ACME
20 juin : Outre mer 1ère 20 juin : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 20/06/2018 Assainissement de la Métropole de bordeaux : Trans’cub demande l’ouverture d’une enquête 20/06/2018 L’affaire Veolia/Etat du Gabon s’ouvre ce 20 juin à Paris 20/06/2018 AFP Le Figaro 19 juin 2018 : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 19/06/2018 Radio Caraibes International RCI 19 juin : Une plainte pour détournements de fonds publics déposée contre la SME 19/06/2018 France Antilles 19 juin 2018 : La Société Martiniquaise des Eaux, filiale de Suez, visée par une plainte pour détournement de fonds publics 19/06/2018 « Le Scandale de l’Eau En Guadeloupe » 19/06/2018 Bordeaux Métropole : l'association Trans'Cub va alerter la justice sur le marché de l'assainissement 18/06/2018 ssainissement Bordeaux : Alain Juppé a dû faire appel à l’Inspection générale des services 16/06/2018 Siaeag : le procès renvoyé au 24 janvier 2019 15/06/2018 INFO FRANCE BLEU PARIS - Inondations : le maire de Wissous attaque Suez devant le tribunal administratif 14/06/2018 Interview dans le journal de 9h de France Bleu IdF Paris du maire de Wissous (91) sur les inondations dans sa ville dont la cause provient du mauvais entretien des bassins de rétention des eaux pluviales gérés par Suez 14/06/2018 Journal télé de 19h de Martinique 1ère 13 juin 2018  Plainte du FRICC et de l'ACME envers le président de l'ex SICSM et la SME filiale de Suez en Martinique depuis 1977 14/06/2018  Communiqué de presse du FRICC et de l'ACME du 7 juin 2018 13/06/2018 Le JDD du 10 juin 2018 : L'eau en Martinique : Suez visé par une plainte du FRICC et de l'ACME 10/06/2018 Midi Libre 6 juin 2018 : Gestion de l’eau à Nîmes : Eau bien commun Gard accuse l’Agglo de délit de favoritisme 07/06/2018 Veolia, Suez, Aqualia et Aguas de Valencia, impliquées dans plusieurs affaires de corruption en Europe et les conséquences 06/06/2018 CU Bordeaux Assainissement : Trans'Cub demande des explications 29/05/2018 À Vittel, Nestlé privatise la nappe phréatique 29/05/2018 A Valbonne, la gestion de l'eau était confiée à Suez et depuis le 1er janvier 2018 elle est désormais publique 20/05/2018 "Les comptes de la SME ne correspondent pas à la réalité" 19/05/2018 Sud Ouest 5 mai 2018 : Bordeaux Métropole : la bataille de l’assainissement 19/05/2018 France Antilles 17 mai 2018 Martinique 1ère et ATV : Martinique 1ère : La guerre de l'eau est-elle déclarée en Martinique ? 18/05/2018 Roquebrune : Des factures d’eau bien trop élevées et un service insuffisant 04/05/2018 France 3 Côte d'Azur 3 mai 2018 dans le 19/20 : L'eau de Roquebrune la plus chère des Alpes Maritimes 04/05/2018 Chassée du Gabon, Veolia saisit une nouvelle fois l’arbitrage international 02/05/2018 La Nouvelle République 28 avril 2018 : Touraine Nord Ouest : Navigation en eaux troubles ? 28/04/2018 Nouvelle République 26 avril 2018 : Touraine Nord Ouest Val de Loire Bourgueil : Régie publique ou DSP ? 28/04/2018 Assises de l'eau 24 avril 2018 28/04/2018 Nice Matin 26 avril 2018 : Pourquoi le prix de l’eau fait-il des remous à Roquebrune ? 26/04/2018 Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018
           
HISTOIRES

En Inde: L'ALTERNATIVE EN MARCHE: Un journal populaire appelle à l'acte citoyen pour sauver les réserves d'eau.

Le plus grand quotidien du Rajasthan, le Rajasthan Patrika, a incité 150 000 de ses lecteurs à faire revivre des bassins et des réservoirs d'irrigation traditionnels vieux de 150 à 1 000 ans. Une initiative hors du commun.



Le Rajasthan : Etat Citoyen

En Inde: L'ALTERNATIVE EN MARCHE:  <font color='red' size=4>Un journal populaire appelle à l'acte citoyen pour sauver les réserves d'eau.</font>
Photos

...Le Rajasthan, dévasté par la sécheresse, pâtit depuis des années du manque d'eau. Cette année, le Rajasthan Patrika, le plus ancien quotidien local, qui est aussi celui qui bénéficie du plus fort tirage, est parvenu à inciter près de 150 000 personnes à nettoyer bénévolement 385 bassins, puits et réservoirs hors d'usage afin que ces infrastructures soient prêtes à recueillir les prochaines pluies. Et, fin septembre, lorsque la pluie est effectivement arrivée, le niveau d'eau a commencé à monter. Après des décennies d'inertie, les bawris (puits à marches) et autres installations peuvent à nouveau recevoir le précieux liquide .

Si l'anecdote est enthousiasmante, c'est qu'elle montre que les individus peuvent prendre l'initiative sans tout attendre du gouvernement. Tout est parti de la direction du Rajasthan Patrika, qui fête cette année ses cinquante ans : le journal avait en effet lancé une campagne quotidienne, intitulée « Amritham Jalam » [L'eau est un nectar], pour inciter ses lecteurs à aller nettoyer tous les systèmes traditionnels de collecte d'eau laissés à l'abandon. Une quasi-révolution de l'eau s'est alors mise en marche.


Le traditionnel au secours du modernisme

En Inde: L'ALTERNATIVE EN MARCHE:  <font color='red' size=4>Un journal populaire appelle à l'acte citoyen pour sauver les réserves d'eau.</font>
Il y a plusieurs siècles de cela, les souverains de cet État princier ont créé tout un système de constructions destinées à collecter et à stocker les eaux de pluie afin de les utiliser toute l'année. Cela contribuait du même coup au renouvellement des nappes phréatiques. Mais, après l'indépendance (en 1947), avec la généralisation de l'eau courante, ces moyens traditionnels ont progressivement perdu du terrain.

Pour ne rien arranger, le gouvernement a fait creuser des milliers de puits busés. C'est ainsi que les réservoirs traditionnels ont progressivement été abandonnés et sont devenus des ruines remplies d'eaux stagnantes et polluées – il a fallu vingt-cinq remorques pour transporter les 10 mètres de vase et d'eaux stagnantes polluées accumulées au fond d'un réservoir. L'abandon de ces méthodes de collecte et de stockage dans certaines régions, notamment Jaisalmer et Jaipur, s'est traduit par un tarissement des nappes phréatiques, dont le niveau descend de 1,50 m à 3 m chaque année. Or les bawris du Rajasthan sont de véritables merveilles architecturales. Les maharajas avaient chargé de leur construction les meilleurs artisans. Ces bassins, qui font partie du patrimoine de l'État princier, ont entre 150 ans et 1 000 ans.

Des tentatives de récupération politique

En Inde: L'ALTERNATIVE EN MARCHE:  <font color='red' size=4>Un journal populaire appelle à l'acte citoyen pour sauver les réserves d'eau.</font>
Le journal Rajasthan Patrika ne s'attendait pas à ce que sa campagne remporte un tel succès. Pas moins de 146 000 volontaires se sont mis au travail, effectuant 438 942 heures de travail – une main-d’œuvre qui aurait coûté 50 millions de roupies (environ 930 000 Euros) aux pouvoirs publics.

Les hommes politiques n'ont pas tardé à voir l'intérêt de s'engager dans cette nouvelle cause populaire et ils ont été nombreux à dépasser les antagonismes partisans pour mettre la main à la pâte. Sukumar Verma, rédacteur en chef adjoint du quotidien, explique : « Cette campagne a fait naître un nouvel esprit chez les gens. Aux prochaines élections, il ne fait aucun doute que ces questions seront posées sur la gestion de l'eau. Les politiciens n'ont pas le choix : ils doivent se joindre au mouvement et montrer leur soutien. »

Car des problèmes épineux se sont fait jour. À Jaipur, le nettoyage par des bénévoles du bassin historique de Talkatora, symbole de la culture et du patrimoine de la « ville rose », a révélé des faits pour le moins dérangeants : construit par des souverains du passé, ce bassin était alimenté par de nombreux conduits de collecte des eaux de pluie, dont on a découvert qu'ils avaient été détournés par de riches propriéaires. Il s'agit désormais de retrouver ces conduits et de les remettre en service, malgré les dérivations pratiquées.

L'eau une ressource en danger

En Inde: L'ALTERNATIVE EN MARCHE:  <font color='red' size=4>Un journal populaire appelle à l'acte citoyen pour sauver les réserves d'eau.</font>
Le Rajasthan est depuis toujours une contrée aride. Le plus vaste État de la fédération indienne, qui couvre 342 000 km2, soit 10,4 % du pays, ne bénéficie que de 1,4 % des ressources en eau. Sans compter que la pluviométrie est faible. Dans certaines régions désertiques, notamment autour de Barmer et de Bikaner, il n'est pas rare qu'un enfant de 4 ans n'ait jamais vu la pluie. Sur une année, cette région ne reçoit en moyenne que 20 centimètres de pluie, qui tombent en quinze jours. Il s'agit désormais d'en collecter le plus possible et de stocker pour faire face aux besoins durant toute l'année. Cela a tout l'air d'une gageure. Pourtant, dans des villes situées en plein désert, comme Jaisalmer, les familles récupèrent traditionnellement la moindre goutte de pluie tombée sur leur toit et aux alentours, et utilisent tout au long de l'année l'eau ainsi collectée.

Comme le Rajasthan Patrika le rappelle à ses lecteurs, d'autres États sont concernés. L'eau est une ressource en danger sur tout le territoire indien. Notre planète contient 1,4 milliard de kilomètres cubes d'eau, mais l'eau douce ne représente que 2,7 % de ce volume. Et les nappes phréatiques ne représentent que 22,6 % de l'eau douce.
Pour Gulam Kothari, rédacteur en chef du quotidien, « l'eau est la seule richesse que nous pouvons léguer aux générations futures ». Si la tendance lancée par son journal se confirme, le Rajasthan saura se montrer à la hauteur de cette ambition.

Ramesh Menon Tehelka
Photos

Lectorat
Avec ses éditions locales et ses suppléments, le quotidien Rajasthan Patrika affirmait, en l'an 2000, être lu par 10 millions d'Indiens.





Jeudi 9 Février 2006
Vendredi 3 Mars 2006
ACME
Lu 4213 fois

Dans la même rubrique :

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide