ACME
La justice enquête sur la gestion de l'eau dans le sud de l'aisne dont le délégataire est VEOLIA 15/11/2019 Le Télégramme 8 novembre 2019 Eau Secours 29 les candidats aux municipales sous pression sur la gestion de l'eau 09/11/2019 Eau du bassin rennais succédera à Veolia le 1er février 2020 07/11/2019 Droit d'alerte et de retrait des salariés du SIAEAG (Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe) 03/11/2019 JT 19/20 France 3 22 octobre : Pollution : menace sur la Seine après l'incendie d'Achères 23/10/2019 Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019 Guadeloupe : l'eau potable devient rare pour les habitants 15/10/2019 Quand l’eau potable ne coule plus aux robinets en Guadeloupe JT 13h France 2 14 octobre 2019 14/10/2019 Marc Laimé, consultant spécialisé dans les politiques de l'eau et Fabien Bouglé, ancien vice-président de la Fédération environnement durable, débattent pour RT France de la dangerosité des sites Seveso pour les populations vivant à proximité 02/10/2019 Omerta sur une catastrophe industrielle majeure aux portes de Paris par Marc Laimé 27 septembre 2019 28/09/2019 La commission d’enquête parlementaire sur la pollution au Chlordécone est arrivée en Guadeloupe. Les auditions commencées en Martinique se poursuivent désormais en Guadeloupe 20/09/2019 SIAEAG : la police déloge les occupants de Moun Gwadloup 20/09/2019 Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019
           
LA POLLUTION DE L'EAU EN CHINE

En Chine le désert absorbe les prairies et les villes.

En reconnaissance des graves périls dus à l'augmentation de la désertification, les Nations unies ont déclaré 2006 "l'Année Internationale des Déserts et de la Désertification" et le thème mondial du Jour de l'Environnement du 5 juin 2006 a été, "Pas de Zones sèches désertées !".



Les déserts aux portes des villes

En Chine le désert absorbe les prairies et les villes.
Les déserts et autres écosystèmes secs couvrent maintenant un tiers de la surface de la Terre et sa dégradation qui empire propulse dans plus de 100 pays, plus d'un milliard de personnes en danger de pauvreté, d'instabilité politique et d'autres effets liés à ce phénomène. En Chine, la désertification menace de déraciner un nombre de plus en plus croissant les résidants de leurs habitats et de leur ressources économiques. Dans les campanes arides du Nord du pays, le désert Mongol empiète rapidement sur Shenyang, une ville industrielle de plus de 40 millions d’habitants ; aujourd'hui, la distance entre la ville et le désert s'est réduite à seulement 48 kilomètres, au lieu des 100 kilomètres en 2000.


Les tempêtes de sables de plus en plus fréquentes et violentes

En Chine le désert absorbe les prairies et les villes.
Une des conséquences de la désertification de la Chine, la plus visible est la succession des tempêtes de sable de plus en plus violentes. Même si de tels événements météorologiques tourmentent depuis longtemps la nation, ils ont augmenté tant en puissance qu'en fréquence depuis que la dégradation des terres s'étend. En Chine, la totalité des terres atteinte est maintenant évaluée à 8-10 millions de kilomètres carrés et selon le programme d'Etudes de Désertification Nationale de Chine, cette destruction contribue aux pertes économiques de plus de 47 milliards de RMB (soit 6 milliards US$) par année. De longues décennies d'efforts pour contrôler et gérer cette désertification n'ont pas produit de résultats adéquats et les experts s'inquiètent de l'allure de cette dégradation qui va surtout accélérer la pression grandissante des hommes sur ces zones et les changements climatiques.

L'exploitation excessive des terres cultivées, particulièrement le surpâturage, est reconnue comme la cause principale de la dégradation des terres en Chine et la situation empire, selon le Ministère de l'Agriculture chinois. Environ 130 millions d'hectares de prairies sont maintenant concernés, ayant perdu leur couverture végétative et chaque année ce processus s'étend sur un secteur de 2 millions d'hectares.


Les villes sont menacées par l'étendue toujours plus grande des sables du désert

En Chine le désert absorbe les prairies et les villes.
La culture intensive des prairies en Chine remonte à la politique adoptée à l'époque des économies planifiées des années 1950 jusqu'au début des années 1980, qui devaient permettre la sécurité d'alimentaire du pays et son autosuffisance. Les fermiers ont été alors encouragés à migrer vers les secteurs herbeux du Nord du pays pour élever plus de bétail, concourrant ainsi à un surpâturage très dévastateur. Bien que le gouvernement ait depuis standardisé la protection et l'utilisation de ces prairies par son programme "vert", beaucoup de fonctionnaires locaux ne comprennent toujours pas l'importance de cette gestion de prairie et des rapports tendus entre besoins de conservation et bénéfices économiques plus larges qui empêchent ces efforts de protection. En attendant, la productivité de prairie continue à baisser : actuellement, on a observé un surplus de 36 % d'animaux en pâturage sur les prairies de la Chine du Nord que la région ne peut écologiquement soutenir et la production d'herbe est d’un tiers à deux tiers plus bas qu'au début des années 1960.


Une désertification qui est enfin prise en compte par le gouvernement

Des forêts pour réduire les tempêtes de sable
Des forêts pour réduire les tempêtes de sable
Les scientifiques étudient actuellement les rapports entre dégradation de la terre et changement climatique. Un rapport récent paru dans la presse chinoise d'Etat a relevé que le réchauffement mondial provoque, annuellement, une fonte de 7 % des glaciers du Plateau de Qinghai au Tibet. On s'attend à ce que cette augmentation des fontes du plateau déclenche des sécheresses et empire le ravinement, concourrant à plus de désertification et de tempêtes de sable dans les régions en aval. Prenant conscience de la désertification et de l’impact d’une mauvaise gestion de la prairie sur ce phénomène, les experts du programme de désertification ont appelé à une plus grande attention des politiques afin de relever ce défi. Actuellement, seulement deux lois nationales se concentrent spécifiquement sur la perte des terres et sur la prévention de la désertification, englobés conformément avec d'autres règlements sur la dégradation des terres à la Loi de la Protection de l'environnement, de Forêt, de l'Agriculture et d'autres législations.

En attendant, le peu de plans pratiques pour la restauration des écosystèmes et pour la prévention de la désertification a ralenti les progrès. Un plan national qui date de 1998 a comme but la récupération des terres désertifiées, mais n’a pas su prendre en compte la grande spécificité des différences régionales. Les secteurs les plus sévèrement atteints en Chine sont dans le Nord-Ouest, une région qui fait face aux manques sérieux d'eau depuis des siècles. Ainsi, la volonté nationale de reconstituer les 22 millions de kilomètres carrés de terre désertifiée avant 2010 et les 40 millions de kilomètres carrés avant 2030 sont probablement impossibles dans ces secteurs.

Deserts Swallowing Up China's Grasslands and Cities

En Chine le désert absorbe les prairies et les villes.
Zijun Li – June 1, 2006 – 11:04am


In recognition of the grave perils of increasing desertification, the United Nations has declared 2006 the International Year of Deserts and Desertification and the theme of World Environment Day on June 5, 2006 is, "Don't Desert Drylands!". Deserts and other dryland ecosystems now cover a third of the Earth’s land surface, and worsening land degradation puts more than a billion people in over 100 countries at risk of poverty, political instability, and other related effects. In China, desertification threatens to uproot growing numbers of residents from their homes and livelihoods. In the country’s arid north, the Mongolian Desert is rapidly encroaching on Shenyang, an industrial city of more than 40 million people; today, the distance between city and desert has shrunk to only 48 kilometers, down from 100 kilometers in 2000.

One of the most visible consequences of China’s desertification is worsening sandstorms. While such weather events have long plagued the nation, they have increased in both scale and frequency as land degradation intensifies. The total degraded area in China is now estimated at 8–10 million square kilometers, and this destruction contributes to economic losses of more than 47 billion RMB (US$6 billion) a year, according to China’s national desertification program. Decades-long efforts to control and manage desertification have not produced adequate results, and experts worry that the pace of degradation will only accelerate given growing human pressures and climatic changes.

Excessive cultivation of farmland, particularly overgrazing, is recognized as the leading cause of land degradation in the nation, and the situation is getting worse, according to the Chinese Ministry of Agriculture. Some 130 million hectares of grassland are now degraded and have lost their vegetative cover, and this area is expanding at an annual rate of 2 million hectares.

China’s intensive grassland cultivation can be traced back to policies adopted under the planned economy between the 1950s and early 1980s, which emphasized self-sufficiency and food security. Farmers were encouraged to migrate to grassy areas in the north to raise more cattle, resulting in severe overgrazing. Although the government has since standardized the protection and use of grassland resources through its “grain for green” program, many local officials still lack awareness of the importance of grassland management, and tensions between conservation needs and wider economic benefits impede remediation efforts. Meanwhile, grassland productivity continues to decline: currently, an estimated 36 percent more animals graze northern China’s grasslands than the region can ecologically support, and grass output is one-third to two-thirds lower than in the early 1960s.

Scientists are studying the relationship between land degradation and climate change as well. A recent report by the Chinese state press found that global warming is melting glaciers on the Qinghai-Tibet Plateau at the rate of 7 percent annually. The increased meltwater from the plateau is expected to trigger droughts and worsen soil erosion, leading to more desertification and sandstorms in lower-altitude regions.

Realizing that existing desertification and grassland policies have been poorly managed and implemented, experts with China’s desertification program have called for greater attention at the policy level to address this challenge. Currently, only two national laws focus specifically on land loss and prevention of desertification, with other land-degradation regulations being subsumed under the Environmental Protection Law, Forest Law, Agriculture Law, and other legislation.

Meanwhile, the lack of practical plans for ecosystem restoration and desertification prevention has slowed progress. A 1998 national plan set overall targets for recovering desertified areas, but failed to account for vastly differing regional situations. China’s most severely degraded lands are in the northwest, a region that has faced serious water shortages for centuries. Thus, the national targets of restoring 22 million square kilometers of degraded land by 2010 and 40 million square kilometers by 2030 are likely unattainable in these areas.

Mercredi 21 Juin 2006
Vendredi 23 Juin 2006
Lu 6897 fois

Dans la même rubrique :

POLLUTIONS EN FRANCE | LA POLLUTION DE L'EAU EN CHINE | Pesticides aux Antilles

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide