ACME
Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019 Nice matin 10 avril 2019 : Roquebrune-Cap-Martin : La renégociation du prix de l'eau doit être la priorité 10/04/2019 L’AFFAIRE DES COMPTEURS D’EAU "JETABLES" REBONDIT AU CONSEIL DE PARIS 03/04/2019 L’eau dans l’agglo. Saint-Avé : du privé à la régie municipale 02/04/2019 Saint Martin : Eau et assainissement : premières factures plutôt salées, les explications 02/04/2019 JARNY - Meurthe et Moselle Eau potable : pourquoi la Ville ne va pas reconduire le contrat Veolia 02/04/2019 LE GRAND PARIS DE L’EAU D’ANDRÉ SANTINI AVANCE GAILLARDEMENT 28/03/2019 "Merci les Français!": 750.000 euros d’indemnités partagés en toute illégalité entre le directeur et des administrateur de la SIAAP 27/03/2019 L’enquête - Vittel : la bataille de l’eau - C Politique, la suite - 24/03/19 25/03/2019 22 mars 2019 Journée mondiale de l'eau : COMMUNIQUE DE L'ACME Association pour le Contrat Mondial de l'Eau France 21/03/2019 A Paris, le naufrage des compteurs d’eau - Marc Laimé 19/03/2019 La Guadeloupe opte pour un syndicat unique de l'eau dés cette année 19/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019
           
LOBBYING

Douze groupes français bénéficient d'un régime fiscal dérogatoire

Vivendi Universal vient d'obtenir le droit de profiter du bénéfice mondial consolidé, qui permet à un groupe réalisant des profits en France de payer moins d'impôts s'il fait des pertes à l'étranger. Ce mécanisme a coûté à l'Etat 847 millions d'euros en 2002.




L'octroi d'un régime fiscal dérogatoire à Vivendi Universal, le 26 août, suivi, mercredi 1er septembre, par l'annonce d'une prochaine baisse de l'impôt sur les sociétés de 3 % en deux ans, alimente le débat sur la politique fiscale du gouvernement Raffarin.

Tandis que le Syndicat national unifié des impôts (SNUI) y voit "le symbole éclairant d'une politique fiscale partisane", la gauche dénonce une succession de "cadeaux fiscaux" au Medef, créant un manque à gagner préjudiciable à la collectivité. Au contraire, prenant appui sur la contrepartie obtenue par l'Etat de la part de Vivendi, en échange de son nouveau statut fiscal - la création de 2 500 emplois en France sur cinq ans -, les représentants de la majorité en attendent des effets positifs sur l'économie.


Or, qu'en est-il ? Selon l'enquête réalisée par Le Monde, onze entreprises françaises bénéficient du régime fiscal favorable dit du bénéfice (mondial) consolidé, auquel sera désormais assujetti Vivendi Universal : neuf sont des groupes d'envergure internationale cotés à la Bourse de Paris (Total, Areva, Saint-Gobain, Thomson, NRJ, Sodhexo, Renault, Aventis et Lafarge) et deux des sociétés de plus petite taille, implantées dans le Nord de la France, qui ne sont pas cotées.
Celles-ci auraient expressément demandé à l'administration de ne pas dévoiler leur identité.


INTENTION DE RENONCER?

Au total, selon des estimations officielles, le coût pour l'Etat de ce système fiscal dérogatoire a atteint 847 millions d'euros en 2002.
Cette somme conséquente est cependant à rapprocher du total de l'impôt sur les sociétés perçu cette année-là, 37,5 milliards. Constatant que cette dépense fiscale croît d'année en année, plusieurs députés de l'opposition ont tenté, fin 2002, de plafonner l'avantage en impôt accordé aux multinationales françaises dans le cadre du régime du bénéfice consolidé, afin que celui-ci ne soit pas supérieur à 20 % de l'impôt qui serait normalement dû. Mais leur proposition a été rejetée lors de la discussion parlementaire.

Le chiffrage de cette dépense fiscale pour 2003 et de 2004 n'est pas encore connu, mais on sait que la situation va évoluer.

En effet, selon nos informations, Sodhexo, Renault, Aventis et Lafarge ont fait connaître au ministère des finances leur intention de renoncer à leur régime fiscal dérogatoire en 2004, considérant qu'ils n'en retirent plus assez d'avantages.

De fait, le régime du bénéfice consolidé, très compliqué à gérer, n'est pas forcément intéressant. Conçu en 1965 pour stimuler l'implantation à l'étranger des sociétés françaises et soutenir leur compétitivité, il consiste à consolider au niveau mondial les bénéfices et les pertes réalisées dans le monde entier - et ce, pour toutes les filiales ou succursales françaises et étrangères détenues à plus de 50 % -, à calculer l'impôt théorique au taux français puis à en soustraire les impôts déjà payés dans chaque pays par les filiales étrangères.
Ce mécanisme allège donc le coût d'une politique d'internationalisation, mais cet avantage s'atténue au fur et à mesure que les filiales étrangères deviennent rentables.
Dans le cas de Vivendi, l'intérêt de l'opération est évident : permettre au groupe de communication d'activer l'important crédit d'impôt (3,8 milliards d'euros) dont il dispose sur ses résultats à venir, en raison des pertes abyssales de 2001, 2002 et 2003. Alors que jusqu'ici, le groupe de Jean-René Fourtou ne dégageait pas suffisamment de bénéfices pour le faire, la possibilité de réaliser l'intégration fiscale de sa principale filiale bénéficiaire SFR - dans le cadre du nouveau régime - change la donne. Dans un entretien à La Tribune du 27 août, le directeur général de Vivendi, Jean-Bernard Lévy, en attend un impact "positif d'environ 500 millions d'euros" sur les bénéfices, dès cette année.


DES CONTREPARTIES

Tous les groupes assujettis au bénéfice consolidé en ont-ils profité de la même manière ?

Les économies réalisées seraient "substantielles" mais "très variables" d'une entreprise à l'autre et d'une année sur l'autre, selon un expert des finances publiques. "Le régime a beaucoup profité à Synthélabo entre 1993 et 1997, indique-t-il, mais en 2002, plusieurs groupes ont payé plus d'impôts qu'ils n'auraient dû sous le régime général". "Demander le bénéfice consolidé ne correspond pas à une recherche désespérée de subventions, renchérit un proche de Bercy, ce n'est pas une aide d'Etat mais un avantage temporaire de trésorerie".

Total réfute la thèse selon laquelle, réalisant les plus gros bénéfices de France, il n'y acquitterait pas un centime d'impôt. "Au cours des dernières années, nous avons payé des impôts à l'Etat français au titre de l'impôt sur les sociétés et de la taxe professionnelle", affirme un porte-parole. "Total a payé au moins 33 % d'impôt sur l'ensemble de ses profits mais on peut quand même se demander si la répartition de l'impôt entre les différents pays est juste", commente un haut fonctionnaire.

Par ailleurs, l'Etat ne sort pas forcément perdant des contrats passés avec les multinationales, puisque l'agrément leur accordant le bénéfice consolidé a des contreparties censées profiter à l'économie (création ou maintien d'emplois, hausse des exportations, etc.). Cet impact reste cependant difficile à apprécier et il est arrivé que des groupes assujettis à ce régime suppriment des emplois. Bercy assure qu'en quarante ans, les dérives ont été rares, un seul agrément ayant été retiré.

An S'agissant de Vivendi, le cabinet de Nicolas Sarkozy estime qu'il n'entraîne "aucun manque à gagner pour l'Etat, car celui-ci aurait trouvé le moyen de valoriser sa créance fiscale ; les recettes supposées perdues pour l'Etat étaient en fait virtuelles". Le groupe de communication risquerait un retrait de son agrément en cas de non-respect de son engagement à créer des emplois.



Vendredi 3 Septembre 2004
Jeudi 30 Mars 2006
LE MONDE
Lu 4897 fois

Dans la même rubrique :

L'eau à Paris - 02/12/2004

VEOLIA EN ALLEMAGNE - 02/12/2004

LOBBYING | PRIVATISATION DANS LE MONDE | PRIVATISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE | ACTIONS JURIDIQUES | EAU A PARIS | L'EAU DE LILLE | L'EAU DE LYON | L'EAU de CORSE | L'EAU de BRETAGNE | EAU A TOULOUSE | Water Makes Money le Procès

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide