ACME
Nice Matin 26 avril 2018 : Pourquoi le prix de l’eau fait-il des remous à Roquebrune ? 26/04/2018 Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018 Alpes-Maritimes : Veolia fait-elle couler une commune ? 10/04/2018 ATTAC fête ses 20 ans 05/04/2018 Le comité local Attac Montpellier vous invite à un ciné-débat le 11 avril 19h autour de la projection du film « Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe » 02/04/2018 Cette émission de Radio Fréquence Luynes était consacrée à un débat sur les responsables de la gestion de l'eau au nord ouest du département d'Indre-et-Loire en présence du président du président de l'association Emmanuel Bouchenard et JL Touly 01/04/2018 Historique : une régie publique pour la gestion de la grande station d'épuration de Valenton (94) à la place des 2 multinationales Veolia et Suez 31/03/2018 Lyon Capitale (8 pages)  avril 2018 : A Lyon, la bataille de l'eau aura bien lieu en 2019 30/03/2018 vidéo de JEAN LUC TOULY qui parle de notre territoire et de la gestion privée de l'eau dans le NORD OUEST DE LA TOURAINE 30/03/2018 Sud Ouest 27 mars 2018 : Bordeaux : Trans’Cub veut pousser la Lyonnaise à "rendre" 600 euros à chaque abonné à l’eau 28/03/2018 Facture d'eau 2018 Wissous Eau et Assainissement TTC 28/03/2018 Sortie du livre de la journaliste indépendante Isabelle Jarjaille ce 27 mars 2018 27/03/2018 Suez se « gave-t-elle grave » sur l’eau potable de Bordeaux Métropole ? 26/03/2018 La Rochelle Aytré Eau des Villes et Eau des champs, Bien commun et à quel prix ? Jeudi, 29 mars - 18h30 - Salle Georges Brassens - 15 / 19 rue du 8 mai 1945 - Aytré 24/03/2018 La Roche-sur-Yon. Eau potable : tout n’est pas rose avec Veolia 21/03/2018 Révélations sur les marchés de l'eau et de l'assainissement à Wissous et Paris Saclay : Dans le cadre de la journée mondiale de l'eau et après l'oeil du 20 h de France 2 du 6 novembre, Cash Investigation du 13 mars et l'audit de Marc Laimé Consultant 19/03/2018 FO 18 mars 2018 : « Cash Investigation » trouble les faiseurs de ronds dans l’eau 18/03/2018 EAUX GLACÉES DANS LE COLLIMATEUR DU SIAAP 16/03/2018 SIAAP : INQUIÉTUDES À LA BANQUE EUROPÉENNE D’INVESTISSEMENT 16/03/2018 CASH INVESTIGATION : LE DRÔLE DE MAIL ENVOYÉ PAR LA DIRECTION DE VEOLIA EAU POUR RASSURER SES TROUPES 15/03/2018 France Bleu Ile de France journal de 12h Interview de JL Touly : Soupçons de corruption, favoritisme : le marché des eaux usées est dans la tourmente en Ile-de-France 14/03/2018 L'affaire de Nîmes Métropole celle du du SIAAP et celle de l'eau et de l'assainissement de Paris Saclay : Toute ressemblance avec des personnes existantes est purement fortuite mais un constat l'inertie bienveillante des élus 14/03/2018 Procédure interne de Veolia sur le marché des eaux usées 13/03/2018 Le Monde Diplo carnets d'eau : Eaux usées d’Ile-de-France : un scandale exemplaire 13/03/2018 Marianne Scandale de l'eau : entre la justice et "Cash investigation", le Siaap cerné de toute part et Le Monde Révélations sur des soupçons de corruption sur le marché de l’eau parisien 13/03/2018 Mediapart : A Vittel, l’eau de Nestlé ne coule plus de source 13/03/2018 Libération R Lecadre : En Ile-de-France, les dessous du marché des eaux usées remontent à la surface 13/03/2018 Capital sur Cash Investigation et le SIAAP 12/03/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC du 11 mars 2018 18h 11/03/2018 PANIQUE AU SIAAP : Cash investigation : l'émission d'Elise Lucet visée par une plainte pour "violation de domicile" du SIAAP 11/03/2018 À Lyon, le prix de l'eau est "deux fois trop cher" 10/03/2018
           
REVUE DE PRESSE

Enquête de l'UFC que Choisir : Trop de ronds dans l'eau...

Tollé chez les élus et les industriels : une étude de l'UFC-Que choisir dénonce les marges considérables des services de l'eau en France.

" Surfacturation du prix », « marges abusives », « jeu concurrentiel défaillant », « préjudice faramineux », l'Union fédérale des consommateurs Que choisir, dans une étude rendue publique début février, ne se paye pas de demi-mots pour décrire le marché des services de l'eau potable en France. Selon ses calculs, développés sur 31 villes de France, l'eau potable est facturée aux clients de l'ordre de 1,7 fois son prix de revient à Lyon ou à Reims, de 1,5 fois à Strasbourg, à Angers ou à Nantes, de 1,4 à Paris ou à Lille, et de ... 2,5 fois en région parisienne'.



Une étude qui fait des remous !

Enquête de l'UFC que Choisir : <font color='red'>Trop de ronds dans l'eau...</font>
Le Syndicat des eaux de 1'Ile-de-France (Sedif), qui réunit 144 communes de la région parisienne, est particulièrement éreinté par l'étude qui estime à 59 % la marge nette de sa facturation. « Des taux beaucoup plus élevés que la moyenne des activités économiques en France» . Un rapport de 1'Insee de 2004 évalue en effet ces taux à 4,2 % (transport routier), à 18,6 % (commerce de gros), et, exception, à 31,9 % (pharmacie). D'autant plus injustifiable pour 1'eau, poursuit 1'étude, que cette activité se déroule dans un environnement sans risque, les consommateurs sont captifs, peu sensibles au prix, et les contrats sont signés pour douze à vingt-cinq ans !

Les remous sont importants. En témoignent les protestations de la Fédération Nationale des Collectivités concédantes et régies (FNCCR) et de plusieurs édiles de villes observées par cette étude. «II y a des résultats aberrants, des erreurs de raisonnement, bref, il n 'y a rien a en garder», juge Tristan Mathieu, délégué général du Syndicat professionnel des entreprises de services d'eau et d'assainissement (SPDE), qui regroupe la quasi-totalité des privés (dits« délégataires ») opérant pour le compte des municipalités - et surtout les trois mastodontes internationaux que sont Veolia eau, (ex-Vivendi, ex-Générale des eaux), la Lyonnaise des eaux (groupe Suez) et Saur France (groupe Bouygues). Réuni pour une conférence de presse la semaine dernière, le Sedif, par la voix du député André Santini, son président depuis vingt-trois ans, « n'exclut pas » d'intenter un procès à Que choisir.

Trop juste, ou très fausse, cette étude ? Quels sont les éléments constitutifs du prix de 1'eau en France ? Opacité, flou, etc. « on ne peut rien tirer des rapports officiels des municipalités »,commente François Carlier, auteur de 1'étude de 1'UFC-Que choisir. Un grief également énoncé avec constance par les citoyens qui se sont penchés sur la question en France. La démarche de I'association est intéressante, c'est une première puisque les comptes-rendus financiers des services de l'eau sont indéchiffrables, elle a tenté de constituer un modèle économique, «un peu comme si nous étions une entreprise désireuse de nous lancer dans cette activité » indique François Carlier, qui s'est entouré de multiples précautions s appuyant sur des données officielles, retenant les hypothèses les plus coûteuses, et soumettant sa mécanique à plusieurs experts

« J'ai transmis toute mes données aux villes et collectivités étudiées, j'attends leurs chiffres. Pour l instant je n'ai entendu que des protestations verbales ».

Une action devant les Tribunaux : Les gestionnaires des services de l'eau y ont-ils intérêt ?

Enquête de l'UFC que Choisir : <font color='red'>Trop de ronds dans l'eau...</font>
Les futurs développements de l'affaire, surtout s'ils se produisent devant les tribunaux, devraient immanquablement apporter de précieux éclaircissements. Les gestionnaires des services de l'eau y ont-ils intérêt ? Car ce coup de tonnerre dans le monde feutré des services de l'eau est hautement révélateur d'un malaise grandissant. Au-delà du détail de la situation des villes, l'étude, quelles que soient ses imprécisions éventuelles, apporte un fâcheux éclairage sur la gestion « à la française » des services des eaux. En effet, c'est dans les grandes villes que les marges calculées par l'UFC-Que choisir sont régulièrement fortes, même si, par effet d'échelle et de densité de l'habitat (moins de longueur de tuyaux par habitant) l’eau y coûte moins cher qu'à la campagne. Or, dans un système ou la délégation de services est devenue une pratique très majoritaire, les deux plus grosses entreprises, Veolia eau et la Lyonnaise des eaux, règnent sans partage sur les villes de plus de 100 000 habitants, marché dont la Saur et les autres entreprises sont exclues, à quelques exceptions près, se contentant de disputer des marchés de plus petites tailles.

Même si l'étude de l'UFC-Que choisir épingle sans distinctions régies municipales et délégataires, ces derniers sont donc dans son collimateur. Dans le cas du Sedif, le délégataire est Veolia eau - c'est le plus gros contrat de France (550 DOO clients 270 millions de m3 d'eau facturés par an, 550 millions d'euros de chiffre d affaires) -, et le préjudice pour les 144 communes franciliennes serait de 200 millions d'euros par an selon l’association.

Conclusion «Les grandes agglomérations sont des machines à profit pour les entreprises »

Et dans un contexte d'absence de concurrence, inutile d'alléguer d'éventuelles ententes, les faits parlent d'eux mêmes. Les contrats sont très systématiquement reconduits avec le délégataire précèdent qui détient, avantage certain, toutes les clefs du marche local (seulement trois contrats sur mille change- changeraient ainsi de main chaque année ), et dans certaines villes, tenues par des filiales communes à Veolia et à la Lyonnaise des eaux, les appels d'offre ne connaissent qu'une seule réponse ' Une situation d extrême concentration et un monopole de fait en raison de pratiques de non-agression implicites au sein du duopole dominant, que relèvent régulièrement voire condamnent, la Cour des comptes, le Conseil de la concurrence, le Haut Conseil au service public, etc.

Ces jugements sévères sont restés sans effet jusqu’à ce jour, le renforcement notable des contrôles financiers, la surveillance des renouvellements de contrats, la limitation de leur durée, l'interdiction de la pratique du «ticket d'entrée », en partie instaures par les lois Sapin (1993) et Barnier (1995), n’ont pas modifié cet état de fait.

Plusieurs éléments indiquent cependant que la situation pourrait désormais évoluer. Tout d abord la pression de citoyens de plus en plus remontés face à cette anormalité (voir ci-contre) Ils demandent désormais des comptes aux maires sur les services de l’eau,et poussent à leur retour en régie municipale. Ensuite de nombreux élus s'interrogent dans le même sens. Plusieurs d'entre eux (socialistes,Verts et communistes, notamment), avec des acteurs locaux, sont à l'initiative, fin février, d'un « appel de Varages » en faveur d une gestion publique de I eau, du nom d'une petite commune du Var qui a franchi le pas du retour en régie, comme plusieurs villes en France à la suite de la rupture d'un contrat avec le privé, ou de sa non reconduction. Au sein du Sedif, qui prend traditionnellement ses décisions à l'unanimité, 31 municipalités, menées par Christian Métairie (Arcueil) et Patrick Braouezec (Saint Denis), sont entrées en dissidence lançant en novembre dernier un «Appel pour une gestion publique de l'eau en île de France » et proposant un audit indépendant sur la gestion du Sedif.

« Car la période va connaître d intenses négociations avec I arrivée à échéance, entre 2006 et 2010, de deux tiers des contrats en France », souligne Jean-Luc Touly, ex salarié de Veolia et coauteur d'un ouvrage très documenté. Celui de Paris, (avec Veolia et la Lyonnaise) jusqu’en 2009 etc.

Enquête de l'UFC que Choisir : <font color='red'>Trop de ronds dans l'eau...</font>
L'étude de l'UFC Que choisir devrait également déclencher le dépôt ces prochains jours, par le groupe communiste de l'Assemblée Nationale, soutenu notamment par les socialistes, d'une demande de commission d'enquête. L'UMP, qui semble ne pas la souhaiter pourrait s'en tirer afin de ne pas faire trop désordre, en autorisant une « mission d'information » sur le prix de l'eau et les arguments de I UFC-Que choisir.





(I) L'Eau des multinationales, Jean-Luc Touly et Roger Lenglet, Fayard, 247 p, 19 euros
l'Empire de l'eau d Yvan Stefanovitch, Ramsay-Vito, 535 p 22 euros


Samedi 18 Mars 2006
Samedi 18 Mars 2006
POLITIS
Lu 2568 fois


1.Posté par Chartier le 20/03/2006 11:51
Pourquoi ne parle-t-on jamais de la gestion des services d'eau en Dordogne?On peut regretter que l'UFC QUE CHOISIR Périgueux ne s'intéresse pas à ce dossier.En Dordogne, la production et la distribution de l'eau est entre les mains des opérateurs privés à près de 100%.C'est pour eux une importante source de profifs sans risques . Les délégataires sont en principe contrôlés par les experts de la DDAF qui eux aussi ont leur centre de profit afin d'alimenter le compte de rémunérations accessoires.Les usagers de l'eau supportent des frais de contrôle mais ils ne voient jamais les résultats des dits contrôles.Dans le dernier rapport examiné, le délégataire annonce une augmentation de ses dépenses d'exploitation 2004 de plus de 30% par rapport à 2002 avec un important résultat brut négatif. Après 46 ans, le contrat actuel prend fin en 2007.C'est une opacité éhontée! Que font les contrôleurs?Les comptes publics présentés par les spécialistes de la DDAF sont tout aussi opaques et irréguliers. Notamment, Ils occultent soigneusement la dette de surtaxe du délégataire


Dans la même rubrique :

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide