ACME
L'assainissement de la commune de Wissous passe en régie publique 10/01/2022 France Bleu IdF Journal de 7h30 du 10 janvier 2022 : Wissous reprend à Suez son assainissement en régie publique le 12 février 2022 10/01/2022 Wissous rejoindra le 12 février 2022 la Régie communautaire d’assainissement de Paris Saclay 06/01/2022 Guadeloupe, l’île sans eau : une histoire complexe 31/12/2021 Commission d'enquête sur la mainmise sur la ressource en eau par les intérêts privés et ses conséquences en Guadeloupe 08/06/2021 La gestion calamiteuse de l'eau en Guadeloupe : Cla Maria TV  ·  Entretien Exclusif avec Jean-Luc TOULY 01/05/2021 Plus d’un million de Français boivent une eau polluée par les pesticides 24/04/2021 SEDIF 20/04/2021 L'eau à Wissous ville essonnienne 20/04/2021 Communiqué du CREFOM sur le droit à l'eau en Guadeloupe soutenu par des associations guadeloupéennes, l'ACME France et le FRICC 18/02/2021 Assainissement : la Régie Eau d’Azur prend la main 09/02/2021 La SME toujours dans le collimateur du Comité Citoyen du Sud de Martinique 10/01/2021 A Lyon, la rente de Veolia tombe à l’eau 31/12/2020 Les citoyens inspirent la nouvelle directive sur l’eau potable 31/12/2020 Première partie  Veolia-Suez : genèse d’une affaire d’État 26/10/2020 Libération 7 octobre 2020 07/10/2020 Nouveau livre de Roger Lenglet et Jean Luc Touly "Les requins de la fin de vie" chez Michel Lafon sortie le 1er octobre 2020 02/09/2020 COMMUNIQUE ACME ET FRICC : Veolia veut racheter Suez 31/08/2020 Communiqué : demande de commission d'enquête parlementaire sur la gestion catastrophique de l'eau en Guadeloupe par l'association guadeloupéenne Balance ton SIAEAG soutenue par l'ACME et le FRICC 25/08/2020 Compte rendu réunion préfet Guadeloupe et acteurs de l’eau en présence de l’association @balancetonsiaeag 02/07/2020 Courriers de Me Breham avocat de l'association @balancetonsiaeag (et de l'Acme et du Fricc) au président du SIAEAG et au Préfet de Guadeloupe sur la non exécution de l'ordonnance de référé du 22 juin 2020 condamnant le SIAEAG à fournir 9 litres d'eau 01/07/2020 1ère victoire en Guadeloupe pour les usagers de l'eau : Le Siaeag enjoint par la Justice de livrer quotidiennement un pack d'eau aux 207 requérants de l'association #BalancetonSiaeag 24/06/2020 Emmanuel Brechot sur Canal 10 Guadeloupe 19/06/2020 AFP Ouest France Nouvel Obs Le Figaro et TV5Monde : Guadeloupe des usagers de l’eau saisissent la justice 17/06/2020 Communiqué de presse du 15 juin 2020 : Référé de 207 usagers de l’eau de Guadeloupe et de l’association @balancetonsiaeag devant le Tribunal Administratif de Basse Terre 16/06/2020 Lettre d'une Guadeloupéenne de métropole 04/06/2020 Proposition de Résolution visant à la création d'une Commission d'enquête sur la gestion de l'eau en Martinique 02/06/2020 Demande du Comité Citoyen du Sud de la Martinique de création d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion de l'eau désastreuse en Martinique et Guadeloupe 01/06/2020 La société Martiniquaise des eaux contrainte par la justice de rétablir l'eau courante à Sainte-Luce, à Rivière-Pilote et à Rivière-Salée 30/05/2020 Communiqué : Commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau en Martinique (SME) et en Guadeloupe (Générale des Eaux Guadeloupe) 24/05/2020 KMT 20 MAI 2020 Savoir et Réfléchir : la SME Société Martiniquaise des eaux filiale de la multinationale SUEZ 21/05/2020 Eau: vers la création d'une commission parlementaire La FRICC (Front Républicain d'Intervention Contre la Corruption) demande en urgence la création d'une enquête parlementaire sur l'eau en Martinique et en Guadeloupe. Jean-Luc Touly, le Président es 21/05/2020 Eau en Martinique et en Guadeloupe : une commission d'enquête parlementaire « exigée » 20/05/2020 Communiqué de l'Acme et du Fricc : Demande de création urgente d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau par 2 multinationales depuis des décennies et ses conséquences des coupures et tours d'eau en Guadeloupe et Ma 19/05/2020 lundi, le Comité Citoyen du Sud Martinique a manifesté devant le siège de l'Espace sud à Sainte-Luce, première étape avant un bis répétita mercredi matin, devant le siège de la SME au Lamentin. Des bouteilles d'eau ornaient les grilles 19/05/2020 17 mai 2020 : France-Antilles (plainte pénale) et Martinique 1ère JT 19h 17 mai 2020 18/05/2020 Martinique Eau : deux mobilisations à venir du Comité citoyen sud de la Martinique 15/05/2020 Martinique : des coupures d'eau courante dans la commune de Sainte-Luce 13/05/2020 Martinique : Eau : « Certains ont intérêt à maintenir la situation en l’état » 13/05/2020 Odyssi introduit une action en justice contre la SME pour non respect du contrat qui les lie. Elle étudie la possibilité de contester la décision du tribunal judiciaire de Fort-de-France qui la condamne sous astreinte à rétablir l'eau à ses abonnés 10/05/2020
           
S.O.S

En Côte d'Ivoire Rien ne va plus à BIANOUAN

Une exploitation d'or met en péril et en danger la rivière et ses riverains. L'eau y est inconsommable.



Un reportage vidéo rappelle les faits :
Voici la transcription de l'appel à l'aide d'un observateur local : Jérome Bassolé

L'observateur commente :
Bianouan est traversée par la Bia qui prend sa source au Ghana. Au niveau du Ghana, il y a une exploitation d'or. Et c'est cette exploitation qui a causé la pollution que nous voyons aujourd'hui à Bianouan. Nous avons une eau carrément boueuse, recouverte d'huile. Nous avons pu avoir des vidéos de ces gens-là, ils utilisent des méthodes qui consistent à laver cette boue qui ressort de la Bia avec des produits que nous ne connaissons pas. Et à Bianouan, nous n'avons plus d'eau potable. il faut dire que sur la Bia, le gouvernement a fait un château d'eau à plus d'un milliard cinq ici pour donner de l'eau potable. Mais aujourd'hui cet investissement est carrément inutilisable.

Remarque de la chaine :
Après avoir alerté à plusieurs reprises les autorités, les habitants ont organisé des manifestations. Quant à notre observateur, il s'inquiète des conséquences à long terme et lance un appel aux autorités ivoiriennes et ghanéennes.

L'observateur continue :
Nous attendons que le gouvernement ivoirien essaie rapidement de régler cette situation. La Bia va de Bianouan vers Aboisso. Aujourd'hui la pollution est au niveau de Bianouan, mais demain ce sera Aboisso. C'est vrai qu'à Bianouan, ils ont trouvé une citerne pour nous donner 2 litres d'eau par jour, mais Aboisso, il y a près de 50 000 personnes. Il y aura combien de citernes pour servir cette population ?
Je pense que le gouvernement ghanéen n'est pas informé de cette situation. C'est notre cri du coeur, c'est vraiment d'amener le gouvernement ghanéen à voir qu'il y a vraiment une catastrophe qui se prépare à ce niveau.

Enquête et article de France 24 : Ruée vers l’or en Côte d'Ivoire : des villageois privés d’eau potable accusent les orpailleurs

L'article sur France 24
Cela fait près d’un mois que les habitants de Bianouan, en Côte d’Ivoire, sont privés de leur principale ressource en eau potable, la rivière La Bia. La société de traitement des eaux de la ville a suspendu ses activités depuis que l’eau a pris une étrange couleur marron. Nos Observateurs n’en doutent pas : cette pollution est la conséquence de l’exploitation illégale d’or dans le fleuve.

Impossible de boire ou de se laver avec l’eau de la rivière La Bia à Bianouan. Les activités de pêches ont également été interrompues depuis près d’un mois et les habitants s’inquiètent. La Sodeci (Société de distribution d’eau de Côte d’Ivoire), qui avait pourtant inauguré une station de traitement de l’eau à Bianouan en août dernier, a cessé ses activités, compliquant l’accès à l’eau potable. Début mars, plusieurs laboratoires ont été commis pour examiner la qualité de l’eau distribuée par la société. En attendant, l’Office national de l’eau potable a mis en place un système de distribution grâce à un camion-citerne qui circule quotidiennement dans la zone.

"Quand on se lave avec cette eau, cela provoque des démangeaisons"

Jérome Bassolé habite à Bianouan et a pu prendre une série de photos attestant de la présence de chercheurs d’or clandestins en amont de la rivière. Selon lui, ce sont les principaux responsables de la pollution des eaux.

Bianouan est à la frontière entre le Ghana et la Côte d’Ivoire. La rivière prend sa source du côté ghanéen et c’est de là-bas que vient le problème : des dizaines de personnes cherchent de l’or dans la rivière, au niveau du village de Dadieso, au Ghana. Je pense que les causes de la pollution sont à chercher de ce côté : quels produits utilisent-ils pour extraire l’or ? Quelles sont les conséquences de leur activité sur la qualité de l’eau ? Nous espérons que les analyses menées par la Sodeci permettront d’en savoir plus.

"On aperçoit parfois des taches d’huile à la surface de l’eau"

Ce qui est sûr, c’est que nous faisons face à un haut niveau de pollution. L’eau de notre rivière, dans laquelle nous avions l’habitude de pêcher, nous laver, prendre de l’eau pour faire des lessives… est devenue marron, boueuse. Nous observons ce phénomène depuis bientôt trois mois. On a d’abord pensé qu’il pouvait s’agir d’une conséquence de la sécheresse… Mais la couleur de l’eau est bien trop étrange, d’autant qu’on aperçoit parfois des taches d’huile à la surface de l’eau.


La SODECI, située à quelques kilomètres des orpailleurs, a cessé ses activités.

"Le camion-citerne ne permet pas de satisfaire tout le monde"

À quelques kilomètres de là où se trouvent les orpailleurs, il y a la Sodeci de Bianouan, qui a actuellement cessé ses activités. Depuis le début du mois de février, la société ne distribue plus d’eau et nous devons attendre le passage du camion-citerne de l’office national d’eau potable. Le problème, c’est que le camion ne permet pas de satisfaire tout le monde. Nous manquons d’eau. Et les activités de la ville sont à l’arrêt : nous ne pouvons plus pêcher, les animaux d’élevage ne peuvent plus aller boire là-bas…

Mon frère a utilisé l’eau de la rivière pour se brosser les dents. Il a eu l’impression d’une réaction chimique avec le dentifrice. Et quand on se lave avec cette eau, cela provoque aussi des démangeaisons.


La rivière a pris une couleur marron.

Contactée par France 24, la Sodeci a confirmé que des analyses de l’eau étaient en cours suite à une pollution provoquée par des activités d’orpaillage. Cette recherche artisanale d’or dans les rivières nécessite l’utilisation massive de mercure, qui permet de séparer l’or des alluvions (sable, vase, argile, gravier…).

Une impunité qui pose question

De son côté, le sous-préfet de Bianouan Koffi Emile a assuré que les autorités locales faisaient de leur mieux pour gérer la situation. "Nous n’abandonnons pas les habitants" a-t-il expliqué, ajoutant qu’il était régulièrement sur le terrain pour vérifier que le camion-citerne fasse bien "deux rotations par jour pour livrer assez d’eau aux 13 000 habitants de Bianouan".

Mais d’autres questions restent en suspens, notamment celle de savoir pourquoi ces orpailleurs exploitent cette ressource en eau en toute impunité. Les autorités des deux pays semblent se renvoyer la balle. Plusieurs Observateurs habitant le long de la rivière nous ont fait part de leurs doutes. Pour certains, ce sont les propriétaires terriens ghanéens qui permettent aux orpailleurs d’accéder au fleuve en échange d’argent. Pour d'autres, ce sont les forces de l'ordre qui font preuve de complaisance. En août dernier, le chef du village de Dadieso, du côté ghanéen, avait déjà tiré la sonnette d’alarme, accusant la police de complicité avec les orpailleurs clandestins installés dans la rivière.

Une ruée vers l’or en Côte d'Ivoire et au Ghana

En Côte d’Ivoire, la crise du marché du cacao, premier produit d’exportation, a relancé la ruée vers l’or. D’après les autorités, la production industrielle d’or dans le pays a enregistré en 2015 une hausse de 15 % par rapport à 2014, avec 23,5 tonnes d’or extrait. Mais cet important potentiel aurifère est menacé par l’orpaillage clandestin qui ne cesse de prendre de l'ampleur. En juillet dernier, le porte-parole du gouvernement avait annoncé la fermeture de 429 sites d’orpaillage illicites dans le pays.

Au Ghana, l’un des pays les plus pauvres de la planète, l’or représente 11 % du PIB. En 2013, sur les 119 tonnes d’or produites par le Ghana, approximativement un tiers provenait de mines artisanales selon Human Rights Watch. En juin 2015, l’organisation soulignait également dans un rapport que parmi les orpailleurs, appelés "galampsey" [contraction de "gather them and sell", "récolte-les et vends"] se trouvaient de nombreux enfants.

Vendredi 31 Mars 2017
Vendredi 31 Mars 2017
JEAN-LUC TOULY
Lu 1382 fois


Dans la même rubrique :

Scandaleux - 13/10/2007

S.O.S

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide