à Nîmes : Eau bien commun Gard accuse l’Agglo de délit de favoritisme 07/06/2018 Veolia, Suez, Aqualia et Aguas de Valencia, impliquées dans plusieurs affaires de corruption en Europe et les conséquences 06/06/2018 CU Bordeaux Assainissement : Trans'Cub demande des explications 29/05/2018 À Vittel, Nestlé privatise la nappe phréatique 29/05/2018 A Valbonne, la gestion de l'eau était confiée à Suez et depuis le 1er janvier 2018 elle est désormais publique 20/05/2018
           
LOBBYING

Douze groupes français bénéficient d'un régime fiscal dérogatoire

Vivendi Universal vient d'obtenir le droit de profiter du bénéfice mondial consolidé, qui permet à un groupe réalisant des profits en France de payer moins d'impôts s'il fait des pertes à l'étranger. Ce mécanisme a coûté à l'Etat 847 millions d'euros en 2002.




L'octroi d'un régime fiscal dérogatoire à Vivendi Universal, le 26 août, suivi, mercredi 1er septembre, par l'annonce d'une prochaine baisse de l'impôt sur les sociétés de 3 % en deux ans, alimente le débat sur la politique fiscale du gouvernement Raffarin.

Tandis que le Syndicat national unifié des impôts (SNUI) y voit "le symbole éclairant d'une politique fiscale partisane", la gauche dénonce une succession de "cadeaux fiscaux" au Medef, créant un manque à gagner préjudiciable à la collectivité. Au contraire, prenant appui sur la contrepartie obtenue par l'Etat de la part de Vivendi, en échange de son nouveau statut fiscal - la création de 2 500 emplois en France sur cinq ans -, les représentants de la majorité en attendent des effets positifs sur l'économie.


Or, qu'en est-il ? Selon l'enquête réalisée par Le Monde, onze entreprises françaises bénéficient du régime fiscal favorable dit du bénéfice (mondial) consolidé, auquel sera désormais assujetti Vivendi Universal : neuf sont des groupes d'envergure internationale cotés à la Bourse de Paris (Total, Areva, Saint-Gobain, Thomson, NRJ, Sodhexo, Renault, Aventis et Lafarge) et deux des sociétés de plus petite taille, implantées dans le Nord de la France, qui ne sont pas cotées.
Celles-ci auraient expressément demandé à l'administration de ne pas dévoiler leur identité.


INTENTION DE RENONCER?

Au total, selon des estimations officielles, le coût pour l'Etat de ce système fiscal dérogatoire a atteint 847 millions d'euros en 2002.
Cette somme conséquente est cependant à rapprocher du total de l'impôt sur les sociétés perçu cette année-là, 37,5 milliards. Constatant que cette dépense fiscale croît d'année en année, plusieurs députés de l'opposition ont tenté, fin 2002, de plafonner l'avantage en impôt accordé aux multinationales françaises dans le cadre du régime du bénéfice consolidé, afin que celui-ci ne soit pas supérieur à 20 % de l'impôt qui serait normalement dû. Mais leur proposition a été rejetée lors de la discussion parlementaire.

Le chiffrage de cette dépense fiscale pour 2003 et de 2004 n'est pas encore connu, mais on sait que la situation va évoluer.

En effet, selon nos informations, Sodhexo, Renault, Aventis et Lafarge ont fait connaître au ministère des finances leur intention de renoncer à leur régime fiscal dérogatoire en 2004, considérant qu'ils n'en retirent plus assez d'avantages.

De fait, le régime du bénéfice consolidé, très compliqué à gérer, n'est pas forcément intéressant. Conçu en 1965 pour stimuler l'implantation à l'étranger des sociétés françaises et soutenir leur compétitivité, il consiste à consolider au niveau mondial les bénéfices et les pertes réalisées dans le monde entier - et ce, pour toutes les filiales ou succursales françaises et étrangères détenues à plus de 50 % -, à calculer l'impôt théorique au taux français puis à en soustraire les impôts déjà payés dans chaque pays par les filiales étrangères.
Ce mécanisme allège donc le coût d'une politique d'internationalisation, mais cet avantage s'atténue au fur et à mesure que les filiales étrangères deviennent rentables.
Dans le cas de Vivendi, l'intérêt de l'opération est évident : permettre au groupe de communication d'activer l'important crédit d'impôt (3,8 milliards d'euros) dont il dispose sur ses résultats à venir, en raison des pertes abyssales de 2001, 2002 et 2003. Alors que jusqu'ici, le groupe de Jean-René Fourtou ne dégageait pas suffisamment de bénéfices pour le faire, la possibilité de réaliser l'intégration fiscale de sa principale filiale bénéficiaire SFR - dans le cadre du nouveau régime - change la donne. Dans un entretien à La Tribune du 27 août, le directeur général de Vivendi, Jean-Bernard Lévy, en attend un impact "positif d'environ 500 millions d'euros" sur les bénéfices, dès cette année.


DES CONTREPARTIES

Tous les groupes assujettis au bénéfice consolidé en ont-ils profité de la même manière ?

Les économies réalisées seraient "substantielles" mais "très variables" d'une entreprise à l'autre et d'une année sur l'autre, selon un expert des finances publiques. "Le régime a beaucoup profité à Synthélabo entre 1993 et 1997, indique-t-il, mais en 2002, plusieurs groupes ont payé plus d'impôts qu'ils n'auraient dû sous le régime général". "Demander le bénéfice consolidé ne correspond pas à une recherche désespérée de subventions, renchérit un proche de Bercy, ce n'est pas une aide d'Etat mais un avantage temporaire de trésorerie".

Total réfute la thèse selon laquelle, réalisant les plus gros bénéfices de France, il n'y acquitterait pas un centime d'impôt. "Au cours des dernières années, nous avons payé des impôts à l'Etat français au titre de l'impôt sur les sociétés et de la taxe professionnelle", affirme un porte-parole. "Total a payé au moins 33 % d'impôt sur l'ensemble de ses profits mais on peut quand même se demander si la répartition de l'impôt entre les différents pays est juste", commente un haut fonctionnaire.

Par ailleurs, l'Etat ne sort pas forcément perdant des contrats passés avec les multinationales, puisque l'agrément leur accordant le bénéfice consolidé a des contreparties censées profiter à l'économie (création ou maintien d'emplois, hausse des exportations, etc.). Cet impact reste cependant difficile à apprécier et il est arrivé que des groupes assujettis à ce régime suppriment des emplois. Bercy assure qu'en quarante ans, les dérives ont été rares, un seul agrément ayant été retiré.

An S'agissant de Vivendi, le cabinet de Nicolas Sarkozy estime qu'il n'entraîne "aucun manque à gagner pour l'Etat, car celui-ci aurait trouvé le moyen de valoriser sa créance fiscale ; les recettes supposées perdues pour l'Etat étaient en fait virtuelles". Le groupe de communication risquerait un retrait de son agrément en cas de non-respect de son engagement à créer des emplois.



Vendredi 3 Septembre 2004
Jeudi 30 Mars 2006
LE MONDE
Lu 4892 fois

Dans la même rubrique :

VEOLIA EN ALLEMAGNE - 02/12/2004

L'eau à Paris - 02/12/2004

LOBBYING | PRIVATISATION DANS LE MONDE | PRIVATISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE | ACTIONS JURIDIQUES | EAU A PARIS | L'EAU DE LILLE | L'EAU DE LYON | L'EAU de CORSE | L'EAU de BRETAGNE | EAU A TOULOUSE | Water Makes Money le Procès

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide