ACME
Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019 Nice matin 10 avril 2019 : Roquebrune-Cap-Martin : La renégociation du prix de l'eau doit être la priorité 10/04/2019 L’AFFAIRE DES COMPTEURS D’EAU "JETABLES" REBONDIT AU CONSEIL DE PARIS 03/04/2019 L’eau dans l’agglo. Saint-Avé : du privé à la régie municipale 02/04/2019 Saint Martin : Eau et assainissement : premières factures plutôt salées, les explications 02/04/2019 JARNY - Meurthe et Moselle Eau potable : pourquoi la Ville ne va pas reconduire le contrat Veolia 02/04/2019 LE GRAND PARIS DE L’EAU D’ANDRÉ SANTINI AVANCE GAILLARDEMENT 28/03/2019 "Merci les Français!": 750.000 euros d’indemnités partagés en toute illégalité entre le directeur et des administrateur de la SIAAP 27/03/2019 L’enquête - Vittel : la bataille de l’eau - C Politique, la suite - 24/03/19 25/03/2019
           
PRIVATISATION DANS LE MONDE

EAU POTABLE : On trouve de tout dans le Coca indien, même des pesticides

Depuis 2002, des manifestants indiens défilent inlassablement pour obtenir la fermeture des usines d'embouteillage de Coca-Cola. La dernière manifestation en date a eu lieu le 3 février dernier, à Medhiganj, dans un village situé au nord du pays.



Coca-Cola a fait sa réapparition en Inde en 1993.

EAU POTABLE : <font color='red'>On trouve de tout dans le Coca indien, même des pesticides</font>
Le Dossier COCA COLA d'ACME

PepsiCo s'y installait la même année. Après seize ans d'absence motivés par un litige fiscal, la compagnie d'Atlanta effectuait son retour en force. Difficile en effet pour une multinationale de l'agroalimentaire qui ambitionne l'hégémonie mondiale de rester plus longtemps à l'écart d'un pays continent. Le marché indien des boissons non alcoolisées, évalué à 1,2 milliard de dollars, a de quoi faire saliver les fabricants de sodas . Dès lors, rien d'étonnant à ce que Coca-Cola y ait fait d'importants investissements et qu'il y ait ouvert pas moins de cinquante unités de production à travers le pays .


Mehdiganj
Mehdiganj
La plus grande des usines d'embouteillage est installée à Plachimada, dans l'État du Kerala, au sud de l'Inde. De cet établissement, qui emploie moins de quatre cents personnes, vont sortir, chaque jour, 1.200.000 bouteilles. Or la fabrication de sodas est vorace en eau. Il faut 9 litres d'eau pour fabriquer 1 litre de Coca. Pour assurer sa production, la firme a obtenu l'autorisation de procéder au forage de plusieurs puits et de pomper quotidiennement 560.000 litres d'eau. A priori, on peut douter que les quantités autorisées suffisent à couvrir la production quotidienne affichée. Difficile, en l'absence de tout compteur, de savoir si Coca se contente bien de ses quotas.


Mehdiganj
Mehdiganj
Six mois seulement après la mise en service de l'usine, les populations avoisinantes, en particulier les paysans, déplorent un manque d'eau. Le niveau des puits a considérablement baissé, ce qui contraint les plus pauvres, les dalits (les intouchables), à parcourir de plus longs trajets pour s'approvisionner en eau. Coca-Cola est accusé de puiser le double des quantités autorisées. La compagnie s'en défend et incrimine la sécheresse des dernières années. Les précédentes canicules n'avaient pourtant jamais provoqué de tels dégâts. Jadis réputée pour être "le grenier à riz" du Kerala, la région doit faire appel aux camions-citernes.

La pénurie n'est pas le seul problème. La qualité elle-même de l'eau se trouve altérée. Elle a changé de couleur, elle est devenue impropre à la consommation, au point de provoquer chez certaines personnes des allergies de peau, des vomissements, des diarrhées… On découvre alors que l'entreprise déverse de manière inconsidérée ses déchets dans les rivières et les champs alentour. Les sols et les eaux souterraines ont selon toute vraisemblance été contaminés. Une pollution renforcée par le fait que l'usine a vendu aux paysans ses boues industrielles comme engrais.

Dans un pays où l'accès à l'eau potable demeure le problème quotidien de plus de 400 millions de personnes et où plus de 70 % de la population vit directement ou indirectement de l'agriculture, un tel désastre écologique ne pouvait engendrer que la révolte. En avril 2002, la population de Plachimada et des environs entame une marche de protestation contre Coca-Cola. Cette manifestation, la première d'une longue série, s'achève par un sit-in devant l'usine. Le piquet, qui a fêté son millième jour le 15 janvier 2005, est aujourd'hui encore présent aux portes de l'usine.

Le même scénario semble devoir se répéter à des milliers de kilomètres de là, plus au nord, à Mehdiganj dans l'État d'Uttar Pradesh, et à Kala Dera, dans le Rajasthan.

À Mehdiganj, la multinationale croit calmer la colère qui gronde en faisant livrer aux populations des couvertures et des ustensiles de cuisine. C'est tout ce que les services de communication de la compagnie ont trouvé comme réponse à des problèmes de pollution et de pénurie d'eau. Cette désinvolture ne fait qu'exacerber le mouvement de protestation, d'autant que des études scientifiques et gouvernementales vont venir confirmer les lourds soupçons qui pèsent désormais à l'égard de Coca-Cola.

En juillet 2003, des chercheurs anglais de l'Université d'Exeter publient les résultats de leurs études sur les boues industrielles de l'usine de Plachimada. Il s'avère que les déchets, ceux-là même que Coca revend aux paysans comme engrais, contiennent des doses élevées de métaux toxiques, tels que du cadmium et du plomb. Pour ces experts, il ne fait pas de doute que les niveaux détectés, qui dépassent amplement les seuils définis par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ont contaminé la terre, l'eau ainsi que la chaîne alimentaire. Se trouvent particulièrement exposés les femmes enceintes et les enfants, le plomb pouvant provoquer des lésions graves du système nerveux, le cadmium des cancers du foie, du rein… Le vice-président de Coca-Cola en Inde, M. Sunil Gupta, réfute les accusations en bloc. Ce n'est que sur injonction gouvernementale que l'entreprise cessera de revendre ses boues industrielles.

En août 2003, c'est au tour du Centre for Science and Environnement (CSE) de jeter un pavé dans la mare des sodas. Cette organisation non gouvernementale basée à New Delhi a analysé douze boissons distribuées par Coca-Cola et PepsiCo. Son étude révèle la présence de quatre pesticides (lindane, chloropyrifos, malathion, DDT) dans des quantités qui mettent en danger la santé des consommateurs . En l'absence de normes indiennes en la matière, les deux entreprises ont beau jeu d'arguer qu'elles ne sont nullement dans l'illégalité. Le CSE a établi que les mêmes sodas distribués sur le sol américain ne contenaient quant à eux pas le moindre milligramme de produits toxiques. Mais est-ce vraiment une surprise?

Selon l'organisation écologiste, les doses relevées s'expliqueraient par le fait que les usines pompent l'eau à des profondeurs, entre 30 et 150 mètres, où les pesticides infiltrés dans les sols persistent en grande quantité. On sait que par le passé l'agriculture indienne, pour relever le défi alimentaire, a usé massivement de produits chimiques. Si Coca-Cola et PepsiCo ne peuvent être tenus pour les uniques responsables de la situation, du moins l'aggravent-ils par leur pillage des eaux, leurs déversements intensifs de déchets, et plus grave peut-être, leur manière de répondre aux accusations.

A lire, mardi 11 avril 2006, la suite:
L'eau reconnue bien public au désespoir de Coca-Cola

Tout le dossier est déjà disponible. En voici le sommaire:

Première partie

- La légende Coca-Cola
- Coca-Cola boycotté… aux Etats-Unis
- Une action à la baisse, un bénéfice à la hausse
- On trouve de tout dans le Coca indien, même des pesticides
- L'eau reconnue bien public au désespoir de Coca-Cola


Deuxième partie

- Un Coca colombien bien frappé
- Fermer les yeux
- "Du temps de cerveau humain disponible" pour Coca-Cola
- 8 pages de documentation

Ce dossier (33 pages format PDF) est payant (sauf pour les abonnés: cliquez ici)
Téléchargez le dossier, en deux parties, au moyen du service téléphonique AlloPass
1,80 euros chaque partie depuis la France débité sur votre facture de téléphone.





Vendredi 7 Avril 2006
Vendredi 7 Avril 2006
JEAN-LUC TOULY
Lu 5690 fois

Dans la même rubrique :

LOBBYING | PRIVATISATION DANS LE MONDE | PRIVATISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE | ACTIONS JURIDIQUES | EAU A PARIS | L'EAU DE LILLE | L'EAU DE LYON | L'EAU de CORSE | L'EAU de BRETAGNE | EAU A TOULOUSE | Water Makes Money le Procès

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide