ACME
France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019 Nice matin 10 avril 2019 : Roquebrune-Cap-Martin : La renégociation du prix de l'eau doit être la priorité 10/04/2019 L’AFFAIRE DES COMPTEURS D’EAU "JETABLES" REBONDIT AU CONSEIL DE PARIS 03/04/2019 L’eau dans l’agglo. Saint-Avé : du privé à la régie municipale 02/04/2019 Saint Martin : Eau et assainissement : premières factures plutôt salées, les explications 02/04/2019 JARNY - Meurthe et Moselle Eau potable : pourquoi la Ville ne va pas reconduire le contrat Veolia 02/04/2019 LE GRAND PARIS DE L’EAU D’ANDRÉ SANTINI AVANCE GAILLARDEMENT 28/03/2019 "Merci les Français!": 750.000 euros d’indemnités partagés en toute illégalité entre le directeur et des administrateur de la SIAAP 27/03/2019 L’enquête - Vittel : la bataille de l’eau - C Politique, la suite - 24/03/19 25/03/2019 22 mars 2019 Journée mondiale de l'eau : COMMUNIQUE DE L'ACME Association pour le Contrat Mondial de l'Eau France 21/03/2019 A Paris, le naufrage des compteurs d’eau - Marc Laimé 19/03/2019 La Guadeloupe opte pour un syndicat unique de l'eau dés cette année 19/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Eau de Paris : 94 000 compteurs d'eau jetables à 30 millions d'euros ! 15/03/2019 Eau potable au Sénégal : l’autorité des marchés publics annule l’attribution du marché à Suez 08/03/2019 GUADELOUPE /GRANDE-TERRE La CARL et la CANGT vont gérer ensemble leurs problèmes d'eau et l'élimination de leurs déchets 06/03/2019 Le divorce entre Suez et la mairie prononcé 28/02/2019 Médiacités 26.02.2019 : Veolia, le CICE et la baisse du contrat de gestion de l’eau à Toulouse 26/02/2019 La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019 Après la sortie de Macron sur le chlordécone, l'Élysée plaide le "malentendu" Après les élus ultramarins, des scientifiques ont rappelé à Emmanuel Macron que des études contredisaient ses propos 06/02/2019 LE PRÉSIDENT ET LE CHLORDECONE 05/02/2019 Un arrêté limite la chlordécone, insecticide cancérogène, dans la viande de boeuf 30/01/2019 28 janvier 2019 : Tribunal Administratif de Versailles Requête en excès de pouvoir de l'ACM et du FRICC contre le refus de la Communauté d'agglomération Paris Saclay de créer la Commission de Contrôle Financier R. 2222-1 à 6 du CGCT 30/01/2019 Marché de l’eau à Quimper. « Il faut mettre cartes sur table » réclame Piero Rainero 30/01/2019 Sisteron 7341 habitants (maire de 78 ans LR depuis 1983) : la société Suez ne va plus gérer l'eau et l'assainissement : La commune reprend en régie directe l'ensemble de l'exploitation 26/01/2019 Interview de Jacques Davila du comité de l'eau de Guadeloupe et représentant local du FRICC 25/01/2019 La Roche-sur-Yon. Eau potable : une réunion le 7 février 2019 en présence de JL Touly 23/01/2019 Assurée par la Saur depuis sept ans, l’exploitation de l’eau potable sera reprise en régie, à partir du 1er septembre, par le syndicat mixte des eaux de Gâtine 23/01/2019
           
ACTUALITES / MANIFESTATIONS

En Inde: Les activistes de l'eau lancent la campagne Anti Privatisation- le Gange= un dépotoir ?

Les activistes de l'eau et des organisations non gouvernementales du Nord et du centre de l'Inde ont uni leurs forces pour combattre les initiatives de privatisation de l'eau par les gouvernements indiens des différents états, en s'opposant à leur financement (par la Banque mondiale), en génant un projet de 200 milliards de $ pour la gestion des rivières mais ils encourageront les politiques de conservation et alternative de l'eau.



Les politiques gouvernementales, la mondialisation et le financement massif de projets au nom des réformes de la politique de l'eau vont capturer l'eau des pauvres au profit des riches.

 En Inde: <font color='red' size=4>Les activistes de l'eau lancent la campagne Anti Privatisation</font>- le Gange= un dépotoir ?
Rahul Kumar NEW DELHI -

Dans une conférence de presse, jeudi, presqu'une douzaine d'organisations non gouvernementales, oeuvrant pour les droits à l'eau, sa conservation et sa défense ont annoncé le lancement d'une campagne pour sauver le Gange- ce fleuve saint, le plus adoré d'Inde -. La campagne commencera le 28 février par l'observation d'une pénitence et l'adresse d'une excuse au fleuve, à partir d'un temple hindou perché sur une colline de la commune de Tehri, à environ 400 km au nord de la capitale indienne de New Delhi.


Vandana Shiva
Vandana Shiva
Pour Vandana Shiva , présidente de la "Research Foundation of Science Technology and Ecology" (RFSTE), le lancement de cette campagne, s'impose car: " la politique gouvernementale, la mondialisation et le financement massif de projets au nom des réformes de la politique de l'eau vont capturer l'eau des pauvres au profit des riches. Ce mega projet ne peut pas permettre l'accès de l'eau au peuple, mais, avec certitude, ne peut que l'en éloigner. "

Les associations présentes ont souligné que leur campagne apportera la démocratie de l'eau, assurant que chaque goutte sera conservée, utilisée pour la moisson et partagée par le peuple. " L'Eau est un bien commun. Notre combat est pour rendre l'eau, une ressource commune. Nous condamnons toute politique qui fait de l'eau un produit d'État ," a tonné Shiva.

Pour Sunderlal Bahuguna, du Chipko Aandolan, Mouvement de conservation indien bien connu, " le saint créateur du Gange - le glacier Gangotri - a diminué et un désert se crée dans les montagnes. "Je crois que l'abattage d'arbres dans l'Himalaya et le réchauffement mondial fait rétrécir le glacier. J'ai arrêté le riz alimentaire parce que sa récolte consomme beaucoup d'eau."

" Les Barrages sont pensés pour être une source d'eau mais ceux-ci sont une source provisoire. Ils ont une durée de vie courte et une fois le barrage rempli de sable et de vase et rendu inutile, il doit être abandonné. Malheureusement les barrages ne sont construits que pour devenir une bonne affaire de construction ," s'est lamenté Bahuguna.

Il attaque l'arrangement du gouvernement indien concernant le fleuve qui va laisser des rivières polluées et épuisées. Des rivières éternelles comme l'Yamuna et le Ganga ne seront plus alimentées et seront abandonnées à cause de tels projets, il faut donc que le peuple s'opposent à de tels arrangements.

Ce projet, annoncé par le gouvernement indien en 2003, planifie de détourner l'eau de rivières en crue vers des rivières en déficit. Le projet est promu pour augmenter le potentiel d'irrigation et contrôler les inondations et doit relier les rivières de L'Himalaya comme les rivières de la péninsule indienne.

La première Liaison "Ken-Betwa Link " - est vertement critiquée par des activistes. D'après Bhartendu Prakash issu du Madhya Pradesh, un Etat du centre de l'Inde : " les multinationales fixent les yeux sur les deux rivières - le Ken et le Betwa. Leur jonction apportera l'eau à quelques régions en créant un déficit pour d'autres. Ainsi, presque la moitié de la célèbre Réserve du "Panna Tiger" sera noyée à cause de ce surplus d'eau et de ce projet phénoménal. "

Il ajoute : " les résidents devront être transférés et réhabilités, ce qui causera beaucoup d'autres problèmes. Ces projets sur ces deux rivières sont désastreux au niveau écologique, humanitaire et culturel et détruiront toutes sortes de vie dans le centre de l' Inde. c'est une fraude de faire croire au peuple que ce projet fera des miracles pour eux ."

Ces politiques de l'eau récemment adoptées par des états comme le Maharashtra et le Rajasthan furent condamnées par les différents orateurs, lors de la conférence. Shiva a rappelé: " les gouvernements en Inde sont esclaves sous la pression de la Banque mondiale. Mais nous protesterons contre la privatisation dans tout le pays - à Delhi, au Rajasthan ou au Maharashtra. Cette politique de l'aide édicte l'eau comme une propriété de l'état ce qui facilitera plus tard sa conversion comme propriété privée ."

 En Inde: <font color='red' size=4>Les activistes de l'eau lancent la campagne Anti Privatisation</font>- le Gange= un dépotoir ?
Le président de "Tarun Bharat Sangh " (TBS), Monsieur Rajendra Singh a ajouté que ce réseau hydrographique qui existait depuis des siècles, fondé sur une communauté qui gérait l'eau avec succès, avait été repris par le gouvernement et dépecé. " Nos leaders n'ont pas compris la politique mondiale d'eau dans laquelle "MNCS" fera des profits tandis que le peuple payera un lourd tribu pour son accès. "

Pour, Naqvi, " beaucoup de personnes pensent que le gouvernement de Delhi et la Banque mondiale ont annulé le processus de privatisation de l'eau à Delhi en raison des pressions supportées et des agitations. Le fait est que la demande de prêt par le gouvernement de Delhi à la Banque mondiale est en attente et n'a pas été annulée. Jusqu'à ce qu'il soit annulé nous ne pouvons pas être sûrs d'avoir gagné la guerre contre la privatisation à Delhi ."

Les activistes de l'eau travaillent maintenant sur des alternatives à cette politique d'eau pour que le gouvernement ainsi que le peuple puissent croire à des voies autres que la privatisation pour la gestion des ressources d'eau du pays.

... Les activistes ont décidé de tenir des Parlements de l'eau dans toutes ces villes en Inde où le peuple voient leurs ressources d'eau se raréfier ou polluée.

Source : southasia.oneworld.net

Traduction bénévole

Le Gange, un dépotoir à fleuve ouvert

Varanasi
Varanasi
Pollution. Face au 1,7 milliard de litres d'eaux usées déversés chaque jour dans la rivière sacrée, les capacités des usines de traitement s'avèrent insuffisantes.


 En Inde: <font color='red' size=4>Les activistes de l'eau lancent la campagne Anti Privatisation</font>- le Gange= un dépotoir ?
Tous les matins à l'aube, Veer Bhadra Mishra fait sa prière sur les bords du Gange à Varanasi (anciennement Bénarès), la ville sacrée de l'hindouisme. Mahant (grand prêtre) de l'un des plus importants temples de la ville, il décline ses ablutions en trois gestes : la salutation au soleil, l'immersion dans le fleuve sacré et la boisson d'une gorgée de «nectar» gangétique. Depuis des années, le vieux mahant déroge toutefois à la tradition : il ne boit pas l'eau. « Je suis religieux, mais je ne suis pas aveugle », dit-il. Si sacré soit-il, le Gange est en effet l'un des cours d'eau les plus pollués au monde. Tout au long de ses 2 525 kilomètres, des usines et des municipalités y déversent leurs déchets : 1,7 milliard de litres d'eaux usées par jour, selon les estimations, dont la majeure partie n'est pas traitée. Sans compter la pollution occasionnée par les riverains (sacs plastique, lessive, carcasses d'animaux, etc.) et la multitude de dépouilles humaines qui y flottent, de nombreux hindous n'ayant pas assez d'argent pour payer la crémation totale des corps de leurs proches avant de disperser leurs cendres dans le fleuve. La police, aussi, jette les corps non réclamés dans la rivière.

Photo de DESHAKALYAN CHOWDHURY/AFP/Getty
Photo de DESHAKALYAN CHOWDHURY/AFP/Getty
Laver les péchés.
Cette triste réalité, la plupart des Indiens préfèrent cependant l'ignorer, le Gange étant le symbole de la pureté dans la mythologie hindoue. Tous les ans, des millions de fidèles viennent ainsi s'y tremper pour laver leurs péchés. Des millions d'autres vivent sur ses berges et s'y lavent donc quotidiennement, y compris les dents. Rien qu'à Varanasi, environ 60 000 personnes se baignent chaque jour sur les célèbres ghâts (quais). « Comment voulez-vous que ça me rende malade ? C'est le Gange !» s'étonne un pèlerin de passage. Veer Bhadra Mishra , lui, connaît trop bien la science pour se risquer à boire le « nectar ». En plus de ses fonctions religieuses, l'homme est en effet ingénieur hydraulique, ancien directeur du département d'ingénierie civile de l'université de Bénarès. A la tête d'une ONG, la Sankat Mochan Foundation (SMF), il se bat depuis 1982 pour nettoyer la rivière qu'il considère comme sa «mère». « Mon amour pour le Gange est la seule chose qui continue de me motiver, soupire-t-il, car, en vingt ans de lutte, rien n'a changé. Le fleuve est même plus pollué qu'avant

Malgré le milliard d'euros dépensé jusqu'ici par le gouvernement indien dans le cadre du Ganga Action Plan (GAP), le Gange continue de suffoquer. A la sortie de Varanasi, la concentration en coliformes fécaux (1) est entre 2 000 et 4 000 fois supérieure à la limite recommandée par l'Organisation mondiale de la santé pour une baignade sans danger. Bien qu'on ne sache pas avec précision l'impact que cela a sur la population, une étude récente estime que 66 % des habitants de la ville ayant un contact quotidien avec le fleuve souffrent de gastro-entérite aiguë, de dysenterie, de typhoïde, d'hépatite A ou même de choléra. Et si, dans d'autres cités fluviales, la faute incombe aux industries, ici, ce sont les égouts municipaux qui sont en ligne de mire. La capacité des trois usines de traitement des eaux usées est en effet de 102 millions de litres par jour, alors que la ville en génère... 260 millions. « Le gouvernement a construit sans réfléchir, accuse Veer Bhadra Mishra. Les objectifs étaient bons, mais la mise en place des projets défie toute logique. »

Corps flottant.
Lancée en 1986 à la suite d'une campagne de SMF, la première phase du GAP aurait, de fait, mérité un peu plus de réflexion, du moins en ce qui concerne Varanasi, où 8 millions d'euros ont été dépensés. Les pompes construites le long des ghâts pour intercepter une partie des égouts sont, par exemple, inondées au moins trois mois de l'année et ne peuvent donc pas fonctionner. Elles sont également sujettes aux coupures d'électricité, tout comme le crématorium électrique ­ censé réduire le nombre de corps flottant dans la rivière ­ et les usines de traitement des eaux usées. « Nous n'avons pas d'argent pour acheter l'essence des générateurs», s'excuse un responsable gouvernemental. Résultat : en cas de panne, soit les eaux usées se déversent dans le Gange, soit elles refluent vers la ville et ressortent par les bouches d'égout...

Plus ahurissant encore, les usines en question n'ont pas été conçues pour éliminer les matières fécales, pourtant considérées comme un foyer de gastro-entérites. L'eau «traitée», qui est censée servir à l'agriculture, contamine donc les nappes phréatiques des villages environnants. Et en période de mousson, quand les champs ne sont pas irrigués, elle repart directement dans la rivière. «Tout n'est pas parfait, avoue-t-on au ministère de l'Environnement, mais il fallait procéder par priorités, car ces aménagements coûtent extrêmement cher. Or l'environnement n'est pas une priorité dans le budget de l'Etat.»

Huit ans de statu quo .
Pour ne rien arranger, la seconde phase du GAP, qui aurait dû débuter en 1995, a été retardée en raison d'un affrontement entre l'Etat et la ville de Varanasi. Celle-ci soutient un projet élaboré par SMF et des chercheurs américains, consistant à construire, en aval de la ville, une série de bassins pour le traitement des eaux usées. Une option qui a l'avantage de réduire la dépendance électrique, mais que le gouvernement, lui, n'estime pas viable. Après huit ans de statu quo, les autorités ont décidé, en 2003, de mettre en oeuvre le projet d'origine qui, pour un coût de 7,3 millions d'euros, prévoit de rénover en partie le système d'égouts, de construire une nouvelle usine de traitement et de rééquiper celles existantes pour régler la question des matières fécales. Problème : même après la fin des travaux, prévue pour fin 2006, la capacité des usines restera inférieure aux besoins. «Ils continuent à vouloir utiliser les mêmes technologies qu'avant, alors que l'on sait aujourd'hui qu'elles sont inefficaces», s'insurge Veer Bhadra Mishra.

Conscient des lacunes, le gouvernement vient toutefois de mener une étude avec l'agence de développement japonaise Jica pour assurer la suite du programme dans quatre villes fluviales, dont Varanasi. Si l'accord est signé, celle-ci devrait bénéficier d'un investissement de 90 millions d'euros, financé par un prêt de la Banque japonaise de coopération internationale. Le détournement total des égouts n'interviendrait toutefois qu'en 2015 au plus tôt. D'ici là, des millions de pèlerins continueront de se purifier dans une eau sacrément sale.

(1) Ces bactéries sont présentes dans les excréments des animaux à sang chaud.

Libération 31 janvier 2005

pour en savoir plus : http://fr.wikipedia.org/wiki/Gange

Mercredi 8 Février 2006
Mercredi 29 Mars 2006
ACME
Lu 30503 fois


1.Posté par sanches mendes elodie le 31/10/2006 12:37
quels effets ça a sur les animaux?


Dans la même rubrique :

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide